Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Chronologie de la lutte en cours des migrant-es de La Chapelle à Paris, par quelques personnes solidaires

À plusieurs endroits d’Europe, migrant-es et personnes solidaires s’organisent pour résister aux politiques migratoires meurtrières des États et de l’Union européenne et à la pression policière.

En région parisienne, des campements de migrant-es se sont installés en plusieurs places, là où ils/elles pouvaient, là où on les laissait plus ou moins tranquilles. À La Chapelle, 400 personnes, principalement venues du Soudan, d’Érythrée, du Tchad, de Libye et de Tunisie, vivaient sous le pont du métro aérien, certain-es depuis des mois, d’autres quelques jours en attendant de gagner d’autres régions d’Europe. Plusieurs fois expulsé, ce campement avait réussi à se reconstituer à chaque fois.

Fin mai 2015, la mairie de Paris et la préfecture annoncent aux médias qu’une nouvelle expulsion est en cours de préparation, en cause des « risques d’épidémie et d’insalubrité », et que des solutions vont être apportées à chaque personne qui y vit. En réalité, à l’approche de l’été, ce campement fait tache dans ce quartier en pleine rénovation urbaine. Cela fait des années que politiciens et promoteurs cherchent à embourgeoiser la zone, à grands coups de pelleteuse et de matraque.

Pour préparer cette expulsion, plusieurs associations (Emmaüs, France Terre D’Asile…) sont envoyées sur place pour recenser et trier les personnes présentes, tandis que le 30 mai un huissier affiche l’arrêté d’expulsion laissant 48 heures pour quitter les lieux.

Lundi 1er juin, une centaine de personnes se retrouvent sur le campement pour exprimer leur solidarité et s’organiser avec les migrant-es face à l’expulsion imminente. Des banderoles sont accrochées et une chaîne d’alerte téléphonique est mise en place.

20150601_194053

Mardi 2 juin, à 5h45 du matin, des centaines de flics, accompagnés des journalistes, investissent le campement pour déloger les migrant-es. Les personnes solidaires sont écartées et arrivent des membres de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA, institution chargée des demandes d’asile), d’associations (Emmaüs, FTDA…) et de la mairie de Paris. Leur objectif est de faire paraître cette expulsion comme « humanitaire » : les migrant-es sont retrié-es, re-compté-es et prié-es de monter dans des bus, direction des centres d’hébergement d’urgence, des hôtels en lointaine banlieue ou des CADA (Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile).

L’opération de dispersion et d’invisibilisation commence : à défaut de pouvoir s’en débarrasser, le pouvoir cherche à effacer ces indésirables des rues de la capitale. Une partie des bus étaient affrétés par la compagnie Savac, spécialisée dans le transport scolaire, mais aussi dans la collaboration avec l’État pour les opérations de ce genre. À Calais, cette compagnie a plusieurs fois prêtée sa flottille lors d’expulsions de jungle ou de squats.

Durant toute la matinée, une centaine de personnes solidaires s’est rassemblée aux abords du campement pour protester contre cette opération médiatico-humanitaire. Une banderole est accrochée : « l’épidémie c’est le capitalisme, ses flics, ses guerres, ses frontières. Solidarité aux migrants ».

02juin-paris-banderole-expulsion-campement-la-chapelle

Dans l’après-midi, une cinquantaine de migrant-es sont toujours à La Chapelle : certain-es n’ont pas eu de place dans les bus, d’autres si, mais ont été déposé-es quelques mètres plus loin en pleine rue. Ils/elles décident de partir en manifestation à la mairie du 18ème arrondissement. Une place leur est proposée pour la nuit, dans un centre d’hébergement d’urgence. Pendant ce temps, les services de la propreté de la mairie finissent de nettoyer la place, détruisant tentes, matelas et affaires personnelles. Un grillage est élevé pour empêcher toute réinstallation.

(Au milieu de l’indifférence générale tract distribué le matin de l’expulsion)

(L’épidémie c’est… le capitalisme, ses flics, ses guerres, ses frontières affiche/tract collée/distribué dans le quartier de La Chapelle le 2 juin au soir)

(Opération humanitaire ou rafle « de gauche » ? texte publié sur Paris luttes infos)

 

Mercredi 3 juin. Des dizaines de personnes sont déjà de retour à La Chapelle, mises à la porte des hébergements. D’autres sont venues pour la journée, ce quartier étant devenu un lieu de sociabilité et de rencontre pour des centaines de migrant-es à Paris.

Des personnes solidaires présentes sur place proposent de se retrouver pour discuter et une salle associative située à côté de l’église Saint Bernard, toujours dans le quartier de La Chapelle, est investie pour la nuit.

Le lendemain à 7h les migrant-es sont à nouveau à la rue. Le soir même, la tentative d’occupation de l’église Saint Bernard échoue. Repoussé-es violemment par les flics sur le parvis de l’église, les migrant-es se réunissent, rédigent un premier communiqué et fabriquent une banderole (des logements pour tous). Ils passeront la nuit dans un square face à l’église. L’église Saint Bernard est un lieu historique de la lutte des sans papiers à paris : occupée pendant deux mois à l’été 1996, elle sera expulsée violemment par les flics le 23 août 1996.

8-juin

20150604_223447

Vendredi 5 juin, en début d’après midi, les flics arrivent pour expulser le square. Les migrant-es refusent de quitter le square et sont encerclé-es par les flics et dirigé-es vers le métro. Les slogans fusent « freedom », « solidarité avec les réfugié-es » et de nombreuses personnes arrivent en soutien. La police encercle toujours et tente de faire monter de force un groupe de migrant-es dans les rames du métro. Ceux-ci résistent fortement et le signal d’alarme est judicieusement tiré, ce qui permet à tout le monde de ressortir et de rejoindre le rassemblement en cours au carrefour de La Chapelle. Un migrant est arrêté et sera libéré quelques heures plus tard. Repoussée par la police, une manifestation remonte la rue Marx Dormoy. La halle Pajol et son gymnase sont à deux pas, migrant-es et personnes solidaires tentent de s’y introduire. La police bloque la moitié de la manifestation à l’extérieur et évacue les personnes qui ont réussi à y entrer. Deux personnes sont blessées et les migrant-es passeront finalement la nuit devant le gymnase, sur l’esplanade de la halle Pajol.

Samedi 6 juin, ils/elles sont repoussé-es quelques mètres plus loin sur l’esplanade. Dans l’après-midi, une cinquantaine de migrant-es participent à la manifestation antifasciste en hommage à Clément Méric et y prennent la parole pour parler de leur situation et appeler à la solidarité.

Le soir et le dimanche suivant, répit policier, la répression prend son week end. Comme devant l’église Saint Bernard de nombreux/ses voisin-es viennent apporter leur soutien et la vie s’organise sur le campement, tentant de construire des pratiques d’auto-organisation à l’encontre de celles de certaines associations humanitaires qui lui préfèrent la discipline et le rang (on pense entre autres à l’association de maraude Entraide citoyenne qui distribue de la nourriture aux personnes sans abris et aux migrant-es à Paris et qui a affirmé, parfois de façon virulente en arrachant les banderoles, qu’elle ne souhaitait pas voir d’autres pratiques que les siennes, nous rappelant bien que rapport humanitaire et rapport de solidarité et de lutte ne sont pas compatibles). Plusieurs crapules politiciennes, élu-es et militant-es Front de Gauche, Parti communiste et Europe Écologie Les Verts ont également pointé leur nez, et on le verra par la suite, fait leur tambouille politique sur le dos de la lutte et des migrant-es.

Plusieurs groupes de migrant-es rédigent des communiqués et formulent des revendications : des papiers, des logements et la dignité.

Lundi 8 juin, la traque policière reprend. Alors qu’une assemblée vient de se terminer sur le campement de la halle Pajol, la police arrive pour expulser la centaine de migrant-es présent-es sur place. Plusieurs cars d’embarquement sont là et les migrant-es sont encerclé-es par les flics. De nombreuses personnes accourent sur les lieux et la résistance des migrant-es et des personnes solidaires ralentit considérablement le travail des flics et permet a plusieurs migrant-es de s’échapper de la nasse. Les flics gazent et matraquent et 17 personnes sont blessées. 80 migrant-es sont emmené-es au commissariat de l’Évangile. Certain-es sont libéré-es dans la soirée, d’autres parviennent à s’échapper du commissariat, mais 30 d’entre eux seront enfermés dans les centres de rétention du Mesnil-Amelot et de Vincennes. Ils ressortiront tous dans les jours suivants, avec des OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français).

Le soir même, l’errance continue et après une tentative de ré-installation Halle Pajol à nouveau la solidarité se met en place : plusieurs voisin-es accueilleront des migrant-es chez eux, un groupe trouvera refuge dans le gymnase de l’ENS ouvert par des étudiant-es pour la nuit et la majorité est accueillie au Bois Dormoy, un jardin partagé situé à deux pas du métro La Chapelle et de la Halle Pajol.

Mardi 9 juin, une dizaine de partis politiques et d’associations de gauche appellent à un rassemblement Halle Pajol pour protester contre l’expulsion et demander des solutions pour les migrant-es. Après quelques « grands discours » inutiles, la proposition est faite de partir en manifestation sauvage jusqu’au métro La Chapelle. Un cortège de plusieurs centaines de personnes s’élance alors aux cris de « solidarité avec les réfugié-es », « de l’air, de l’air, ouvrez les frontières », etc.

Petit à petit les migrant-es qui avaient été hébergé-es pour quelques jours après l’expulsion du 2 juin se retrouvent à la rue et rejoignent le Bois Dormoy, tandis que d’autres arrivent d’Italie où ils/elles ont réussi à passer la frontière, échappant aux contrôles des polices française et italienne.

Dans ce nouveau lieu, les pratiques d’auto-organisation, d’assemblée et de lutte sont mises à mal par la volonté de gestion autoritaire des militant-es et élu-es des partis de gauche, équipés de gants en latex pour tartiner des sandwichs au Kiri et trier les vêtements apportés par des voisin-es.

Pendant ce temps, le président de l’association du Bois Dormoy décide unilatéralement que les migrant-es doivent quitter les lieux le jeudi 11 juin à 17h. Il faut donc trouver une solution et plusieurs réunions parviennent à se tenir pour décider de la suite. Deux idées émergent : occuper un bâtiment pour tenter d’en faire une maison collective ou réinstaller un campement dans la rue. C’est aux migrant-es de décider et la décision est prise d’envahir un immeuble vide non loin de là.

Jeudi 11 juin un rassemblement est donc appelé pour compter sur le maximum de soutien possible et une manifestation se prépare à se diriger vers ce lieu. Mais c’est sans compter sur le travail de sape organisé par les professionnels de la politique, qui ne veulent pas de cette solution et sont prêts à tout pour ne pas respecter une décision collective prise par les migrant-es. Ils ont une nouvelle fois montré le vrai visage de la « gauche » municipale : en effet, des militant-es et élu-es du Parti communiste & co ont tenté de faire dévier la manifestation pour empêcher l’occupation. Finalement, après 10 jours d’errance, 300 personnes, migrant-es et personnes solidaires, trouvent refuge dans l’ancienne caserne de Château-Landon, propriété de la mairie de Paris. À l’extérieur les flics arrivent très vite pour bloquer l’entrée à de nouvelles personnes et un rassemblement dynamique s’organise au pied de l’édifice, regroupant plusieurs centaines de personnes.

À l’intérieur de la caserne l’idée d’en faire un lieu pérenne d’occupation est rapidement évincée par des négociations pour obtenir des places d’hébergement supplémentaires et par la pression policière. Plusieurs représentants de la mairie arrivent sur place et leurs alliés du Front de Gauche et du Parti communiste font l’intermédiaire avec les migrant-es. Vers 23 heures un accord est trouvé et 110 places d’hébergement sont proposées aux migrant-es présent-es à l’intérieur de la caserne. Les lieux sont donc évacués tandis qu’un groupe d’une soixantaine de migrant-es, resté à l’extérieur ou arrivé plus tard se retrouve à nouveau sur le carreau. Une manifestation part vers le jardin d’Éole dans le 19ème arrondissement et un nouveau campement s’installe devant le théâtre du Grand Parquet, rue d’Aubervilliers.

Le lendemain matin, nouvelle intimidation policière, mais le campement reste sur place. Dès lors la vie collective se met en place sur le campement (cantine collective, assemblées, permanences juridiques, point accueil, cours de français, etc.). Mais, malgré la disparition des associations et des partis de « gauche » municipale qui géraient la distribution des repas ou les question sanitaires avec charité et paternalisme, la mise en place de pratiques d’auto-organisation, tendant vers la réappropriation de leur propre vie par les migrant-es reste difficile, capturée par certains soutiens. De même, la dynamique de lutte, avec ses manifestations et autres propositions, semble s’affaiblir dès lors que la pression policière se relâche. Lors des différentes assemblées ces questions vont être abordées, pour rompre peu à peu avec la logique de la charité dans l’organisation du campement.

Mardi 16 juin, plusieurs milliers de personnes manifestent en solidarité avec les migrant-es de La Chapelle à République. Cette manifestation est appelée encore une fois par les partis de gauche et s’est décidée sans aucune discussion avec les migrant-es. La participation -ou non- à cette manifestation des personnes, migrant-es et soutiens présents sur le campement du jardin d’Éole est discutée et il est décidé de s’y rendre en cortège depuis Éole et d’en prendre la tête. Au retour une manifestation sauvage aura lieu entre la Gare du Nord et le jardin d’Éole.

Vendredi 19 juin, nouvelle expulsion, mais cette fois-ci la mairie semble avoir dissimulé la matraque derrière la carotte humanitaire. Dans la matinée, le directeur de l’OFPRA, accompagné de membres d’Emmaüs, de la mairie, d’élu-es et de membres du Parti communiste, du Front de gauche et des Verts a débarqué sur le campement pour poser un ultimatum. Il propose des places d’hébergement, que les migrant-es doivent accepter, sans quoi ils seront arrêté-es. En effet, de nombreux cars de CRS sont postés aux alentours, prêts à intervenir, et derrière eux les services de propreté de la mairie de Paris sont prêts à faire place nette. Aucune discussion n’est possible et une majorité des migrant-es montent dans les bus qui vont les emmener vers ces hébergements, dont ils/elles ne sauront qu’à l’arrivée où ils sont situés.

Présentés comme la vraie réponse aux demandes des migrants (des logements et des papiers pour tou-tes) ils ne sont que des cache-misère proposés par les businessman de l’humanitaire : les associations Aurore, la Mie de pain, Emmaüs, etc. Un de ces foyers d’hébergement est situé dans l’enceinte du centre de rétention de Vincennes ! D’une prison à l’autre il n’y a qu’un pas. Car ces lieux, qui permettent à la mairie d’éloigner les migrant-es et d’empêcher toute organisation collective, sont de véritables prisons où la vie des personnes qui y sont hébergées est totalement capturée par l’institution et les travailleurs sociaux des associations qui prennent en charge tout le quotidien et dépossède leurs « clients » d’une quelconque autonomie. (Dans la plupart de ces centres, il y a des horaires pour se lever, pour se coucher, il n’est plus possible de rentrer après une certaine heure, les douches sont minutées, les repas imposés à horaire fixe et confectionnés par d’autres que ceux/celles qui les mangent, les démarches administratives sont prises en charge par des salariés de l’association, etc.). Si une partie des centres est située dans Paris, d’autres se trouvent en très lointaine banlieue.

20150610_105340

Dans l’après-midi, une dizaine de migrant-es (ceux/celles qui n’ont pas eu de place, n’ont pas voulu monter dans les bus, n’étaient pas sur place au bon moment ou qui sont revenu-es des centres d’hébergement dégoûté-es) et personnes solidaires se regroupent et tentent de prendre un gymnase. Tout de suite des dizaines de flics accourent pour expulser le bâtiment, le pouvoir faisant bien comprendre qu’il ne saurait tolérer une nouvelle occupation. Les migrant-es n’ont qu’à disparaître. Quelques-uns vont se rendre à la distribution de repas organisée à l’occasion du ramadan au jardin d’Éole. Mais la police bloque l’accès à toute personne n’ayant pas de papiers d’identité à montrer. Suite à l’intervention des organisateurs/trices, les migrant-es seront finalement autorisé-es à manger, mais assis par terre ! Rendez-vous est donné le lendemain, pour cette nuit il n’y aura pas de lieu pour se regrouper, les flics étant postés en surveillance partout. Certain-es dormiront chez des soutiens, d’autres dans une mosquée du quartier, d’autres à la rue.

(Paris, Calais, Vintimille, contre la chasse aux migrant-es, solidarité !)

(Pendant que les élu-es se félicitent)

(Migrant-e-s : La rage)

Samedi 20 juin, dans le cadre de la journée mondiale des réfugiés, des manifestations sont organisées notamment à Paris, Calais ou Vintimille, et des actions ont lieu en Allemagne et en Suisse contre les frontières et l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex. À Paris, une manifestation appelée par des associations part de la rotonde Stalingrad vers la place de la République. Les migrant-es de La Chapelle et des personnes solidaires en prennent la tête avec un cortège dynamique pour rappeler leur détermination à rester uni-es, à revendiquer des logements et des papiers et que la solidarité ne faiblit pas.

collage-2

Le soir un nouveau campement s’installe à la Halle Pajol. Il durera jusqu’à son expulsion définitive le 29 juillet. Une organisation collective se remet en place, avec des assemblées, une cantine collective, des permanences juridiques, des cours de français, etc. Comme à Éole, les mêmes travers se posent : tendance à re-créer des hiérarchies, comportements paternalistes, difficultés à enclencher un processus de lutte offensif face aux institutions et à l’État. Mais l’auto-organisation du campement et de la lutte et l’autonomie des migrant-es se reconstruit peu à peu.

Le campement grossit avec des nouvelles personnes arrivées d’Italie tandis que ceux/celles précédemment hébergé-es continuent de passer quotidiennement, transmettant la courte histoire de cette lutte.

D’autres campements sont toujours installés dans Paris (Austerlitz, square du Jessain à La Chapelle), en banlieue (Saint-Ouen) ainsi que dans d’autres villes (Bordeaux, Tours…).

Jeudi 2 juillet, un mois après l’expulsion du campement sous le métro aérien de La Chapelle, une manifestation est appelée par les migrant-es. Interdite elle sera bloquée au bout de la rue par des dizaines de flics cherchant à empêcher tout mouvement. Après avoir été expulsé-es de lieu en lieu, les migrant-es sont maintenant assigné-es à résidence à la Halle Pajol.

collage-1

Dans le quartier, des affiches recouvrent les murs, appelant à la solidarité, contre les frontières, les centres de rétention et la police. Régulièrement des tracts sont distribués aux passants au métro La Chapelle.

Mardi 7 juillet, une manifestation part de la Halle Pajol et parcourt le quartier de lieux occupés en lieux expulsés. Derrière la banderole « des papiers, des logements et la dignité pour toutes et tous » le cortège passera devant le jardin d’Éole, la caserne Château-Landon, le métro La Chapelle, le square du Jessain, le Bois Dormoy et finira Halle Pajol, sous les applaudissements des habitant-es du quartier, solidaires pour beaucoup.

20150707_170223

Jeudi 9 juillet, alors qu’une troisième manifestation est appelée, une nouvelle opération d’évacuation est organisée. On prend les mêmes et on recommence : OFPRA, Emmaüs, mairie, élus et militants. Cette fois les flics seront discrets et le campement ne sera pas expulsé. De nouveau des places d’hébergement sont proposées et les bus sont là, mais le directeur de l’OFPRA, Pascal Brice, refusera de s’engager par écrit pour répondre aux demandes des migrant-es concernant le suivi de leur demande d’asile, la durée de l’hébergement et les conditions de vie (nourriture, transports, etc.). Tandis que OFPRA et mairie assurent la promotion de leurs hébergements (« mise à l’abri comme ils appellent ça), les militant-es Front de gauche et Parti communiste accompagnent les migrant-es vers les bus où les accueillent les salariés et bénévoles d’Emmaüs. Tout est bien rôdé, c’est qu’ils commencent à avoir l’habitude. Mais certain-es migrant-es refusent de monter dans les bus tandis que d’autres, à peine arrivés dans un centre d’hébergement boulevard Ney, repartent en manifestation vers Pajol après que l’on leur a expliqué qu’il ne s’agissait d’un hébergement que pour une nuit. Encore une fois, les migrant-es se retrouvent dispersé-es, certain-es en très lointaine banlieue ; encore une fois cette nouvelle opération intervient au moment où les manifestations s’enchaînent, comme une volonté de casser leur capacité d’organisation collective.

Qu’à cela ne tienne, l’appel à manifester est maintenu. Cette fois c’est République – Barbès et un départ collectif est organisé de la Halle Pajol où sont resté-es une cinquantaine de migrant-es. « On ne nous muselle pas avec une nuit d’hôtel » annonce la banderole et une manifestation dynamique et bruyante de plusieurs centaines de personnes remonte le boulevard Magenta puis, passant outre le parcours déposé emprunte le boulevard Barbès et la rue Ordener jusqu’à la Halle Pajol. Mais certain-es migrant-es n’ont pas pu rejoindre la manifestation car ils/elles se sont retrouvé-es enfermé-es dans les centres d’hébergement.

9 juillet, manif' Répu-Barbès

Mardi 14 juillet, un « bal des réfugié-es » est organisé sur le campement. Concerts, bouffe et musique jusque tard dans la nuit. Pendant la soirée, quelques flics viendront mettre un coup de pression.

Jeudi 16 juillet, quatrième manifestation de la place de la République à la Halle Pajol.

Une permanence juridique continue de se tenir deux fois par semaine, mise en place par des militant-es et des juristes membres d’associations et de groupes de soutien aux migrant-es. Elle a lieu dans les locaux de l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), association présente depuis des années dans les luttes aux côtés des travailleurs immigrés et des sans papiers. Tout le monde peut s’y rendre pour avoir des conseils pour les démarches administratives (demande d’asile, aide médicale, etc.) et des aides juridiques.

Vendredi 17 juillet, une fête est organisée sur le campement à l’occasion de l’Aïd. La police maintient la pression pour empêcher qu’une sono ne diffuse de la musique, mais celle-ci résonnera quand même.

Dans le quartier les commerçants s’organisent pour dénoncer la nuisance que provoque le campement sur leurs affaires et interpellent la mairie pour qu’elle réagisse. Dans ce quartier fraîchement rénové et en cours d’embourgeoisement, la plupart de ces commerçant sont le bras financier de la mairie et des promoteurs dans la guerre qu’ils mènent aux pauvres. Que ce soient les migrant-es ou les pauvres, la mairie cherche par tous les moyens à faire disparaître ces indésirables, au plus loin de la capitale et de ces quartiers en pleine transformation, nouveaux pôles attractifs pour jeunes propriétaires, entrepreneurs et touristes.

(Des réfugiés de La Chapelle aux harragas de Barbès, solidarité avec tous les sans papiers !)

Jeudi 23 juillet, plusieurs personnes solidaires se rendent avec des migrant-es devant les locaux de France Terre d’Asile (FTDA) rue Doudeauville pour demander à ce que les procédures de domiciliation soient accélérées (actuellement cette association donne des délais de deux mois pour obtenir une domiciliation). Arrivé-es sur place des travailleur/ses de FTDA les prennent violemment à partie et appellent la police. Plus tard on apprendra que deux salariés de FTDA ont porté plainte, soutenus par le directeur. Cette association est financée par l’État pour accomplir son sale boulot de tri et de gestion des demandeurs d’asile. Rappelons que c’est cette même association qui est chargée de déterminer si les mineurs isolés pris en charge par l’aide sociale à l’enfance sont réellement mineurs ou alors considérés comme fraudeurs. Les conditions d’accueil des demandeurs d’asile à leur permanence ne semble pas non plus les déranger : sous la pluie ou la canicule, les personnes doivent faire des heures de queue tout en se faisant aboyer dessus par les vigiles de l’association, appelés « médiateurs ». Dans le cadre de la nouvelle réforme du droit d’asile, le rôle de collaboration de FTDA avec l’Office Français Pour les Réfugiés et Apatrides se trouve renforcé. C’est désormais FTDA qui s’occupera de remplir le pré-formulaire de demande d’asile à place de la préfecture. Avec ce pré-formulaire l’État cherche à savoir par quels pays est passé la personne qui entame des démarches d’asile, pour tenter de se débarrasser d’elle en la renvoyant dans un autre pays par lequel elle serait passée avant d’arriver en France (règlement de Dublin III).

Vendredi 24 et Samedi 25 juillet. Répondant à l’appel à un « week-end d’échanges et de résistance contre les frontières » du campement No border de Vintimille, une soirée projections et débats est organisé le 24 au soir sur l’esplanade de la Halle Pajol, et une manifestation est appelée pour le 25.

Plus de 150 personnes ont répondu à l’appel à manifester de la place de la Bastille à celle de la République. Sur le chemin du retour au campement Pajol, les manifestant-es ont fait escale à Gare du Nord. Devant l’entrée de l’Eurostar, une banderole a été déployée aux cris de « No border, no nation, stop deportation ». Des applaudissements ont alors retenti dans la gare.

25-juillet-2

Mercredi 29 juillet, 10ème expulsion/évacuation pour les migrant-es. Cette fois le campement est définitivement expulsé. Un rassemblement est appelé dans la soirée au métro La Chapelle.

Dans l’après-midi, un migrant est électrocuté à Gare du Nord en tentant de monter sur l’Eurostar, train qui assure les liaisons entre la France et l’Angleterre via le tunnel sous la Manche. Il est actuellement à l’hôpital, entre la vie et la mort. Depuis début juin, 11 migrant-es sont mort-es à Calais en tentant de passer en Angleterre, la sale guerre menée aux migrant-es fait des ravages.

Jeudi 30 juillet, quelques migrant-es qui avaient passé la nuit au jardin d’Éole sont à leur tour évacués. La police prend place pour empêcher toute réinstallation tandis qu’à la Halle Pajol un manège est installé en lieu et place du campement. Tout le quartier de la Chapelle est bouclé par les flics.

Les migrant-es et des soutiens trouvent refuge dans des locaux associatifs appartenant à la mairie de Paris. Des migrant-es afghan-es rejoignent la lutte.

Vendredi 31 juillet, l’ancien lycée désaffecté G. Budé est occupé près de la place des Fêtes. Cette occupation permet aux migrant-es d’avoir un toit pour s’organiser, et elle est très vite rejointe par d’autres. Même si l’occupation n’est pas menacée -pour le moment- d’expulsion, la pression policière se fait sentir dans le quartier et les flics organisent régulièrement des opérations de contrôle au métro (rafles).

maison-des-refugies

Mardi 4 août, les migrant-es du centre d’hébergement de Joinville-le-Pont commencent une occupation contre les conditions dans lesquelles ils vivent. Les portes sont cadenassées pour empêcher les travailleurs sociaux d’Emmaüs de pénétrer dans les locaux et des banderoles sont affichées : « Please solve our problems » et « Nous voulons que le gouvernement prenne conscience de notre situation ». Plusieurs personnes du «collectif de La Chapelle en lutte » sont également présentes pour les soutenir. Quelques heures plus tard, ils obtiendront un engagement écrit sur leurs demandes.

Mardi 11 août, C’est au tour de ceux et celles du centre Pernety dans le 14ème arrondissement (foyer géré également par Emmaüs) d’entamer une protestation. Une grève de la faim commence, et face au mépris du personnel d’Emmaüs, ils/elles décident le lendemain d’occuper le hall d’entrée. Par peur d’une hémorragie, Emmaüs choisi cette fois d’appeler la police et quatre personnes venues en soutien sont arrêtées et placées en garde à vue. Accusées de séquestration par le personnel du centre, elles passeront en procès le 9 octobre et sont sous contrôle judiciaire. Mais cette action a payé aussi puisque les revendications des migrant-es ont été satisfaites dans les jours suivants.

Samedi 15 août, une manifestation est organisée, du lycée occupé à la place de la République, en solidarité avec le migrant-es, mais aussi pour demander la libération et l’arrêt des poursuites à l’encontre des quatre personnes poursuivies pour l’occupation du centre Pernety.

Samedi 22 aoûtà l’occasion de la manifestation de commémoration de l’expulsion de 300 sans papiers de l’église Saint-Bernard le 23 août 1996, des occupant-es du lycée Budé se sont joint aux collectifs de sans papiers dans le cortège qui a parcouru les rues du 18ème arrondissement. La manifestation est notamment passée par le métro La Chapelle et l’esplanade de la Halle Pajol, en signe de soutien à la lutte des migrant-es en cours.

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

[Paris] Pour Emmaüs, la répression est plus forte que la solidarité !

Mardi 11 août 2015, plusieurs migrant-es logé-es dans un centre d’hébergement Emmaüs dans le 14ème arrondissement ont entamé une grève de la faim. Hébergé-es dans ce centre depuis le 29 juillet, jour d’une énième expulsion du campement de lutte de la halle Pajol, ils/elles revendiquent des meilleures conditions d’hébergement et une accélération de leurs démarches de demande d’asile.

Le lendemain, ils/elles ont appelé des personnes solidaires rencontrées pendant la lutte pour leur faire constater la situation dans laquelle ils/elles se trouvent. Face au mépris du personnel d’Emmaüs, les migrant-es ont décidé d’occuper le centre pour demander la venue du directeur de l’OFPRA, d’un responsable d’Emmaüs et de la mairie pour entamer une négociation avec eux. Pour toute réponse, ils/elles n’ont obtenu que l’intervention massive de la police.

Depuis le 2 juin 2015, la Mairie de Paris au fil de ses opérations d’évacuation, disperse les migrant-es dans différents centres d’hébergement en région parisienne. C’est la solution privilégiée des autorités, dont elle vante les mérites dans les médias. Or, les migrant-es ont rapidement déchanté. Certain-es ont même préféré revenir sur les campements retrouver une vie collective plutôt que de rester isolé-es et dispersé-es.

Dans les centres d’hébergement, les personnes y sont dépossédé-es de leur vie et n’ont pas prise sur leur quotidien : couvre-feu, repas imposés, interdiction des visites… Sous couvert d’humanitaire, les centres d’hébergement sont en fait un moyen de gestion et de surveillance des populations. Ils tendent à devenir un outil de contrôle et de tri des demandeurs d’asile. C’est une frontière supplémentaire de plus pour les migrant-es. Partout où se trouvent des migrant-es, l’État réinstaure des frontières. Comme dans d’autres pays européens, la France cherche à mettre en place l’enfermement des demandeurs d’asile. Un centre d’hébergement récemment ouvert est ainsi situé dans l’enceinte du centre de rétention de Vincennes.

Pour gérer ces centres, l’État délègue à des associations (Emmaüs, Aurore, France Terre d’Asile, Groupe SOS…) qui en échange reçoivent de généreuses subventions. Par exemple, en 2013 Emmaüs a touché 30 millions d’euros de subventions publiques. Derrière les bonnes intentions se cache le business de l’humanitaire. Plus une association se voit confier la gestion de places d’hébergements plus elle reçoit de l’argent. Ainsi, elles ne cherchent pas à résoudre les problèmes des personnes qu’elles prennent en charge, car sans celle-ci elles n’ont plus lieu d’être. Étant financées par l’État, elles sont en réalité le bras humanitaire du pouvoir dans la guerre aux indésirables.

Suite à l’occupation du centre et à l’intervention de la police le mercredi 12 août, quatre personnes ont été arrêtées et placées en garde-à-vue, accusées de séquestration. Après 48 heures au commissariat, elles ont été transférées au dépôt et placées sous contrôle judiciaire (interdiction de se voir) en attente d’un procès pour « séquestration » et « refus de se soumettre aux prélèvements biologiques » qui aura lieu le 9 octobre 2015.

Cette répression et ce contrôle judiciaire ont pour but de faire peur et d’isoler, mais la solidarité avec les migrant-es ne faiblit pas !

Liberté pour tous et toutes, avec ou sans papiers !

Communiqués des migrant-es du centre Pernety

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

[Paris] Face à la pression policière : Solidarité !

Depuis quelques jours, les contrôles de police se multiplient à proximité du collège occupé par les migrant-es, situé rue Jean Quarré dans le 19e. Vendredi dernier (31 juillet 2015), une centaine d’exilés ont investi cet ancien collège désaffecté après avoir été évacué une énième fois de leur campement. Si la Mairie de Paris semble tolérer pour l’instant cette occupation d’un bâtiment lui appartenant, la préfecture elle ne relâche pas la pression. Partout où les migrants se regroupent et s’organisent, elle s’acharne à reconstituer des frontières par le biais de la pression policière. Jeudi 06 août dernier, deux opérations de contrôle ont lieu au métro.

Le lendemain, deux policiers sont venus parader devant le collège. Exhibant pour l’un son flash-ball, dans le rôle classique du flic méchant, pendant que l’autre, dans la figure du flic gentil, tentait d’expliquer aux habitants qui étaient accourus en nombre, qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, qu’ils n’étaient là que pour « faire une physionomie du lieu  » et qu’ils étaient totalement pacifiques. D’ailleurs, ne sont-ils pas des « gardiens de la paix  » ? Les mutilés du flash-ball apprécieront.
Au même instant, on apprenait qu’un nouveau contrôle de police avait lieu place des fêtes. Aussitôt, plusieurs camarades se rendent sur place et constatent qu’une équipe de flics pourchassent des gamins du quartier dans toute la station, l’un d’eux est à terre, les autres fuient à toutes jambes dans les escalators. L’une des camarades fait part de son étonnement aux flics et demande le motif du contrôle. « Réquisition du procureur !  » lui répond-on. Elle souhaite voir le document. Les policiers n’apprécient pas du tout une telle outrecuidance et elle n’obtient pour toute réponse qu’une « invitation » à monter dans la voiture de police, direction le commissariat Erik Satie.
Pendant près de trois heures, la camarade aura pu apprécier tout le charme et la finesse de la gente policière. Chacun de ses énergumènes lui faisant part de ses réflexions philosophiques profondes : « je ne peux pas faire de contrôles au faciès parce que je suis Noir ! » ; « c’est tout bonnement impossible parce que ma femme est béninoise et que d’ailleurs ce soir je mange un couscous  ».
Devant la pertinence de tels arguments, la camarade n’a pu que rester coite. Elle ressortira finalement avec une convocation pour une date ultérieure. Plusieurs camarades très rapidement informés de son interpellation, étaient venu-es l’attendre à la sortie du comico.

On aura au moins appris à cette occasion qu’en cette période estivale, deux réquisitions du procureur courent quotidiennement sur un périmètre énorme (18e, 19e, 10e) : de 14h à 18h et une autre en soirée. Réquisitions qui permettent aux flics de contrôler sans motif toute personne de leur choix !
Il y a quelques jours, le 4 août, une opération de police contre des vendeurs à la sauvette dans le quartier de Ménilmontant a conduit à la mort d’un gamin de 5 ans, qui s’est enfui en voyant la police arriver et a été percuté par un camion.

Face à la pression policière, aux rafles, aux frontières, solidarité !
Nous ne lâcherons rien !

(Guide Sans papiers s’organiser contre l’expulsion – Que faire en cas d’arrestation ?)

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

[Paris] La balade des réfugié-es ou Évacuation 10

Ce matin (29 juillet 2015), les migrant-es du campement rue Pajol ont été évacués vers des différents centre d’hébergements en Ile-de-France. Les fameux bus rouge « Savac » et blancs de la Mairie de Paris ont refait leur apparition ainsi que les désormais experts de l’évacuation : personnel associatif (Emmaüs), personnel de l’OFPRA, représentants de la Mairie de Paris, du ministère de l’intérieur et les célèbres militants du PC.

Tous venus s’autoféliciter et vendre leur nouvelle opération auprès des médias qu’ils avaient fait venir en nombre. Les experts de l’évacuation ont donc proposé aux migrant-es de monter dans les bus à destinations d’une dizaine de centre d’hébergement d’urgences répartis en Île-de-France.

Les migrant-es auront la chance de pouvoir découvrir les charmes de la région. Les plus chanceux seront hébergés à Paris. Pour d’autres, ce sera Persan dans le 95 ou Elancourt dans les Yvelines. On leur a promis un hébergement « le temps de la procédure ». Comme à chaque fois. Mais la nouveauté du jour, c’est la distribution d’un document à entête rédigé en anglais et en arabe faisant office de « garanties ». Ces opérations d’évacuation ont en réalité pour but de disperser les exilé-es et de briser toute capacité d’organisation collective. De cela, L’État et le gouvernement n’en veulent pas.
Il faut surtout rendre invisibles les exilé-es. Les effacer du paysage urbain parisien.

Depuis deux mois, il ne s’agit que de cela. Non pas trouver des vraies solutions pour les migrant-es comme des logements pérennes et un lieu collectif où ils et elles puissent s’organiser. Depuis deux mois, les pouvoirs publics baladent les exilé-es, les disséminent dans toute la région sous couvert d’offrir une réponse « humanitaire » à la « crise des migrants ». Depuis deux mois, les autorités font la chasse aux exilé-es que ce soit avec le concours de la police, comme ce fût le cas au début du mois de juin, ou avec la collaboration des associations. L’un n’excluant d’ailleurs pas l’autre. Main dans la main, tous travaillent à l’invisibilisation des migrant-es.
Dans quelques jours, des dizaines d’autres survivants des frontières arriveront à Paris et n’auront que la rue pour dormir. Un nouveau campement se mettra en place jusqu’à la prochaine évacuation.

Rassemblement ce soir mercredi 29 juillet à 18h au métro la Chapelle (ligne 2)

Des logements pérennes pour tous et toutes !
Des papiers pour tous et toutes !
Welcome Refugees

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

[Paris] De Calais à Vintimille : ouvrez les frontières

Plus de 150 personnes ont répondu à l’appel de Vintimille samedi à Paris et ont manifesté de Bastille à République.

Les frontières tuent chaque jour des dizaines de personnes. Ainsi, depuis début juin, 9 migrant-es ont été tué-es à Calais en tentant de passer en Grande-Bretagne. Des milliers d’exilé-es sont mort-es en Méditerranée et dans le Sahara sur le chemin de l’Europe. Aujourd’hui, plusieurs milliers de personnes sont bloquées à Vintimille et à Calais. A Paris, des centaines d’exilé-es n’ont trouvé que la rue pour seul asile. Ici et là, la solidarité et la résistance s’organisent.

Derrière des banderoles  » Papiers, logements, dignité pour tous et toutes », « Les frontières tuent, liberté de circulation » ; « Lampedusa, Vintimille, Paris, Calais : circuler et s’installer où on veut et quand on veut », réfugié-es, personnes solidaires, militant-es et le collectif des Baras ont scandé  » Solidarité avec les réfugié-es, Y’en a marre, De l’air ouvrez les frontières, Des papiers pour tous ».

Sur le chemin du retour au campement Pajol, les manifestant-es sont fait escale à Gare du Nord. Devant l’entrée de l’eurostar, une banderole a été déployée aux cris de « No border, no nation, stop deportation ». Des applaudissements ont alors retenti dans la gare. Les exilés ont poursuivi la manifestation jusqu’à la rue Pajol.

Welcome refugees !
Liberté de circulation et d’installation !

25-juillet-2

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

De Vintimille à Paris, de Paris à Calais, les frontières tuent, appel à solidarité les 24, 25 et 26 juillet !

De Vintimille à Paris, de Paris à Calais, les frontières tuent ! Solidarité, Résistance !

Appel à organiser trois jours d’échanges et de résistance contre les frontières les 24, 25 et 26 juillet à Paris.

Cela va faire bientôt deux mois que le campement de la Chapelle à été démantelé, jusque début juin dernier quelques 300 personnes dormaient sous le métro. Les migrants ont été traqués et repoussés à l’église St Bernard et hors du jardin qui lui fait face. Puis violemment expulsés de la Halle Pajol par la police. Refoulés du Bois Dormoy, ils ont occupé une caserne dont ils ont été contraints de sortir.

Celles et ceux qui n’avaient pas obtenu d’hébergement d’urgence s’étaient retrouvé au jardin d’Éole. Pendant 10 jours, migrant-e-s et soutiens, contre le mépris municipal et face à l’abandon de l’État, se sont organisés ensemble. Le 19 juin, le jardin d’Eole était évacué par les pouvoirs publics dans une atmosphère de menace policière, avec la complicité de l’Ofpra, des éluEs et militantEs EELV et PCF, et d’Emmaüs. Sous la pression, des migrant-e-s montent dans des cars vers des hébergements dont ils ignorent tout (durée, conditions).
Dès le lendemain, retour à Pajol des migrants laissés sur le carreau.

Le 9 juillet, même scénario d’évacuation à Pajol. C’est la 9e évacuation des migrant-e-s en six semaines.

Depuis presque deux mois, les migrant-e-s subissent la violence de l’État : violence policière, expulsions, arrestations. Aucune solution durable n’a été trouvée. Rien n’a été réglé.

Aujourd’hui, il y a plusieurs centaines de migrant-e-s dans des centres d’hébergements, mais pour combien de temps ? Actuellement plus de 250 réfugiés et migrant-e-s mangent, dorment et vivent à la Halle Pajol.

Expulsion après expulsion, la rage grandit. Face à la violence de l’État, face à l’abandon de la mairie de Paris et de l’État, face leurs stratégies de division et de pourrissement, ici et ailleurs la solidarité s’organise !

De Vintimille à Paris, de Paris à Calais, les frontières tuent ! Solidarité, Résistance !

Suite à l’appel à solidarité des migrant-e-s et soutiens de Vintimille, nous appelons à organiser trois jours d’échanges et de résistance contre les frontières ici à Paris !

Vendredi 24 juillet : Projection et concerts sur le campement à la halle Pajol
19h : Pique-nique collectif et participatif
20h30 : Paroles de migrants (traduction)
21h30 : Présentation et diffusion du court-métrage. Escale à Pajol de Mahamoud Ibrahim : Yacoub jeune Libyen, a fui la guerre. Après avoir traversé la Méditerranée, il a atterri en France. Avec d’autres migrants, il se retrouve dans un campement de fortune dans le quartier Pajol du 18 arrondissement de Paris.
22h : Discussion / images de N. Jaoul.
23h : Projection du documentaire « La ballade des sans-papiers », de Samir Abdallah et Raffaele Ventura.
Concert

Samedi 25 juillet  : Manifestation en lien avec Vintimille.
Départ 15h30 rue de Lyon au croisement de l’avenue Daumesnil, (métro de gare de Lyon), arrivée à république.

Appel à solidarité, venez nombreu-ses-x d’ici ou d’ailleurs !

Ni frontières, ni nations !
Liberté de circulation et d’installation pour tou-te-s !
Des papiers et un logement pour tou-te-s !

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

[Paris] Des réfugiés de La Chapelle aux harragas de Barbès, solidarité avec tous les sans papiers !

Cela fait plusieurs années que la pression policière est très présente à Barbès, à la fois sur les biffins, les harragas et autres sans papiers, les vendeurs de clopes, de menthe et de coriandre, les jeunes du quartier … bref sur les « pauvres » et « visibles » en tout genre, qui n’entrent pas dans le tableau d’embourgeoisement et d’aseptisation en marche dans le quartier.

On essaie donc de faire place nette, notamment pour la clientèle de la nouvelle brasserie Barbès, en harcelant voire terrorisant ces populations dont l’activité principale est d’organiser leur propre survie.

Toutes les formes d’interventions y passent. Et que j’t’écrase avec ma voiture les affaires que tu vas vendre pour une misère sous le métro en manquant de t’écraser toi aussi, en passant par le petit « contrôle » discret de flics en civil de la Goutte d’Or, pour la vingtième fois de la journée, de deux sans papiers qui discutent tranquillement dans un coin , au gazage à la lacrymo de la place du royal parce que quand même il y a trop de monde à ce moment-là et que c’est trop convivial, à la grande opération où on ferme les rues pendant 3 heures et on rafle 150 sans-papiers, les poursuivant jusque dans les cafés, restos et taxiphones du quartier.

Cela fait plusieurs semaines qu’un groupe particulièrement hargneux de flics agresse les gens dans ce quartier : violence, humiliations en tout genre, propos racistes en quantité.

Et avec le ramadan la police française semble être encore plus énervée. A moins que cela ne soit à cause des élans de solidarité envers les migrants de la Chapelle, que les flics du 18ème ne digèrent pas, à moins que cela ne soit les deux…

Comme le jeudi 18 juin 2015 , en ce premier jour du mois de jeûne, la police est appelée en renfort rue Caplat. Des dizaines de flics débarquent gazent et arrêtent plusieurs dizaines de sans-papiers. Ou encore, le 24 juin au soir, la police a copieusement inondé le quartier de sa présence et de gaz lacrymogène puis contrôlé, arrêté et placé en centre de rétention de nombreux sans papiers.

A l’heure où le gouvernement profite de la solidarité envers les migrants Soudanais, Érythréens, Tchadiens… pour opposer les « réfugiés » aux autres sans papiers et annoncer le durcissement des expulsions de migrants « économiques », c’est plus que jamais le moment de dire qu’on s’en fout de leur catégories. Qu’entre celles et ceux qui fuient un régime liberticide, une guerre, une persécution quelconque, une misère endémique, un avenir de merde ou on ne sait quoi, nous refusons de faire le tri. Que ce sont pour ces multiples raisons que les gens viennent et continueront à venir et non à cause de « méchants passeurs ».

Et, justement, de leurs annonces de lutte contre les passeurs nous ne sommes pas dupes. Ce sont les frontières, leur militarisation et l’obligation d’avoir des visas qui ont créé ce boulot de passeurs, et qui en rendent les personnes qui veulent rejoindre l’Europe dépendantes. Et plus ils mettent de patrouilles en Méditerranée et plus les passeurs augmentent leurs tarifs. Ce sont les États Européens qui engraissent les passeurs.

Liberté de circulation et d’installation pour toutes et tous !

[Paris] Halle Pajol : les migrant-es assigné-es à résidence !

Retour sur la manifestation du jeudi 2 juillet au campement de la Halle Pajol par quelques personnes solidaires.

Jeudi 2 juillet, un mois après l’expulsion du campement de la chapelle, les exilé-es avaient appelé à une manifestation. Des dizaines de migrant-es sont toujours à la rue, sans solution de logement, sans possibilité de commencer leurs démarches de demande d’asile. La Mairie de Paris et l’État semble les avoir oublié et s’accommode sans mal du nouveau campement, installé rue Pajol.

Vers 18h, des centaines de personnes, migrant-es, soutiens, camarades de la CSP75 et du collectif des Baras se retrouvent au campement pour partir en manifestation. Le cortège remonte la rue Pajol mais se retrouve bloqué immédiatement par les gendarmes mobiles. Les manifestants déterminés ne veulent pas rebrousser chemin. Ils et elles resteront plus de deux heures face à face avec les flics, scandant des slogans : « des papiers pour tous, des logements pour tous ; solidarité avec les réfugié-es ! » entre deux charges.

L’État et la Mairie de Paris interdisent donc désormais tout mouvement aux migrant-es, ils et elles doivent continuer de rester invisibles. Quand les exilé-es se relèvent pour réclamer des logements, des papiers, la dignité, on leur répond par des coups de matraque. C’est une véritable assignation à résidence ! Ils les veulent couché-es, ils et elles se veulent debout !

SOLIDARITÉ AVEC LES EXILÉ-ES !
LIBERTÉ DE CIRCULATION ET D’INSTALLATION !
REFUGEES WELCOME !

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

[Paris] Pendant que les élu-es se félicitent

Reçu par mail
Récit forcement subjectif de ce à quoi j’ai assisté après avoir quitté la place Stalingrad vendredi 19 juin 2015, journée d’expulsion du Jardin Éole et du gymnase Jean Jaurès occupés par les expulsés de La Chapelle

Hier soir, plusieurs dizaines de migrants (entre 50 et 100) sont retournés aux jardin d’Éole. Parmi eux des gens qui n’avaient pu ou n’avaient voulu monter dans les bus (un jeune homme par exemple m’a dit qu’il n’avait pas eu confiance). D’autres qui ont été emmenés à Vincennes dans le bâtiment du centre de rétention transformé en centre d’hébergement d’urgence et qui affolés par les flics, les chiens, les barbelés et le fait qu’on leur aie confisqué leur portable ont préféré partir (eux ils disent s’enfuir). D’autres encore qui, même s’ils dormaient ailleurs avaient pris l’habitude de venir là au jardin pour y trouver un peu de chaleur humaine ou de quoi manger sans être dans un rapport de charité mais de partage.

Depuis le début du ramadan, l’association « Islam de paix », distribue de la nourriture de façon très conviviale, installant des nappes sur les tables en bois du jardin et permettant ainsi aux gens de se poser pour manger de manière conviviale. La veille, après les cours de français, leur distribution de repas avait eu un grand succès auprès des migrants/es et plusieurs personnes solidaires avaient eu un contact sympathique avec les gens de l’association qui étaient là dans un esprit très fraternel vis à vis des réfugiés/ées.

Hier soir, quand nous arrivons après qu’un riverain nous ait alertés/es sur des contrôles de police qui se déroulaient là, les jardins sont bouclés par un cordon de flics. On aperçoit des personnes assises sur les tables au loin derrière ce cordon pendant qu’environ 70 autres sont assises à même le sol, mangeant par terre, interdites d’entrer dans le jardin. Parmi eux nous reconnaissons plusieurs personnes avec lesquelles nous avons passé ces dernières semaines que ce soit à Saint Bernard, Pajol, au bois Dormoy ou à Éole. Pendant que nous discutons avec quelques personnes un représentant de l’ordre, comme on les appelle, explique que ce sont les gens de l’association qui ne voulaient pas donner à manger aux personnes sans papiers. Nous n’en croyons évidemment pas un mot.

Les migrants que nous connaissons nous racontent que les nombreux policiers en présence exigeaient les papiers pour laisser passer les gens qui voulaient aller manger. Un flic a dit « Si t’as pas de papiers tu manges pas ». Les gens de l’association se sont énervés et ont du négocier pour qu’on les laisse emmener de quoi manger à ceux qui sont restés sur le trottoir. Un gars que je connais a honte de me serrer la main car il n’ont pas pu avoir de couverts et ont du manger à la main sans pouvoir se laver après.

Beaucoup de gens ont l’air désemparé, ils ont l’air d’avoir honte d’être là amassés sur un bout de trottoir, triés une fois de plus… humiliés une fois de plus. Plusieurs ont froid, ils n’ont pas pu récupérer de couvertures ou duvets que nous avions sur le campement (il n’y a eu qu’une heure pour tout récupérer) On est là à quelques uns/unes. On ne sait pas quoi faire. On a honte, on est humiliés/ées aussi. On voudrait filmer cette scène hallucinante, cet apartheid qui s’est mis en place dans ce petit coin du nord est de Paris et qu’on aura sans doute du mal à raconter en montrant à quel point c’était horrible. Mais on n’ose pas car on sent et on voit que les victimes de ce tri se sentent trop mal par cette nouvelle humiliation. On a juste envie de pleurer.

Quelques personnes parmi les 150 qui s’étaient regroupées place Stalingrad après avoir tenté de passer la nuit avec des migrants dans un gymnase avenue Jean Jaurès réussissent à passer les filtrage de policiers qui ont pris position autour de la place pour empêcher les gens d’en sortir côté Stalingrad arrivent. Elles se sentent démunies elles aussi. Un groupe de gens que l’on voit régulièrement, des personnes solidaires, arrivent en camion et distribuent un complément de nourriture et des bouteilles d’eau ; plusieurs personnes en utilisent un peu pour se rincer les mains. Des groupes se forment, chacun va chercher où passer la nuit, un peu plus isolé, un peu plus démuni que la veille.

La veille un élu avait affirmé que la campement à Éole allait tenir encore 4 jours. Le même était là ce matin avec les bus et l’OFPRA. Peut-être était il de bonne foi la veille au soir, peut-être pas. De toute façon on s’en fout, je pense que tout à été fait pour que une fois de plus les principaux/ales intéressés/ées soient devant le fait accompli soit placés/es en situation d’urgence permanente sans leur laisser la possibilité de prendre des décisions et en leur laissant croire que tout ce qui sera fait le sera évidemment dans leur intérêt.

Et dans cette histoire toutes les personnes qui sont ou se veulent responsables politiques (et pas responsables moralement et éthiquement) sont complices de ça. Sont complices que les principaux/ales intéressé/es soient infantilisé/es, réifiés/es, ne puissent pas s’organiser (on pourrait par exemple imaginer que les migrants/es si ils et elles savaient à l’avance qu’ils et elles allaient être répartis dans des centres pourraient faire des groupes affinitaires, avoir une liste de questions, demander des assurances, réfléchir à ce qu’on leur propose…). Ces mêmes responsables diront sans doute que c’est pour protéger les migrants/es des manipulations d’individus/es étiquetés/es NPA ou anarchistes autonomes, le fameux épouvantail, la construction politique et médiatique diffusée depuis une dizaine de jours. C’est ridicule mais malheureusement il y a des gens qui y croient. En tout cas ces responsables qui n’étaient pas là pour assister à l’apartheid, au tri des pauvres qui ont le droit de bouffer ou pas, peut-être feront ils/elles un communiqué dérisoire de plus. Mais bon ça aussi on s’en fout, hier soir tout semblait dérisoire.

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

Paris, Calais, Vintimille, contre la chasse aux migrant-es, solidarité !

Tract distribué autour du quartier de La Chapelle par des personnes solidaires participant à la lutte des migrant-es de La Chapelle, fin juin 2015

PARIS, CALAIS, VINTIMILLE, CONTRE LA CHASSE AUX MIGRANT-ES, SOLIDARITÉ !

Le 2 juin 2015, les centaines de migrants et de migrantes qui s’étaient « installé-es » sous le pont du métro à La Chapelle en ont été expulsé-es, lors d’une opération de police présentée comme « humanitaire » par la Mairie de Paris.

Une petite partie des migrants a été prise en charge dans des hébergements d’urgence ou des CADA, la majorité est restée à la rue.

Une solidarité de quartier s’est rapidement mise en place face à cela, migrant-es et personnes solidaires tentant depuis de se regrouper, de s’organiser et de construire un rapport de force et de solidarité, en dépit de la traque policière et des difficultés pratiques et quotidiennes de survie.

À chaque nouvelle occupation d’un espace public ou d’un bâtiment, la répression s’est abattue durement, que ce soit à coups de matraque ou par la carotte humanitaire, en faisant miroiter aux gens des promesses d’amélioration de leur sort au cas par cas, promesses souvent non tenues.

Mairie et État souhaitent rendre invisibles celles et ceux qu’ils considèrent comme des indésirables et tentent par tous les moyens de les disperser pour casser la force collective : tentatives de divisions, arrestations, placement en centre de rétention, éparpillement dans des hébergements d’urgence non pérennes.

La municipalité a pu compter sur le soutien de ses meilleurs alliés : les partis de la gauche municipale et certaines associations humanitaire qui ont pris le train de la lutte en marche pour tenter de reprendre la main. Ils ont voulu s’inscrire comme les principaux interlocuteurs de la Mairie et de la Préfecture évinçant ainsi de fait, les exilé-es et les personnes solidaires. Leur présence a permis aux pouvoirs publics de mettre en place les conditions d’une nouvelle expulsion aux couleurs humanitaires.

En effet, vendredi 19 juin, le directeur de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides), accompagné d’élus et de membre de partis de gauche (Parti Communiste, Parti de Gauche, EuropeEcologie-LesVerts), a débarqué à 10h sur le campement devant le jardin d’Éole pour enjoindre les migrant-es à accepter leurs propositions : hébergements et suivi social, sans leur laisser le temps d’analyser la situation, de prévenir les personnes absentes sur le campement, ni d’avoir une discussion collective.

Plusieurs élus et membres de partis politiques qui se présentent comme des soutiens étaient visiblement informés depuis au minimum la veille de cette nouvelle opération médiatico-humanitaire mais n’ont pas jugé bon d’avertir les principaux concernés.
Ces hébergements présentés comme la vraie réponse aux demandes des migrants sont des cache-misère proposés par les businessmen de l’humanitaire (Aurore, La Mie de Pain, CHAPSA et CASH de Nanterre et le plus frappant le Centre d’hébergement d’Emmaüs dans l’enceinte du CRA de Vincennes). Ces lieux permettent à la Mairie à la fois d’éloigner la misère du regard des touristes, des honnêtes citoyens et de disperser les exilé-es pour empêcher toute organisation collective.

20150610_105340

Malgré les violences et les humiliations policières, les mensonges de la municipalité et les palliatifs des associations caritatives, la solidarité et la détermination des migrant-es à rester uni-es et à exiger que leurs droits soient respectés (logements, papiers…) n’a pas faibli.

Tandis que la Mairie de Paris traque les réfugié-es dans les rues de la capitale, l’État français fait la guerre aux migrants, de Calais à Vintimille, et les États européens occupent militairement la mer Méditerranée au prétexte d’empêcher les naufrages. Alors que la seule chose qu’ils veulent vraiment empêcher c’est que ces personnes rejoignent l’Europe.

Tout cela fait partie d’une même logique : la guerre aux migrant-es, leur rendre la vie la plus infernale possible dans l’espoir de les dissuader de partir, ou de rester. Les réfugié-es qui sont aujourd’hui dans les rues de Paris sont des survivants non seulement des guerres, des dictatures et de la misère qu’ils/elles fuient mais aussi de la guerre implacable que leur livre l’Union Européenne.

Il n’existe ni problème d’immigration, ni choc de civilisation, ni bonnes politiques migratoires. Le problème ce sont les États qui nous gouvernent, les frontières qui nous divisent, et les rapports d’exploitation et de domination. Le problème c’est de considérer un Soudanais ou une Erythréenne comme un ennemi et le patron comme un modèle. Pendant ces trois semaines de lutte, nous avons tenté, tous ensemble migrant-es et personnes solidaires, de mettre en place d’autres pratiques : l’auto-organisation, le partage, le consensus.

Et cela ne va pas s’arrêter car la solidarité est plus forte que la répression.
SOLIDARITÉ AVEC LES MIGRANT-ES


english version

IN PARIS, CALAIS, VINTIMILLE, SOLIDARITY WITH MIGRANTS !

On June 2, 2015, the hundreds of migrants “installed” under the elevated métro at La Chapelle were evacuated in a police operation presented as “humanitarian” by the Mayor’s office.

A small percentage of the migrants were offered places in emergency shelter or in centers for asylum seekers, the majority remained on the street.

Faced with this situation, neighborhood solidarity rapidly took shape, migrants and supporters trying to regroup, to organize and to create power and solidarity despite the police manhunt and the practical, daily difficulties of survival.

Each new occupation of a public space or building was met by repression – either the blows of a nightstick or the offer of humanitarian carrots, promises of improving the lot of the migrants on a case-by-case basis, promises often broken.

The city of Paris and the government seek to make invisible people they consider undesirables, trying by every means to disperse them and break their collective force : attempts at division, arrests, placement in administrative retention centers, dispersal in temporary emergency shelter.

The city authorities were able to count on the support of its finest allies : the parties of the municipal left and certain humanitarian associations, latecomers to the struggle seeking to take control of it. They wanted to assume the role of principal interlocutor of the Mayor’s office and the Prefecture, sidelining the exiles and the supporters. Their presence allowed the public authorities to put in place the conditions of a new humanitarian-looking evacuation.

Friday June 19, the director of OFPRA (French Office for the Protection of Refugees and Stateless Persons), accompanied by elected officials and members of left parties (Parti Communiste, Parti de Gauche, EuropeEcologie-LesVerts), showed up at 10 am at the camp bordering the jardin d’Eole to enjoin the migrants to accept their offer : shelter and social follow-up, without giving them the time to analyse the situation, to alert the people absent from the camp or to have a collective discussion.

Several elected officials and members of political parties presenting themselves as supporters had evidently been informed of this new media-humanitarian operation at least the day before, but hadn’t considered it necessary to alert the people most concerned by it.

Shelter centers presented as a genuine response to the migrants’ demands are a fig-leaf for misery offered by entrepreneurs of the humanitarian business (Aurore, La Mie de Pain, CHAPSA and CASH at Nanterre and the most shocking, Emmaus’ shelter located inside the compound of the Vincennes retention center.) These places permit the city of Paris to keep misery out of view of tourists and the well-to-do while dispersing the migrants, in effect blocking attempts at collective organization.

Despite the police violence and humiliation, the lies of the Mayor’s office and the aspirin of the charitable organizations, the solidarity and determination of the migrants to stay united and to demand the respect of their rights (housing, documents…) haven’t budged.
While the city of Paris goes on a manhunt in the streets of the capital, the French state makes war on migrants, from Calais to Vintimille, and European countries occupy militarily the Mediterranean on the pretext of stopping shipwrecks. In fact, the only thing they want to stop is these people reaching Europe.

All of this is part of the same logic : war on migrants, making their lives as hellish as possible in the hope of dissuading them either to leave or to stay. The refugees today in the streets of Paris are the survivors not only of the wars, dictatorships and misery they’re fleeing but also of the implacable war the European Union has made on them.

There’s no such thing as an immigration problem, nor a clash of civilizations, nor good migration policy. The problem is the States which govern us, the borders which divide us and the relations of exploitation and domination. The problem is to consider a Sudanese or an Eritrean as an enemy and the capitalist boss as a role model. Over the course of these three weeks of resistance we’ve tried, together – migrants and supporters – to put in place other practices : self-organization, sharing, consensus.

And that’s not about to stop, since solidarity is stronger than repression.
SOLIDARITY WITH THE MIGRANTS !

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :