Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Libye : détention et exploitation des migrants

BENGHAZI, 3 mai 2012 (IRIN) – Dans l’une des nombreuses salles où les prisonniers sont détenus au Ganfouda centre de détention dans la deuxième ville de la Libye, Benghazi, Suleiman Mansour *, un jeune Somalien de Mogadiscio, passe ses journées enfermé avec 15 autres migrants. Ils se trouvent sur des matelas appuyés contre les murs, qui sont griffonnées avec des noms et des slogans: on dit « I love la Somalie ».

«Je suis ici depuis quatre mois, » Mansour a dit à IRIN. «J’ai quitté Mogadiscio en août l’année dernière et a été arrêté à Koufra, avant ils m’ont amené ici. Certains d’entre nous avons des documents, mais ils sont toujours gardés à Koufra. « La ville du désert de Koufra, se trouve à un point où les frontières de l’Égypte, le Tchad et le Soudan se rencontrer.

Dans une autre salle, 36 hommes, principalement des Égyptiens, occupent une chambre. « Nous étions en Libye, avant même la révolution, mais par la suite, les gens avec et sans les documents ont été rassemblés», a déclaré celui qui l’habitude de travailler comme cuisinier à Benghazi avant d’être détenu. Benghazi était un bastion clé des forces d’opposition qui ont renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Au cours de soulèvement de la Libye, un certain nombre de migrants sub-sahariens africains ont été accusés de travailler en tant que mercenaires pour Kadhafi. En l’absence de tout système de justice formel, avec des groupes de miliciens dans le contrôle de vastes régions du pays, et avec le sentiment anti-africain omniprésente en Libye, beaucoup ont été battus et arrêtés.

Les autorités de Ganfouda disent que les migrants actuellement détenus n’ont pas été accusés d’être des mercenaires, mais ils ont été enfermés pour n’avoir aucun documents ou papiers périmés et de faux visas. Il y a environ 400 personnes dans le centre, y compris 150 Somaliens, 100 Bangladais et d’autres en provenance du Soudan, d’Égypte, de Syrie, du Nigeria, du Ghana, d’Éthiopie et d’Érythrée.

Les conditions sont dures. La poubelle est dispersé dans les couloirs de l’un des bâtiments ;  pour les détenus, être prisonnier, manger, dormir et utiliser les toilettes tout se fait dans la même pièce. La nourriture, que les autorités disent fournir trois fois par jour, se compose d’un grand bol de spaghettis partagés entre les groupes de cinq personnes.

« La politique qu’ils appliquent est de rassembler les gens en place que ce soit ici à Benghazi ou à Koufra et de les mettre en détention, parfois même jusqu’à 1800 personnes, et le centre ne peut pas y faire face, » Yolande Ditewig, la tête de l’ONU agence pour les réfugiés (HCR) sous-bureau à Benghazi a déclaré à IRIN. « En mettant les gens en détention, vous créez une situation humanitaire si vous n’avez pas les fonds nécessaires pour prendre soin des gens. De nombreux pays mettent les migrants en détention, mais ici il n’y a pas d’installations à leur fournir, pour la nourriture et la mise sanitaire aux normes.  »

Le nombre de centres de détention avant le soulèvement a été estimé entre 18 et 24 selon Samuel Cheung, agent de protection principal pour le HCR. Les chiffres actuels ne sont pas connus. Les autorités Ganfouda se plaignent que le gouvernement ne fournit pas toute l’assistance. « Nous n’avons aucun soutien. Ces ordinateurs sont de ma propre maison. Je n’ai pas été payés depuis Octobre 2011, mais je fais cela en tant que bénévole, parce que j’aime la Libye « , a déclaré Ahmad Mansour Shekey, un gardien au centre.

Une partie du problème, c’est que le ministère de l’Intérieur n’a pas été en mesure de prendre le contrôle des centres. Ils sont gérés par des groupes d’individus dont l’allégeance est souvent inconnue. Selon le HCR, la gestion des Ganfouda a changé quatre fois au cours des six derniers mois et n’est soumise à aucune unité de gouvernement en particulier.

L’absence de cadre juridique

Il semble également fonctionner comme un bureau local du travail, avec quelques migrants autorisés à travailler, malgré le fait que conformément à l’article 3 de la loi de la Libye sur la migration illégale datant de la période avant le soulèvement, toute personne qui emploie un migrant illégal est passible d’ un dinar mille (800 $ US) d’amende.

«Parfois, les gens nous demandent de travailler sur leurs fermes, et nous le faisons depuis quelques mois. Mais alors nous sommes repris au centre de détention, «Hassan, * un migrant égyptien a dit à IRIN. «J’ai été pris de travailler comme ouvrier agricole pour environ 300 dinars par mois (240 $). Si nous sortons de travailler, pourquoi ne pouvons-nous pas tout simplement être libéré? Pourquoi avons-nous de revenir ici de nouveau pour le centre?  »

Un migrant somalien, Abdul Mahmoud, * a également dit qu’il avait été pris à travailler sur un chantier de construction, puis ramené au centre. Un autre a dit qu’il avait travaillé sur une ferme et a été payé 200 dinars par mois (160 $).

«Nous sommes certainement préoccupés par l’exploitation du travail, et les abus», a déclaré Cheung. « Il y a quelques rapports non confirmés de migrants ne reçoivent pas leurs salaires, ou de leurs salaires utilisés pour l’entretien du centre. Mais alors à des moments, des centres de détention aussi les gens à travailler libération et de leur donner la chance d’obtenir régularisé.  »

Dans les années 1990, la Libye a encouragé la migration de l’Afrique subsaharienne pour combler un besoin de main-d’œuvre non qualifiée dans le pays. Mais les années suivantes ont vu une augmentation de la production nationale sentiment anti-immigrant, conduisant à des attaques généralisées sur les migrants subsahariens africains et intermittente rapatriement forcé vers leur pays d’origine. En vertu de Kadhafi il y avait aussi la coopération croissante avec l’Union européenne pour endiguer la migration en Europe.

Il n’existe actuellement aucun cadre juridique pour la distinction entre migrants économiques et les demandeurs d’asile. Et comme le pays est aux prises avec la consolidation d’une structure gouvernementale, il semble y avoir aucun plan clair sur la question des migrants.

« Il n’existe pas de cadre d’asile, aucun système juridique pour faire face à ce problème», a déclaré Ditewig. « Si vous arrêter quelqu’un, vous avez besoin de trier si il est un migrant ou un demandeur d’asile. S’il est déterminé qu’il est un réfugié, alors il est préférable de lui donner les documents et le laisser aller. Et si non, alors vous décider si vous voulez lui donner un permis de travail, ou l’expulser.  »

Ceux effectifs du centre Ganfouda dire que le principal objectif des migrants détention est de les empêcher de traverser la mer vers l’Europe. Alors que la Libye est bien connu comme un itinéraire de transit, elle a également pour un temps depuis longtemps un pays de destination pour les migrants économiques, et beaucoup de Ganfouda disent qu’ils veulent rester en Libye pour travailler.

« J’ai payé 300 $ US à venir à travers le désert à travers le Niger. Beaucoup sont morts sur le chemin de la soif, la « Fièvre Okoro, un détenu nigérian, a dit à IRIN. «Je veux rester ici et de pratiquer ma profession en tant que soudeur. Ici, il ya des possibilités.  »

Les représentants du gouvernement, cependant, ne croient pas que les migrants illégaux sont à venir à la Libye pour l’emploi. «Nous voulons qu’ils travaillent, mais ils ne veulent pas. Ils veulent juste une chance de se rendre en Europe », le général Issa Hammad, chef de la section de sécurité et de l’Immigration du ministère de l’Intérieur a déclaré à IRIN. « Même les Ghanéens et les Nigérians, ils restent souvent ici pour un certain temps, mais finalement, ils veulent aussi aller en Europe. »

Comme pour les migrants qui cherchent refuge contre les bouleversements politiques, Hammad pense solutions doivent être trouvées dans leurs pays d’origine. « Pour les nationalités comme les Somaliens, une solution doit être trouvée afin qu’ils puissent rester dans leur propre pays », a-t-il dit, « Dans le cas contraire, la meilleure solution est de les garder dans les centres. Si non, nous devons continuer à les sauver de la mer ».

Il semblait ignorer que les migrants en Ganfouda ont été recrutés sur place. « C’est illégal. En vertu des lois libyennes, vous ne pouvez pas avoir des contrats avec des personnes qui sont arrêtées, « a-t-il dit. « Peut-être qu’ils acceptent de travailler pour de bas salaires, juste pour sortir du centre, puis de s’enfuir. »

Dans toutes les grandes villes de la Libye, les migrants originaires d’Afrique sub-saharienne, du Bangladesh, d’Égypte et d’autres pays ont été employées comme agents de nettoyage, de la construction et des ouvriers agricoles et les travailleurs domestiques, les professions que les Libyens sont réticents à prendre. La violence et bouleversement déclenché par le soulèvement forcé 2011 790 000 la maison, ce qui représente ce que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) décrit comme « une des crises les plus grandes migrations de l’histoire moderne ».

Un récent rapport de l’OIM conclut que «la Libye peuvent rencontrer de graves problèmes économiques et sociaux si elle ne peut pas attirer à la fois les migrants qualifiés et peu qualifiés pour aider à reconstruire le pays. »

La Libye est en passant par un temps de se redéfinir », a déclaré Cheung. «Le nouveau gouvernement est toujours à la recherche à ses règles du marché du travail. Certains réajustements aura certainement lieu sur les politiques migratoires. « 

Évasion de masse à Trapani, 2 évadés à Gradisca et 5 personnes sur le toit à Turin

Encore une évasion de masse du CIE Trapani Milo


Encore une évasion de masse du CIE Trapani Milo, la troisième de l’année – pour autant qu’on sache – après celle de Février et les deux d’Avril. En attendant des histoires plus détaillées ou une confirmation officielle, nous rapportons ce que nous ont dit quelques-uns des évadés. Dans la nuit de dimanche à lundi, après avoir coupé le premier grillage, les détenus ont donné vie à une émeute. Le scenario est toujours plus ou moins le même, avec des dizaines d’hommes qui tentent de s’échapper et balayent tout ce qui se trouve devant eux. Cette fois, plusieurs policiers ont été blessés, dont un assez gravement, et une voiture de police, lourdement endommagé. En fin de compte, il semble que, au moins soixante retenus soient à nouveau libres.

Évasion de deux personnes aux Cie de Gradisca

Aujourd’hui, nous apprenons que samedi, deux détenus se sont évadés de Gradisca, quelques semaines après son élargissement, après des rénovations coûteuses et des mesures de sécurité. La nouvelle est cette fois rapporté par certains journaux locaux. Au cours d’une émeute, six immigrants détenus dans la structure de Gradisca d’Isonzo grimpé sur le toit. Deux réussi à sauter le mur d’enceinte Deux Marocains détenus au CIE de Gradisca d’Isonzo ont réussi à s’échapper. c’est arrivé samedi après-midi, mais on l’a appris seulement aujourd’hui. Les migrants ont commencé une émeute, montant sur le toit des dortoirs dans la zone bleue. Puis ils sont descendus a six endroits différents. Les deux Marocains ont sauté sur un camion militaire et du toit du camion se sont été jetés par dessus le mur de la clôture, réussissant à disparaître dans les champs voisins. « 

http://www.autistici.org/macerie/?p=29157

Cinq sur le toit à Torino

Depuis cet après-midi, cinq détenus se sont perchés sur le toit du Cie du cours Brunelleschi à Turin. Ils sont fatigués de la vie dans le centre et refusent de descendre, malgré que les policiers les aient ciblés avec un canon a eau ils ont réussi a tirer deux autres prisonniers qui sont venus avec eux. Pendant ce temps, le centre a été rempli de voitures de police et dans la soirée, un rassemblement improvisé s’est tenu, assez grand pour apporter sa propre solidarité sous les murs. Cette nouvelle initiative de lutte est arrivé après plusieurs jours de calme, après la nuit de jeudi à vendredi dernier ou dans trois sections, il y a eu un petit affrontement entre les détenus et militaires, bouteilles en plastique et fruits d’un côté et canons à eau d’autre part. il est maintenant 23 heures, et cinq – déterminés et bien organisés – sont encore sur le toit. Des nouvelles bientôt.

Mise à jour 29 mai , 11h30.

Les cinq sont encore sur le toit, en grève de la faim, comme leurs compagnons de leur section, la rouge, font tous grève avec eux. Un nouveau détail sur l’étincelle qui, hier après-midi, a échauffé les les esprits : la police avait tenté de faire entrer un forgeron, qui devait remplacer une porte que les détenus avaient cassés dans les jours précédents. De toute évidence, le forgeron a été jeté, la police a répondu, et de là a commencé la danser.

Mise à jour 22.00.

En début d’après midi les cinq sont descendu du toit, avec leurs jambes, mais ils ont trouvé leur chambre fermée déclarée condamnée. Bout par bout, de petite dégradations en petite dégradations, la zone rouge devient de plus en plus petite.

http://www.autistici.org/macerie/?p=29158

Naufrages en mediterranée

Entre 10 et 30 personnes, principalement originaires de Somalie, sont mortes noyées hier (samedi 26 mai) non loin des côtes libyennes alors qu’elle tentaient de traverser la Mediterranée. Il y a  une centaine de survivants qui, après qu’ils aient donné l’alerte sur leur naufrage en cours, ont été récupérés par les gardes côtes italiens et 2 navires marchands et ont été transférés dans le pays qu’ils tentaient de quitter : la Lybie.

http://www.lasicilia.it/index.php?id=77771&template=lasiciliait

Hier, 2 autres embarcations ont été capturées par les gardes côtes libyens et ramenées en Lybie. Un autre bateau en difficulté, avec 54 personnes à bord, a lui été pris en charge par les gardes côtes italiens et amenés en Italie à Porto Empedocle en Sicile. http://www.strettoweb.com/2012/05/immigrazione-soccorse-ieri-4-imbarcazioni-nel-canale-di-sicilia/38887/

La semaine dernière le cadavre d’un noyé a été trouvé non loin de lampedusa. Début mai, le gouvernement libyen a alerté l’Italie sur de nouvelles « vagues » (c’est leur terme) d’immigrés qui allaient arriver par la mer.

Repas de soutien pour la brochure « sans papier : s’organiser contre l’expulsion »

Mardi 29 mai, à partir de 19h, une rôtisserie pour la sortie de la brochure « sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion ; que faire en cas d’arrestation ? ». Un repas de soutien pour sa diffusion et pour celle de nombreux autres tracts et affiches pour la liberté de circulation et d’installation.

La nouvelle version de cette brochure vient de sortir. Elle est consultable sur http://sanspapiers.internetdown.org/ ou ici-même

Elle décrit la procédure à laquelle sont confrontées les personnes sans-papiers lorsqu’elles sont arrêtées par la police et donne des conseils juridiques et pratiques pour s’en sortir au mieux. Elle s’adresse autant aux personnes sans-papiers qu’à leur entourage et à toutes celles et ceux qui luttent contre la machine à expulser.

Rendez vous mardi 29 mai à partir de 19h, pour un repas de solidarité à la rôtisserie :
> afin d’aider à payer l’impression de cette brochure et les traductions en anglais, arabe, et chinois ;
> à financer les affiches, tracts, brochures, journaux muraux qui permettent de diffuser les différentes luttes et initiatives contre la machine à expulser.

La rôtisserie, 4 rue Sainte Marthe Métros Belleville, Colonel Fabien, Goncourt

Italie : émeute et évasion a Modena

Italie : émeute et évasion a Modena

22 mai 2012

Hier soir tard dans la nuit, il y a eu une évasion de groupe avec violence dans le CIE Modena. 26 immigrants clandestins ont réussi à s’échapper malmenant à coups de barres de fer improvisés les soldats qui étaient de garde. Trois soldats blessés. La moitié des étrangers qui se sont évadés ont été rattrapés et ramenés au centre.
Sur l’incident au Cie le conseiller Dori Maurizio du Parti démocratique s’exprime : « Deux hommes de la Guardia di Finanza et  un militaire ont été évacués (l’un des flics de la guardia di finanza avait des points de suture à la tête). Une vingtaine de détenus ont fui, dont certains ont été repris quelques heures plus tard. Encore de la violence dans le Cie, le Centre pour l’identification et l’expulsion de la Via La Marmora. Une vingtaine de jeunes hommes jeunes ont utilisé le cadre du lit pour le transformer en objets contondants, et ont fait face armés ainsi aux gardes. C’est un incident très grave, la vie de ceux qui sont en charge du contrôle dans le CIE a été mis en danger. Ces hommes, entre autres, accomplissent leur tâche sans être armés. Ils ont essayé de ramener la situation sous contrôle, mais ont été battus violemment. Ça ne peut pas fonctionner comme ça. […].  »    Modena2000

http://www.autistici.org/macerie/?p=29151

Belgique : une évasion à Merksplas – 23 mai

Belgique : une évasion à Merksplas – 23 mai

Une personne a profité d’un examen médical pour s’évader du centre fermé de Merksplas le 23 mai.

D’autre part, suite à l’émeute du 14 mai, deux prisonniers seraient toujours au cachot après 2 semaines.

 

Corelli brûle encore (un rendez-vous à Milan)

Corelli brûle encore (un rendez-vous à Milan)

Le 24 mai, au tribunal de Milan, se déroulera la première audience d’un procès contre neuf hommes accusés à divers titre d’avoir participé le 15 janvier dernier à une émeute qui a éclaté dans le centre de rétention (CIE) situé via Corelli.

Jusque là, on pourrait penser à un procès comme on en a déjà vu ces dernières années contre ceux qui luttent dans les centres pour recouvrer leur liberté. Mais cette fois, il vaut la peine de s’attarder un peu plus, et d’observer ce qui est en train de se passer, et les problèmes que cela pose.

Tout d’abord, il est utile de rappeler les faits.

Le 15 janvier 2012, suite au tabassage d’un jeune et suite à l’énième perquisition des chambres à la recherche des téléphones portables (qui sont interdits à Corelli depuis octobre 2010, mais qui sont vendus en cachette par des membres de la Croix Rouge pour la modique somme de 200 euros, avec l’accord tacite de la police), la tension éclate.

Une révolte explose, la section E est entièrement détruite (et reste hors service jusqu’à aujourd’hui), et les 26 retenus de cette section sont tous incarcérés.

Pendant que les autres enfermés du centre lancent une grève de la faim les deux jours suivants en solidarité avec leurs camarades arrêtés, ces derniers sont emmenés au commissariat. Interrogés deux par deux, ils sont soumis à de fortes pressions psychologiques et poussés à s’accuser les uns les autres afin de susciter rancoeur et méfiance.

Et voilà le noeud d’un des premiers problèmes que cette histoire a posé et pose jusqu’à aujourd’hui. Certains d’entre eux n’ont pas cédé aux intimidations policières, d’autres en partie si. Ainsi, sur les 26 arrêtés, l’incarcération préventive a été confirmée pour neuf d’entre eux, deux ont réussi à s’évader du comico, cinq ont été déportés, et les autres transférés dans différents centres de rétention.

Cette situation nous a donné du fil à retordre depuis le début, en particulier sur le fait de donner ou pas de la solidarité. Vu les circonstances dans lesquelles le terrorisme psychologique, sciemment orchestré par les bourreaux en uniforme, a enrayé la solidarité entre prisonniers, il n’est pas facile d’avoir une approche politique qui ne tienne pas compte de cet aspect déplaisant. Mais il ne faut pas non plus oublier le fait qu’ils se sont rebellés en détruisant toute une section du centre.

Il s’agit d’un procès où il y a dans les PV des déclarations explicites qui mettent certains des accusés en position difficile, mais cela ne signifie pas que ce procès ne puisse pas être une occasion de continuer la lutte contre les centres, pour faire sortir du silence les conditions de vie à l’intérieur et les explosions de rage que ces structures génèrent, tout en conservant la perspective de les abattre entièrement.

De plus, les inculpés qui passeront en procès seront accusés de rien moins que de « dévastation et pillage ». Un chef d’inculpation qui est revenu ces derniers temps sur les bancs des tribunaux lors de différents épisodes d’affrontements de rue et qui, avec des peines qui vont de huit à quinze ans de prison, vise à intimider ceux qui luttent pour leur intimer de ne pas trop relever la tête.

Maintenant, on voit ce chef d’inculpation être aussi utilisé par rapport aux révoltes dans les centres.

La tension à Corelli et dans les centres de rétention de toute l’Italie reste très élevée, et oscille entre des gestes d’automutilation, des tentatives d’évasion, des actes de révolte individuelle et des émeutes collectives. Depuis l’augmentation de la durée de rétention (d’abord jusqu’à 6 mois, puis jusqu’à 18 mois), il y a eu une augmentation exponentielle de révoltes et d’évasions, aussi bien en termes quantitatifs que d’intensité. Celle-ci est accompagnée par une administration massive d’anti-dépresseurs pour affaiblir les individus enfermés, mais même cette tactique n’est pas couronnée de succès. A présent se déroule dans les salles d’audience une nouvelle étape de la stratégie répressive : l’utilisation de chefs d’accusation qui prévoient de longues peines de prison. Si ceux qui étaient jugés pour des faits de révolte étaient habituellement inculpés pour dégradation, rébellion, violence, etc. et condamnés à quelques mois de prison, les 9 incarcérés en préventive risquent désormais une peine très élevée. Il s’agit d’une claire tentative de répression afin que quiconque qui a l’intention d’accomplir de tels actes d’insubordination y renonce de soi-même.

Nous pensons qu’il est important de prendre acte des nouvelles stratégies répressives qu’ils utilisent pour frapper ceux qui se rebellent dans les centres de rétention, afin de développer une réflexion sur les luttes qui se déroulent aussi dehors, et de donner plus d’acuité à nos actions.

Jeudi 24 mai, nous serons présents au tribunal pour donner notre soutien à ceux qui se sont révoltés dans le centre de rétention. Le procès débutera à 9h30, salle 1bis, troisième étage.

Assemblée « entre vent et tempête »

Publié le 19 mai 2012 sur macerie, et traduit de l’italien pour « Sans papiers ni Frontières »  .

Tentative d’évasion et condamnations au CRA de Saint-Jacques

Tentative d’évasion au CRA de Saint-Jacques

Petit écho provenant du CRA de Saint-Jacques, où les résistances et révoltes prennent des formes variées.

Après la grève de la faim qui s’est terminée il y a une dizaine de jours, le CRA de Saint-Jacques de la lande (Rennes) fait à nouveau parler de lui : deux retenus ont tenté de s’évader la nuit dernière. Ils ont été arrêtés par les policiers avant d’avoir pu franchir le dernier grillage avant la liberté.

19 mai 2012,

http://nantes.indymedia.org/article/25678,

Mise à jour 22 mai 2012

Deux personnes enfermées au CRA ont été présentée en comparution immédiate aujourd’hui pour des dégradations dans un bâtiment et dans les cellules d’isolement dans lesquelles elles ont été placées dans la nuit de vendredi à samedi suite à une tentative d’évasion.

La préfecture avait auparavant décidée de les présenter devant le juge des libertés et de la détention (JLD) pour le prolongement de la rétention. Une a été prolongée de 20 jours et l’autre libérée. Ils ont ensuite été emmenés par les flics de la PAF pour la comparution immédiate. L’un comparaissait pour dégradation et tentative d’évasion et l’autre (celui libéré par le JLD) pour tentative d’évasion. Le procureur a demandé 2 mois de prison pour les 2.

Ils ont été condamnés à  1 mois ferme.

Grosse rafle à Issy les Moulineaux

Grosse rafle à Issy les Moulineaux – 22 mai 2012

Ce matin la police a fait une descente sur un chantier à Issy les Moulineaux pour contrôler les papiers de ceux qui y travaillaient. Une soixantaine de personnes ont été arrêtées et emmenées au commissariat.

Plusieurs d’entre-elles ont été transférées dans la journée au centre de rétention du Mesnil-Amelot (77).

Un rassemblement s’est tenu en fin d’après midi devant le commissariat.

dépeche AFP : Vaste opération de lutte contre le travail illégal à Issy-les-Moulineaux
Le 22/05/2012 à 18:37

Près de 170 entreprises du bâtiment, travaillant à la construction d’un éco-quartier au fort d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ont été contrôlées mardi lors d’une vaste opération de lutte contre le travail illégal, a-t-on appris auprès du parquet de Nanterre.

« A l’issue de cette opération qui a duré toute la journée, une quarantaine d’infractions pour travail dissimulé ont été constatées et une dizaine d’ouvriers étrangers étaient en situation irrégulière sur 670 personnes contrôlées », a détaillé le parquet, selon un bilan encore provisoire.

Cette opération, réalisée sous la houlette du Comité opérationnel départemental anti-fraude (Codaf), a mobilisé près de 150 policiers et 130 gendarmes, 16 fonctionnaires de l’Urssaf ainsi que des magistrats du parquet et un représentant de la préfecture des Hauts-de-Seine, selon une source proche de l’opération.

Les travaux de réhabilitation du fort d’Issy ont débuté en 2011 pour créer un éco-quartier de douze hectares, combinant 1.538 logements (dont 329 logements sociaux et locatifs libres), 1.600 m2 de commerces, des équipements publics et de loisirs (un verger de quatre hectares, une crèche de 60 berceaux, une piscine…), peut-on lire sur le site internet de la mairie.

AFP

 

Brochure S’organiser contre les expulsions

télécharger la brochure sur : http://sanspapiers.internetdown.org

La brochure « Sans-Papiers : s’organiser contre l’Expulsion. Que faire en cas d’Arrestation ? » a été révisée pour la dernière fois en septembre 2009. Depuis, les lois ont profondément changé et elle était devenue inutilisable. La présente version, terminée en février 2012, tient compte de ces modifications. Elle s’appuie autant que possible sur l’expérience pratique de l’application des nouvelles lois (surtout dans la région parisienne). Cependant cette expérience est encore limitée. D’ailleurs, l’interprétation des nouveaux textes fait débat et de futures modifications sont probables. Nous nous efforcerons de mettre à jour cette brochure au besoin.
Cette brochure a pour but de trouver des moyens pour s’opposer concrètement aux expulsions et ne sert donc pas pour constituer un dossier de régularisation. D’autre part, ce sera à chacun de l’adapter à sa situation. Par ailleurs, selon les juges, des décisions différentes peuvent être prises dans des situations identiques. La justice de classe est aussi une loterie.
Pendant que les lois défilent, la chasse aux sans-papiers s’intensifie, comme la répression tous azimuts, d’autant plus qu’en ce temps de crise les boucs émissaires sont de plus en plus nécessaires. Aussi faudra-t-il envisager de nouveaux moyens de lutte et se les communiquer. Si vous avez des commentaires et surtout des expériences à nous transmettre, vous pouvez écrire à : anticra@laposte.net

Pour ceux qui sont en région parisienne, vous pouvez rencontrer des personnes travaillant sur la brochure lors de la permanence «Sans papiers: s’organiser contre l’expulsion»: tous les 1er samedi du mois, de14h à 18h, au local « Le Rémouleur »,106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (métro Robespierre ou métro Gallieni).

Appel aux dons pour la diffusion de  cette brochure – janvier 2012

Cette brochure décrit la procédure à laquelle sont confrontées les personnes sans-papiers lorsqu’elles sont arrêtées par la police et donne des conseils juridiques et pratiques pour s’en sortir au mieux. Elle s’adresse autant aux personnes sans papiers qu’à leur entourage et à toutes celles et ceux qui luttent contre la machine à expulser. La nouvelle loi sur l’immigration de juillet 2011 a modifié les procédures d’expulsion, ce qui nécessitait de réécrire entièrement cette brochure. Ce travail est bientôt fini. Nous avons besoin d’argent pour payer l’impression de la nouvelle version ainsi que pour sa traduction en anglais, arabe et chinois.

Si vous souhaitez participer à diffuser la brochure, aider à la traduire ou simplement prendre contact avec nous, vous pouvez nous écrire à : anticra@laposte.net

Si vous souhaitez envoyer de l’argent, vous pouvez envoyer vos chèques à l’ordre de : Martin Zerner, à l’adresse : La Brochure « sans papiers » au Rémouleur 106, rue Victor Hugo 93170 Bagnolet

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :