Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Vincennes] Petits tours au CRA

Mercredi 27 août 2014. Un poignée de personnes solidaires se sont rendues sous les murs du centre de rétention pour un parloir sauvage. Des cris ont été échangés pendant quelques minutes avec les retenus.

Vendredi 29 août 2014. À l’appel de la CSP75, ce sont cette fois-ci 150 personnes, sans papiers et quelques solidaires, qui sont allées en manifestation de la station de RER Joinville-le-pont au centre de rétention de Vincennes. Sur place un important dispositif policier était présent (la manifestation était annoncée et déposée) et a maintenue tout le monde dans l’allée, route du fort de gravelle, loin des bâtiments où sont enfermés les gens.

Un appel a été passé à l’intérieur du centre un peu avant l’arrivée de la manifestation.

Centre de rétention de Vincennes, bâtiment 3

« C’est dur vous savez ici car on est privé de liberté. C’est un délit d’être étranger et pas régulier mais beaucoup d’entre nous font des démarches pour régulariser leur situation, les gens qui sont là depuis longtemps et ceux viennent d’arriver. Ici on est des cas tous différents mais on cohabite bien ensemble, il n’y a pas de problème, pas de violences entre nous. C’est mieux quand c’est comme ça. On subit de la barbarie alors qu’on essaie que de vivre ou même survivre. Ici on subit des humiliations mais on n’a pas le choix c’est comme un éléphant contre une fourmi, les policiers nous le font bien comprendre. Donc on est obligé de faire ce qu’on nous demande. »

Je lui explique qu’il va y avoir une manifestation cet après-midi pour protester contre la mort d’Abdelak et pour la fermeture de centres de rétention et que toutes les personnes qui y sont enfermées soient libérées. Je lui dis que peut être nous n’arriverons pas à nous approcher du centre car la police nous en empêchera mais que j’espère qu’ils arriveront à nous entendre.

« Ah oui la police on peut leur faire confiance pour ça. C’est bien qu’il y ait une manifestation. Déjà avant-hier (mercredi) j’étais en train de dormir l’après-midi et je me suis réveillé on entendait « Liberté ! Liberté ! ». J’ai essayé de voir qui il y avait dehors mais on ne voyait rien car il y a une forêt qui cache. En tout cas merci et bonne chance. »

 

[Calais] Choses vues et entendues

22 juin 2014. Une trentaine de migrants a commencé une grève de la faim le 11 juin. Ce week-end, ils étaient encore une quinzaine à continuer. Depuis le 28 mai, ils sont plusieurs dizaines à occuper le lieu de distribution de nourriture, rue de Moscou. Les grévistes de la faim sont installés sous une tente au centre du lieu. Autour, une ligne à été faite avec ces quelques mots « Don’t cross the border » que personne ne semble respecter. Un pied de nez sans doute à ces frontières qui les entourent…
hungerstrike
La lutte initiée à ce moment-là semble s’effriter. D’abord, ils sont de plus en plus nombreux à occuper le lieu, ce qui rend difficile l’organisation. Les migrants mobilisés ne sont plus qu’un noyau. Ensuite, il y a les urgences du quotidien à gérer. Les besoins de base à satisfaire s’imposent parfois à la mobilisation. Les migrants sont pris entre les nécessités de la vie quotidienne et la volonté de mener une lutte politique pour obtenir davantage. Mais, l’humanitaire risque de finir par tuer la mobilisation. En effet, toute sorte de personnes extérieures passent sur le lieu : des artistes, qui proposent un « atelier dessin » entre deux tentes ; des musiciens londoniens qui jouent pour les migrants, comme si les migrants ne pouvaient pas allés au centre ville pour la fête de la musique. Et bien sûr, des « humanitaires » pour qui l’action politique ne veut pas dire grand-chose et qui regardent les migrants avec pitié et condescendance. Chacun-e y va de son idée pour « aider ces pauvres hères ». Tout ça est peu propice à la mise en route d’une lutte politique. C’est pourtant aussi cela qui fait défaut. On flirte rapidement avec une forme de charité et de voyeurisme alors qu’une partie des migrants cherchent à construire un rapport de force. D’ailleurs, ils ne sont pas dupes des attentions dont ils font l’objet. Un certain nombre de migrants disent vouloir rester en France et réclament un statut légal. C’est sur cette revendication qu’est partie la grève de la faim.
musicos
Il y a des rumeurs qui voyagent avec les migrants. Calais est ainsi présenté comme un Eldorado. Un couple d’Iraniens a débarqué un soir à Calais depuis la Suède où leur carte de séjour allait expirer. On leur avait dit que Calais c’était bien, c’était facile, c’était
la liberté. En arrivant sur le campement, ils ont été effarés, ils ont fait demi-tour et sont repartis en Suède, un autre rêve en tête.
Deux migrants nous racontent avoir passé 6 mois enfermés dans un camp en Lybie, sans presque rien à manger ni à boire, sans douche, sans toilettes. Ils ont réussi à s’évader. Tout le monde leur tirent dessus là-bas. Arrivés depuis 15 jours à Calais, ils avaient tenté de passer la veille ; ils ont passé la nuit sur la route.
Malgré la difficulté de la situation, certains migrants ont un sacré sens de l’humour et une grande lucidité. Ainsi, J. qui a toute sorte de blagues sur l’application des droits de l’homme en France « ils sont au fin fond du canal, vas-y plonge ! », « les droits de l’homme je les ai reçus dans la gueule », et de montrer la blessure que lui ont faite les flics. Il raconte comment il s’est fait avoir par la publicité mensongère sur la « France pays des droits de l’homme », « c’est bien Calais, j’ai une belle maison, un magnifique jardin avec vue sur la mer ». Mais, on plaisante aussi sur la mort « vous avez vu R. ? » « Il repose en paix, il est passé sous le camion cette nuit », tout le monde rit. La liste est longue des migrants décédés à Calais(http://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/deaths-at-the-calais-border/cette-frontiere-tue/). La mort n’est pas le seul danger. Il y aussi la folie qui guette. Au-delà d’un certain temps d’attente, certaines personnes craquent. Deux personnes du lieu au moins ont des troubles mentaux sévères. Et quand un migrant acquière une notoriété subite, il peut également vaciller. C’est le cas de A. qui a été interviewé par le journal de coin, il avait pris une balle dans le dos quelques jours auparavant, tirée par un Calaisien. Il se promène avec le journal, le montre à tout le monde. Il a décidé d’écrire son histoire et veut qu’on le prenne en photo, qu’on l’interviewe. Il pense obtenir des papiers et de l’argent grâce à ça. Après l’invisibilité, puis avoir été un gibier à facho,
cette soudaine notoriété a de quoi faire flancher, peu à peu elle semble en tout cas tourner à l’obsession. Hélas, pour certains, le
traumatisme a mené à l’HP.
cimetierresud2adammahde
Avec les beaux jours, les migrants sont plus nombreux à Calais. Le passage est donc plus difficile et les camionneurs deviennent encore plus méfiants voire agressifs. Vendredi 20 juin, trois migrants ont tenté le passage pendant le match de foot France-Suisse. Les flics français étaient occupés à regarder leur télé, ils ont réussi à passer les 4 postes de contrôle sans problème. Malheureusement, les flics anglais n’étaient pas devant leur écran. Ils les ont attrapés et renvoyés en France, direction le Centre de rétention de Coquelles. C’est quand le prochain match France-Angleterre ?

Liberté de circulation et d’installation!

Entretien avec trois migrants [en anglais] :
1
2
3

Reçu par mail

[Vincennes] Salut solidaire devant le centre de rétention

Samedi 21 juin 2014, une petite trentaine de personnes sont allées faire un salut solidaire aux prisonniers du centre de rétention de Vincennes. Pendant 15 minutes, aux cris de « liberté pour tous » et au son des pétards et de la corne de brume, les prisonniers ont répondu par des cris, liberté, et des sifflements.

Alors que les policiers nous jetaient un trognon de pomme, nous, ce sont des balles de tennis avec à l’intérieur des messages de solidarité et contre l’enfermement que nous avons lancé par dessus les murs. Certain ont essayé de nous renvoyer une balle avec un autre mot, mais ça n’a pas fonctionné.

Il y a 6 ans ici même Salem Souli mourrait faute de soin et le lendemain une révolte embrasait le centre.

6 ans plus tard nous n’oublions pas.

6 ans plus tard nous sommes toujours là pour crier mur par mur, pierre par pierre, détruisons toutes les prisons.

 

Depuis l’intérieur du centre :

Vendredi 20 juin :

Bâtiment 1. Parfois ça se passe bien, parfois ça se passe mal. Il y a beaucoup de gens qui ont été contrôlés dans la rue et ramenés ici. Il y a pas mal de jeunes ici ils s’énervent, il y a des bagarres avec la police. Il y a un mec qui a menacé un policier, il y a deux semaines, il est parti en garde-à-vue, il est pas revenu. Son pote a été expulsé.

Tous les jours c’est la même chose à manger, des carottes ou de la purée ou des frites.

Il y a eu beaucoup d’expulsions, mais en ce moment ça c’est calmé. Moi j’ai refusé le vol une fois, il me reste 9 jours à faire ici.

Bâtiment 3. – Comme d’hab’, 45 jours, tous les jours ils arrêtent les mêmes, entre Barbès et Château rouge. Moi 2 fois je me suis fait arrêté à Barbès. À 4 chemins aussi, toujours ils contrôlent les arabes et les noirs.

– Ici c’est Guantanamo, la promenade est grillagée, comme la prison, comme à Fleury, il y a les grillages sur le toit. (il semblerait qu’il y ait un filet au dessus de la cour du bâtiment 3 contrairement aux cours des deux autres bâtiment).

Il y a des arabes, et des blacks aussi. Ça se passe bien entre les gens parce qu’on a les mêmes problèmes. La police elle fait son boulot hein, elle enferme les gens, c’est eux qui nous amènent ici.

– Il y a plein de monde, on est tous dans la merde. Moi ça fait deux fois en un mois que je suis ici, contrôle à Barbès. La plupart des gens c’est choquant leur arrestation, comment ça se passe. On reste 45 jours je vois pas l’intérêt, c’est pour intimider. Les gens expulsés sont scotchés aux mains et aux pieds.

– T’as pas de papiers ils te font des problèmes, garde-à-vue et le centre. J’ai été 4 fois en une année : pendant le ramadan dernier, pendant le réveillon, là c’est la 4ème fois. Je me suis fait arrêté dans le 18ème, ils ont dit que j’étais dealer, j’avais rien sur moi, ils sont parti dans une rue, ils ont ramené 17 barrettes. J’ai fait 48 heures de garde-à-vue. Les flics (de Barbès) ils connaissent nos visages, ils nous cherchent dans la rue. L’avocat gratuit, payé par l’État, ils ne savent même pas parler, sinon c’est cher l’avocat, on a pas de papiers alors on a pas d’argent…

Dimanche 22 juin :

Bâtiment 2. J’ai vu les gens ils criaient « liberté » dehors, on a crié aussi et dans le bâtiment 1 ils criaient aussi.

Bâtiment 1. – On a entendu la manif. On a crié mais avec la police on ne peut rien faire. On a vu les balles de tennis, on a écrit dessus le numéro du centre pour nous appeler et on a renvoyé la balle . Ici on est réveillé tout le temps, ce matin ils viennent nous réveiller à 6 heures. On mange rien de toute la journée.

– Ici ça se passe super mal, la police nous traite comme des animaux. Hier vous avez envoyé un message, on a reçu « liberté » et dans le CRA 2 ils ont reçu un petit mot. On a renvoyé mais c’est la police qui a intercepté la balle.

– Hier il y a eu une embrouille et à 6 heures ce matin, ils étaient 8 ou 9 flics ils ont cherché un mec ils tapaient sur toutes les portes et ils ont fouillé toutes les chambres, en réveillant tout le monde. Ils l’ont trouvé ils l’ont mis dans une cellule tout seul et un chef est rentré dans la cellule. 5 minutes après le gars est ressorti.

reçu par mail

[Italie] Turin ne ferme pas. Turin brûle. – 16 janvier 2014

Entre minuit et une heure du matin cette nuit du jeudi 16 janvier, les retenus des sections jaune et violette ont mis le feu à leurs sections, utilisant des matelas, des couvertures et d’autres matériaux. Après s’être assurés que l’incendie avait pris et qu’il suffirait à détruire l’ensemble des sections, les retenus sont sortis dans la cour et y sont restés pour observer les inutiles efforts de la police et des pompiers qui tentaient en vain de limiter les dégâts… Une fois terminé ce qui est toujours un beau spectacle, les retenus ont été installés dans la cantine.

Vers trois heures du matin, la police a fait irruption dans les sections rouge, verte et dans la cantine pour prélever une trentaine d’hommes et de femmes de nationalité nigériane pour les expulser. Ceux qui ont tenté de s’y opposer, même verbalement, ont été traînés brutalement.

Ecoutez le récit d’une des retenus au téléphone avec Radio Blackout (en italien).

Mise à jour 18 heures. Tout aujourd’hui les retenus des deux sections rendues inutilisables par les incendies sont restés parqués dans les salles à manger et on ne sait pas où ils dormiront cette nuit. Il ne sera pas facile pour le personnel de la logistique du bureau de l’immigration de leur trouver une autre cage en Italie, vu que des cages fonctionnelles en Italie, il en reste bien peu. De son côté le retenu qui avant-hier a été frappé après une crise d’épilepsie a encore la bouche cousue.

Mise à jour 20 heures. Une bonne nouvelle : le retenu avec la bouche cousue – qui était dans la section rouge, pas touchée par la révolte – a été libéré. Les sections jaune et violette sont en revanche fermées et les retenus ont été transférés dans la bleue et la rouge qui sont évidemment surpeuplées. Dans la section rouge, par exemple, chaque chambre est pensée pour six personnes mais c’est maintenant à neuf qu’ils doivent dormir… dans sept lits.

Traduit de macerie.

[Italie] Haute tension à Turin et Gradisca – 3 novembre 2013

Dans la nuit d’hier un jeune égyptien retenu dans le CIE de Turin a été emmené à l’infirmerie, probablement pour avoir été soigné à base de calmants. Durant le transfert commence une embrouille avec les flics de garde, qui commencent à le taper. Isolé des autres, il demande de l’aide en criant, tandis qu’un petit groupe de gendarmes se défoule sur lui à plusieurs reprises. La réponse des autres retenus du centre ne se fait pas attendre et dans au moins trois sections commencent de fortes protestations : cris, percussions sur clôtures et quelques petits incendies se propagent à l’extérieur des chambres. Pour garder sous contrôle la situation, l’inspecteur en chef calme ses hommes et fait sortir rapidement le jeune égyptien du centre. Tandis qu’arrive la confirmation que le retenu a été arrêté avec l’accusation classique de violence sur agent de la force publique, un groupe d’une quinzaine de solidaires se retrouve devant les murs du centre pour un bref salut bruyant. Dix minutes de bordel au son de pétards, pierres contre les lampadaires et feux d’artifice, pour faire comprendre aux retenus qu’ils ne sont pas seuls. Dans le même temps à Gradisca aussi la tension reste forte. Dans le centre, quasi complètement détruit après les deux jours de révolte relatés précédemment , la police a énormément de difficultés à gérer la situation. Dans l’attente des ordres du ministère et de renforts de CRS de Padoue, les fonctionnaires de police s’arrangent comme ils peuvent. Pour alléger la pression,  les premières libérations et les premiers transferts ont commencé, mais ceux qui restent à Gradisca doivent composer avec la poigne de fer de la police. Dans la nuit d’hier militaires, gendarmes et policier s sont entrés dans les salles où sont amassés les retenus. Non pour réprimer une protestation mais pour intimider : ils voulaient les noms des responsables des derniers incendies. Comme personne n’a collaboré, ils ont fait tâter un peu de leurs coups de pieds.

Pour un récit plus détaillé, écoute l’interview  de retenus de Gradisca en italien sur radio blackout.

Traduit de macerie

[Paris] Récit à propos de la rafle policière à Barbès – 6 juin 2013

Jeudi 6 juin dans l’après-midi, une rafle comme on n’en voyait plus depuis la guerre d’Algérie ou depuis les grandes vagues d’expulsions de squatts au début des années 80, a eu lieu à Barbès. Pendant presque 2 heures tout un quartier a été bouclé, les gens ne pouvant plus ni entrer ni sortir bloqués par des centaines de flics de toute sorte arrivés à bord de dizaines de véhicules quadrillant la zone jusqu’à gare du nord, la chapelle, château rouge et Anvers.
A l’intérieur du périmètre qui comprenait la rue de la goutte d’or, la rue des islettes et une autre rue parallèle à la rue des islettes, les flics se déploient. À l’extérieur du périmètre ils sont apparemment aussi extrêmement nombreux. Divers contrôles sont effectués : papiers et ventes à la sauvette, hygiène dans les établissements (d’après ce que disent certains commerçants mais ça je n’ai pas vu).

Des gens commencent à s’entasser aux différents check points. Protestations molles entre résignation et agacement. Très vite, à l’intérieur du quartier bouclé, beaucoup moins de « vrais gens » que d’habitude et une multitude patrouilles de robocop qui interpellent au faciès. Comme souvent, délit d’extranéité et de classe sociale sont de mise, à savoir que les cibles principales du contrôle sont les Africains qui ressemblent à des mecs qui viennent d’arriver du bled.

À chaque fois qu’ils en capturent les bleus appellent victorieusement leur central avec leur talkie pour annoncer combien ils en ont attrapé. Puis ils les ramènent vers des bus d’embarquements sur le boulevard barbès. Apparemment tout un staff tecnique et bureaucratique était installé dans les bus.

 Après, quelqu’un m’a raconté qu’à un moment, une vieille dame juive a attrapé un jeune sans papier qui était capturé et elle a dit que c’était son fils. Les flics voulaient quand même l’emmener car évidemment ils ne la croyaient pas mais elle criait et s’accrochait au jeune homme et ils ont finalement du le lâcher.

Quand les flics bouclent un quartier ils sont plus ou moins de relâcher les barrages qui empêchent de sortir et entrer dans le quartier pour la sortie de l’école. Du coup ils ont ouvert les barrages à 16h25.
Mais attention, info à faire circuler autour de vous, ouvrir les barrages et laisser les gens circuler dans le quartier ne signifie pas que les contrôles vont s’arrêter… Au contraire, et de fait plein de gens se sont fait attraper comme ça. Voyant que certains flics en uniforme partaient et que les camionettes de crs qui barraient les rues se poussaient, pas mal de personnes sans doute réfugiées dans des halls sont sorties de leurs cachettes… Mais c’était sans compter sur des groupes de civils qui par 4 ou 5 ou 6 sillonnaient le quartier, pour certains avec des camouflages assez réussis (le rasta, le gars qui ressemble à un sans pap, la fille déguisée en jeune de quartier), et contrôlaient et arrêtaient les gens. Les personnes arrêtées étaient alors conduites menottées dans des bus stationnés à ce moment là sous le métro au carrefour barbès. Le dernier bus rempli est parti vers 16h30 je pense.

En tout cas, même à 4 ou 5 ça vaut le coup de commencer à gueuler. Dans cette apathie déprimante où on a l’impression que les gens sont menés à l’abattoir dans la passivité la plus totale si ce n’est quelques ronchonnements individuels (mais on est prisonniers dans notre quartier) ou désabusés (Ah ici c’est comme ça ils cherchent les cigarettes, les sans papiers, pff) ça finit toujours par entrainer des personnes qui n’osaient pas se lancer pour protester et se transformer en petit rassemblement, ça permet de discuter de ce qu’il se passe. Ca met un rapport de solidarité minimal mais essentiel avec les gens arrêtés et les autres qui y ont échappé. À une époque où, de plus en plus, chacun/e pointe mutuellement l’ « Autre » comme responsable de ses petits tracas et des malheurs du monde (les Rroms, les vendeurs à l sauvette, les sans papiers, les jeunes…) ça permet de rappeler que la cible de l’Etat qu’il soit estampillé de droite ou socialiste c’est toujours les pauvres.
Même seul/e, et bien pareil on peut toujours discuter (et donc de ne pas rester seul/e) et même parfois donner des petits coups de main à des gens pour essayer de leur éviter d’être controlés. Et puis ça permet toujours d’essayer d’analyser comment cela se passe et raconter.

Plus tard, au rassemblement pour l’assassinat de Clément Méric nous avons appris qu’une partie des gens emmenés dans les bus avaient été conduits au commissariat de la rue de Clignancourt. Cela avait un vrai sens par rapport à  l’assassinat de Clément Méric et à ses engagements de lier les 2 événements. C’est en tout cas ainsi que plusieurs d’entre nous l’ont ressenti. On ne peut pas laisser des Manuel Valls affirmer vouloir « éradiquer la violence d’extrême droite » le matin et faire rafler 150 sans-papiers à Barbès l’après-midi. On ne peut pas ignorer que les politiques de tous bords depuis des années instrumentalisent la montée de l’extrême droite pour leurs objectifs électoraux tout en faisant son terreau en favorisant le nationalisme et en désignant des bouc-émissaires (les « clandestins », les Rroms, les vendeurs à la sauvette…) à la misère sociale dont ils sont les gestionnaires. Cela a d’ailleurs été rappelé aux socialistes tels Anne Hidalgo qui sont venus au rassemblement mais qui ont du très vite le quitter sous les cris de « les fascistes assassinent à saint lazare ; le PS rafle à barbès »

Un appel à se rendre au commissariat de la rue de Clignancourt pour 20h30 a donc circulé. La rue était bloquée à la circulation par plusieurs camionettes et un bus de la police qui sert à transporter les gens arrêtés dans les manifs. Les premières personnes arrivées ont constaté que dans ce bus posté juste devant le commissariat étaient parqués plusieurs sans-papiers. Quelques autres sortaient libres. Ils nous ont dit que dans le commissariat ils avaient été triés : certains comme eux pouvaient sortir et d’autres qui allaient être conduits au centre de rétention de Vincennes étaient montés dans le bus. Ils pensaient que les gens emmenés à Vincennes étaient ceux qui avaient déjà un « quitte » (oqtf).

Cela faisait plusieurs heures que ces derniers étaient enfermés là sous une chaleur écrasante, sans pouvoir boire ; manger, aller aux toilettes. Sans attendre l’heure du rassemblement, des slogans ont commencé à fuser « Liberté », « solidarité avec les sans-papiers » auxquels les dizaines de personnes emprisonnées dans le bus ont répondu chaleureusement en criant eux aussi et en tapant sur les vitres.

Très vite les flics ont violemment repoussé les quelques personnes présentes en bas de la rue à grand renfort de coups de tonfas, coups de pieds, insultes, … Très vite, alors qu’en bas de la rue quelques autres personnes commençaient à arriver, le bus a commencé à partir, protégé par un grand renfort de flics dont certains étaient flashball à la main. Nous n’avons pu qu’unir nos slogans à ceux de ceux qui étaient enfermés à l’intérieur.

Le lendemain nous avons su qu’une quarantaine de personnes étaient enfermés au centre de rétention de Vincennes. D’autres sont peut être dans d’autres centres de rétention. Les gens arrêtés devraient passer devant un JLD mardi ou mercredi si ils ne sont pas expulsés d’ici là.

[Vincennes] témoignage du centre de rétention de vincennes – 7 juin 2013

Témoignage d’un sans-papiers arrêté lors de la rafle d’hier (6 juin) à Barbès.

«  Les flics nous ont traités comme des terroristes. Ils nous ont mis des menottes en plastique. Elles étaient très serrées, on a encore les marques. On va aller voir le médecin pour faire un certificat. Ils ont encerclé Barbès et ils contrôlaient « au visage », tous les Arabes, les noirs… Ils étaient très méchants et ne respectaient personne. Il sont arrivés vers 14 heures et gueulaient après tout le monde dans la rue. Il y a des gens ça fait 10 ans qu’ils sont ici et ils n’avaient jamais vu ça. 

Moi je sortais de chez le coiffeur et c’est un policier en civil qui m’a arrêté. C’était comme Guatanamo. Ça veut dire quoi ? Parce que on est arabe, on est des terroristes, ou quoi ? On a risqué notre vie sur un bateau, on est passé par Lampedusa et ici il n’y a pas de liberté.

On a cru qu’on était en Tunisie. On n’ a pas de problème avec les gens ici, on a un problème avec les flics.

Ensuite ils nous ont amenés au commissariat de Clignancourt, on était 40 dans une cellule et on ne pouvait pas respirer. Et si on protestait, les flics disaient : «Ferme ta gueule. Pourquoi vous êtes venu ici, Restez chez vous!». Il y avait aussi un vieux touriste marocain au commissariat, sa famille a apporté ses papiers et il a été libéré. Quel accueil touristique !

Devant le commissariat il y avait des dames qui n’étaient pas d’accord et qui criaient « Liberté ! » Et les flics les ont frappées. On a doit être 40-50 de Barbès au CRA‌. Même en Tunisie la prison c’est pas comme ça. Personne ne mange. On a décidé de faire la grève de la faim la semaine prochaine. La prison c’est mieux parce que là je ne sais ce qui va se passer demain. Il n’y a pas de solution. (…)

Centre de rétention de Vincennes, vendredi 7 juin 2013

Les sans papiers arrêtés hier devraient passer mercredi prochain (12 juin 2013) au JLD de Paris.

Soyons nombreux pour les soutenir !

[Rome] Entretien avec un retenu de ponte galeria

Feu à Ponte Galeria

D. Salut. Lundi 18 février au CIE de Ponte Galeria à Rome est survenue une révolte. Tu peux nous raconter ce qui s’est passé et comment tu as été libéré ?

R. La révolte a éclaté parce qu’ils ont commencé à taper un mec nigérian qui cherchait à résister à son expulsion. Ils l’ont tapé de manière inhumaine. Pour eux nous ne sommes que des numéros. D’autres mecs nigérians ont alors commencé à foutre le bordel pour essayer de le défendre… et de là a éclaté la révolte.

D. D’après beaucoup de journaux, ce ne sont que des nigérians qui se sont révoltés, c’est vrai ?

R. Au départ, comme je disais, c’était les nigérians, mais après les autres aussi ont foutu le bordel, géorgiens, moldaves, marocains, albanais… Nous étions tous ensemble parce que nous vivions tous les mêmes conditions, nous avions tous le même problème : vivre. Ils ont arrêté des mecs nigérians parce qu’ils ont vu sur les vidéos que c’étaient eux les premiers… Après nous nous sommes tous unis et nous avons commencé à allumer le feu, qui s’est diffusé dans tout le centre. Les personnes se sont révoltées parce que de toute façon la situation est difficile ; qui n’est pas passé par Ponte Galeria ne peux pas s’imaginer ce que signifie y vivre. C’est insupportable, une vie qu’il n’est pas possible non plus de raconter.

D. Il y a donc eu cette révolte avec le feu. C’est la première que tu as vécue ? Depuis combien de temps es-tu à Ponte Galeria ?

R. j’y suis resté un mois. Les choses de ce genre ont déjà eu lieu deux ou trois fois, toujours avec le feu, car l’unique chose que peuvent faire les détenus pour exprimer leur rage est d’allumer des feux. Cette fois le feu s’est diffusé partout, il a pris le plastique (les vitres de plexiglas qui protègent les barreaux, pour empêcher les retenus de s’en approcher). Les flics n’ont pas réussi à intervenir avec la rapidité et la violence habituelles parce qu’il y avait des journalistes présents ce jour-là… Ils devaient être trop pris à se faire interviewer, qui sait. En plus ils ont dû attendre les docteurs pour soigner le mec nigérian qui devait être expulsé, ils l’avaient tapé fort…

D. Qu’est-ce qui a brûlé à part les panneaux de plexiglas ?

R. Les fils qui connectent les caméras de vidéo-surveillance… La structure n’a pas été rendue inutilisable, mais le système de contrôle ne fonctionne plus.

D. Tu me racontais que cette fois, à la différence d’autres, quelques heures après la révolte la police, la nuit, s’est trouvée en difficulté…

R. La police s’est mise en poste en pleine nuit, et nous a contraints à dormir lumière allumée pour pouvoir mieux contrôler si nous nous levions ou si nous tentions de nous échapper. Ils ont été contraints à rester tout le long du périmètre du centre, comme ils ne le font jamais de nuit.

D. A cause des dommages causés au système de surveillance ils ont vidé le CIE.

R. Oui, ils le vident entre transferts dans d’autres centres, expulsions, et personnes qui ont été libérées parce qu’elles n’ont pas été identifiées. Cependant, neuf mecs ont été arrêtés et quatre ou cinq mis à l’isolement. C’est difficile de comprendre précisément combien ont été transférés, combien expulsés et combien libérés. Au moment de la révolte à l’intérieur nous étions 150, maintenant il n’en reste que 30 ou 40… Je répète, je ne sais pas combien sont sortis au total. Avec moi sont sortis quatre ou cinq personnes.

D. A la différence d’autres révoltes, cette fois ils ne vident pas le CIE parce qu’il est inutilisable…

R. Avec cette révolte nous n’avons pas rendu le CIE moins utilisable qu’avant parce que avant aussi cet endroit était dégueulasse pour y vivre. Avec la crasse qu’il y a, nous étions enfermés dans cet endroit comme dans une cage à poule. Ils nous enfermaient dans les chambres à 21 heures et les ré-ouvraient à 9 heures du matin.

D. T’as raison, ce qui les intéresse c’est seulement les dispositifs de sécurité, les panneaux pour empêcher de s’échapper…

R. Oui c’est vrai, par exemple ce que je te disais qui est arrivé la nuit de la révolte, la lumière allumée pour nous surveiller, est arrivé d’autres fois, est une forme de punition. Quand il y a du bordel, des protestations, des révoltes, ils laissent les lumières allumées jusqu’à deux heures, trois heures du matin. C’est des lumières très fortes que nous ne pouvons pas éteindre et qui nous empêchent de dormir.

D. Ceci, plus qu’une punition est une torture. Les tortures du genre sont diffuses dans certaines prisons… Tu sais si des fois ils utilisent des psychotropes dans la bouffe ? A Turin, beaucoup des prisonniers dans le centre se sentent fatigués et confus après avoir mangé…

R. Non, ici à Rome non, ici ils laissent la lumière allumée et ils essayent de te fatiguer psychologiquement.

D. Évidemment, vu que le CIE de Turin est géré par la Croix-Rouge, ils ont des compétences médicales spécifiques, ils savent utiliser les psychotropes. A Rome je ne sais pas en quoi est spécialisée la coopérative Auxilium qui gère le centre…

R. Eux sont spécialisés dans le tour de clés.

 source : traduit de Invece – mensile anarchico – n°22 mars 2013 – italie

[Vincennes] Nouvelles et Témoignage depuis la prison pour étranger 18 avril 2013

Ces dernières semaines, nous avons eu des nouvelles de l’intérieur du centre par le biais d’une personne enfermée dans le cra 2 qui a appelé sur le téléphone de l’émission de radio Sans papiers ni frontières. Il a malheureusement été expulsé aujourd’hui, sûrement vers l’Algérie (il est Tunisien…).

Malgré la difficulté de mettre en oeuvre des réponses pratiques face à ce genre d’appels, c’est important que le numéro continue de tourner et que les infos sortent de l’intérieur, en ne désespérant pas d’être capables de construire des formes de solidarité plus concrètes à l’avenir. Je rappelle le numéro, à diffuser largement : 06.50.07.52.32

En ce moment, et comme souvent, la colère ressentie par certains retenus se mélange à un fort sentiment d’impuissance. Les expulsions ont l’air de battre leur plein, et notamment grâce à la complaisance du consulat algérien qui semble délivrer des laisser-passer à tour de bras pour tous les ressortissants du nord de l’Afrique, peu importe leur nationalité. Les flics usent toujours des mêmes sales méthodes. Le 13 avril, deux retenus refusent un vol. L’un en est à 22 jours de rétention, l’autre à 44 jours. Quand ils réintègrent leur chambre, les flics viennent chercher celui qui en est à 44 jours pour lui demander de “venir signer un papier”. Quand il sort de la chambre, ils lui sautent dessus et le scotchent pour le mettre dans l’avion. De leur côté les juges font fonctionner l’abattoir judiciaire et collaborent avec la préfecture, avec l’aide des avocats commis d’office qui, comme d’habitude, n’ont “rien à dire” pour la défense des retenus.

« Y’a des gens qu’ont des maladies graves comme l’hépatite C, y’a trop de maladies. Là le médecin, j’ai parlé avec lui. Pour les gens qui sont malades vraiment, il a parlé avec la préfecture, il a dit « ce monsieur il est malade, vous n’avez pas le droit de le garder, de renvoyer une personne comme ça avec une hépatite C ». Le médecin il envoie trois certificats médicaux pour la préfecture, la préfecture n’est pas d’accord, ils ont renvoyé cette personne. On dit il y a la loi de l’homme, mais moi j’ai pas trouvé la loi de l’homme, la préfecture elle fait ce qu’elle veut. Les gens ils sont malades, ils les envoient pas à l’hôpital. Ils font là le traitement, toute la journée on est défoncé, on n’arrive pas à parler, on arrive à faire rien du tout. Vraiment y’en a marre. On est tout fatigués, on est tout faibles. On n’a pas le droit au médecin pour examen, mais pour le valium, le seresta, les médicaments qui sont trop forts tu vois, pour les gens qui consommaient de la drogue… Ils nous ont envoyé au juge, il nous laisse même pas la chance de parler, même pas un mot. Le juge il parle il dit : « tu veux être libérer, ramène ton passeport, je te libère ». On a donné le passeport pour le juge, il donne le passeport à la préfecture, ils renvoient ce monsieur direct. Ca c’est pas correct qu’un juge il dit « bon, ramenez pour moi votre passeport, je vous promets je vais vous libérer ». Tu donnes le passeport, il le donne direct à la préfecture, demain il a l’avion. Ils ont renvoyé deux mecs marocains, un du cra 1 et un avec nous du cra 2, ils les ont renvoyés en Algérie, sans passeport, sans laisser-passer, sans rien du tout. Ils ont pris trois mois de prison en Algérie. Y’a personne qu’a un passeport, y’a personne qu’a une pièce d’identité, y’a rien du tout. Moi j’ai pas parlé un mot avec le consul, ni en Français, ni en Arabe, comment il retrouve quelqu’un qui n’a même pas parlé avec lui ?! »

Liberté pour tous et toutes !

Reçu par mail

Paroles de retenus du 22-11-12 et 27-11-12 depuis le cra de Vincennes

Paroles de retenus du 22-11-12 et 27-11-12 depuis le cra de Vincennes

22/11/12 Vincennes 1

1e personne « Dans le centre de Vincennes y’a eu des évasions, mais dans un autre bloc, dans le CRA 3. C’est tendu parce que y’a des gens qui se découpent le corps et tout, y’a une personne qui s’est découpé tout le corps au CRA 3, même au CRA 1, et un autre au CRA 2 hier, il est actuellement hospitalisé. Il s’est découpé aussi parce qu’il voulait pas de son vol hier, donc tous les jours ça ne va pas. La police ils sont chauds, quand y’a le moindre mouvement ils viennent, ils sont chauds, ils grondent, ça crie, franchement c’est la galère. Chaque jour il y a des gens qui entrent, chaque jour.

Y’a eu des tentatives d’évasion, ils ont tapé et cassé tout ici, les portes et tout, bloqué et masqué toutes les caméras, donc les CRS sont venus en force pour bousculer les gens qui sont sur le toit, donc c’est la misère là. La police ils sont plus discrets, mais ils sont…Franchement, j’sais pas… Depuis l’évasion d’avant-hier là, les 7 personnes, y’a maintenant des policiers qui dorment dans les cages, alors qu’avant ils ne dormaient pas dans les cages [guérites dans la cour qui leur permettent de surveiller les mouvements]. Ils patrouillent et tout, ils sont là pour contrôler, tout ça… »

2e personne « Ça se passe vite fait, y’a des bagarres…Avant-hier y’a des Algériens qui se sont fait arrêter jusqu’à 7h du matin. Dans le bloc 3 y’en a sept qui ont pris la fuite. Ils sont recherchés non ? Ça veut dire que ça sert à rien de s’échapper d’ici ? Tu seras recherché partout et quand on te trouvera tu seras encore au centre non ? [on lui explique que s’échapper du centre n’est pas un délit, c’est considéré comme une « fugue »]

Depuis qu’il y a eu les évasions les flics ils sont plus sévères quoi. Hier y’avait des bagarres, ah les oufs, ils sont même pas intervenus : Ils ont laissé les gens se battre, après zarma ils ont pris les plaintes. « Allez battez vous et après celui qui a le plus mal il va porter plainte ». Ici ils patrouillent tout le temps depuis les évasions, ils montent la garde. D’habitude je sors le soir pour marcher un peu, y’avait pas de policiers qui restaient, maintenant y’en a trois ou quatre même, ça change tout le temps, c’est bien surveillé. Ils ont des problèmes dès que quelqu’un s’évade. On a entendu qu’il y a une enquête de la police des polices. Comment on fait pour porter plainte contre les flics ? Parce que comment ils se débrouillent avec nous, comment ils nous parlent, j’sais pas on dirait des animaux ici. »

3e personne « Vous avez su pour l’évasion y’a quelques jours ? Y’en a sept qui se sont barrés, ils ont ouvert la porte, ils ont couru et en même pas deux minutes ils étaient dehors. Ils ont rattrapé personne, parce que les sept ils nous ont appelés de l’extérieur, et les sept ils sont dehors, ils ont pas d’adresse de toutes façons !

Moi je pète un câble parce que c’est un peu compliqué. J’ai grandis en France tout ça, j’ai mes certificats de scolarité, j’ai mes parents ils sont français, tout le monde est français chez moi, Y’a que moi j’ai pas demandé la nationalité, alors que normalement je dois l’avoir. Mon père il est français depuis 1992, et la loi dit que normalement je suis français parce que j’étais mineur. J’avais mon titre de séjour mais en fait il s’est périmé parce que voilà j’ai fais des conneries, j’étais en prison. Il s’est périmé pendant que j’étais en prison, et pourtant j’suis sorti en semi-liberté sans papiers sans rien, j’étais en conditionnelle aussi, et là j’sais pas j’ai été demander le renouvellement de mon titre de séjour, et le préfet il a commencé à me compliquer la situation, tout ça… En fait il a fait la demande d’arrêté d’expulsion, et voilà j’suis là, et là on essaye de voir mais ils veulent pas en fait.

Normalement je passe dans deux jours devant le JLD et je vais voir ce qu’il va me dire. En fait j’ai une double peine, c’est ce que je leur ai dis, j’ai fais des conneries, voilà j’ai payé, j’ai assumé, j’ai payé ce que je devais, j’sais pas pourquoi je suis là. Et même la loi dit que je suis inexpulsable, mais pourtant j’suis dans un centre de rétention et j’sais pas, en fait je pète un câble, parce que quand il a fait la demande d’arrêté d’expulsion, ils donnent toujours une date de vol avec et moi c’est le 24 et là je sais pas, je panique, j’attends demain voir si ils mettent un vol ou pas… Voilà ça dépend les cas, moi je sais qu’ils ont toute ma vie, ils peuvent m’expulser à tout moment mais je sais pas, voilà…

Depuis l’évasion, ils nous cassent les couilles un peu, ils éteignent la play très tôt, et la télé très tôt aussi, et maintenant ils nous font passer obligatoirement sous les portiques là, même quand on revient pas de visite en fait. Tout à l’heure moi j’ai été pour signer le rejeté de requête, et ils m’ont fait passer sous les portiques, j’ai dis « Pourquoi ? Je reviens pas de visite là, j’étais avec vous tout à l’heure, c’est vous qui êtes venus me chercher et c’est vous qui me ramenez pourquoi je passe ? » Et après il commence à me raconter sa vie tout ça…

Maintenant krarie ils appliquent le règlement à la lettre. La police des polices ils sont arrivés, en fait, quand y’a eu l’évasion, y’a le mec qui bosse ici qui répare les trucs tout ça, il est tout le temps accompagné de trois flics, il vient avec sa trousse là avec des tournevis, tout ça, il est venu, il a installé un truc, en fait il a fermé toute la serrure. Il a bien caché en fait, il a soudé, tout ça nananah et c’est tout à l’heure qu’ils sont passés les enquêteurs, donc ils vont voir que eux ils ont fait leur boulot, en fait ils ont fait ça à l’avance. C’est hier soir qu’ils ont réparé ça ils est venu le soir tac tac tac il a réparé ça, toutes les erreurs nananah, et ce matin ils sont venus, je les ai vus la police des police ils étaient tous en civils, ils ont pris des notes, ils ont pris des photos, mais je pense que c’est trop tard hein !

C’était trop facile de s’évader ! Ils ont ouvert une porte, ils ont couru, moi j’ai vu la porte ouverte mais j’ai pas voulu courir parce que moi ils connaissent toute ma vie… J’ai pas envie qu’ils viennent me chercher, et de toutes façon je vais sortir demain, j’vais demander mes papiers hein ! J’vais aller demander mes papiers et ils vont me ramener en prison ! C’est pour ça que je voulais pas m’évader…

En fait l’alarme elle fait semblant, ici ils sont en mort d’effectifs en fait, le soir ils sont même pas dix, ils sont même pas dix dans tout le centre ! Ca veut dire là quand y’a eu l’alarme, les mecs ils mettent au moins 3-4 minutes pour réagir, même plus ! Ca veut dire 3-4 minutes t’es déjà dans le RER, tu cours vite là et t’es dans le RER. Y’a un mec là ils nous a appelé 5 minutes après, il a dit « j’ai pris le rer et là j’suis dans le métro ! » Non mais c’est vrai ils sont lents ici ! T’façon avec les caméras ils peuvent savoir la police des polices, hein, s’ils veulent vraiment…

Y’a pas trop de tensions parce que ça va on s’entend bien ici franchement, ça va on s’entend bien ici, on traîne tous ensemble, les arabes, les noirs, on est tous ensemble en fait. Ca va, personne s’embrouille, si y’a une embrouille on sépare tout de suite, y’a rien franchement, entre nous y’a rien. On est déjà dans la merde on va pas s’embrouiller entre nous encore !

Y’a Manuel Valls qui est passé y’a pas longtemps, y’a même pas deux semaines de ça. Il est passé là y’a pas longtemps, avec des journalistes tout ça nananah, et nous on a crié de loin pour l’interpeller, on voulait lui parler mais il a pas voulu en fait, ils nous a même pas calculé, il est parti de l’autre côté…

Moi ça fait 22 jours que j’suis là, normalement j’passe le 25 pour le deuxième jugement, mais en fait chaque fois qu’il y a un arrêté d’expulsion, y’a automatiquement une date de vol avec, et la date de vol en fait c’est la veille avant que tu passes devant le juge pour les 20 jours là, la deuxième fois, deuxième jugement en fait devant le JLD. C’est toujours la veille en fait.

Moi normalement je passe devant le juge le 25, parce que j’ai fait 20 jours ici, mais en fait comme ils m’ont mis un vol le 24, automatiquement ils attendent si y’a le consul algérien, l’ambassade algérienne, donne un laisser passer, parce qu’ils ont pas mon passeport. Mais si l’ambassade ne donne pas de laisser passer, bah le lendemain j’passe devant le juge en fait, mais je prends pas l’avion, j’attends juste le laisser passer.

Pour l’instant je sais pas parce que je sais pas ce qui est mentionné sur le dossier du consul, le consul j’ai parlé avec lui, tout ça, j’ai expliqué ma situation, il a noté ce qu’il avait à noter mais je sais pas ce qu’il a noté en fait, personne peut savoir. Et c’est la merde ça veut dire, moi là je panique, c’est vrai que c’est le 24 normalement. Là ça veut dire là c’est demain qu’ils affichent la liste des vols, et franchement là c’est la merde. Je vais refuser mais c’est juste le fait qu’ils m’accrochent un vol, c’est… Voilà, c’est un truc de ouf. Toute ma vie je l’ai passée…En plus j’ai même pas de famille en Algérie, rien, j’ai grandis en france, ma grand mère elle était en algérie, elle est décédé, j’ai le certificat de décès, tout, mais ils veulent rien savoir… »

27-11-12 Vincennes 1 « Aujourd’hui j’ai reçu un coup de fil d’un vieux pote qui vient d’arriver en Europe, il va me visiter là, ça va me changer…Sinon y’a rien de nouveau, comme d’hab : y’a trop d’arrivants et les anciens ils en peuvent plus là tu vois. Y’a eu vite fait des expulsions là depuis vingt jours, un direction la Tunisie et un direction Égypte. Les gens juste ils attendent tout le temps, mais c’est long 45 jours ! Pas longtemps après que je sois arrivé, y’a le ministre de l’intérieur qui est venu visiter le centre, mais y’avait personne qui était au courant tu vois. Y’avait des gens ils voulaient lui parler directement de comment ça se passait ici, mais personne était au courant. Zarma tout était calme, tout le monde était dans sa chambre tu vois. Il a pris des photos, il a parlé vite fait avec des officiers qui travaillent ici, mais pas avec les détenus quoi. Quand je serai libre, on se voit tous dehors hein ?! »

Trouvé ici

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :