Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Paris] Face à la pression policière : Solidarité !

Depuis quelques jours, les contrôles de police se multiplient à proximité du collège occupé par les migrant-es, situé rue Jean Quarré dans le 19e. Vendredi dernier (31 juillet 2015), une centaine d’exilés ont investi cet ancien collège désaffecté après avoir été évacué une énième fois de leur campement. Si la Mairie de Paris semble tolérer pour l’instant cette occupation d’un bâtiment lui appartenant, la préfecture elle ne relâche pas la pression. Partout où les migrants se regroupent et s’organisent, elle s’acharne à reconstituer des frontières par le biais de la pression policière. Jeudi 06 août dernier, deux opérations de contrôle ont lieu au métro.

Le lendemain, deux policiers sont venus parader devant le collège. Exhibant pour l’un son flash-ball, dans le rôle classique du flic méchant, pendant que l’autre, dans la figure du flic gentil, tentait d’expliquer aux habitants qui étaient accourus en nombre, qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, qu’ils n’étaient là que pour « faire une physionomie du lieu  » et qu’ils étaient totalement pacifiques. D’ailleurs, ne sont-ils pas des « gardiens de la paix  » ? Les mutilés du flash-ball apprécieront.
Au même instant, on apprenait qu’un nouveau contrôle de police avait lieu place des fêtes. Aussitôt, plusieurs camarades se rendent sur place et constatent qu’une équipe de flics pourchassent des gamins du quartier dans toute la station, l’un d’eux est à terre, les autres fuient à toutes jambes dans les escalators. L’une des camarades fait part de son étonnement aux flics et demande le motif du contrôle. « Réquisition du procureur !  » lui répond-on. Elle souhaite voir le document. Les policiers n’apprécient pas du tout une telle outrecuidance et elle n’obtient pour toute réponse qu’une « invitation » à monter dans la voiture de police, direction le commissariat Erik Satie.
Pendant près de trois heures, la camarade aura pu apprécier tout le charme et la finesse de la gente policière. Chacun de ses énergumènes lui faisant part de ses réflexions philosophiques profondes : « je ne peux pas faire de contrôles au faciès parce que je suis Noir ! » ; « c’est tout bonnement impossible parce que ma femme est béninoise et que d’ailleurs ce soir je mange un couscous  ».
Devant la pertinence de tels arguments, la camarade n’a pu que rester coite. Elle ressortira finalement avec une convocation pour une date ultérieure. Plusieurs camarades très rapidement informés de son interpellation, étaient venu-es l’attendre à la sortie du comico.

On aura au moins appris à cette occasion qu’en cette période estivale, deux réquisitions du procureur courent quotidiennement sur un périmètre énorme (18e, 19e, 10e) : de 14h à 18h et une autre en soirée. Réquisitions qui permettent aux flics de contrôler sans motif toute personne de leur choix !
Il y a quelques jours, le 4 août, une opération de police contre des vendeurs à la sauvette dans le quartier de Ménilmontant a conduit à la mort d’un gamin de 5 ans, qui s’est enfui en voyant la police arriver et a été percuté par un camion.

Face à la pression policière, aux rafles, aux frontières, solidarité !
Nous ne lâcherons rien !

(Guide Sans papiers s’organiser contre l’expulsion – Que faire en cas d’arrestation ?)

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

Category: Tracts, Textes & Affiches

Tagged: , , , , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :