Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Grèce] Solidarité avec les inculpés de la révolte d’Amygdaleza

amygdaleza aout2013

Solidarité avec les immigrés accusés pour la révolte d’Amygdaleza

| Rassemblement Lundi 3 Novembre tribunal Degleri (blv.Alexandras)

Le lundi 3 Novembre commence le procès des immigrés qui sont accusés pour la révolte dans le camp de détention d’Amygdaleza qui a eu lieu en août 2013. Les insurgés se soulevèrent contre la prolongation de la période de détention amenée à une durée indéfinie. Pendant les événements et aussi peu après, 65 immigrés sont d’abord arrêtés et puis chargés avec des accusations très lourdes. Un an après, certains des arrêtés sont incarcérés dans des prisons diverses, d’autres dans des camps de détention, quelques-uns sont libres ou expulsés et 5 se sont évadés et jamais arrêtés par les flics…

Plus précisément, la situation dans les camps par un immigré qui l’a vécue :

« Les centres consistent en la manière dont l’état grec et la police se servent pour torturer les immigrés. Il y en a plusieurs immigrés dedans qui, n’ayant la moindre idée sur la date de leur libération, arrivent à la déraison. Là-bas ils ne nous offrent rien du tout. Seul chose qu’on peut faire dedans c’est dormir tout le temps. L’été, la chaleur est insupportable. La nourriture est de mauvaise qualité et en même temps insuffisante. Pas de vêtements, de médica

ments non plus et si quelqu’un de nous tombe malade, les flics eux-mêmes sont les seuls responsables pour appeler le médecin et qu’est-ce qu’ils font? Le plus souvent, soit les flics appellent le médecin avec un retard considérable soit ils restent complètement indifférents. Nous ne pouvons pas contacter nos familles car l’usage de téléphones est interdit, les heures de visite sont très courtes et leur durée limitée change à la guise de flics. Les transferts des détenus dans d’autres camps sont une forme de punition habituelle faisant la communication avec nos aimés plus difficile encore. Les flics, eux, ils entrent dans les cellules quand ils le veulent et frappent les gens. Ils nous traitent comme des objets et pas en tant qu’êtres humains. Nous demandons le changement immédiat de cette situation. »

Et en dehors, la situation à laquelle doit faire face un immigré ne diffère guère et a la forme d’une prison infinie :

« Laissant nos pays derrière nous, on pensait qu’on allait continuer à vivre au moins libre. Cette liberté nous a été confisquée dès le moment où on est entré en Grèce, même si entrer en Grèce veut dire risquer de mourir dans la mer comme dans le cas des noyés de Farmakonisi et de Mytilini. Une fois en Grèce, on se retrouve dans une prison à ciel ouvert. On nous empêche de travailler par le biais de lois aussi racistes qu’obsolètes. Les flics, les fascistes, les racistes nous persécutent dans les rues.  C’est pas seulement Asoee, c’est aussi Monastiraki, Thissio, Omonoia, ça se passe dans tous nos quartiers. Chaque jour nous vivons sous la menace d’être emprisonner dans un commissariat ou dans les camps de détention. On nous stigmatise par le biais de campagnes racistes de désinformation. Selon les medias, nous sommes des voleurs, des tueurs, des porteurs des maladies. »

La révolte d’Amygdaleza est un acte de résistance exceptionnel contre la guerre menée par l’état grec et la partie raciste de la société grecque contre les immigré-e-s. Une guerre avec des assassinats aux frontières, des déportations, des emprisonnement dans les camps de détention ou les commissariats, avec des refus de demandes d’asile, avec une exploitation au travail, des lois racistes, des contrôles de papiers incessants, un voyage aux limites de la détresse et du désespoir.

Pour nous, la seule solution est de trouver des manières de coexister et d’agir collectivement. Locaux et immigrés, sans hiérarchies, sans discriminations de race, sexe ou couleur de peau, unis contre toute forme de barbarie fasciste et policière nous luttons pour créer le monde que nous souhaitons. Nos armes dans cette lutte seront l’égalité et la solidarité.

Solidarité avec tous les immigrés incarcérés

Des centres de détention ? Jamais & nulle part !

Rassemblement Lundi 3 Novembre tribunal Degleri (blv.Alexandras)

poliglwssiafisa

Assemblée d’immigrés et solidaires d’ASOEE – Athènes

Frontex, triton et la coopération, les nouvelles idées de l’union européenne pour renforcer la guerre aux migrant.e.s en Méditérranée -et pas que

15 octobre 2014. Dans les mois qui viennent, l’Union européenne (UE) a prévu la mise en place de plusieurs nouvelles mesures visant à renforcer la guerre contre les migrant.e.s qu’elle mène depuis des années. Ces mesures sont -entre autres- le résultat de plusieurs mois de travail de la « task force pour la Méditerranée » mise en place après les naufrages d’octobre 2013. L’UE veut faire face aux nouvelles routes empruntées par les migrant.e.s pour se rendre en Europe et renforcer le contrôle à des « points stratégiques » : les frontières grecque et bulgare avec la Turquie, la frontière ukrainienne, ce qu’ils appellent « la route de la soie » (Chine, Inde, Pakistan, Afghanistan) et enfin la Méditerranée.

L’opération de contrôle Mos Maiorum qui se déroule actuellement dans toute l’Europe va leur permettre de récolter des données sur les routes migratoires, les pays de départ et d’origine des migrant.e.s, les points de passage et d’arrivée en Europe, sur les moyens empruntés, etc. Le renouvellement annoncé de cette opération tous les six mois a pour objectif d’en suivre les évolutions et d’adapter en fonction une politique de contrôle et de répression. Les États européens cherchent à tout prix à fermer l’accès de la forteresse pour celles et ceux qui n’ont pas accès au système de visa.

La stratégie à venir de l’UE repose sur trois axes, mais ne fait que consolider ou étendre des dispositifs déjà existants :

Renforcer l’externalisation de la politique migratoire européenne : la coopération avec un certain nombre de pays, principalement en Afrique, va être soit consolidée (s’il existe déjà des accords de coopération avec des pays de l’UE ou directement avec l’UE) soit mise en place. En tout 21 pays vont potentiellement devenir les « gendarmes de l’Europe » et les objectifs sont divers : empêcher les bateaux de partir d’Égypte, de Tunisie et de Libye, empêcher les migrant.e.s d’atteindre ces pays ainsi que l’Éthiopie et le Niger, obtenir un accord de réadmission avec la Turquie pour y expulser celles et ceux qui y auraient laissé leurs empreintes, ouvrir des camps de réfugiés gérés par le HCR au Soudan, en Éthiopie, en Érythrée, en Somalie, etc. visant à contraindre de gré ou de faim les réfugié.e.s à rester sur place, entamer un dialogue avec le Liban, la Jordanie et l’Irak. Il est aussi question de multiplier les expulsions communes par charter européen sous la coordination de Frontex, les programmes d’assistance au « retour volontaire ». Enfin l’UE veut persuader les pays du Maghreb de participer au programme de surveillance maritime Seahorse Mediterraneo dont le but est d’intercepter, en amont, les personnes qui tentent de franchir les frontières européennes en intensifiant le contrôle des côtes et des territoires du nord de l’Afrique au moyen d’outils de haute technologie. Un programme similaire existe depuis 2006 en Atlantique (Seahorse Atlantico) auquel participe le Maroc, le Sénégal, la Mauritanie, la Gambie, le Cap Vert, la Guinée Bissau, l’Espagne et le Portugal.

Tous ces objectifs œuvrent dans le même sens : que les migrant.e.s soient stoppé.e.s avant d’atteindre les rives sud de la Méditerranée et reléguer le contrôle et la gestion des migrations à certains pays d’Afrique en échange de moyens financiers, matériels et d’accords de coopération économique. Les frontières de l’Europe sont repoussées toujours plus loin.

– Renforcer l’agence européenne Frontex et le contrôle en Méditerranée, notamment avec l’opération Triton (Frontex Plus). Le second grand axe concerne l’agence européenne de surveillance des frontières extérieures, Frontex.

Depuis sa création en 2004 elle multiplie les opérations maritimes, terrestres et aériennes à l’aide de moyens de haute technologie (radars mobiles, caméras thermiques, détecteurs de battements de cœur, drones), d’équipements militaires et de moyens humains toujours plus importants. Le matériel et les militaires sont mis à disposition de Frontex par les États membres. Frontex dispose également d’un budget annuel de plusieurs dizaines de millions d’euros (19 millions en 2006, 89 millions en 201, 93 millions en 2013, 89 millions en 2014) dont une grande partie est consacrée exclusivement à la surveillance des frontières. Une augmentation du budget est prévue pour 2015.

Depuis 2011, Frontex a la possibilité d’acquérir ou de louer par crédit-bail ses propres équipements (navires, hélicoptères, etc.) ou de les acheter en copropriété avec un État-membre. Dans cet objectif, Frontex participe à de nombreuses rencontres avec des professionnels de l’armement, de l’aéronautique et des technologies avancées, des centres de recherche et des agences policières et judiciaires internationales. Ainsi c’est un tremplin pour les vendeurs d’armes et les développeurs de technologie (Aerovision, Thalès, Israel Aerospace Industry, etc.). Frontex gagne en autonomie et tisse un large réseau de marchands de mort.

En décembre 2013 l’UE lance le « système européen de surveillance des frontières » EUROSUR. C’est Frontex qui en assure le fonctionnement et il permet à tous les États participants d’échanger en temps réel des images et des données recueillies via plusieurs outils de surveillance (satellites, hélicoptères, drones, systèmes de comptes rendus des navires…) sur les frontières maritimes, terrestres et aériennes de l’Europe, avec une priorité mise sur la frontière méditerranéenne. EUROSUR bénéficie d’un budget de 224 millions d’euros pour la période 2014-2020.

Frontex a également mise sur pied une équipe de gardes frontières européens, « European Border Guard Teams » (fusion entre les RABIT Rapid Borders Intervention Teams et les FJST Frontex Joint Support Teams) et un centre de formation (European Training Scheme) au sein du Collège européen de police (CEPOL).

Au 1er novembre, Frontex lance l’opération Triton (Frontex Plus). Sa zone d’intervention s’étend de la Sicile aux côtes sud de l’Italie en passant par Lampedusa et elle dispose d’un budget de 2,9 million d’euros par mois.

Cette opération s’inscrit dans la liste des nombreuses autres : Hera entre les côtes ouest de l’Afrique et les îles Canaries, Indalo et Minerve entre le Maroc et l’Espagne (Détroit de Gibraltar), Hermès entre la Tunisie, la Libye et Malte, Poséidon au large de la Grèce et de la Turquie, Neptune à la frontière terrestre serbo-croate et serbo-hongroise, Jupiter à la frontière est de l’Europe. Pour l’année 2014 (qui n’est pas finie), Frontex a également organisé 21 vols charters d’expulsion groupée entre plusieurs pays européens.

L’opération Triton a été pensée, dans la suite de l’opération Mare Nostrum vendue comme une opération de sauvetage, pour contrer les futures arrivées sur les côtes européennes des bateaux partant de Tunisie, de Libye et d’Égypte. Les récents naufrages montrent bien que ces opérations n’ont rien de sauvetages, mais servent à cloisonner l’Europe et à intercepter tou.te.s les migrant.e.s en passe de réussir à y poser pied. La guerre technologique et militaire menée par l’Europe, dont Frontex est un parfait chien de garde à la laisse de plus en plus longue, a causé la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes ces 20 dernières années. Mort de faim et de soif, mort de noyade, tué par les garde côtes ou la police, etc.

Mais le renforcement du contrôle ne viendra jamais à bout de la détermination de celles et ceux qui veulent migrer. L’Europe crée les conditions de futurs naufrages, rendant les routes de plus en plus longues et dangereuses. Les frontières de l’Europe sont toujours plus contrôlées et meurtrières.

– L’identification et l’enregistrement systématique des migrant.e.s arrivant en Europe. Ce dernier axe vise à empêcher les personnes arrivées dans un premier pays européen de se rendre ensuite dans un autre pays européen pour s’y installer. Pour cela il est demandé aux flics et gardes-frontières de recourir systématiquement à l’identification des personnes et à la prise d’empreinte dès qu’elles ont franchi une frontière extérieure de l’UE de manière « illégale ». La commission européenne appelle les États à prendre des mesures répressive contre celles et ceux qui refuseraient de s’y soumettre.

L’application de cette mesure va permettre aux États de mieux gérer les déplacements au sein de l’Europe et de les limiter. En effet, la convention de Dublin (III) dit que les personnes dont les empreintes ont été prises dans un pays (par exemple lors de leur arrestation en arrivant en Europe) ne peuvent faire de demande d’asile dans un autre pays. De même qu’une demande d’asile ne peut être faite dans plusieurs pays et ne peut être transférée : le pays où elle a été déposée est « responsable » de cette demande. Cela implique par exemple qu’une personne arrêtée en France peut être expulsée en Italie si sa demande d’asile a été faite là-bas. L’extension de cette règle à des pays hors UE permet à l’Europe de se débarrasser des demandeurs d’asile.

Toutes les personnes dont les empreintes et l’identité sont prises sont ensuite fichées dans la base de données EURODAC qui permet l’application de cette règle sur l’asile. Y sont enregistrées toutes les informations sur l’identité et les empreintes des personnes ayant demandé l’asile et des personnes ayant été arrêtées lors du franchissement d’une frontière européenne extérieure. Les empreintes des personnes sans papiers arrêtées sur le territoire européen peuvent être comparées à celles enregistrées.

Les frontières en Europe sont toujours plus présentes. Dans la rue, dans les transports, chaque contrôle d’identité peut aboutir à l’enfermement en centre de rétention et à l’expulsion si l’on n’a pas le bon papier. Chaque point de contrôle matérialise un bout de frontière disséminé dans toute l’Europe.

Le discours dominant vise à renforcer chaque jour un peu plus la haine de l’autre et construit la figure d’un sans papiers ennemi que tout le monde veut voir partir : profiteur, clandestin, terroriste, voleur, etc. Les indésirables qu’il faut éloigner, enfermer, expulser. Cette construction médiatique et politique vise à légitimer la répression de l’État et renforce la séparation et la logique du chacun pour soi. Les patrons savent tirer profit de cette situation et exploitent sans vergogne. La menace du contrôle et de l’expulsion est une politique de terreur qui, mêlée au racisme ambiant, laisse peu de place à la solidarité, à l’entraide et à la lutte.

Pourtant les raisons de se révolter ne manquent pas. S’attaquer aux frontières et aux politiques européennes migratoires peut paraître un combat de titan. Mais lutter contre la machine à expulser, contre les rafles, contre les centres de rétention, construire des initiatives de solidarité avec les migrant.e.s, c’est mettre un pavé dans l’engrenage de la guerre aux migrant.e.s.

À lire un article sur Paris Luttes Infos : Frontex, Europol ou une police européenne en devenir

Des cartes sur les opérations Frontex

Opération Mos Maiorum, bilan

26 octobre 2014

L’opération Mos Maiorum se termine. D’après les informations qu’on a réussi à recueillir, en France la chasse aux migrant-e-s a pris deux formes pendant ces deux dernières semaines :
– Des opérations de contrôle spécifiques à Mos Maiorum, menées par des petites patrouilles de flics, pacifiées, dont le but était uniquement la prise d’informations.
– Des rafles massives comme nous en pond régulièrement le pouvoir, Mos Maiorum ou non, afin d’arrêter et enfermer les gens. Peut-être qu’elles ont été plus fréquentes que d’habitude durant les deux semaines de l’opération, on peut imaginer que la France a raflé gratos grâce aux subventions européennes débloquées pour Mos Maiorum.

Face à ça on a assisté à une mobilisation un peu partout en Europe, au travers de manifs, diffusion de tracts, collages d’affiches, mise en place d’outils communs, échanges de contre-infos. Il est certains que les rafles ne s’arrêteront pas avec Mos Maiorum, mais espérons que les solidarités continueront de se tisser et que nous serons capables d’entraver concrètement la machine à expulser.

Feu aux frontières !

22 octobre 2014

– Une manif contre Mos Maiorum était appelée aujourd’hui à 16h à la Gare centrale de Bruxelles.

Des affiches et des tracts contre les rafles sont sortis à Marseille dans différentes langues

21 octobre 2014

– Une opération  de contrôle massive a été déployée à l’extérieur et à l’intérieur de Gare du Nord : 5 fourgons de CRS dont un dans lequel ils faisaient monter les gens pour les contrôler et les fouiller, une patrouille flashball à la main devant la gare, des flics en civil et des petits groupes à l’intérieur.

20 octobre 2014

– 8ème jour de l’opération, des contrôles ont eu lieu autour de la gare de l’Est et ce matin à Porte de Bagnolet autour des chantiers.

En Europe : Italie, Belgique, et mise à jour, la carte des contrôles en Europe.


19 octobre 2014

– En début d’après-midi des flics de la PAF (Police aux Frontières) étaient présents en nombre à Gare du Nord sur trois quais et dans le hall.

– En fin d’après-midi des gendarmes et CRS ont effectué de nombreux contrôles à Barbès.

– A Marseille, un certain nombre de personnes arrêtées durant les trois jours précédents auraient été expulsées vers la Tunisie par bateau hier matin.

                                                                                                                                                             

17 octobre 2014.

– De nouveaux des contrôle à Barbès, Château rouge et aussi vers Stalingrad. De nombreuses personnes sont arrivées au centre de rétention de Vincennes ces derniers jours.

– Jeudi à Hendaye plusieurs contrôles ont eu lieu à la frontière avec l’Espagne, au niveau de la gare et du pont Saint-Jaques, qui relie la France et l’Espagne.

– Mardi, à Bordeaux, des contrôles ont eu lieu place de la victoire, cours de l’Argonne et rive droite


 

16 octobre 2014.

– Important contrôle de papiers dans les rues du quartier Anvers/Montmartre.

– Une nouvelle rafle a eu lieu à Barbès, plusieurs dizaines de personnes embarquées.

Hier en gare du Mans, grosse opération de contrôle au faciès, entrées de la gare et quais.

– Des contrôles ont également été signalés en gare de Portbou et Toulouse.

– Nouvelles traductions en amharique et en kurde


 

15 octobre 2014.

– Cet après midi, les contrôles ont continué à Gare de l’Est entre les couloirs du métro et le hall de la gare. Les flics posaient des questions sur le parcours des gens, notaient puis les laissait repartir, comme à Gare du Nord hier et avant hier.

D’autres contrôles de papiers ont eu lieu, aux stations RER Saint Maur (+ police municipale) et Boissy-Saint-Léger, et dans le 19ème arrondissement, entre Corentin Carriou et 4 Chemins.

!! Tous ces contrôles ne sont pas forcément en lien avec l’opération Mos Maiorum, quand nous en sommes sûr nous le précisons

– Ce matin, contrôle en Gare de l’Est, métro Châtelet et peut être à la gare Montparnasse. (On n’a pas plus de précision s’il s’agit d’opération Mos Maiorum).

– Hier, une grosse opération de police à Barbès : 53 arrestations d’après la rumeur.

– Hier encore, en Gare de Nantes, des contrôles ont eu lieu. Les personnes contrôlées, toutes au faciès, ont été interrogées (Mos Maiorum) sur place puis relâchées.

– À Marseille, plusieurs contrôles dans le quartier de Noailles et enfermements au CRA du Canet.

– Des contrôles ont également eu lieu à Calais.

– Plusieurs outils ont été mis en place au niveau européen :

Une carte interactive des contrôles en cours en Europe où chacun-e peut signaler la présence de flics.

application pour Android : http://download.ushahidi.com/track_download.php?download=android ou iOS : http://download.ushahidi.com/track_download.php?download=ios

Et pour les utilisateurs/trices de twitter, le hashtag #ReportMosMaiorum https://twitter.com/MapMosMaiorum

(les infos sont reportées sur la carte après)

Deux nouvelles traductions de l’affiche sont disponibles en Turc et en Roumain

 


14 octobre 2014. 

Les contrôles ont continué aujourd’hui à Gare du Nord. Dès ce matin des groupes de CRS et de la ferroviaire patrouillaient dans le hall. Un cordon de policiers ferroviaires et de contrôleurs bloquait à nouveau l’accès au train pour Calais, tandis que des CRS étaient positionnés en bout de quai.

En fin d’après midi au métro Porte de Bagnolet des CRS et des contrôleurs étaient présents. Nous n’avons pas plus d’informations mais ils intervenaient apparemment dans le cadre de Mos Maiorum.

Les personnes arrêtées hier à Grenoble n’ont à priori pas été placées en rétention, nous n’avons pas plus de nouvelles.

 


13 octobre 2014. Les contrôles dans le cadre de l’opération Mos Maiorum ont commencé.

Aujourd’hui en fin de journée un contrôle a eu lieu à Gare du Nord : des groupe de flics (PAF, CRS, SNCF) ont patrouillé et contrôlé plusieurs personnes dans le hall de la gare. Ils leur ont posé des questions sur d’où ils venaient, où ils allaient, depuis quand ils étaient en france, etc., et notaient les réponses dans un calepin (pas de formulaire). Les personnes n’ont a priori pas été embarquées (du moins pas celles que les personnes présentes sur place ont vu se faire contrôler). Plusieurs flics étaient aussi postés sur la voie des trains en partance pour Calais avec barrage de contrôleurs à l’accès au train. Ils avaient une réquisition du procureur qui leur permettaient de contrôler dans la gare et aux abords jusqu’à 21h.

Ce matin plusieurs flics étaient présents à la station de RER Saint Michel mais rien ne permet de dire s’il s’agissait de Mos Maiorum, d’une rafle comme il y en a tous les jours dans les transports et les rues ou de l’occupation policière permanente de la ville.

À Grenoble ce midi une vingtaine de personnes ont été arrêtées dans le quartier de la Gare, menottées puis à priori emmenées au commissariat de Grenoble. Il y a eu nombre de contrôle d’identité au faciès toujours dans la même zone, effectuées par une vingtaine de policiers avec des chiens.

OPPOSONS NOUS AUX CONTRÔLES ET AUX ARRESTATIONS

[Tracts/Affiches] Tract contre Mos Maiorum et affiches anti-rafles

Un tract et des affiches de Marseille :

– le tract en français, anglais, arabe et turc

– l’affiche en francaisanglaisarabe et turc

[Italie] Contre Mos Maiorum nous portons la solidarité dans la rue.

20 octobre 2014. Hurriya reçoit et diffuse :

            
Ce matin à Rome, un petit groupe d’ennemis des frontières s’est baladé durant quelques heures, de la place Vittorio à Torpignattara sillonant les rues, les lieux de passage et les transports publics, laissant des traces sur les murs et discutant avec les gens. Il y a plus de deux semaines que, comme dans d’autres villes, des groupes ou des individus informent sur Moss Maiorum et amènent la solidarité contre les rafles et les expulsions dans la rue avec des diffusions de tracts et des rassemblements.     
            
Demain commencera la deuxième semaine annoncée de la chasse au migrant «Mos Maiorum» mais les rafles et les contrôles représentent déjà le quotidien de la métropole. Se promener dans les quartiers, discuter avec qui l’on rencontre, partager et résoudre les problèmes n’est pas une pratique improvisée, ni la découverte soudaine d’une politique rasciste.
Ces jours-ci ce n’est pas un grand effort que d’imprimer des tracts dans plusieurs langues, d’être présent.e.s dans la rue, de percevoir la militarisation et de montrer de quel côté l’on se situe… Cela permet de visualiser de quelles complicités on dispose dans cette pratique.       
En jettant un oeil aux quelques informations apparues sur les réseaux sociaux ou dans la presse, cette première semaine de l’opération Mos Maiorum nous indique des éléments que l’on peut schématiser comme suit:
– A Trieste et Vintimille le contrôle renforcé des frontières internes à l’Europe est évident. Les bus et les trains sont ratissés. Les déclarations des autorités françaises, suivies par celles de la ligue du nord, sur la nécessité de suspendre le traité de Schengen à cause de « l’incompétence italienne » pour contrôler la frontière sud semblent s’être traduites en un coup de force.             

– De nombreux contrôles dans les zones agricoles où travaillent beaucoup d’exploités ont abouti à des arrestations de travailleurs immigrés. C’est la même chose qui arrive aux travailleurs du sexe, touchés par de véritables raids nocturnes dans leurs quartiers (lieux de travail et de distribution alimentaire).             

– Il y aurait également des contrôles à domicile menés dans plusieurs villes par la police municipale. Dans l’anesthésie ambiante, ce type de contrôles peut sembler moins visible et «moins hostile» qu’un bâtiment investi militairement par les gendarmes/flics/militaires. Dans certains cas, il semblerait que les agents de la municipales demandent des informations sur les habitants de l’immeuble.             

– Dans les principales stations ferroviaires se dressent des checkpoints auxquels on ne prête peut-être même plus attention tant ils font partie de la normalité. Les contrôles sont très fréquents et il se passe la même chose dans les stations de métro.             

– Dans certaines villes les préfectures organisent des contrôles spécifiques de certaines zones à l’aide de checkpoints importants érigés à quelques rues les uns des autres.             

A Rome on signale des rafles à Stazione Ostiense, Stazione Tiburtina, Stazione Termini, zona San Paolo, Porta Maggiore, viale Marconi, Esquilino, via Prenestina et Trastevere.
Certains quartiers où la militarisation totale est favorisée par les comités de citoyens «anti-dégradation» racistes, sont devenus «no-go zones», véritables frontières dans la ville.             
            
Nous relançons l’invitation à signaler la militarisation et les contrôles par SMS à vos ami.e.s ou par #stopraids + #nomdelaville sur les réseaux sociaux.             
            
            
Amenons la solidarité dans la rue.
Empêchons les rafles.             
        

[Calais] Les flics (et leurs amis) manifestent contre l’immigration

13 octobre 2014. Aujourd’hui les flics de Calais sont descendus dans la rue contre les migrant.e.s. Une fois n’est pas coutume, mais cette fois-ci ils manifestaient à l’appel de leur syndicat, Unité SGP Police, affilié à la centrale syndicale Force Ouvrière, pour protester contre « la pression migratoire« . Leur prose est très claire sur leurs intentions : il s’agit d’une manifestation contre les migrant.e.s avec des arguments anti-immigration identique à ceux du groupuscule d’extrême droite « Sauvons Calais », avec une touche de revendication sur les moyens pour sauver les apparences.

Ils dénoncent « la pression migratoire » appellent « tous les citoyens à se rassembler » « pour la survie des emplois et la sécurité des calaisiens » : crise économique (« le flux de migrants entraîne l’économie locale dans une crise sans précédent et les entreprises sont menacées« , « une prévisible délocalisation d’entreprises, une baisse conséquente de l’activité commerçante, une baisse drastique de l’activité portuaire« ), sécurité et délinquance des migrants, problèmes psychiques et sociaux chez les policiers (« Les indicateurs des facteurs psychosociaux, dépressions, divorces, arrêts maladie, attestent du malaise« ), violence des soutiens (« les associations de « No-Borders » qui ont initié la stratégie de l’anonymat pour que les auteurs d’outrages et rebellions ne puissent être identifiés« ), tout y passe.

Ils demandent des « moyens policiers supplémentaires » et « des mesures de la part de la communauté européenne« , dénonçant les « mesurettes » franco-britaniques.

Bien obligés de préciser que « ce rassemblement se veut pacifiste » vu la teneur du propos et les récentes attaques fascistes contre des migrant.e.s (et là), des militant.e.s et des bénévoles, ils appelaient donc à un rassemblement puis à une opération escargot sur la rocade. L’appel était relayé sur des sites d’extrême droite (sauvons calais, jeune nation, etc.).

300 personnes se sont rassemblées ce matin au rond-point du terminal ferry : des flics mais aussi une trentaine de tracteurs agricoles (!!??), des chasseurs (sic) et des « calaisiens ».

Les flics sont là pour défendre les intérêts de ceux qui ont le pouvoir et des riches, et faire filer droit et réprimer tou.te.s celles et ceux qui sortent du rang par nécessité et/ou par choix. Flics et fascistes servent les mêmes intérêts : ceux du capital et de l’État, de la réaction et du chacun pour soi. Cette alliance de fait n’a rien d’étonnant ou de surprenant, c’est le quotidien de toutes celles et ceux qui, à Calais comme ailleurs, subissent leurs attaques. Les migrant.e.s sont de plus en plus confronté.e.s à la violence et les militant.e.s/soutiens sont peu nombreux/ses et ont besoin de bras et de cerveaux supplémentaires.

[Australie] Protestations au centre de rétention de Nauru

octobre 2014

Depuis le 25 août, entre 300 et 500 demandeurs et demandeuses d’asile enfermé-e-s dans le camp des familles du centre de rétention de Nauru se rassemblent chaque soir pour manifester contre leur détention.

La contestation s’est entre temps propagée au camp des hommes. Entre le 4 et le 7 octobre, 90 personnes ont mené une grève de la faim, et une centaine ont tenu un rassemblement aux portes du camp pendant 24 heures.

Le 5 octobre, environ 60 personnes ayant obtenu le statut de réfugié ont manifesté devant les bureaux de l’ONG Save the Children pour protester contre les déclarations de Scott Morrison (ministre de l’immigration) comme quoi l’asso aurait encouragé des demandeurs/euses d’asile à déposer de fausses plaintes et à s’auto-mutiler.

Les retenus montrent qu’illes ne sont pas dupes face aux récentes promesses du gouvernement australien d’améliorer les conditions de détention dans le camp des familles. Pour elles et eux le problème n’est pas les conditions mais bien la détention elle-même, d’une durée illimitée, et ainsi potentiellement à vie. Le 5 octobre illes ont donc refusé et renvoyé la nourriture supplémentaire envoyée à l’occasion de l’Aïd.

Les manifestations ont entraîné la libération des mineur-e-s isolé-e-s enfermé-e-s dans le camp. Le département de l’immigration leur a intimé de ne s’impliquer dans des protestations à l’extérieur.

Solidarité avec celles et ceux qui se révoltent contre leur enfermement !

 

traduit librement de disaccords

 

[Radio] Émission Sans Papiers Ni Frontières du 3 octobre 2014 en ligne

Émission Sans Papiers Ni Frontières du 3 ocotbre 2014

Au sommaire :

Brèves : Sequedin / Belgique / Australie

Rafles dans le 18ème arrondissement, l’État de siège

Calais, entre attaques fascistes et pression policière

Méditerranée, toujours plus de répression toujours plus de morts

Agenda

Téléchargez/écoutez l’émission ici

Émission tous les premiers vendredi du mois de 19h à 20h30 (rediffusion le mardi suivant à 8h)
sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM en région parisienne et sur internet partout ailleurs

Prochaine émission le 7 novembre 2014

[Bâle, Suisse] Action de solidarité avec les réfugiés en lutte à Berlin et partout

7 octobre 2014. Tôt mardi matin, une voiture de la police fédérale allemande a été incendiée à la gare Badoise à Bâle. La voiture a été entièrement endommagée. Action en solidarité avec les réfugiés en lutte à Berlin et partout !

Là-bas comme ici en Suisse, des personnes sont relégués à des problèmes pour lesquels il est de rechercher une solution. Les solutions des flics et des autorités, ainsi que des flics comme de leurs valets, signifie toujours l’enfermement dans des camps, la répression et souvent l’expulsion vers leur pays d’origine ou des pays soi-disant sûrs.

Les luttes des migrants, qui s’opposent de manière auto-organisée contre cette oppression systématique, nous encouragent et nous montrent en même temps la nécessité de saboter ce mécanisme de répression avec nos propres contributions.

Cette action est aussi une réponse à la prochaine opération de police européenne « Mos maiorum » (du 13 au 26.10), qui va tenter avec 18.000 policiers en coopération avec Frontex, de contrôler et darrêter beaucoup de personnes sans carte de séjour.

Solidarité active avec tous les migrants en lutte à Berlin et partout !

Traduit de l’allemand de ch.indymedia.org/de, par le chat noir émeutier

Rafles : réquisition, mise à disposition et retenue

Ces derniers temps le harcèlement des flics et les rafles contre les personnes sans papiers va crescendo dans le nord est parisien : Montmartre, Barbès, La Chapelle, avenue de Flandres, Couronnes, etc. Ces dernières semaines plusieurs reprises des flics sont entrés dans le jardin d’Éole à Stalingrad et ont procédé à des contrôles visant particulièrement les afghans à qui il a été demandé de quitter le parc. Lundi 6 octobre, toutes les personnes contrôlées, toutes venant d’Afghanistan, ont été emmenés au commissariat, y compris les demandeurs d’asile.

Quelques petites précisions juridiques :

Souvent nous parlons d’une « réquisition du procureur » qui permet à la police de procéder à des contrôles au faciès dans un quartier donné à un horaire donné. Voici un exemplaire d’une réquisition pour le jeudi 30 septembre dans les quartiers Porte d’Aubervilliers/Avenue Jean Jaurès de 13h à 19h. Lors des contrôles, les flics ont normalement l’obligation de montrer la réquisition à qui la demande (ce qu’ils ne font pas toujours, notamment quand il s’agit des personnes qu’ils contrôlent qui demandent), cela permet de savoir exactement où les contrôles vont être effectués et jusqu’à quelle heure ils peuvent durer (par contre on peut risquer un contrôle d’identité dans la foulée).

Avec ce qu’ils appellent la « mise à disposition » le travail des flics est facilité, plus rapide, plus efficace pour eux. Cette mesure n’est ni une garde-à-vue, ni une vérification d’identité, ni une rétention administrative et ne permet aucun droit dont on est censé disposer au commissariat lors des GAV (médecin, appel à un proche, avocat). Le principe est simple : les flics se baladent avec une réquisition en poche et dès fois un-e interprète, ils contrôlent, les gens qui ne montrent pas de papiers sont embarqué-es, prise d’empreinte au commissariat pour tenter de retrouver l’identité des gens et si ça marche, un-e agent-e de la préfecture (appelé-e sur place) remplit les OQTF puis c’est le CRA direct. Le tout se fait en 1h. Dans certains cas une partie des recherches se fait directement sur le lieu de l’arrestation dans un « camion commissariat ». Cette mise à disposition peut durer jusqu’à 4 heures.

Elle est différente de la « retenue » au commissariat, spécialement pensée pour les personnes sans papiers qui peuvent être gardés en contrôle d’identité au commissariat pendant 16 heures avec le droit de voir un interprète, un avocat et un médecin. Cette « retenue » a été pensée pour pallier aux problèmes posés par la réforme de la garde-à-vue : on ne peut plus être placé en GAV pour défaut de titre de séjour.

Réquisition du procureur rafle

Vous pouvez lire aussi la brochure « Sans papiers : s’organiser contre l’expulsion, que faire en cas d’arrestation »

RAPPEL DU 13 AU 26 OCTOBRE EST PRÉVUE UNE OPÉRATION EUROPÉENNE DE CONTRÔLE DES PERSONNES MIGRANTES

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :