Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Chronologie de la lutte en cours des migrant-es de La Chapelle à Paris, par quelques personnes solidaires

À plusieurs endroits d’Europe, migrant-es et personnes solidaires s’organisent pour résister aux politiques migratoires meurtrières des États et de l’Union européenne et à la pression policière.

En région parisienne, des campements de migrant-es se sont installés en plusieurs places, là où ils/elles pouvaient, là où on les laissait plus ou moins tranquilles. À La Chapelle, 400 personnes, principalement venues du Soudan, d’Érythrée, du Tchad, de Libye et de Tunisie, vivaient sous le pont du métro aérien, certain-es depuis des mois, d’autres quelques jours en attendant de gagner d’autres régions d’Europe. Plusieurs fois expulsé, ce campement avait réussi à se reconstituer à chaque fois.

Fin mai 2015, la mairie de Paris et la préfecture annoncent aux médias qu’une nouvelle expulsion est en cours de préparation, en cause des « risques d’épidémie et d’insalubrité », et que des solutions vont être apportées à chaque personne qui y vit. En réalité, à l’approche de l’été, ce campement fait tache dans ce quartier en pleine rénovation urbaine. Cela fait des années que politiciens et promoteurs cherchent à embourgeoiser la zone, à grands coups de pelleteuse et de matraque.

Pour préparer cette expulsion, plusieurs associations (Emmaüs, France Terre D’Asile…) sont envoyées sur place pour recenser et trier les personnes présentes, tandis que le 30 mai un huissier affiche l’arrêté d’expulsion laissant 48 heures pour quitter les lieux.

Lundi 1er juin, une centaine de personnes se retrouvent sur le campement pour exprimer leur solidarité et s’organiser avec les migrant-es face à l’expulsion imminente. Des banderoles sont accrochées et une chaîne d’alerte téléphonique est mise en place.

20150601_194053

Mardi 2 juin, à 5h45 du matin, des centaines de flics, accompagnés des journalistes, investissent le campement pour déloger les migrant-es. Les personnes solidaires sont écartées et arrivent des membres de l’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (OFPRA, institution chargée des demandes d’asile), d’associations (Emmaüs, FTDA…) et de la mairie de Paris. Leur objectif est de faire paraître cette expulsion comme « humanitaire » : les migrant-es sont retrié-es, re-compté-es et prié-es de monter dans des bus, direction des centres d’hébergement d’urgence, des hôtels en lointaine banlieue ou des CADA (Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile).

L’opération de dispersion et d’invisibilisation commence : à défaut de pouvoir s’en débarrasser, le pouvoir cherche à effacer ces indésirables des rues de la capitale. Une partie des bus étaient affrétés par la compagnie Savac, spécialisée dans le transport scolaire, mais aussi dans la collaboration avec l’État pour les opérations de ce genre. À Calais, cette compagnie a plusieurs fois prêtée sa flottille lors d’expulsions de jungle ou de squats.

Durant toute la matinée, une centaine de personnes solidaires s’est rassemblée aux abords du campement pour protester contre cette opération médiatico-humanitaire. Une banderole est accrochée : « l’épidémie c’est le capitalisme, ses flics, ses guerres, ses frontières. Solidarité aux migrants ».

02juin-paris-banderole-expulsion-campement-la-chapelle

Dans l’après-midi, une cinquantaine de migrant-es sont toujours à La Chapelle : certain-es n’ont pas eu de place dans les bus, d’autres si, mais ont été déposé-es quelques mètres plus loin en pleine rue. Ils/elles décident de partir en manifestation à la mairie du 18ème arrondissement. Une place leur est proposée pour la nuit, dans un centre d’hébergement d’urgence. Pendant ce temps, les services de la propreté de la mairie finissent de nettoyer la place, détruisant tentes, matelas et affaires personnelles. Un grillage est élevé pour empêcher toute réinstallation.

(Au milieu de l’indifférence générale tract distribué le matin de l’expulsion)

(L’épidémie c’est… le capitalisme, ses flics, ses guerres, ses frontières affiche/tract collée/distribué dans le quartier de La Chapelle le 2 juin au soir)

(Opération humanitaire ou rafle « de gauche » ? texte publié sur Paris luttes infos)

 

Mercredi 3 juin. Des dizaines de personnes sont déjà de retour à La Chapelle, mises à la porte des hébergements. D’autres sont venues pour la journée, ce quartier étant devenu un lieu de sociabilité et de rencontre pour des centaines de migrant-es à Paris.

Des personnes solidaires présentes sur place proposent de se retrouver pour discuter et une salle associative située à côté de l’église Saint Bernard, toujours dans le quartier de La Chapelle, est investie pour la nuit.

Le lendemain à 7h les migrant-es sont à nouveau à la rue. Le soir même, la tentative d’occupation de l’église Saint Bernard échoue. Repoussé-es violemment par les flics sur le parvis de l’église, les migrant-es se réunissent, rédigent un premier communiqué et fabriquent une banderole (des logements pour tous). Ils passeront la nuit dans un square face à l’église. L’église Saint Bernard est un lieu historique de la lutte des sans papiers à paris : occupée pendant deux mois à l’été 1996, elle sera expulsée violemment par les flics le 23 août 1996.

8-juin

20150604_223447

Vendredi 5 juin, en début d’après midi, les flics arrivent pour expulser le square. Les migrant-es refusent de quitter le square et sont encerclé-es par les flics et dirigé-es vers le métro. Les slogans fusent « freedom », « solidarité avec les réfugié-es » et de nombreuses personnes arrivent en soutien. La police encercle toujours et tente de faire monter de force un groupe de migrant-es dans les rames du métro. Ceux-ci résistent fortement et le signal d’alarme est judicieusement tiré, ce qui permet à tout le monde de ressortir et de rejoindre le rassemblement en cours au carrefour de La Chapelle. Un migrant est arrêté et sera libéré quelques heures plus tard. Repoussée par la police, une manifestation remonte la rue Marx Dormoy. La halle Pajol et son gymnase sont à deux pas, migrant-es et personnes solidaires tentent de s’y introduire. La police bloque la moitié de la manifestation à l’extérieur et évacue les personnes qui ont réussi à y entrer. Deux personnes sont blessées et les migrant-es passeront finalement la nuit devant le gymnase, sur l’esplanade de la halle Pajol.

Samedi 6 juin, ils/elles sont repoussé-es quelques mètres plus loin sur l’esplanade. Dans l’après-midi, une cinquantaine de migrant-es participent à la manifestation antifasciste en hommage à Clément Méric et y prennent la parole pour parler de leur situation et appeler à la solidarité.

Le soir et le dimanche suivant, répit policier, la répression prend son week end. Comme devant l’église Saint Bernard de nombreux/ses voisin-es viennent apporter leur soutien et la vie s’organise sur le campement, tentant de construire des pratiques d’auto-organisation à l’encontre de celles de certaines associations humanitaires qui lui préfèrent la discipline et le rang (on pense entre autres à l’association de maraude Entraide citoyenne qui distribue de la nourriture aux personnes sans abris et aux migrant-es à Paris et qui a affirmé, parfois de façon virulente en arrachant les banderoles, qu’elle ne souhaitait pas voir d’autres pratiques que les siennes, nous rappelant bien que rapport humanitaire et rapport de solidarité et de lutte ne sont pas compatibles). Plusieurs crapules politiciennes, élu-es et militant-es Front de Gauche, Parti communiste et Europe Écologie Les Verts ont également pointé leur nez, et on le verra par la suite, fait leur tambouille politique sur le dos de la lutte et des migrant-es.

Plusieurs groupes de migrant-es rédigent des communiqués et formulent des revendications : des papiers, des logements et la dignité.

Lundi 8 juin, la traque policière reprend. Alors qu’une assemblée vient de se terminer sur le campement de la halle Pajol, la police arrive pour expulser la centaine de migrant-es présent-es sur place. Plusieurs cars d’embarquement sont là et les migrant-es sont encerclé-es par les flics. De nombreuses personnes accourent sur les lieux et la résistance des migrant-es et des personnes solidaires ralentit considérablement le travail des flics et permet a plusieurs migrant-es de s’échapper de la nasse. Les flics gazent et matraquent et 17 personnes sont blessées. 80 migrant-es sont emmené-es au commissariat de l’Évangile. Certain-es sont libéré-es dans la soirée, d’autres parviennent à s’échapper du commissariat, mais 30 d’entre eux seront enfermés dans les centres de rétention du Mesnil-Amelot et de Vincennes. Ils ressortiront tous dans les jours suivants, avec des OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français).

Le soir même, l’errance continue et après une tentative de ré-installation Halle Pajol à nouveau la solidarité se met en place : plusieurs voisin-es accueilleront des migrant-es chez eux, un groupe trouvera refuge dans le gymnase de l’ENS ouvert par des étudiant-es pour la nuit et la majorité est accueillie au Bois Dormoy, un jardin partagé situé à deux pas du métro La Chapelle et de la Halle Pajol.

Mardi 9 juin, une dizaine de partis politiques et d’associations de gauche appellent à un rassemblement Halle Pajol pour protester contre l’expulsion et demander des solutions pour les migrant-es. Après quelques « grands discours » inutiles, la proposition est faite de partir en manifestation sauvage jusqu’au métro La Chapelle. Un cortège de plusieurs centaines de personnes s’élance alors aux cris de « solidarité avec les réfugié-es », « de l’air, de l’air, ouvrez les frontières », etc.

Petit à petit les migrant-es qui avaient été hébergé-es pour quelques jours après l’expulsion du 2 juin se retrouvent à la rue et rejoignent le Bois Dormoy, tandis que d’autres arrivent d’Italie où ils/elles ont réussi à passer la frontière, échappant aux contrôles des polices française et italienne.

Dans ce nouveau lieu, les pratiques d’auto-organisation, d’assemblée et de lutte sont mises à mal par la volonté de gestion autoritaire des militant-es et élu-es des partis de gauche, équipés de gants en latex pour tartiner des sandwichs au Kiri et trier les vêtements apportés par des voisin-es.

Pendant ce temps, le président de l’association du Bois Dormoy décide unilatéralement que les migrant-es doivent quitter les lieux le jeudi 11 juin à 17h. Il faut donc trouver une solution et plusieurs réunions parviennent à se tenir pour décider de la suite. Deux idées émergent : occuper un bâtiment pour tenter d’en faire une maison collective ou réinstaller un campement dans la rue. C’est aux migrant-es de décider et la décision est prise d’envahir un immeuble vide non loin de là.

Jeudi 11 juin un rassemblement est donc appelé pour compter sur le maximum de soutien possible et une manifestation se prépare à se diriger vers ce lieu. Mais c’est sans compter sur le travail de sape organisé par les professionnels de la politique, qui ne veulent pas de cette solution et sont prêts à tout pour ne pas respecter une décision collective prise par les migrant-es. Ils ont une nouvelle fois montré le vrai visage de la « gauche » municipale : en effet, des militant-es et élu-es du Parti communiste & co ont tenté de faire dévier la manifestation pour empêcher l’occupation. Finalement, après 10 jours d’errance, 300 personnes, migrant-es et personnes solidaires, trouvent refuge dans l’ancienne caserne de Château-Landon, propriété de la mairie de Paris. À l’extérieur les flics arrivent très vite pour bloquer l’entrée à de nouvelles personnes et un rassemblement dynamique s’organise au pied de l’édifice, regroupant plusieurs centaines de personnes.

À l’intérieur de la caserne l’idée d’en faire un lieu pérenne d’occupation est rapidement évincée par des négociations pour obtenir des places d’hébergement supplémentaires et par la pression policière. Plusieurs représentants de la mairie arrivent sur place et leurs alliés du Front de Gauche et du Parti communiste font l’intermédiaire avec les migrant-es. Vers 23 heures un accord est trouvé et 110 places d’hébergement sont proposées aux migrant-es présent-es à l’intérieur de la caserne. Les lieux sont donc évacués tandis qu’un groupe d’une soixantaine de migrant-es, resté à l’extérieur ou arrivé plus tard se retrouve à nouveau sur le carreau. Une manifestation part vers le jardin d’Éole dans le 19ème arrondissement et un nouveau campement s’installe devant le théâtre du Grand Parquet, rue d’Aubervilliers.

Le lendemain matin, nouvelle intimidation policière, mais le campement reste sur place. Dès lors la vie collective se met en place sur le campement (cantine collective, assemblées, permanences juridiques, point accueil, cours de français, etc.). Mais, malgré la disparition des associations et des partis de « gauche » municipale qui géraient la distribution des repas ou les question sanitaires avec charité et paternalisme, la mise en place de pratiques d’auto-organisation, tendant vers la réappropriation de leur propre vie par les migrant-es reste difficile, capturée par certains soutiens. De même, la dynamique de lutte, avec ses manifestations et autres propositions, semble s’affaiblir dès lors que la pression policière se relâche. Lors des différentes assemblées ces questions vont être abordées, pour rompre peu à peu avec la logique de la charité dans l’organisation du campement.

Mardi 16 juin, plusieurs milliers de personnes manifestent en solidarité avec les migrant-es de La Chapelle à République. Cette manifestation est appelée encore une fois par les partis de gauche et s’est décidée sans aucune discussion avec les migrant-es. La participation -ou non- à cette manifestation des personnes, migrant-es et soutiens présents sur le campement du jardin d’Éole est discutée et il est décidé de s’y rendre en cortège depuis Éole et d’en prendre la tête. Au retour une manifestation sauvage aura lieu entre la Gare du Nord et le jardin d’Éole.

Vendredi 19 juin, nouvelle expulsion, mais cette fois-ci la mairie semble avoir dissimulé la matraque derrière la carotte humanitaire. Dans la matinée, le directeur de l’OFPRA, accompagné de membres d’Emmaüs, de la mairie, d’élu-es et de membres du Parti communiste, du Front de gauche et des Verts a débarqué sur le campement pour poser un ultimatum. Il propose des places d’hébergement, que les migrant-es doivent accepter, sans quoi ils seront arrêté-es. En effet, de nombreux cars de CRS sont postés aux alentours, prêts à intervenir, et derrière eux les services de propreté de la mairie de Paris sont prêts à faire place nette. Aucune discussion n’est possible et une majorité des migrant-es montent dans les bus qui vont les emmener vers ces hébergements, dont ils/elles ne sauront qu’à l’arrivée où ils sont situés.

Présentés comme la vraie réponse aux demandes des migrants (des logements et des papiers pour tou-tes) ils ne sont que des cache-misère proposés par les businessman de l’humanitaire : les associations Aurore, la Mie de pain, Emmaüs, etc. Un de ces foyers d’hébergement est situé dans l’enceinte du centre de rétention de Vincennes ! D’une prison à l’autre il n’y a qu’un pas. Car ces lieux, qui permettent à la mairie d’éloigner les migrant-es et d’empêcher toute organisation collective, sont de véritables prisons où la vie des personnes qui y sont hébergées est totalement capturée par l’institution et les travailleurs sociaux des associations qui prennent en charge tout le quotidien et dépossède leurs « clients » d’une quelconque autonomie. (Dans la plupart de ces centres, il y a des horaires pour se lever, pour se coucher, il n’est plus possible de rentrer après une certaine heure, les douches sont minutées, les repas imposés à horaire fixe et confectionnés par d’autres que ceux/celles qui les mangent, les démarches administratives sont prises en charge par des salariés de l’association, etc.). Si une partie des centres est située dans Paris, d’autres se trouvent en très lointaine banlieue.

20150610_105340

Dans l’après-midi, une dizaine de migrant-es (ceux/celles qui n’ont pas eu de place, n’ont pas voulu monter dans les bus, n’étaient pas sur place au bon moment ou qui sont revenu-es des centres d’hébergement dégoûté-es) et personnes solidaires se regroupent et tentent de prendre un gymnase. Tout de suite des dizaines de flics accourent pour expulser le bâtiment, le pouvoir faisant bien comprendre qu’il ne saurait tolérer une nouvelle occupation. Les migrant-es n’ont qu’à disparaître. Quelques-uns vont se rendre à la distribution de repas organisée à l’occasion du ramadan au jardin d’Éole. Mais la police bloque l’accès à toute personne n’ayant pas de papiers d’identité à montrer. Suite à l’intervention des organisateurs/trices, les migrant-es seront finalement autorisé-es à manger, mais assis par terre ! Rendez-vous est donné le lendemain, pour cette nuit il n’y aura pas de lieu pour se regrouper, les flics étant postés en surveillance partout. Certain-es dormiront chez des soutiens, d’autres dans une mosquée du quartier, d’autres à la rue.

(Paris, Calais, Vintimille, contre la chasse aux migrant-es, solidarité !)

(Pendant que les élu-es se félicitent)

(Migrant-e-s : La rage)

Samedi 20 juin, dans le cadre de la journée mondiale des réfugiés, des manifestations sont organisées notamment à Paris, Calais ou Vintimille, et des actions ont lieu en Allemagne et en Suisse contre les frontières et l’agence européenne de contrôle des frontières Frontex. À Paris, une manifestation appelée par des associations part de la rotonde Stalingrad vers la place de la République. Les migrant-es de La Chapelle et des personnes solidaires en prennent la tête avec un cortège dynamique pour rappeler leur détermination à rester uni-es, à revendiquer des logements et des papiers et que la solidarité ne faiblit pas.

collage-2

Le soir un nouveau campement s’installe à la Halle Pajol. Il durera jusqu’à son expulsion définitive le 29 juillet. Une organisation collective se remet en place, avec des assemblées, une cantine collective, des permanences juridiques, des cours de français, etc. Comme à Éole, les mêmes travers se posent : tendance à re-créer des hiérarchies, comportements paternalistes, difficultés à enclencher un processus de lutte offensif face aux institutions et à l’État. Mais l’auto-organisation du campement et de la lutte et l’autonomie des migrant-es se reconstruit peu à peu.

Le campement grossit avec des nouvelles personnes arrivées d’Italie tandis que ceux/celles précédemment hébergé-es continuent de passer quotidiennement, transmettant la courte histoire de cette lutte.

D’autres campements sont toujours installés dans Paris (Austerlitz, square du Jessain à La Chapelle), en banlieue (Saint-Ouen) ainsi que dans d’autres villes (Bordeaux, Tours…).

Jeudi 2 juillet, un mois après l’expulsion du campement sous le métro aérien de La Chapelle, une manifestation est appelée par les migrant-es. Interdite elle sera bloquée au bout de la rue par des dizaines de flics cherchant à empêcher tout mouvement. Après avoir été expulsé-es de lieu en lieu, les migrant-es sont maintenant assigné-es à résidence à la Halle Pajol.

collage-1

Dans le quartier, des affiches recouvrent les murs, appelant à la solidarité, contre les frontières, les centres de rétention et la police. Régulièrement des tracts sont distribués aux passants au métro La Chapelle.

Mardi 7 juillet, une manifestation part de la Halle Pajol et parcourt le quartier de lieux occupés en lieux expulsés. Derrière la banderole « des papiers, des logements et la dignité pour toutes et tous » le cortège passera devant le jardin d’Éole, la caserne Château-Landon, le métro La Chapelle, le square du Jessain, le Bois Dormoy et finira Halle Pajol, sous les applaudissements des habitant-es du quartier, solidaires pour beaucoup.

20150707_170223

Jeudi 9 juillet, alors qu’une troisième manifestation est appelée, une nouvelle opération d’évacuation est organisée. On prend les mêmes et on recommence : OFPRA, Emmaüs, mairie, élus et militants. Cette fois les flics seront discrets et le campement ne sera pas expulsé. De nouveau des places d’hébergement sont proposées et les bus sont là, mais le directeur de l’OFPRA, Pascal Brice, refusera de s’engager par écrit pour répondre aux demandes des migrant-es concernant le suivi de leur demande d’asile, la durée de l’hébergement et les conditions de vie (nourriture, transports, etc.). Tandis que OFPRA et mairie assurent la promotion de leurs hébergements (« mise à l’abri comme ils appellent ça), les militant-es Front de gauche et Parti communiste accompagnent les migrant-es vers les bus où les accueillent les salariés et bénévoles d’Emmaüs. Tout est bien rôdé, c’est qu’ils commencent à avoir l’habitude. Mais certain-es migrant-es refusent de monter dans les bus tandis que d’autres, à peine arrivés dans un centre d’hébergement boulevard Ney, repartent en manifestation vers Pajol après que l’on leur a expliqué qu’il ne s’agissait d’un hébergement que pour une nuit. Encore une fois, les migrant-es se retrouvent dispersé-es, certain-es en très lointaine banlieue ; encore une fois cette nouvelle opération intervient au moment où les manifestations s’enchaînent, comme une volonté de casser leur capacité d’organisation collective.

Qu’à cela ne tienne, l’appel à manifester est maintenu. Cette fois c’est République – Barbès et un départ collectif est organisé de la Halle Pajol où sont resté-es une cinquantaine de migrant-es. « On ne nous muselle pas avec une nuit d’hôtel » annonce la banderole et une manifestation dynamique et bruyante de plusieurs centaines de personnes remonte le boulevard Magenta puis, passant outre le parcours déposé emprunte le boulevard Barbès et la rue Ordener jusqu’à la Halle Pajol. Mais certain-es migrant-es n’ont pas pu rejoindre la manifestation car ils/elles se sont retrouvé-es enfermé-es dans les centres d’hébergement.

9 juillet, manif' Répu-Barbès

Mardi 14 juillet, un « bal des réfugié-es » est organisé sur le campement. Concerts, bouffe et musique jusque tard dans la nuit. Pendant la soirée, quelques flics viendront mettre un coup de pression.

Jeudi 16 juillet, quatrième manifestation de la place de la République à la Halle Pajol.

Une permanence juridique continue de se tenir deux fois par semaine, mise en place par des militant-es et des juristes membres d’associations et de groupes de soutien aux migrant-es. Elle a lieu dans les locaux de l’ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France), association présente depuis des années dans les luttes aux côtés des travailleurs immigrés et des sans papiers. Tout le monde peut s’y rendre pour avoir des conseils pour les démarches administratives (demande d’asile, aide médicale, etc.) et des aides juridiques.

Vendredi 17 juillet, une fête est organisée sur le campement à l’occasion de l’Aïd. La police maintient la pression pour empêcher qu’une sono ne diffuse de la musique, mais celle-ci résonnera quand même.

Dans le quartier les commerçants s’organisent pour dénoncer la nuisance que provoque le campement sur leurs affaires et interpellent la mairie pour qu’elle réagisse. Dans ce quartier fraîchement rénové et en cours d’embourgeoisement, la plupart de ces commerçant sont le bras financier de la mairie et des promoteurs dans la guerre qu’ils mènent aux pauvres. Que ce soient les migrant-es ou les pauvres, la mairie cherche par tous les moyens à faire disparaître ces indésirables, au plus loin de la capitale et de ces quartiers en pleine transformation, nouveaux pôles attractifs pour jeunes propriétaires, entrepreneurs et touristes.

(Des réfugiés de La Chapelle aux harragas de Barbès, solidarité avec tous les sans papiers !)

Jeudi 23 juillet, plusieurs personnes solidaires se rendent avec des migrant-es devant les locaux de France Terre d’Asile (FTDA) rue Doudeauville pour demander à ce que les procédures de domiciliation soient accélérées (actuellement cette association donne des délais de deux mois pour obtenir une domiciliation). Arrivé-es sur place des travailleur/ses de FTDA les prennent violemment à partie et appellent la police. Plus tard on apprendra que deux salariés de FTDA ont porté plainte, soutenus par le directeur. Cette association est financée par l’État pour accomplir son sale boulot de tri et de gestion des demandeurs d’asile. Rappelons que c’est cette même association qui est chargée de déterminer si les mineurs isolés pris en charge par l’aide sociale à l’enfance sont réellement mineurs ou alors considérés comme fraudeurs. Les conditions d’accueil des demandeurs d’asile à leur permanence ne semble pas non plus les déranger : sous la pluie ou la canicule, les personnes doivent faire des heures de queue tout en se faisant aboyer dessus par les vigiles de l’association, appelés « médiateurs ». Dans le cadre de la nouvelle réforme du droit d’asile, le rôle de collaboration de FTDA avec l’Office Français Pour les Réfugiés et Apatrides se trouve renforcé. C’est désormais FTDA qui s’occupera de remplir le pré-formulaire de demande d’asile à place de la préfecture. Avec ce pré-formulaire l’État cherche à savoir par quels pays est passé la personne qui entame des démarches d’asile, pour tenter de se débarrasser d’elle en la renvoyant dans un autre pays par lequel elle serait passée avant d’arriver en France (règlement de Dublin III).

Vendredi 24 et Samedi 25 juillet. Répondant à l’appel à un « week-end d’échanges et de résistance contre les frontières » du campement No border de Vintimille, une soirée projections et débats est organisé le 24 au soir sur l’esplanade de la Halle Pajol, et une manifestation est appelée pour le 25.

Plus de 150 personnes ont répondu à l’appel à manifester de la place de la Bastille à celle de la République. Sur le chemin du retour au campement Pajol, les manifestant-es ont fait escale à Gare du Nord. Devant l’entrée de l’Eurostar, une banderole a été déployée aux cris de « No border, no nation, stop deportation ». Des applaudissements ont alors retenti dans la gare.

25-juillet-2

Mercredi 29 juillet, 10ème expulsion/évacuation pour les migrant-es. Cette fois le campement est définitivement expulsé. Un rassemblement est appelé dans la soirée au métro La Chapelle.

Dans l’après-midi, un migrant est électrocuté à Gare du Nord en tentant de monter sur l’Eurostar, train qui assure les liaisons entre la France et l’Angleterre via le tunnel sous la Manche. Il est actuellement à l’hôpital, entre la vie et la mort. Depuis début juin, 11 migrant-es sont mort-es à Calais en tentant de passer en Angleterre, la sale guerre menée aux migrant-es fait des ravages.

Jeudi 30 juillet, quelques migrant-es qui avaient passé la nuit au jardin d’Éole sont à leur tour évacués. La police prend place pour empêcher toute réinstallation tandis qu’à la Halle Pajol un manège est installé en lieu et place du campement. Tout le quartier de la Chapelle est bouclé par les flics.

Les migrant-es et des soutiens trouvent refuge dans des locaux associatifs appartenant à la mairie de Paris. Des migrant-es afghan-es rejoignent la lutte.

Vendredi 31 juillet, l’ancien lycée désaffecté G. Budé est occupé près de la place des Fêtes. Cette occupation permet aux migrant-es d’avoir un toit pour s’organiser, et elle est très vite rejointe par d’autres. Même si l’occupation n’est pas menacée -pour le moment- d’expulsion, la pression policière se fait sentir dans le quartier et les flics organisent régulièrement des opérations de contrôle au métro (rafles).

maison-des-refugies

Mardi 4 août, les migrant-es du centre d’hébergement de Joinville-le-Pont commencent une occupation contre les conditions dans lesquelles ils vivent. Les portes sont cadenassées pour empêcher les travailleurs sociaux d’Emmaüs de pénétrer dans les locaux et des banderoles sont affichées : « Please solve our problems » et « Nous voulons que le gouvernement prenne conscience de notre situation ». Plusieurs personnes du «collectif de La Chapelle en lutte » sont également présentes pour les soutenir. Quelques heures plus tard, ils obtiendront un engagement écrit sur leurs demandes.

Mardi 11 août, C’est au tour de ceux et celles du centre Pernety dans le 14ème arrondissement (foyer géré également par Emmaüs) d’entamer une protestation. Une grève de la faim commence, et face au mépris du personnel d’Emmaüs, ils/elles décident le lendemain d’occuper le hall d’entrée. Par peur d’une hémorragie, Emmaüs choisi cette fois d’appeler la police et quatre personnes venues en soutien sont arrêtées et placées en garde à vue. Accusées de séquestration par le personnel du centre, elles passeront en procès le 9 octobre et sont sous contrôle judiciaire. Mais cette action a payé aussi puisque les revendications des migrant-es ont été satisfaites dans les jours suivants.

Samedi 15 août, une manifestation est organisée, du lycée occupé à la place de la République, en solidarité avec le migrant-es, mais aussi pour demander la libération et l’arrêt des poursuites à l’encontre des quatre personnes poursuivies pour l’occupation du centre Pernety.

Samedi 22 aoûtà l’occasion de la manifestation de commémoration de l’expulsion de 300 sans papiers de l’église Saint-Bernard le 23 août 1996, des occupant-es du lycée Budé se sont joint aux collectifs de sans papiers dans le cortège qui a parcouru les rues du 18ème arrondissement. La manifestation est notamment passée par le métro La Chapelle et l’esplanade de la Halle Pajol, en signe de soutien à la lutte des migrant-es en cours.

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

Category: Tracts, Textes & Affiches

Tagged: , , , , , , , , , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :