Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Brèves des frontières #4, luttes et solidarité – mi octobre début novembre 2015

Londres (Grande-Bretagne). Le 16 octobre, 500 personnes se sont réunies à la gare de St Pancras, terminus de l’Eurostar, en solidarité avec les personnes bloquées à Calais qui cherchent à rejoindre l’Angleterrre. La gare a été bloquée pendant plusieurs heures, causant d’importants retards. Les manifestant-es ont rappelé le nombre de mort-es à cette frontière (20 connu-es depuis juin) et la responsabilité des entreprises Eurostar et Eurotunnel qui demandent toujours plus de sécurité et de barbelés autour de l’accès au tunnel sous la Manche.

Mais certain-es manifestant-es voulaient dire autre chose que un unique slogan « this border kill » :
« Certains des messages que les manifestants espéraient transmettre ont été éclipsées par d’autres. Assis dans des mares de faux sang, entouré de camarades tenant des pancartes « 15 personnes sont mortes depuis Juin », le message « cette frontière tue » a été entendu, clairement et simplement. Cette frontière tue ! Mais ce message seul peut être dangereux. Il a été et sera très probablement utilisée par les autorités britanniques et françaises et par l’entreprise Eurostar pour justifier la poursuite de la militarisation de la frontière. La logique de contrôle fonctionne : des frontières sont érigées, ce qui rend leur franchissement mortel, ce qui justifie des contrôles supplémentaires afin de soi-disant protéger des vies. Cette frontière tue ; et à cause de cela, nous devons ériger plus de barrières, apporter plus de chiens renifleurs, utiliser plus de gaz lacrymogènes pour dissuader les gens de traverse, cela afin de sauver leur vie. Nous courons le risque de faire le travail des États si le message « cette frontière tue » est crié seul, parce que nous alimentons la logique cinglée qui justifie plus de frontières.
[…] Si notre lutte contre les frontières est de faire autre chose que ce qui est compatible avec la logique de l’État, alors nous devons faire attention aux conclusions et aux conséquences que le slogan ‘cette frontière tue » peut amener. D’autres messages sont essentiels aux côtés de « cette frontière tue » car ils exigent d’autres conclusions que celles qui justifient les contrôles aux frontières. Ces autres messages expriment la nécessité de la liberté de circulation et non pas du contrôle. » Source.

Toujours à Londres, samedi 24 octobre un rassemblement était appelé à la gare Saint Pancras à Londres en solidarité avec les migrant-es de Calais et pour la libération de Abdul Rahman Haroun, Payam Moradi Mirahessari et Farein Vahdani, les trois personnes incarcérées en Angleterre car elles ont traversé le tunnel sous la Manche à pied depuis Calais.

Ce sont plusieurs centaines de personnes qui se sont retrouvées vers 18h devant la gare et qui ont tenté de pénétrer à l’intérieur avec l’intention de bloquer le trafic de l’Eurostar. Mais de nombreux flics, dont certains en tenue anti-émeute se sont interposés à grand renfort de coups de matraques.
Malgré ce déploiement policier important, un groupe d’environ 30 femmes est parvenu à déployer une banderole à l’intérieur de la gare face à la salle d’embarquement de l’Eurostar, scandant des slogans contre les frontières et distribuant des tracts aux voyageurs/euses. Le groupe a réussi à s’éclipser avant l’intervention de la police déjà débordée.

Puis un autre groupe est entrée dans la gare King’s Cross, adjacente à Saint Pancras, et à déployé une banderole « people want to bring down the borders » avant d’être encerclé pendant une heure puis escortés vers la sortie avec une interdiction de fréquenter la gare pendant 24 heures.
Plusieurs personnes ont été arrêtées. Source. Une manifestation était également appelée à Paris (voir plus bas).

London eurostar protest 3 London eurostar protest 6 London eurostar protest 2 London eurostar protest 7

 

Strathaven (Écosse). La coordination « We will rise », un groupe de migrant-es et réfugié-es et de personnes solidaires, organisait le 25 octobre un rassemblement devant le centre de rétention de Dungavel pour exprimer sa solidarité avec les personnes enfermées, demander la fermeture de ce centre de rétention, l’unique existant en Écosse, et apporter son soutien aux initiatives contre les centres de rétention d’Harmondsworth et de Yarlswood en Angleterre.

dungavel 25 octobre 1 dungavel 25 octobre 4

 

Calais (France). Samedi 17 octobre, 1000 personnes ont manifesté à Calais, migrant-es et solidaires, et 500 à 700 manifestant-es ont pénétré dans le port vers le terminal ferry et se sont affronté-es avec les CRS qui ont tiré des gaz lacrymogènes. Beaucoup de personnes étaient venues d’Angleterre et d’Écosse pour cette manifestation organisée par plusieurs collectifs et associations, mais ce sont les migrant-es qui ont pris les devants, dépassant les organisateurs. Video

calais 17oct15 4 calais 17oct15 2

Dans le même temps, à Douvres en Angleterre quelque 500 manifestant-es ont défilé à travers la ville et ont bloqué la route qui mène au terminal de ferry, causant d’important retards. Source.

Après avoir, squat par squat et campement par campement, chassé tou-te-s les migrant-es du centre ville de Calais, l’État cherche maintenant des moyens pour vider la jungle et bannir définitivement les indésirables de la ville.

Le 21 octobre, le ministre de l’intérieur s’est déplacé à Calais, accompagné de dizaines de journalistes. Il a confirmé l’annonce de la construction d’un nouveau camp gouvernemental, d’une capacité de 1500 places. À partir du 2 novembre, c’est un camp de 74 containers, entouré de palissades (dont on se sait pas encore si elles seront surmontées de barbelés) qui verra le jour, en plein milieu de l’actuelle jungle où plusieurs milliers de personnes vivent dans des conditions difficiles. Il sera géré par l’association La Vie Active, association locale qui tire grand profit de la situation à Calais puisqu’elle gère déjà le centre d’accueil de jour Jules Ferry. 400 personnes vont être virées de leur place d’ici quelques jours pour faire place à ce camp, véritable prison comme il s’en érige partout en Europe actuellement, lieu de stockage, de tri et de gestion des migrant-es.

Lors de cette visite, le ministre a également annoncé l’arrivée de 460 flics supplémentaires à Calais. Ces renforts, portant a plus de 1000 le nombre de flics sur place, vont servir à renforcer encore plus la sécurité des abords du tunnel sous la Manche pour empêcher les migrant-es de passer en Angleterre. Cazeneuve se vante dans les médias que depuis le 25 octobre, plus aucun-e migrant-e ne passe en Angleterre. L’augmentation des infrastructures de surveillance et de sécurisation du port et du tunnel sous la Manche et la présence de plus en plus nombreuse de flics et de vigiles, pousse les migrant-es a prendre de plus en plus de risques pour tenter le passage de la frontière. Résultat, depuis le début de l’année 2015 le nombre de mort-es et de blessé-es a augmenté en flèche.

L’accentuation de la présence policière à Calais permet également de multiplier drastiquement le nombre d’arrestations. Depuis le 20 octobre, plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées à Calais, au centre-ville, près du port et du tunnel, aux abords de la jungle. Elles ont ensuite été transférées dans des centres de rétention à travers tout le territoire (Coquelles, Nîmes, Toulouse (Cornebarrieu), Rouen (Oissel), Marseille, Mesnil-Amelot, Perpignan). Ces arrestations annoncent le début d’une grande opération policière à Calais et ont pour objectif est de disperser les migrant-es à travers tout le territoire, de faire en sorte de les épuiser, de les décourager de retourner à Calais pour tenter de passer en Angleterre. En effet, pour le moment, la majorité des personnes arrêtées ont été libérées sous cinq jours et doivent ensuite retraverser toute la France pour retourner à Calais, où elles ont souvent perdu toutes leurs affaires. D’autre part, les décisions d’expulsion vers certains pays comme le Soudan et l’Afghanistan se multiplient.

Beaucoup de migrant-es arrêté-es à Calais racontent que les flics les ont menacé de prendre leurs empreintes digitales de force à la prochaine arrestation. La mise à exécution de cette menace compromettrait pour ceux/celles qui parviennent à traverser leur possibilité de demander l’asile en Angleterre et autoriserait ce pays à les renvoyer en France. Le message est clair et il a été répété maintes fois par le gouvernement : soit les migrant-es présent-es à Calais demandent l’asile de leur plein gré, soit ils doivent disparaître.

Les patrouilles de flics dans la jungle se font de plus en plus fréquentes avec pour objectif de maintenir une pression constante sur les habitant-es, de contrôler les allers et venues de groupes (par exemple qui se dirigeraient vers le port ou le site de l’Euro-tunnel). Plusieurs bénévoles d’associations et militant-es ont également été contrôlé-es et des véhicules qui ramenaient de la nourriture ou des dons ont été bloqués.

Enfin, des « départs volontaires » de Calais sont organisés vers des centres dit « de répits », aux quatre coins de la France, facette humanitaire de cette grande opération de vidage de Calais.
L’augmentation de la pression policière et ces diverses tentatives de dispersion des migrant-es ont aussi pour objectif de casser les dynamiques de lutte et d’organisation collectives qui se sont développées ces derniers temps : manifestations, blocages de l’autoroute, prise d’assaut collective du tunnel, etc.

calais no camera

À propos du nouveau camp à Calais :

Un camp de conteneurs pour 1500 personnes sur le point d’être construit- 400 personnes à qui l’on dira de bouger

Le 21 octobre, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’intérieur, est revenu à Calais pour faire plus d’annonces sur les futurs projets concernant la jungle et la sécurisation de la frontière.
Suite à cette visite, les médias ont largement mis en avant la « posture humanitaire » de Cazeneuve qui annonce la mise en place de tentes pour 200 femmes et enfants. Certains ont parlé du nouveau projet de construire un camp pour 1500 personnes. Certains l’ont félicité (ou gentiment réprimandé) d’engager 500 flics de plus, gendarmes et policiers, à Calais.

Ce dont peu parlent, c’est que Cazeneuve est venu à Calais pour parler avec quelques associations du déplacement d’au moins 400 personnes de leur place dans la jungle pour construire ce nouveau camp gouvernemental. Pour ceux qui sont dans cet endroit, l’association Salam a commencé leur annoncer qu’ils ont dix jours pour se déplacer, la construction du nouveau camp devant commencer dans moins de deux semaines. Des piliers rouge ont commencé à être élevés dans la jungle, délimitant la zone du nouveau camp.

Ceux qui sont forcés de se déplacer se voient offrir temporairement des tentes et une place en tête de la liste d’attente du nouveau centre. Des gens ont accepté de déménager à Jules Ferry, forcés de bouger de leurs anciennes maisons, en échange de la promesse que leur présence sur la jungle sera tolérée, qu’il n’y aurait pas d’expulsions et qu’ils ne seront pas harcelés par la police. Pour certains d’entre eux, ça sera la troisième ou quatrième fois qu’ont les aura expulsé. Ces plans ont été fait sans consultation ou consentement d’aucune personne concernée.
Du point de vue de la structure, ce camp rime avec mépris. Il sera constitué de conteneurs séparés par des chemins de trois mètres de large. Aucun architecte n’a été impliqué dans la conception et il sera construit sur la partie la plus humide et venteuse de la jungle. Dans un article un architecte a dessiné une maquette du camp tel qu’il est planifié et le décrit comme une réminiscence des camps de concentration des années 30.

Les gens de la jungle ne veulent pas de ce nouveau camp fermé. Beaucoup le voient comme ce qu’il est réellement : non pas une « posture humanitaire » offrant de l’hygiène et un lieu sûr, mais un pas de plus dans des projets de division et de contrôle des gens. À travers leur voyage – depuis Vintimille, de Lampedusa, tout le long du chemin dans les pays frontaliers de l’Europe – les gens ont fait l’expérience de ces camps. Barrières et barbelés, listes de nom, couvre-feux, présence policière, des règles, des règles, des règles et aucune autonomie.

Le nouveau camp abritera 1500 personnes, mais il y a environ 6000 personnes qui sont dans la jungle actuellement. Qu’en est-il de ceux qui n’ont pas leur place au camp ? Et qui sont ceux « ont le profil » pour y habiter ? Laisseront-ils le reste de la jungle vivre en autonomie en dehors des murs de cette prison ? C’est peu probable. Il semble plutôt qu’une expulsion à grande échelle surviendra dans les prochains mois.

Nous condamnons ce plan. Nous sommes solidaires de ceux qui seront expulsés de leurs maisons encore une fois. Nous condamnons les associations qui collaborent avec les autorités, et qui, ce faisant, rendent possible les interventions de la part de la police et du gouvernement.

Calais Migrant Solidarity, 22 octobre 2015

Communiqué d’un groupe de migrant résident sur la zone de construction du nouveau camp sur les raisons de leur refus de quitter leurs maisons :

La construction du nouveau camp sera en plein milieu du camp actuel, mais ce n’est pas une véritable solution pour les problèmes des personnes réfugiées.
La capacité du nouveau camp est de 1500 places, ce qui n’est pas suffisant pour la population réfugiée de Calais.
La zone choisie par le gouvernement pour la construction n’est pas viable pour un camp.
Les décisions prises par le gouvernement français nous paraissent peu claires.
Le gouvernement français force des personnes réfugiées à évacuer la zone choisie pour la construction du nouveau camp.
En conséquence nous – les personnes réfugiées présentes dans cette zone – refusons de nous soumettre à cette irrespectueuse politique d’anti-solidarité. Le jour où le gouvernement nous forcera à partir pour démarrer les travaux, nous protesterons collectivement.

1er novembre 2015 Source

calais escalade

Sur les rafles à Calais et la dispersion des migrant-es :

Début d’une grande opération policière à Calais

Une cinquantaine de personnes ont été arrêtées dans l’Eurotunnel dans la nuit du 20 octobre ; la plupart originaires de Syrie. Le 22 octobre elles ont été transférées au centre de rétention de Nîmes. Demain, elles seront normalement transférées à Toulouse. Le jour suivant à Paris. L’état cible des personnes de toutes les communautés. Soudanaises, Erythréennes, Syriennes, Iraqiennes… Les forces de l’ordre semblent poursuivre dans leur volonté d’effectuer des arrestations massives dans l’Eurotunnel.

[…] Lorsqu’elles sont à l’intérieur des centres de rétention, ces personnes doivent faire face à des menaces de déportation, d’expulsion, et sont confrontées à de sérieuses violences de la part des policiers qui veulent qu’elles déposent leurs empreintes.
Il y avait une bien plus forte présence policière autour de la jungle ces derniers jours. Depuis deux semaines, la police effectue des patrouilles dans la jungle (très souvent autour de la zone récemment annoncée pour accueillir le futur centre de 1500 places) . La police est aussi très souvent présente autour du centre Jules Ferry, et aujourd’hui, toute la journée, elle était installée dans de nombreux points tout autour de la jungle.

Pour beaucoup, cette volonté croissante d’intimider les personnes vivant dans la jungle a pour but de faciliter le déplacement de ces dernières au moment voulu sans qu’il n’y ait de résistance, mais aussi de faire renoncer ces personnes dans leurs tentatives de passage et les pousser à demander l’asile en France.
Et tout ça, au lendemain de l’annonce de Cazeneuve qui promet 460 policiers et gendarmes de plus à Calais.

Calais Migrant Solidarity, 22 octobre 2015

Dispersion massive : la stratégie de l’État français

Au cours de la dernière visite de Cazneuve à Calais, celui-ci a annoncé avoir pour objectif de réduire le nombre de migrant-es présent-es à Calais à 2000 d’ici le mois de janvier. Au cours des deux dernières semaines, la mise en application de ce plan semble avoir largement commencé et leurs différentes tactiques pour rendre cela possible sont apparues de plus en plus claires.

Expulsions (ou du moins menace d’expulsions) vers les pays d’origine.

Pour les communautés afghanes et soudanais (il y a d’autres nationalités que la France expulse qui ne sont actuellement pas autour de Calais, mais peut-être à d’autres points de passage dans le Nord de la France, comme la communauté vietnamienne) il y a eu une augmentation de la pression par des menaces d’expulsions vers leurs pays d’origine.
Les personnes qui risquent le plus sont celles qui refusent de demander l’asile en France, parce qu’elles veulent se rendre au Royaume-Uni, et donc de donner leurs empreintes en France.

Dispersion massive vers les centres de rétention à travers le territoire.

Depuis le 20 octobre, environ 50 personnes par jour sont transférées dans les centres de rétention partout en France, après avoir été arrêtées au points de passage de la frontière (autour du port et du site de l’Eurotunnel) et dans le centre-ville de Calais (notamment près de la gare). À l’heure actuelle, on ne sait pas pour combien de temps cette opération va se poursuivre.

Un des principaux objectif de cette opération semble être de harceler le plus de personnes possible. La plupart des gens arrêtés sont libérés au bout de quelques jours et doivent ensuite faire un long voyage pour retourner à Calais, où ils pourront à nouveau essayer de franchir la frontière. Dans les centres de rétention, les personnes sont soumises à beaucoup de pressions pour qu’elles acceptent l’identification et donnent leurs empreintes digitales. Cette dispersion s’organise a partir de l’aéroport de Marck, commune du calaisis.

Dispersion massive dans des centre d’hébergement temporaires à travers le territoire.

La dernière semaine d’octobre, environ 700 personnes ont été transférées, dans un spectacle médiatique, vers des centres d’hébergement temporaires situés dans diverses régions de France. Jusqu’à 300 personnes sont parties le 26 octobre, avec très peu de temps pour se préparer, 450 de plus le 30 octobre et encore 300 le 2 novembre. Cette opération n’avait pas été annoncée publiquement à l’avance.

Les personnes qui ont été emmenées sont des gens qui n’avait pas encore reçu un hébergement en France, certain-es demandeurs/euses d’asile en attente de réponse ou d’autres en procédure Dublin (qui normalement n’ont pas accès aux procédures d’hébergement), ainsi que des personnes qui n’avait pas encore déposé de demande d’asile. Toutes ces personnes s’étaient inscrites sur une liste au centre Jules Ferry, disant qu’ils/elles voulaient un hébergement, et ont été informé-es de leur destination la nuit précédant leur départ, par des affichages dans la jungle.

Nous avons eu des nouvelles de beaucoup de personnes qui ne sont pas contentes de ce qu’il est arrivé, certaines devraient revenir à Calais. Les raisons sont d’une part le moment choisi et, d’autre part, le manque d’explication que les gens ont reçu, par exemple ils ne savent pas si leur procédure d’asile continuera à Calais ou si elle sera transférée plus près de leur hébergement. Et l’autre problème vraiment sérieux est le type de « logements » qui sont fournis.

Ce sont des centres d’hébergement temporaires, situés dans de très petits villages à travers la France. La plupart d’entre-eux sont incroyablement loin de la grande ville la plus proche. Certains logements sont des entrepôts avec énormément de lits à l’intérieur, d’autres sont des lieux normalement utilisés pour enfermer des personnes menacées d’expulsion et qui sont sous assignation à résidence. Dans un endroit, le toit du centre a été occupé (avant l’arrivée des personnes) par des fascistes qui protestaient contre l’arrivée des réfugié-es.

Pour être clair, ce n’est pas un geste de bonne volonté de la part du gouvernement. Ce qu’il fait il devrait déjà l’avoir fait, à savoir fournir des logements aux demandeurs/euses d’asile, et il le fait très mal.

Construction d’un nouveau camp dans la jungle.

Le gouvernement a engagé la construction d’un nouveau camp, à l’intérieur de la zone existante de la jungle. Ce camp est prévu pour 1500 personnes. Considérant également l’engagement du gouvernement à créer 200 nouvelles places d’hébergement dans le centre d’accueil de jour Jules Ferry pour les femmes et les enfants, cela représente tous les 2000 migrant-es qui vont être toléré-es à Calais en janvier prochain.

Mais, que ce passe-t-il pour le reste de la jungle ? La suite logique, serait que les autres parties de la jungle, autonomes du centre Jules Ferry et du camp, vont être vidées. Si vraiment cela est le cas, ceci impliquera une grande expulsion de police, qui dépend il semble « succès » de leurs autres opérations dont nous avons parlé ici.
Beaucoup d’informations sur le nouveau camp sont gardées secrètes, en terme de détails sur comment il va fonctionner. Quel contrôle il y aura ? Les gens devront-ils demander l’asile en France pour avoir une place ? Etc. Ce manque d’informations est sûrement dû d’une part a la volonté du gouvernement de ne pas être transparent sur ses intentions pour ce camp et, d’autre part, sur le fait que l’association La Vie Active, qui va gérer ce camp, ne sait pas vraiment ce qu’elle va faire.

Pour nous, il nous semble que ce camp va être le lieu de beaucoup de contrôle, comme dans la plupart des camps humanitaires « officiels » en Europe et ailleurs. Nous disons cela aussi en prenant en compte le comportement actuel de la police dans la jungle et celui de l’association La Vie Active dans le centre d’accueil de jour Jules Ferry. Nous pensons également que à un moment donné ce camp ne sera plus viable que pour ceux qui ne demandent pas l’asile en France, même si cela ne vaut pas pour tout de suite.

De quelque manière qu’il fonctionne, la construction du nouveau camp va commencer avec le déplacement forcé (par la force physique ou psychologique) d’environ 400 personnes. Il leur a été dit qu’ils devaient se déplacer d’ici le 1er novembre au soir. Il est difficile de savoir comment sera appliquée la force physique si les gens refusent.

Couper l’aide humanitaire et les solidarités dans la jungle.

Comme nous l’avons dit l’autre jour, la police applique un blocus des véhicules dans la jungle depuis le 25 octobre. Les véhicules d’associations officiellement reconnues ont été bloqués. Ils ont également essayé d’empêcher des soutiens de rentrer à pied. Lorsqu’on leur demande, les flics refusent de présenter un quelconque papier officiel sur la légalité de ces pratiques.

Ces pratiques réduisent l’accès au mouvement de solidarité qui soutien et vient passer du temps avec les habitant-es de la jungle. Mais c’est aussi une vieille méthode pour essayer de vider Calais : en empêchant l’aide humanitaire et l’acquisition de bien et de nourriture, les gens ne voudront pas rester à Calais.

L’objectif commun de toutes ces tactiques semble être de forcer (bien que le gouvernement dirait probablement « encourager ») les personnes présentes à Calais de demander l’asile en France. Nous condamnons absolument ceci.

Nous condamnons cette tentative de restreindre les choix des personnes et la restriction de leur autonomie d’aller et de venir là où ils/elles veulent.

On tire un voile humanitaire sur les yeux des gens. Ces nouveaux hébergements, dans la jungle ou ailleurs en France, ne sont pas bons. Ils sont là pour éviter au gouvernement un scandale sur la situation actuelle à Calais, et pour isoler et cibler plus facilement ceux/celles qui veulent vivre en dehors du système d’asile ou voyager vers la Grande-Bretagne. S’il s’agissait d’un geste sincère pour créer des situation décentes, il ne ressemblerait pas à cela. Il ne serait pas accompagné de la menace de détention, d’expulsion et de la violence de la police. Un logement décent est plus qu’un toit, surtout si le toit est occupé par des fascistes.

La motivation de tout cela est de vider Calais, par tous les moyens nécessaire.

Calais Migrant Solidarity, 1er novembre 2015

À lire également sur une opération de rafle la soirée du 31 octobre : Arrests in the city, Calais Migrant Solidarity, 2 novembre 2015 et D’une rafle à l’autre, Passeurs d’hospitalité, 1er novembre 2015

Voir également ici et sur les « centres de répit »

Dans la région également, de nombreux autres campements de migrant-es sont eux-aussi menacés de destruction et les migrant-es doivent faire face à une pression et une violence policière accrue.

Dans le camp de Téteghem, le 29 octobre, des flics qui venaient effectuer un énième contrôle ont été accueillit par des jets de pierre. 18 personnes ont été arrêtées.

Pendant ce temps, le blocage de la frontière continue à faire des ravages. Le 26 octobre au soir, un quatre migrants ont été percutés par un poids-lourd le long d’une route, l’un d’entre-eux est mort tandis que les autres sont blessés. Cela porte à 20 le nombre connu de migrant-es mort-es depuis début juin à Calais.

 

Perpignan (France). Après une rafle à Calais le 13 octobre, 4 migrants soudanais se sont retrouvé enfermés au centre de rétention de Perpignan. Convoqués devant le consul du Soudan afin qu’il reconnaisse leurs identités et signe le laissez passer pour l’expulsion, ils ont refusé à plusieurs reprises de s’y rendre et résistent aux pressions des flics qui les menacent de les inculper pour « soustraction à une mesure d’éloignement ».

 

Paris (France). Le 20 octobre, la manifestation appelée par les migrants du lycée occupé Jean Quarré a réuni plus de 400 personnes, aux cris de « Hourria, Karama, Insania » (Dignité, Liberté, Humanité). Un défilé dynamique dans le centre de Paris la nuit, beaucoup de tracts distribués aux passant.

Paris manif 20 octobre 2015 10 Paris manif 20 octobre 2015 4 Paris manif 20 octobre 2015 6

Trois jours plus tard, le bâtiment a été expulsé :

Retour sur l’expulsion du lycée occupé

Vendredi 23 octobre, le bâtiment de l’ancien lycée Jean Quarré a été expulsé. Occupé depuis le 31 juillet dernier, des centaines de personnes migrant-es vivaient là et des centaines d’autres y sont passées depuis trois mois. Cette occupation a fait suite à plusieurs campements et occupations, chaque fois expulsées par la force et par des propositions d’hébergement, laissant systématiquement une partie des migrant-es à la rue, sans rien et dispersant les autres à droite à gauche, dans des conditions plus que déplorables.
Annoncée depuis quelques temps par la mairie et la préfecture, et ordonnée par un jugement du tribunal administratif, l’expulsion devait avoir lieu à partir du lundi 26. Mais jeudi, des informations ont circulé, annonçant l’expulsion pour le lendemain matin.

Les fausses promesses, négociées avec la mairie et la préfecture par celles et ceux qui veulent bien y croire, promettaient une expulsion sans présence policière dans le bâtiment, avec des hébergements pour tou-te-s les habitant-es en région parisienne. Mais, qui peut encore croire, après cinq mois de lutte, que l’on obtient quoi que ce soit sans construire un rapport de force ?
Vendredi matin donc, ce sont des centaines de flics, certains cagoulés et armés jusqu’au dents, des agents de la mairie de Paris, de la préfecture, de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides, de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration, d’Emmaüs, de la Croix-rouge, qui ont investit le lycée sur les coups de 5h du matin. Des bus étaient là pour emmener les habitant-es vers des centres d’hébergements, mais sans aucunes garanties sur leur emplacement, sur le suivit des démarches administratives, sur les conditions d’accueil.

À l’intérieur et à l’extérieur, des personnes solidaires étaient présentes pour manifester leur solidarité avec les personnes migrant-es, tandis que certain-es « bénévoles » qui agissaient au lycée occupé depuis le mois de juillet, ont aidé les autorités à procéder à l’expulsion du lieu.

Le résultat est le même qu’à chaque fois, peut-être pire : une centaine de personnes n’ont pas eu d’hébergement et se sont retrouvées à la rue, tandis que d’autres ont été emmenées dans des centres à plusieurs centaines de kilomètres. Pour la mairie et la préfecture tout s’est bien passé et ils peuvent se féliciter. Une opération de communication rondement menée pour un résultat efficace : les occupant-es du lycée sont maintenant dispersé-es à droite à gauche et ne pourront plus les emmerder avec leurs manifestations, leurs revendications, leurs luttes collectives.

À bon ? Mais, pourtant, la lutte continue bel et bien. Dès l’après-midi, plusieurs dizaines de personnes, migrant-es non hébergés lors de cette expulsion et solidaires se sont dirigé-es vers l’hôtel de ville et ont manifesté toute l’après-midi, encerclé-es par les flics, pour obtenir le relogement de celles/ceux remis à la rue après l’expulsion. Rapidement ils/elles ont été rejoint-es par d’autres qui sont revenu-es des centres d’hébergements refusant l’accueil qui leur est fait (conditions de vie difficiles, pas de nourriture, pas de garanties sur la durée de l’hébergement, pas de suivit administratif, éloignement…). La mairie a fini par débloquer 80 places supplémentaires, mais pas assez pour tout le monde. Une partie des migrant-es est donc restée toute la nuit devant l’hôtel de ville, enfermé-es par des barrière, gardé-es par des flics, jusqu’à ce qu’ils/elles soient expulsé-es à 4h du matin.

Mais la lutte continue ! Solidarité avec les migrant-es ! Des papiers et des logements pour toutes et tous ! Liberté de circulation et d’installation !

Communiqués des migrant-es rassemblé-es devant l’hotel de ville :

« La mairie a dit qu’elle allait nous reloger mais c’est un mensonge, certains ont été pris mais d’autres réfugiés laisser à la rue. On a besoin d’une logement et de papiers. Nous sommes ici [devant la Mairie] pour qu’elle trouve une solution à notre situation aujourd’hui. »
« Notre priorité c’est d’avoir un abri. Ce matin, certains avaient des rendez-vous et d’autres avaient des démarches à faire, quand nous sommes revenus, on nous a dit qu’il n’y avait plus de places. Ils ont évacué les autres du lycée et nous, nous sommes toujours dehors. La Mairie de Paris nous a menti et n’a pas tenu sa promesse. »

paris evac lycee 23 10 15 4 paris evac lycee 23 10 15 5 paris hotel de ville apres midi 23 10 15 paris hotel de ville 23 10 15 3

Samedi 24 octobre, une manifestation était appelée depuis plusieurs jours pour la liberté de circulation et d’installation, contre les frontières, en solidarité avec les migrant-es en lutte pour des papiers et des logements, et faisait échos au rassemblement à la gare Saint Pancras à Londres en solidarité avec les trois personnes incarcérés en Angleterre pour avoir traversé le tunnel sous la Manche à pied. Voir l’appel à manifester à Paris ici. Et celui de Londres là, et plus haut le compte rendu de la manif à Londres. 

affiche frs arb eng far pour le 24 octobre

Malgré l’expulsion du lycée occupé, plusieurs centaines de personnes ont répondu présentes (700-800 personnes), des personnes solidaires, des collectifs de sans papiers ainsi que les migrant-es non hébergé-es chassés le matin même de la place de l’hôtel de ville et d’autres des centres d’hébergement. Le collectif 20ème solidaire de tou-te-s les migrant-es qui, plus tôt dans l’après-midi a déambulé dans les rues du 20ème arrondissement avec collage d’affiche et slogans, a également rejoint la manifestation.

Derrière les banderoles « des logements pour tous, migrant-es et réfugié-es », « we want house » en plusieurs langues, le cortège a descendu la rue de Belleville puis emprunté le boulevard de la Villette – boulevard de La Chapelle jusqu’au métro La Chapelle où de nombreux/euses autres migrant-es attendaient l’arrivée de la manifestation. Une autre banderole faisait explicitement référence aux trois migrants emprisonnés en Angleterre « Liberté pour les 3 marcheurs sous la Manche ».

La présence policière n’était pas visible depuis la manifestation mais très importante dans les rues adjacentes. Toutes les places et bâtiments occupés ces cinq derniers mois de lutte étaient lourdement protégés, les autorités ayant peur qu’un campement ne se réinstalle avec les personnes non hébergées et ayant quitté les centres : la caserne Château Landon, l’église Saint Bernard, la halle Pajol.

Pendant la manifestation nous avons reçu des nouvelles des migrant-es emmené-es dans des bus pour des soi-disant hébergement après la première partie de l’occupation du parvis de l’hôtel de ville : une partie a été emmenées dans un centre à Jouy-sur-Morin, une autre dans la salle des fêtes d’un village d’à côté et les autres ont été déposés… place de la Nation. Le lendemain matin, tous ont été remis à la rue.

À la suite de la manifestation les migrant-es ont décidé de bloquer le carrefour de La Chapelle. Pendant 30 minutes la circulation a été totalement interrompue jusqu’à ce que la présence policière se fasse plus forte. Le groupe de 100 personnes s’est dirigé vers le théâtre des bouffes du nord pour tenter de l’occuper, mais ils en ont été empêchés par une charge violente des CRS. Plusieurs personnes ont été blessées dont certaines ont dû être emmenées à l’hôpital. Ensuite, les CRS ont continué à charger et à disperser les manifestant-es à plusieurs reprises. Un groupe s’est replié dans la gare du Nord puis a décidé de se retrouver à Stalingrad pour discuter et décider quoi faire. Plusieurs migrants ont été arrêtés puis relâchés. Finalement certains ont décidé d’aller dormir place de la République et d’autres à droite à gauche.

Après ces deux journées de répression, la dispersion est presque totale. Mais des migrant-es commencent déjà à quitter les hébergements qui sont soit trop loin soit très mauvais, tandis d’autres sont remis à la rue. Désormais, ils sont plus que jamais à la merci de la traque policière. Des dizaines de refus d’asile sont tombés et ces derniers jours des rafles massives ont eu lieu à Calais et à Paris : l’État doit apporter son quota de migrant-es à expulser dans le plan européen de 400 000 déportations.

Après l’expulsion du lycée, les migrant-es sont de nouveau isolés et dispersés. Toute organisation collective a été cassée et il est plus que nécessaire de reconstruire une dynamique de lutte et d’imposer un véritable rapport de force, à la fois pour trouver des solutions concrètes pour répondre à l’urgence de la situation, mais aussi pour continuer la lutte contre le régime des frontières.

banderole1 2banderollesMOD 3marcheursMOD 12182833_10153565744605432_7497360218076360135_o

Après la manifestation, un nouveau campement s’est installé place de la République avec les personnes non hébergées, ceux/celles revenu-es des centres et de nouveaux/nouvelles arrivant-es. Après une première alerte mercredi après-midi, le campement a été expulsé jeudi 29 au matin, les flics repoussant violemment les migrant-es pour les forcer à monter dans le métro.

Ceux/celles-ci ont décidé d’appeler le soir même à un rassemblement qui a réunit plusieurs centaines de personnes, migrant-es et solidaires. Dans la foulée, un nouveau campement s’installait en lieu et place de celui expulsé le matin même.

Lire le communiqué des migrant-es expulsé-es de la place de la République.

Le lendemain, le 30 octobre, les flics sont revenus et ont de nouveau expulsé le campement. 80 personnes ont été emmenées dans des centres d’hébergement, les autres laissés sur place et sommés de se disperser. Voir ici et .

paris republique 30 octobre 1

Samedi 31 octobre, un cortège déterminé et dynamique des migrant-es expulsé-es de la place de la république et de différents centres d’hébergement a participé à la marche de la dignité et contre le racisme.

paris marche de la dignite contre le racisme 31octobre 3

Le dimanche, la volonté de poursuivre dans une dynamique collective est toujours présente et plusieurs dizaines de migrant-es se ré-installent pour la quatrième fois place de la République, rejoint par d’autres des centres d’hébergement qui décident de passer la nuit avec eux/elles en solidarité. La police continue son travail de harcèlement, tente d’empêcher l’installation de bâches et vient au petit matin pour expulser et disperser les personnes qui ont dormi là. Mais la détermination et la solidarité des migrant-es est plus forte que les menaces de la flicaille et le campement se reconstruit chaque soirs.

paris republique 3 novembre

Le 2 novembre, une manifestation de 300 personnes, principalement des migrant-es, est partie de la place de la République pour se rendre vers Châtelet, bloquant la circulation aux cris de « solidarité avec les réfugié-es, solidarité avec les sans papiers » et « liberté, dignité, humanité ». Appel de la manif

paris manif 2 novembre 1 paris manif 2 novembre 2 paris manif 2 novembre 4 paris manif 2 novembre 5

 

Paris/Saint-Ouen (France). Le 2 novembre, un réfugié kurde d’Irak hébergé dans le cadre du dispositif de la préfecture dans un hôtel à Porte de Saint-Ouen s’est vu annoncé qu’il devait quitter l’hôtel et retourner à la rue car le dispositif s’arrêtait là. Il a refusé de quitter la chambre et la direction de l’hôtel Formule 1 de la porte de Saint-Ouen a appelé les flics. Le gars refusant toujours de quitter la chambre et menaçant de se suicider, les flics lui ont tiré deux décharges de taser a bout portant. Il a été admis à l’hôpital et en est ressorti, heureusement sur ses deux jambes.

 

Varennes-sur-Allier (France). Après l’expulsion du lycée occupé dans le 19eme arrondissement de Paris le 23 octobre, 200 migrant-es ont été emmené-es dans un centre d’hébergement dans la commune de Varennes-sur-Allier en Auvergne (à 350 km de Paris !). Le 31 octobre, plusieurs groupuscules fascistes ainsi que le FN appelaient à un rassemblement contre « les clandestins musulmans », alertant sur le risque d’augmentation de viols (!) et la « ruine économique et culturelle ». Heureusement, plus de 150 personnes se sont rassemblées à l’appel d’organisation et d’association contre les fascistes (qui ont annulé leur manif au dernier moment) et pour exprimer leur solidarité avec les migrant-es. Eux/elles par contre ont eu l’interdiction de manifester et de sortir du centre (de la prison?).

 

Champcueil (France). Hébergés après l’expulsion du lycée Jean Quarré à Paris le 23 octobre, une vingtaine de migrant-es du centre de Champcueil en Essonne ont manifesté le lundi 2 novembre devant la mairie de Mennecy, à une heure de marche du centre. Ils demandent : un bon logement pour tous, de démarrer les démarches administratives, d’avoir accès à une médecin, la mise en place de cours de français, des tickets de transports, une amélioration de la qualité de la nourriture, l’accès à l’eau potable et que le personnel ne leur manque pas de respect ». Après s’être rassemblés devant la mairie, les manifestants sont allés devant la préfecture d’Evry pour porter les mêmes revendications. Mais ils se sont heurtés une fois de plus au mépris de l’administration qui a refusé de les recevoir. Le centre est géré par la Croix-rouge.

Champcueil 2novembre2015

 

Marseille (France). À Marseille le « Manba », lieu occupé depuis plusieurs semaines pour s’organiser avec les migrants dans la lutte pour des logements et des papiers, est désormais expulsable. « Cet ancien garage désaffecté depuis plus de dix ans a été investi collectivement et se veut un lieu-étape sur le chemin des shebabs. Alors que le nombre d’exilé.e.s ne cesse d’augmenter, que les frontières se ferment, des solidarités et des collaborations fleurissent ». Voir ici un texte et une vidéo de présentation.

Suite aux rafles massives qui ont lieu à Calais (voir plus haut), plusieurs migrants arrêtés ont été transférés au centre de rétention du Canet à Marseille. Sur place, la solidarité se met en place et un rassemblement est appelé devant le centre de rétention le 30 octobre. Voici l’appel :

Solidarité avec les réfugiés enfermés au Centre de Rétention Administrative du Canet

Face à l’arrivée massive de migrants cet été, on se doutait bien que la réponse de l’Etat ne serait pas humanitaire comme il le prétendait, mais répressive.

Depuis la semaine dernière, les événements s’enchaînent : expulsion de la maison des réfugiés à Paris, rafles massives à Calais… Lundi, 50 personnes sont arrivées au centre de rétention de Marseille après une rafle à Calais. Cela porte à plus de 100 personnes le nombre de personnes enfermées en ce moment au Centre de Rétention Administrative (CRA) du Canet. Leurs accès aux droits est quasi-impossible et leurs conditions d’enfermements sont de plus en plus dures (des rats, sont par exemple régulièrement signalés dans les chambres).

Mardi 27 octobre, 6 personnes se sont mises en grève de la faim. Elles dénoncent les mauvais traitements qu’elles ont subies à Calais et pendant le transfert : pas de nourriture, pas d’eau, pas d’accès au toilettes, violence de la part de la police… Ils ne comprennent pas et dénoncent le fait d’être enfermés alors qu’ils demandent seulement leur liberté et la possibilité de se réfugier en Angleterre.

Pour toutes ces raisons, le Collectif Soutien Migrants 13 appelle chacun et chacune à venir manifester sa solidarité devant le Centre de rétention et y faire un maximum de bruit.

Contre les frontières et l’enfermement, aucun être humain n’est illégal ! Source

Compte-rendu de la manif en soutien aux migrant-e-s en lutte

Des tambours improvisés, des slogans, des casseroles bruyantes, des pétards et des cris de rage en solidarité avec les migrant-e-s !

Vendredi 30 octobre,une centaine de personnes s’était donné rendez-vous devant le CRA du Canet à Marseille. Des tambours improvisés, des slogans, des casseroles bruyantes, des pétards et des cris de rage étaient venus rappeler toute notre solidarité aux migrant-e-s actuellement en lutte et emprisonné-e-s au CRA.

Les gen-te-s sont ensuite parti-e-s en cortège vers le centre-ville, laissant fleurir des tags ici ou là. De nombreux-es habitant-e-s nous ont montré ou crié leur soutien. Quelques-un-e-s d’entre elle/eux ont participé à la marche, dont certain-e-s très jeunes et très enthousiastes. Après un dernier détour par la gare et ses militaires vigipirate au regard vide, le cortège s’est dispersé en ville.

Rendez-vous est pris le samedi 21 novembre pour la prochaine manif en solidarité avec les migrant-e-s, contre les CRA et le monde de merde qui va avec ! Source

marseille manif cra canet 30 octobre 2015

Toujours depuis Marseille, voici un texte écrit et publié sur le site Marseille Infos Autonomes qui invite à une réflexion sur une dynamique de lutte contre les frontières qui pourrait se développer :

Lutter contre les frontières… Et bien plus !

À l’heure où la guerre qui s’intensifie en Syrie, au Moyen-Orient et au-delà génère son lot de massacres tout en leur fournissant un terrain d’entraînement supplémentaire, les Etats de l’Union Européenne tentent d’améliorer leur coordination en ce qui concerne la gestion de « flux migratoires » pour partie liés à l’ensemble de leurs
« interventions extérieures ».

Tout en accueillant « à bras ouverts » quelques « réfugié-es » et « demandeurs d’asile » élu-es selon des critères drastiques (et changeant selon leurs intérêts) ou directement sélectionné-es selon leurs besoins de main d’œuvre, ils annoncent un « durcissement des conditions d’entrée » : c’est-à-dire le blindage toujours renforcé des frontières tant extérieures qu’intérieures ( militarisation des territoires, des villes et des transports) et une augmentation des expulsions.
En termes simples les Etats de l’UE continuent leur tri infâme : « l’accueil » aux prix de l’acceptation des conditions de contrôle et d’exploitation pour une petite minorité de personnes, la mort aux frontières et/ou l’expulsion pour les autres, avec entre temps le passage par la case centre de rétention. Ils sont en cela largement aidés/et couverts par une cohorte d’humanitaires.

Mais cette « Europe forteresse », si elle peut correspondre à un rêve du pouvoir, n’en a pas moins subi différents assauts et offensives ces dernières années, plus ou moins collectifs, plus ou moins médiatisés.

Qu’on se souvienne de l’incendie du centre de rétention de Vincennes en 2008 et d’autres mutineries et évasions dans plusieurs prisons pour étrangers la même année et les suivantes, des nombreuses tentatives de saboter concrètement la machine à expulser ; qu’on pense aux multiples passages en force des frontières à Ceuta et Melilla, à Calais et aux frontières entre la Hongrie, la Serbie et la Croatie, ou encore aux mouvements de lutte auto-organisée des migrant-es tunisien-nes au printemps 2011… Tant d’exemples qui eux aussi ont leur continuité, et qui sous leurs divers aspects portent des désirs de liberté que ni flics ni barbelés ne parviennent à étouffer.

À l’opposé des logiques politiciennes, humanitaires et répressives du pouvoir : tri, comptabilité macabre et gestion des populations, nous souhaitons aujourd’hui comme hier imaginer et nourrir des chemins de révoltes et d’émancipation, qu’il ne tient qu’à chacun-e d’alimenter sans médiation d’aucune sorte.

Nous voudrions donc prendre le temps de réfléchir à ce que pourraient être les contours de dynamiques de luttes qui, dépassant le soutien bien réel apporté aux migrant-es ou la remise en question des « critères de régularisation » au cas par cas, puissent saper les rouages permettant aux frontières d’exister : des institutions, partis politiques, et associations… aux entreprises qui contribuent directement à l’enfermement et à l’expulsion de celles et ceux jugées indésirables dans ce monde de domination et d’exploitation. Source

 

Lille (France). La solidarité continue autour du campement des migrant-es du parc des Olieux, principalement des mineurs isolés. Des repas collectifs, un journal, des cours de français, une permanence de santé et une permanence juridique et des soirées de soutien s’organisent sur le campement depuis 4 mois.

Le 14 octobre 2015, une centaine de personnes se sont rassemblées au parc des Olieux à l’appel du collectif de soutien. Le 16 octobre, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées devant les bureaux en charge des mineurs isolés étrangers du département du Nord.

La pression policière est constante : plusieurs fois par semaines des opérations de contrôle ont lieu dans les environs ou sur le campement même et plusieurs migrant-es se sont retrouvés enfermés au centre de rétention. Source

 

Bari (Italie). Rassemblement solidaire avec les prisonniers du CIE et grève de la faim

Dimanche 18 octobre, un groupe de solidaires s’est rendu devant le CIE (Centro di identificazione ed espulsione, centre de rétention) pour apporter un salut aux reclus et faire entendre encore une fois leur proximité et leur solidarité, malgré les murs qui divisent encore. Les prisonniers ont répondu bruyamment aux solidaires et ont rappelé encore une fois les conditions de détention dégradantes, conditions durcies après le salut de ce dimanche par l’interdiction de sortir dans la cour le lendemain.

La réponse répressive n’a pas d’autres effets que de pousser encore plus les solidaires et tou-te-s celles et ceux qui portent la bataille contre les camps d’État, à continuer la lutte et à faire entendre toujours plus fort la solidarité avec les retenu-es. Immédiatement après la fin du rassemblement, certaines personnes enfermées au CIE ont commencé une grève de la faim pour protester contre leur enfermement. La grève ce poursuit à ce jour.

En outre, la nouvelle est arrivée d’une tentative d’évasion d’un prisonnier, malheureusement vaine. En sautant les murs du CIE, le gars s’est fracturé un bras et une jambe. Conduit à l’hôpital de Bari, il a été ramené en toute hâte au CIE et placé à l’isolement. Nous espérons recevoir bientôt des nouvelles sur son état de santé.

Nociebari, 20 octobre 2015 Source

Quelques jours plus tard, le ministère de l’intérieur a annoncé que le CIE de Bari Palese, en application des directives européennes, allait être vidé et transformé en hotspot.

 

Caltanisseta (Italie). Révolte dans le CIE de Caltanissetta – Pian del Lago contre l’expulsion

Le 19 octobre au matin une révolte a éclaté au CIE Pian del Lago, lors de laquelle une trentaine de tunisiens ont tenté de résister à une expulsion prévue dans la journée par un vol directe de Palerme à Tunis. Les migrants sont montés sur le toit du CIE et ont jeté des des tuiles, des pierres et d’autres objets contre la police anti-émeute et les gardes de sécurité du CIE. La révolte a durée plusieurs heures, et un retenu a été blessé et transporté à l’hôpital. Les 29 autres, malheureusement ont été emmenés en bus à Palerme pour l’expulsion.

Les expulsions semblent se produire à un rythme accéléré dans ce centre géré par la coopérative auxilium.

Solidarité avec les prisonniers et tou-te-s ceux/celles qui luttent contre les expulsion. Source

En Italie, de nombreuses expulsions massives sont mise en place par l’État et l’agence européenne Frontex. Cette machine à expulser s’est trouvée récemment renforcée avec l’ouverture en Italie de plusieurs hotspots, nouveaux camps européens d’enfermement et de tri des migrant-es. C’est entre-autre à partir de ces camps que vont s’organiser les expulsions de masse, plus de 400 000 personnes, prévues par l’Union européenne dans son plan de gestion des migrant-es.

 

Rome (Italie). Nouvelle expulsion de masse du CIE de Ponte Galeria au Nigeria.

D’abord supposée puis annoncée, elle est arrivée. L’expulsion de masse, coordonnée par les mercenaires de Frontex vers le Nigéria a eu lieu la matinée du 15 octobre, avec la sortie du CIE de trois bus de la police chargés de personnes à expulser et d’agents de différents types, escortés par des blindés de CRS.

Les gens enfermés dans le CIE racontent les cris des personnes expulsées, à la fois dans la section homme et dans la section femmes. En tout, 30 hommes et 20 femmes ont été transportées à l’aéroport puis expulsées par vol spécial.

Le consul nigérian continue de signer des avis d’expulsion, faisant souvent entrée dans le CIE. Nous savons avec certitude que, du CIE de Turin et du Hotspot de Lampedusa sont transportées des personnes nigériennes vers des cages du CIE de Ponte Galeria à Rome. Le fait que le CIE romain a un rôle important dans les déportations n’est plus une hypothèse.

La tristesse ne suffit pas. La colère est immense. Source

Un nouveau rassemblement est appelé au centre de rétention (CIE) de Ponte Galeria le 7 novembre :

Rassemblement en solidarité avec les personnes enfermées au CIE de Ponte Galeria

Les CIE sont des centres dans lequel les personnes immigrées sont emmenées parce qu’elles n’ont pas les bons papiers, enfermées en attendant d’être identifiées et expulsées d’Italie. Au cours des dernières semaines, les déportations ont été nombreuses, mais aussi les actes de protestation et de résistance de ceux/celles qui sont enfermées dans ces prisons. Pour cela, nous retournons sous les murs du CIE de ponte Galeria.

Pour un monde sans frontières, solidarité avec celles et ceux qui luttent pour la liberté.

Rendez-vous samedi 7 novembre à 15 heures à la station Ostiense et à 16 heures devant le CIE.

Quelques ennemi-es des frontières Source

roma presidio cie 7nov

 

Turin (Italie). Scotch et couverture

Le 22 octobre au matin, au CIE de corso Brunelleschi, la police a essayé une nouvelle fois d’expulser un jeune marocain et, cette fois, est parvenue à son but. Pendant une dizaine de jours, les flics sont entré quotidiennement dans le bâtiment de l’aire blanche du centre pour tenter de l’emmener, mais lui a chaque fois résisté, y compris avec des automutilations et en subissant des tabassages. L’état physique du jeune, après une semaine de brimades et de coups, était si précaire qu’il a passé les dernière 48 heures à l’hôpital. Cependant, alors que sa période de détention devait se terminer le jour même, les forces de l’ordre sont revenues pour essayer de l’expulser, sans aucuns scrupules et avec les mêmes méthodes. Cette fois, quand ils ont vu arriver hommes en uniforme avec les mêmes intentions, les autres détenus ont commencé à crier et à faire du raffut en solidarité leur compagnon qui était déjà dans un mauvais état. Lui aussi, malgré tout, s’est démené avec les forces qui lui restaient et, d’après ce qu’on nous as dit dedans, il est allé jusqu’à avaler des lames de rasoir. Les flics, pour mener à bien leur travail et l’emmener, l’ont bâillonné avec du scotch et enroulé dans une couverture, aidés par les opérateurs de Gepsa (entreprise qui gère le CIE de Turin), particulièrement désireux de filer un coup de main. De ce que nous savons il semble qu’ils aient fait un arrêt à l’hôpital puis qu’ils l’ai envoyé à Rome. De sa probable expulsion nous n’avons pas de nouvelles.

À l’intérieur du CIE, l’ambiance est restée tendue. Un de ceux qui a impulsé la manifestation de solidarité a été pris dans sa cellule et tabassé.

En fin d’après-midi, quelques solidaires qui ont appris les événements, ont improvisé un salut sous les murs du centre, interrompant ainsi le silence de a nuit en faisant exploser quelques pétard et lançant des cris d’encouragement auxquels les détenus ont répondu chaleureusement. Source

Le 25 octobre, l’entreprise Ladisa faisait sa journée portes-ouvertes à Turin, mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Cette entreprise collabore avec la machine à expulser en servant des plateaux-repas dans le centre de rétention de Turin. À plusieurs reprises les prisonniers du CIE ont eu l’agréable surprise de trouver des vers dans les barquettes de repas (voir ici). Certain-es sont alors allés leur rendre la pareille : une banderole a été accrochée à l’entrée (« faccia pulita, lavoro sporco Ladisa complice delle espulsione ») et un seau plein de vers a été déversé à l’intérieur. Source

turin ladisa

Toujours à Turin. Le 29 octobre, un groupe d’ennemis des frontières a fait une visite sur le campus universitaire Einaudi. La raison ? La présentation du « Dossier statistique immigration 2015 » réalisé par le Centre Idos, qui avait invité la conseillère régional à l’immigration Monica Cerutti du parti Sinistra Ecologia Libertà.

Au cours des dernières années, la conseillère, avec ses amis, a pris plus d’une fois la parole dans le débat public pour critiquer les CIE en les définissant d’ « inconstitutionnels », racontant ses visites à l’intérieur du CIE, condamnant le manque d’ « humanité » de ces lieux d’emprisonnement… oubliant de préciser que ce sont les dirigeants actuels de son parti qui ont fait ouvrir ces centres il y a dix-sept ans. Et encore aujourd’hui, qu’elle siège dans un Conseil dirigé par ces mêmes personnes, qui ont décidé de ne pas ferme les CIE quand ils n’avaient plus qu’un souffle de vie (après les grosses vagues de révoltes il y a un an, ndlt) et même qui maintenant sont en train de les restructurer et de les rouvrir l’un après l’autre.
Justement pour rafraîchir la mémoire aux hommes politiques de gauche, rappeler une fois de plus cette réalité qui a tendance à s’oublier, quelques ennemis des expulsions ont décidé d’animer le débat pendant quelques minutes : une intervention, une banderole, quelques cris, puis le groupe quitte le débat, non sans avoir rendu l’environnement un peu plus malodorant qu’il ne l’était déjà.

Et tandis que la Digos (police politique) était sur la campus pour enquêter sur l’acte, le groupe de solidaires s’est déplacé vers le CIE pour saluer les prisonniers : dix minutes de cris et de pétards, très appréciées des personnes à l’intérieur, mais pas des patrouilles de police qui se sont précipitées sur place et ont réussi à arrêter quelqu’un pour l’accuser de « allumage dangereux » (de pétard). Source

 

Brindisi (Italie). Un salut aux détenus d’un CIE caché.

Le CIE de Brindisi-Restinco a officiellement ouvert le 3 octobre, bien que peu de gens le sache et que d’autres le garde secret. Depuis son ouverture, il a déjà été le théâtre de protestations individuelles et collectives, de tentatives d’évasion et d’émeutes, de résistance à des expulsions. Néanmoins, pendant une longue période, les journaux et la police ont été silencieux sur la réouverture du centre, géré, comme le Cara (centre pour demandeurs d’asile) voisin par la coopérative Auxilim.

Samedi 31 octobre, autour de 15h30, un groupe de solidaire s’est rendu devant le centre, et, avec des slogans, des interventions au mégaphone et des pétards, a cherché à apporter sa solidarité aux détenus du centre. Le salut a été accueillit à l’intérieur avec des slogans et des cris, des coups et des insultes aux quelques militaires qui contrôlaient la situation.
Le CIE de Brindisi-Restinco, bien qu’ayant été rénové récemment, n’a pas de mur d’enceinte et d’un côté il y a seulement un grillage métallique et quelques militaires pour séparer les retenus de la liberté. Cela a permis aux solidaires de discuter tranquillement avec eux et d’avoir un contact direct.

Peu de temps après le rassemblement, tandis que les personnes solidaires sont arrêtées et accusées par la police, une manifestation commence dans le centre, avec des jets d’ordures dans les sections, des coups et des cris.

Bien que la police ait tenté de calmer les gens, la protestation a continuer et une grève de la faim a commencé dans les trois sections du centre.

Source et lien vers un récit à 2 voix de ce qui se passe à l’intérieur du CIE.

Mise-à-jour. Le 4 novembre au matin, après les protestations du 31, la police a mené une perquisition dans le CIE. Tout s’est passé tranquillement et la police n’a rien trouvé de remarquable. Pendant ce temps, seulement quelques détenus poursuivent la grève de la faim tandis qu’une bonne partie des détenus a recommencé à manger. L’un d’eux, qui a fait la grève de la faim pendant plusieurs jours, souffre du cœur et a du mal a obtenir le traitement dont il a besoin. Source

 

Grèce. Le 16 octobre, le premier hotspot européen a ouvert ses portes sur l’île de Lesbos. Il est situé dans l’actuel camp de Moria, à quelques kilomètres du port de Mytilène, perdu au milieu de nulle part. Composée de centaines de préfabriqués et de containers et entourée de haut barbelés cette prison d’un nouveau nom fait partie du plan européen de gestion des migrant-es et de renforcement des frontières qui se dessine peu à peu depuis quelques mois. La réponse de l’Europe à l’arrivée de milliers de personnes sur ces côtes c’est l’enfermement, le tri, les déportations. Ajouté à tout ça, l’opération Eunavfor Med de déploiement de navires de guerre en Méditerranée, qui vient d’entrer dans sa phase 2 et a obtenu l’accord de l’ONU pour bombarder les embarcations présumées de passeurs au large des côtes libyennes,

Concrètement, les personnes enfermées dans les hotspots seront identifiées (prise d’empreintes, de photos, enregistrement dans les bases de données comme Eurodac), triée (entre demandeur d’asile / ou migrant), puis, en fonction, soit leur demande d’asile sera enregistrée et elles rentreront dans le plan de relocalisation des 120 000 réfugié-es que l’Union européenne est prête à accueillir, soit elles seront expulsés dans leur pays d’origine ou dans un pays tiers.

Pour mener à bien leur sale besogne de trafic d’être humain, les autorités locales vont recevoir de l’aide, logistique, financière et matérielle de la part de l’Union européenne et des agences européennes Frontex (surveillance des frontières), Europol (police européenne) Eurojust (coordination des services de justice) ou encore d’EASO (bureau européen en matière d’asile). Ce camp est le premier à ouvrir en Grèce, mais d’autres sont déjà en activité en Italie. D’ici fin novembre quatre autres hotpspots devraient ouvrir sur les îles grecques de Kos, Samos, Chios et Léros, puis, à terme, sur le continent.

La Grèce occupe une place stratégique dans la guerre que mène l’Europe contre les migrant-es, car c’est une porte d’entrée sur le continent, par les îles ou par la frontière avec la Turquie. Là, dans la région de Evros, comme en Hongrie, où bientôt en Autriche, un mur s’élève sur quelques kilomètres de frontière.

Le 29 octobre, une manifestation était appelée à Thessalonique contre les hotspots et les frontières.

Thessalonique demo against hotspots and border fences 29oct15

Le 31 octobre, une manifestation contre le mur d’Evros et toutes les frontières a réunit 500 personnes, mais un important dispositif policier empêchait les manifestant-es d’approcher la clôture. Les manifestant-es se sont affronté-es avec la police, dans le village de Kastanies, à quelques centaines de mètres de la clôture. Source

evros demo 31oct 1 evros demo 31oct 2

Texte d’appel de la manifestation :

Assez de noyades dans la mer Égée, abattons le mur de Evros. Source

Chaque jours, des milliers de personnes, persécutées par les bombardements occidentaux, les régimes totalitaires et la violence intégriste, éradiquées par l’extrême pauvreté et la « croissance » des entreprises, luttent pour franchir les frontières et venir en Europe.

Ces milliers de personnes sont amenées à une lutte pour la survie, à la recherche d’une vie dans la paix et la dignité. Des milliers d’entre-eux/elles se sont noyé-es sur les côtes de la Méditerranée ; ceux/celles qui cependant parviennent à atteindre les États européens vivant-es doivent faire face aux camps de détention, aux attaques fascistes et racistes, à la violence de la police et des profiteurs, servent de main d’œuvre pas cher et facilement exploitable.

Tout en invoquant hypocritement leur humanisme présumé, les dirigeants de l’Europe mettent l’accent sur le renforcement des contrôles aux frontières, augmentent les moyens des armées et de Frontex, multiplient les camps de détention, les déportations et les retours forcés, révélant le véritable visage de l’Europe forteresse.

La clôture à Evros (à la frontière entre la Turquie et la Grèce) n’est pas pas seulement le symbole de l’exclusion, de la diabolisation de « l’étranger » et de la protection de la sécurité nationale et européenne à tout prix, c’est aussi la cause de toutes ces noyades en mer Égée et en mer Méditerranée.

Les barrières forcent les réfugié-es et migrant-es à suivre des routes maritimes dangereuses pour traverser les frontières. L’évidence montre que, depuis que la clôture a été construite le nombre de personnes qui se sont noyées dans la mer Égée a monté en flèche et va continuer d’augmenter puisque aucun barbelé ne peut arrêter un homme ou une femme qui se bat pour sa survie et sa dignité.

Nous avons créé la Coordination contre la clôture de Evros pour se battre pour la destruction de la barrière, l’ouverture des frontières et arrêter la tragédie humaine en Méditerranée. Des groupes et des individus se sont réunis pour joindre leurs forces, chacun-e avec ses propres idées, unis par la conviction commune qu’arrêter le cauchemar des frontières tâchées de sang est l’affaire de tou-te-s et du « mouvement ».

Les assemblées de la coordination sont ouvertes et horizontales, dans un processus direct qui poursuit la coordination et la coopération avec des initiatives semblables tant en Grèce qu’à l’étranger, étant donné la question de frontières nous concernent tou-te-s.

Nous ne pouvons pas rester silencieux/euses face à la mort. Tant que la barrière est là et que les frontières seront fermées, l’État grec et l’Union européenne continuerons d’assassiner des milliers de migrant-es et réfugié-es sur les côtes méditerranéennes, qui meurent dans les bateaux-cercueils, épaves des trafiquants d’êtres humains.

Nous appelons donc à une manifestation contre la clôture d’Évros et les frontières le samedi 31 octobre 2015.

Liberté de circulation pour les réfugié-es et migrant-es / Des papiers pour tou-te-s, pas d’expulsions / Aucun camp de détention / Contre l’Europe forteresse

Notre solidarité va détruire la clôture et les frontières.

Evros demo against hotspots and border fences 31oct15

 

Genève (Suisse). Suite à la tentative de suicide d’un migrant qui a reçu une réponse négative à sa demande d’asile, ses camarades ainsi que des personnes solidaires ont décidé d’organiser un rassemblement le 29 octobre devant le bunker Quidort pour exiger l’arrêt des renvois Dublin, la fermeture des bunkers dans lesquels les migrant-es demandeurs d’asile en Suisse sont parqués et exiger des conditions de vie dignes pour tous et toutes.

 

Prague (République Tchèque). L’ambassade de Hongrie à Prague a été redécorée de tags représentant des barrières et des barbelés dans le mois d’octobre. L’État hongrois a fait construire, par des prisonniers, un mur de barbelés long de 175 km à sa frontière avec la Serbie et un second mur à sa frontière avec la Croatie et la Roumanie. Mi septembre, le gouvernement a déclaré l’état d’urgence et déployé l’armée aux frontières.
Prague ambassade de Hongrie

 

Ljubljana (Slovénie). « Ljubljana calling! » – Appel pour une rencontre internationale, manifestation et action de solidarité avec les migrant-es et contre les frontières en Slovénie le 31 octobre.

Depuis plus d’une semaine de nombreux migrants traversent la Slovénie via la Croatie pour rejoindre l’Europe. En réponse, le gouvernement Slovène a fixé un quota d’entrée à 2500 réfugies par jour ; la Croatie a continué d’envoyer les réfugiés et migrants de l’autre de la frontière. Cette controverse entre la Slovénie et la Croatie a crée une situation humanitaire désastreuse pour les réfugiés et les migrants. Le gouvernement Slovène a utilisé cette situation qu’il a lui-même crée pour rapidement militariser la région et appeler l’Union européenne à un sommet au sujet de la route des Balkans.

Les mesures prises suite a ce sommet sont dans la droite ligne de la politique européenne actuelle, politique faite pour détruire le mouvement des réfugiés et des migrants : créer des « hot spots » en Grèce ainsi que désigner la Turquie comme une zone tampon pour les réfugies et les migrants. Après avoir encouragé les gens à suivre ce parcours dans des conditions humanitaires désastreuses, ils ont utilisé les images terribles des événements à la frontière Slovénie-Croatie pour pratiquer davantage d’expulsions, pour rendre la politique migratoire encore plus répressive et violente, pour sélectionner et trier les migrants et les réfugiés au moment de leur enregistrement afin de détruire leur solidarité collectif.

Nous sommes des personnes impliquées quotidiennement dans la solidarité avec les réfugiés et les migrants qui traversent la Slovénie pour tenter d’atteindre leur destination. Nous ne voyons les réfugiés et les migrants, ni comme des victimes désespérées, ni comme une menace, mais comme des personnes autonomes à la recherche d’une meilleure vie. Nos engagements quotidiens à la frontière nous permettent de nous rendre compte de l’attitude des autorités slovènes, qui mène à la déshumanisation des réfugiés et des migrants. Cette situation est utilisée comme un moyen pour isoler les réfugiés et les migrants en leur faisant subir les violences policières, la sélection et les expulsions.Nous nous rendons également compte que les autorités limitent de plus en plus la possibilité d’actions de solidarité des groupes de bénévoles.

Nous pensons que la seule manière de résoudre le problème des conditions humanitaires désastreuses des réfugiés et migrants est de tisser des liens avec eux. La solution n’est pas d’expulser les personnes ou de les soumettre a une vie sans perspective dans des centres fermés et isolés du reste de la société. La solution est d’édifier ensemble une société commune, citoyens, réfugiés et migrants.

Nous appelons à nous retrouver a Ljubljana (Lubiana) le samedi 31 octobre à 11h, pour participer à une rencontre internationale ainsi qu’à une manifestation contre la militarisation des frontières slovènes et les tentatives de l’Union européenne de bloquer la circulation des réfugiés et migrants. Après la manifestation de Ljubljana, nous irons ensemble à la frontière en tant que bénévoles indépendants pour exprimer notre solidarité avec les réfugiés et les migrants et pour bâtir ensemble une ouvrir l’Europe ensemble.

No borders / Stop militarization / Refugees welcome

Source : « Ljubljana calling! » – Call for international meeting, manifestation and solidarity action in Slovenia

 

‎Šentilj‬ (Slovénie). Le 31 octobre, plusieurs groupes néo-nazis appelaient à un rassemblement à la frontière Slovéno-autrichienne. Une centaines de militant-es antifascistes sont venu-es leur rappeler qu’ici comme ailleurs les migrant-es sont les bienvenu-es et que la lutte antiraciste est partout. Video de la manifestation

 

Frontière de Bapska (Serbie). Dans le cadre de la journée d’action du 31 octobre contre les frontières et en solidarité avec les migrant-es, le réseau No Border Serbia appelait à une action de solidarité à la frontière serbo-croate dans la région de Bapska.

 

Frontière Serbie/Hongrie. Vidéo d’une manifestation à la frontière le 16 septembre.

 

Zagreb (Croatie). Appel à une manifestation le 31 octobre, en solidarité avec tous les migrants, contre toutes les frontières

Les frontières de l’Europe forteresse se transforment avec une insoutenable légèreté en celles de « camps de la mort ». Si l’on en juge par les déclarations des politiciens européens et les pressions exercées par la Commission européenne, c’est une question de jours avant que les fils barbelés se prolongent depuis les frontières de la Hongrie jusqu’aux autres limites de l’espace Schengen, actuel ou futur. Les clôtures de fils de fer barbelés qui ont été érigées grâce au mécanisme du travail forcé, de l’exploitation des forces de travail des membres les plus faibles de la société – les prisonniers et les chômeurs – n’empêchent et n’empêcheront pas la migration des milliers de personnes qui ont été forcées de fuir leurs maisons. Les barbelés placés le long de la «ligne verte», la frontière naturelle, compliquent sérieusement la route des réfugiés en rendant leur voyage bien plus difficile, sur le terrain. Après avoir résisté aux agents des frontières de différents régimes et à leur répression politique sur la route vers l’Europe, avec le risque permanent de noyade, de vol et d’abus par les profiteurs du trafic d’êtres humains, le risque de détention, de peines de prison, d’expulsion, de violence et de mort, les personnes en migration sont épuisées, exténuées par des mois de marche, et doivent ensuite continuer à marcher plusieurs kilomètres, attendre des heures durant une procédure d’enregistrement et la prise de leurs empreintes digitales, elles doivent dormir la nuit dans le froid et sous la pluie, dans la boue au sens strict, et bientôt arriveront les premières neiges.

Nous invitons tout un chacun à protester et à manifester leur solidarité avec les migrants à toutes les frontières. Nous devons tous ensemble nous opposer à la limitation de la liberté de circulation, aux barbelés, aux camps, aux expulsions et aux mesures répressives de l’Union européenne. Nous demandons la suppression immédiate de toutes les barrières, le retrait des militaires, de la police et des forces de Frontex, la fin de toutes les formes de violence et de discrimination envers toutes les personnes, quel que puisse être leur « statut ».

Nous avons volontairement choisi de manifester sur la Place de l’Europe, à Zagreb, là où se trouve une institution clé de l’Union européenne. Nous souhaitons montrer que nous ne sommes pas et que nous ne serons pas d’hypocrites serviles d’une Europe qui érige des barbelés contre les femmes, enfants et personnes âgées, alors qu’au même moment son doigt impérialiste est plongé bien profondément dans le conflit du Moyen-Orient.

Aussi, nous saluons les manifestations qui auront lieu dans les villes à travers l’Europe. Nous invitons les activistes et tous ceux qui s’opposent à la politique répressive de l’Union européenne à se rassembler sur les place d’Athènes, Ljubljana, Budapest, Belgrade, Vienne, Priština, Skopje, Tirana. Montrons que les personnes aux frontières de la forteresse Europe ne sont pas seules.

Ensemble dans la lutte pour la liberté de circulation!

# Pour demander l’ouverture des frontières et la liberté de circulation pour toutes les personnes qui migrent, quelles que soient les raisons qui les ont obligées de migrer

# Pour demander la fin immédiate de l’illégalisation et de la criminalisation de toutes les personnes qui migrent

# Pour demander la fin immédiate de l’illégalisation et de la criminalisation de toutes les personnes qui viennent en aide bénévolement aux personnes qui migrent

# Pour demander la protection de toute personne dont la vie est mise en danger par un conflit armé, la guerre, la pauvreté, l’exploitation, la discrimination, le trafic et la traite d’êtres humains, ou bien qui sont victimes d’une violence structurelle et économique

# Pour demander la suspension immédiate du financement des conflits armés et des guerres, de l’invasion et de l’occupation, la fin de l’industrie de guerre et de l’économie qui reposent sur les conflits armés, la guerre et l’exploitation économique

# Pour demander la suspension immédiate du financement et la suppression de Frontex (Agence européenne pour la gestion opérationnelle aux frontières extérieures des pays membres de l’Union européenne)

# Pour demander le retrait des barrières, des barbelés et la fin du travail forcé dans leur démantèlement

# Pour demander qu’il soit mis fin à l’humiliation, à la torture et à toutes les autres formes de violences envers les personnes qui sont en migration et la suspension de toute expulsion des personnes qui sont (ou pas) arrivées à leur lieu de destination

Depuis Zagreb, solidarité. Ni frontière, ni nation, stop aux expulsions.

Source : Prosvjed solidarnosti s migrantima na svim granicama!

 

à suivre …

 

Tous les articles publiés sur la Lutte des migrant-es de La Chapelle

Tous les articles publiés sur Calais

Quelques liens : Paris Luttes infos // Marseille Infos Autonomes // Calais Migrant Solidarity//Presidio No Border Vintimille // Hurriya (Italie) // Clandestina (Grèce) // Assemblée No Lager Thessalonique //  Assemblée No Lager (Grèce) // No border Serbia //

Toulouse: l’UMP expulse ! Expulsons l’UMP

Mardi 14 avril 2015 le local UMP de Toulouse a été expulsé.

La mairie UMP de Calais organise depuis de nombreuses années une politique raciste et sécuritaire contre les pauvres et notamment les migrant-e-s.
Dernièrement elle a ouvert un centre d’accueil de jour dans le but d’éloigner les migrant-e-s du centre ville et de pouvoir mieux les controler.

Elle a tout fait ces dernières semaines pour les forcer à se regrouper sur une ancienne dechetterie près du centre de jour.
Le 8 avril 2015 des élus de la mairie UMP, épaulés par des employés municipaux, se sont rendus dans un squat de migrant-e-s, à Calais, et ont forcé les occupant-e-s à partir.
Ils ont ensuite saccagé la maison afin de la rendre inutilisable.

LA MAIRIE UMP DE CALAIS EXPULSE !

A Toulouse aussi la Mairie UMP désigne des boucs emmissaires, que ce soient les zonard-e-s, les putes, les galériens et galériennes du logement. Chaque fois, ce parti assoie sa légitimité sur les oppositions de classe, de race, de sexe, en choisissant fièrement le camp des oppresseurs.
Aussi un groupe s’est introduit dans ses locaux, en plein coeur de Toulouse, afin de leur rappeler leur sale besogne. Leur mobilier a été déplacé sur la chaussée, leurs dossiers quelque peu désordonnés, leur façade redécorée : ce n’est rien comparé à ce que subissent quotidiennement les migrant-e-s de Calais (pressions, déplacements forcés, expulsions, harcèlement policier et administratif).

Aujourd’hui c’est l’UMP qui était visé mais n’oublions pas la responsabilité du PS, de l’Etat ou des fachos.

De nuit ou en plein jour, tout-e seul-e ou à 300, chacun et chacune peut agir !

ToulouzUMPdegage

Ci-dessous, le tract distribué pendant le déménagement forcé de l’UMP.

L’UMP de Calais expulse !
Expulsons l’UMP !

En France, comme partout ailleurs, des milliers de migrantes et de migrants font les frais de la guerre aux pauvres, engagée par les Etats, et désormais par l´Europe. Obligées de quitter leur pays -bien souvent à cause de désordres occasionnés par l´avidité des puissances occidentales- ces personnes se retrouvent traquées par la police, mises en danger de mort lorsqu´elles tentent de passer une frontière, et méprisées par toutes les admnistrations. Tandis que cette situation s´aggrave, certains et certaines considèrent que toutes les vies ne se valent pas : cela leur permet de fuir leurs responsabilités. Nous crions l´inverse : personne n´est illégal, bienvenue à toutes et à tous les réfugié-e-s.

A Calais, la mairie UMP cherche à profiter de manière obscène de cet état de fait. Elle n´a de cesse de favoriser le racisme vis à vis des migrantes et des migrants, quand elle n´envoie pas tout bonnement ses employés municipaux faire le sale boulot d´expulsion généralement réservé aux flics. Ce parti nauséabond tente de creuser la fracture entre différentes populations, en fonction de leur couleur de peau, de leur langage ou de leur pays d’origine.

Nous ciblons aujourd’hui ce repère de réactionnaires : si les flics n’ont même pas eu à expulser manu militari cette fois-ci, la pression exercée sur les sans-papiers reste tout autant inadmissible. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il serait absurde de pointer un parti politique comme seul responsable. En effet, la préfecture “socialiste” du Pas-de-Calais n’est pas en reste quand il s’agit d’envoyer ses sbires en uniforme terroriser les migrantes et les migrants. Nous n’attendons rien des politiques, qui ne trouvent pas mieux à faire que de dresser les unes et les uns contre les autres. Nous considérons en revanche que la solidarité entre celles et ceux qui subissent la violence de l’Etat est la seule réponse adéquate face à leur cynisme.

Nous attaquerons les responsables et les structures qui cautionnent de tels mefaits.
Nous continuerons à combattre le racisme, où qu’il se trouve.

A bas les frontières !
Mort aux Etats et aux nations !

repris d’ indymedia nantes,

[Lausanne] Tags contre les vautours de la machine à expulser de l’EVAM

22 février 2015. Cette fin de week-end nous avons recouvert les vitres d’une antenne de l’EVAM (établissement vaudois d’acceuil aux migrants) de slogans tels que “expulseur de migrantEs”, “solidarité avec les immigréEs” et autres messages.
Quelques bombes de peintures, un élan de motivation et hop une attaque de plus contre la machine à expulser et les pourritures de vautours qui gagnent leur pains quotidien en détruisant la vie de centaines de personnes migrantEs.
A lausanne, comme partout ailleurs, ce genre d’attaques contre les rouages de la machine a expulse est fréquent.

Ni nation ni patrie, vive l’anarchie.

Publié sur indymedia suisse romande, repris sur Le chat noir émeutier

[Paris] Pour que la liberté ne se limite pas à un demi mètre carré

il y a une semaine la vitrine de la dorothys gallery (rue Keller à Paris XI – http://dorothysgallery.com/art/ ) a été recouverte d’affiches. D’autres ont été collé autour dans le quartier. Ce n’est qu’une petite réaction face à l’exposition « un demi-métre carré de liberté » qui a lieu là-bas depuis la mi-octobre.

sodexo

Pour que la liberté ne se limite pas à un demi mètre carré, à bas toutes les prisons !

IL Y A CE QU’ON VOIT, ET CE QU’IL Y A DERRIÈRE…

Difficile d’apprécier une œuvre artistique et la comprendre sans connaître son contexte. C’est un peu pareil pour l’exposition “Un demi-mètre carré de liberté”. Derrière la petite devanture et les intentions « charitable » et « progressiste » qui dégouline de la dorothy’s gallery, coule le goût âpre de l’enfermement.

En premier lieu on trouve son mécène, sodexo, qui spécule sur l’enfermement en gérant 34 prisons en France, et plus de 80 autres prisons et centre de rétention à travers le monde (Angleterre, Italie, Chili, Australie, Espagne et Hollande). Derrière Il y a aussi certains de ces intervenants et le discours qu’ils veulent faire passer. On pourrait citer les architectes Christian Demonchy et Bruno Michel qui ont réfléchi et pensé les prisons dans les années 80 et 90’s ou encore dessiné de grandes réussites architecturales comme les Baumettes ! Pierre-Victor Tournier, du CNRS, qui conceptualisa le principe de contrainte pénale, intégré dans la loi «Taubira».
Cela crée un élargissement du contrôle judiciaire au-delà des peines (toujours trop longues) et n’est rien d’autre qu’un contrôle supplémentaire sur nos vies…
Enfin avec cette expo, Une nouvelle fois les marchands en arts jouent ce rôle bien connu d’intégration des valeurs dominantes.

Il y a quelque chose de dégueulasse à ce que des pourritures qui participent à l’enfermement viennent nous présenter des oeuvres de prisonnier-e-s. On nous propose de s’émerveiller et de s’émouvoir, mais c’est pour mieux nous servir des discours sur la réinsertion et légitimer la prison. En taule, les enfermé-e-s dessinent, parlent, lisent, resistent, s’évadent, se révoltent, vivent. Ils ne le font pas grâce à Sodexo, mais malgré lui et souvent contre. Parce que tant qu’il y aura des murs pour nous enfermer, il y aura des gens pour se battre et les démolir.

CRÈVE LA TAULE !

Repris de indy nantes

[France] Quelques chiffres

Le rapport 2013 des associations présentes dans les centres et locaux de rétention vient de sortir. Bien que nous pensons que ces associations occupent le rôle de caution humanitaire à la gestion des indésirables par l’État et se contentent d’une dénonciation des dysfonctionnements plutôt que d’une critique réelle portée contre l’enfermement des migrant.e.s, nous en reproduisons quelques chiffres.

En 2013, 51 844 personnes ont été expulsées : 20 823 depuis la France (dont 7 386 retours dit « volontaire ») et 23 635 depuis « l’Outre-mer ».

45 377 personnes ont été enfermées en centre de rétention : 26 441 en France et 18 936 dans les territoires « d’Outre-mer ».

La grande majorité des personnes ont été arrêtées lors de contrôles dans la rue (rafles) et aux frontières (environ 10 000 personnes). Les autres lieux d’arrestation massive sont les gares et les prisons (un peu moins de 2 000 personnes dans chaque).

De nombreuses autres informations sont données sur les conditions et les mesures d’expulsion (vous saurez bien trouver ce rapport disponible en ligne).

Feu aux centres de détention. Enedeka maska Eretik Unik O gree

71 bonnes nouvelles quand même…

[Berne, Suisse] l’Organisation Internationale pour la Migration, un masque humanitaire de la machine à expulser

Nous avons attaqué le bureau de l’OIM (Organisation internationale pour les migrations) avec de la peinture.

L’OIM joue un rôle important dans la «gestion des migrations» de la Suisse en tant que partenaire de l’Office fédéral des migrations (BFM*) et du département fédéral de justice et de police (EJPD**) , qui ne signifie rien sauf la gestion, la loi sur les étrangers et donc la répression de gens qui ont commis le crime d’avoir traversé les frontières. Le retour «volontaire», qui est encouragé par l’OIM, est un mépris dont l’alternative est l’expulsion forcée, qui en fin de compte est mis en place et exécuté par leurs propres clients (l’office fédéral des migration et la police). En tant qu’organisation d’envergure internationale, l’OIM est également un bras de la politique coloniale du monde occidental, menée à travers des projets avecles prétendus pays d’origine, qui sont spécifiquement conçus pour empêcher la migration.

Le masque humanitaire, qui cache leur laideur derrière ces organisations, est à abattre. L’OIM est une partie intégrante du régime de migration dont fait partie les contrôles, les agressions, les expulsions. L’OIM et ses agents ne peuvent pas rejeter la responsabilité de l’oppression qu’ils exercent.

Que tous les responsables du régime de migration puissent brûler !

Quelques enragés.

Traduit de l’allemand ch.indymedia, par lechatnoiremeutier 18/08/2014 à 09h09

Notes:

*en allemand se dit « Bundesamtes für Migration »

**en allemand se dit « Eidgenössischen Polizei- und JustizDepartaments »

[Turin] Rassemblement au CIE

27 juillet 2014. Après les incendies des derniers jours, dans le CIE de corso Brunelleschi seulement 3 sections, la violette, la bleue et la blanche, fonctionnent partiellement. Dans l’attente que soient fini les travaux de restructuration commencés à la hâte au lendemain des révoltes, il y a dans le centre aujourd’hui une trentaine de retenus. Dans les derniers jours deux mecs ont été libérés tandis que trois ont été expulsés. Pour ce qui concerne les cinq arrêtés il semble qu’ils aient été ramenés au CIE, vu que les délits desquels ils sont accusés ne permettent pas l’incarcération en prison. En toute probabilité ils pourront donc entendre la solidarité du rassemblement de Dimanche 27 juillet à 19 heures.

 

Le CIE de Turin est quasiment détruit.

Des 6 sections seulement 3 fonctionnent actuellement, le reste a été brûlé durant les révoltes de mars. Dans le reste de l’Italie aucun CIE n’est entier. il en reste seulement 5 partiellement en fonctionnement. Les autres centres sont restés fermés par les mêmes détenus, les quels, fatigués t’attendre et chargés de rage, ont décidé de tout brûler. Pour pouvoir etre dehors de nouveau. Pour que plus personne ne finisse dedans.

Dans nos quartier la police tourne à la chasse aux sans papiers en tentant de soustraire quelqu’un, peut-être un ami ou un parrent, où quelqu’un que nous sommes habitués à rencontrer dans le quartier. Mais quand le CIE ne fonctionne plus, les rafles et les contrôles deviennents moins fréquente et la présence de la police est moins pressante, restant néanmoins enrageante. Quand le CIE est détruit ils ne peuvent plus enfermer nos amis. Quand il n’est plus on commence à mieux respirer. La machine à expulser s’enlise et ralenti.

Nous nous trouvons aujourd’hui dans une phase de restructuration. Certains centres, fermés par le feu des révoltes, sont proches de la réouverture. ceux encore ouverts sont rénovés. La gestion est entre les mains des habituels habitués comme la Croix Rouge; Aquarinto, Auxilium. Mais de nouveaux venus, qui senti l’affaire, apparaissent sur la scène ( comme la GEPSA, société française spécialisé dans les prisons privées, qui s’occupera de la sécurité interne du CIE de Milan). Le gouvernement préannonce des réformes comme la réduction des temps de détention espérant ainsi faire taire la rage des retenus et rendre les centres plus gouvernable.

De toute façon, si d’un côté des changements et des restructuration sont en perspectives, de l’autre la lutte des détenus dans le centre ne s’arrête pas. Il y a quelques jours, à Ponte Galeria les détenus ont tenté l’évasion, enfermant les flics dans les sections. La tentative n’a pas eu de fin heureuse mais a démontré à tous les retenus que se rebeller est possible. A Trapani cela c’est mieux passé : une tentative d’évasion collective à permit à quatre personnes de s’enfuir.

Il est important d’être solidaires des détenus, de soutenir leur lutte et l’amener en dehors de ces murs, attaquant les diverses ramification du système des CIE.

Il est important d’apporter notre chaleur et notre solidarité aux peu de retenus qui sont encore enfermés dans le CIE de Turin et crier fort que les CIE se ferment avec le feu des révoltes.

Dimanche 27 juillet, 19heures Rassemblement au CIE
Corso Brunelleschi angolo via Monginevro

traduit de macerie

[Hambourg] manifestations sauvages et émeutes contre les frontières et leurs gardiens

5 juin 2014. Après l’attaque brutale des flics sur un rassemblement de réfugiés de Lampedusa et de solidaires à Rathausmarkt à Hambourg jeudi 5 juin, des centaines de personnes sont sorties dans les rues de St. Pauli vendredi soir.

Une grosse manifestation non-autorisée avec près d’un millier de personnes a commencé vers 20h au nouveau Pferdemarkt et a défilé dans la rue Schulterblatt. Des slogans contre l’État et les frontières ont été tagués sur des murs, des banques et des magasins, des feux d’artifice ont été tirés et la manif a fait du bruit.

Après que les flics ait bloqué la manifestation, la foule s’est séparée et s’est retrouvée à différentes heures et en différents lieux du quartier. Il y a eu plusieurs manifestations en même temps. Le bureau du SPD [1] de St. Pauli a été attaqué tandis que l’entrée de la maison de la « sénatrice de la justice » [2] de Hambourg de Brigittenstraße a été détruite. Beaucoup de barricades ont été construites et les flics ont été attaqués. Ce ne sont que quelques impressions de cette nuit.

Les flics n’étaient pas en mesure de contrôler la situation. C’était plaisant de voir qu’il y avait beaucoup d’initiatives individuelles et qu’elles avaient été bien préparées.

Pas de frontières ! Pas d’État !
Pour beaucoup de nuits d’été incontrôlées !
Comme on pouvait le lire ce soir sur un mur de St. Pauli, fraîchement inscrit :
« Pour la révolte sociale ! »

[1Sozialdemokratische Partei Deutschlands, parti social-démocrate, deuxième parti d’Allemagne et celui du maire actuel de Hambourg

[2Justiz-Senatorin, membre du gouvernement de Hambourg chargée de la justice (comme Berlin, Hambourg est une ville-région donc avec son propre gouvernement)

 

[traduit d’un mail par leurs soins.]

[Radio] Émission Sans Papiers Ni Frontières du 4 avril 2014 en ligne

Émission Sans Papiers Ni Frontières du 4 avril 2014

Au sommaire :

*brèves collabos de la machine à expulser*brèves d’ici et d’ailleurs*Vincennes, révolte et solidarité (la suite)*à rennes et ailleurs, étudiant-ne-s et lycéen-ne-s contre les expulsions*circulaire valls*Agenda

Téléchargez/écoutez l’émission ici

Émission tous les premiers vendredi du mois de 19h à 20h30 (rediffusion le mardi suivant à 8h)

sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM en région parisienne et sur internet partout ailleurs

Prochaine émission le 2 mai 2014

[Grèce] Appel d’offre

2 avril 2014

Un appel d’offre pour la surveillance de trois centres de rétention (dont celui de Fylakio à la frontière Turque) a été lancé en grèce, rendu possible par une réforme législative de 2012 qui permet à l’Etat grec de sous-traiter la sécurité des centres à des entreprises privées.

Plus d’une demi douzaine de sociétés sont déjà en lice dont G4S, Mega Sprint Guard, JCB Security and Facility, Swedish Systems Security, avec 14 millions de dollars à la clé en partie financés par l’union européenne.

 

D’après la presse

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :