Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Calais] Ségrégation à Leader Price, douches incendiées et fachos anglais

Le samedi 27 septembre 2014, le magasin Leader Price situé avenue Roger Salengro à Calais a pratiqué la ségrégation à l’entrée de son magasin, interdisant l’accès aux personnes de couleurs qui désiraient faire leurs courses. Un groupe d’une dizaine de personnes habitant le campement de migrants soudanais situé derrière le magasin n’a en effet pas eu accès au magasin, la porte ouverte de ce dernier étant contrôlée par un vigile qui ne les a pas laissé rentrer, obéissant aux consignes du directeur. Plusieurs personnes ont été témoins de la scène et l’ont filmé. Voir ici.

Samedi également, une manifestation s’est tenue dans le port de Douvres en Angleterre contre « l’immigration clandestine » à l’appel d’un groupe facebook de soutien aux chauffeurs routiers qui font la liaison Douvres-Calais. Ce groupe de nazillons appelle à faire barrage en bloquant le port de Douvres afin « d’empêcher les terroristes de l’État islamique de rentrer dans le pays, d’empêcher Ebola d’arriver dans le pays, d’empêcher des criminels non contrôlés d’entrer« , mais aussi « les violeurs et les agresseurs d’enfants« …

Après la manif du collectif « Sauvons calais » et du gratin de l’extrême droite française du 7 septembre, les agressions fascistes continuent à Calais : Dans la nuit du 17 au 18 septembre 2014, les douches mises en place par une association caritative pour les exilés ont été une nouvelle fois (déjà en mars dernier) incendiées. Un matelas a été placé entre les deux bungalows, aspergé de combustible et allumé. Le 20 septembre ce sont des coktails Molotov qui ont été envoyés contre un squat.

Pendant ce temps là côté politiciens un accord a été conclu sur une aide du Royaume-Uni à la France de 15 millions d’euros en trois ans pour renforcer le contrôle du port de Calais : un fond commun, largement alimenté par ces 15 millions va servir à modifier le port de Calais pour tenter d’empêcher les migrant-e-s de passer en Angleterre mais aussi pour mener des campagnes « auprès des migrants pour expliquer le caractère illusoire et dangereux du passage clandestin vers le Royaume-Uni » explique le ministre Cazeneuve. Peut être que ces campagnes de tiendront dans le futur centre d’accueil ?

Face aux flics, aux fachos et aux politiciens la solidarité est plus que jamais nécessaire.

 

 

[Chypre] Des migrant-e-s refusent de descendre d’un bateau et exigent d’être conduits en Italie

25 septembre 2014. Au large de l’île de Chypre, plus de 300 migrant.e.s ont été secouru.e.s par un bateau de croisière alors qu’ils/elles se trouvaient dans une sale situation, en mer depuis trois jours. Arrivé au port, où la police attend pour tous les arrêter, 280 d’entre-eux refusent de quitter le navire et exigent d’être emmenés en Italie. Ceux/celles qui ont accepté de descendre ont été emmenés dans un camp à Kokkinotrimithia. Après 6 heures de négociations la police est montée à bord du bateau et a emmené tout le monde dans le même camp, apparemment géré par la Croix-rouge.

 

[Sète] Manifestation régionale contre les centres de rétention

Manifestation régionale contre les Centres de Rétention Administrative samedi 4 octobre à 14h, place de la Mairie à Sète (34).

Le texte d’appel :

ASSEZ ! Exigeons la fermeture des Centres de Rétention !

Aujourd’hui, environ 44 000 personnes sont détenues par l’État français dans des Centres de Rétention Administrative (CRA). Cela veut dire que des milliers de personnes, dont des familles avec des mineurs, sont enfermées et entassées dans des lieux de « privation de liberté » dont le seul et unique tort est de ne pas être nées en France et d’être en situation irrégulière.

Depuis des années, les associations d’aide aux migrant-es alertent l’opinion publique quant aux nombreuses atteintes à la dignité humaine et aux violences physiques (le dernier rapport de la CIMADE est éloquent a ce propos) et morales qui touchent les personnes enfermées dans les CRA et les zones d’attentes situées dans les aéroports, et qui sont souvent éloignées de force du territoire français après leur détention (56000 éloignements en 2012 uniquement pour le territoire métropolitain). Cette violence institutionnelle entraîne des suicides et d’autres actes désespérés comme des mutilations.

Nous rappelons que les migrant-es sont des personnes fuyant des conditions d’existence désastreuses ou qui tout simplement cherchent à vivre une vie un peu meilleure.

Nous rappelons qu’au 19ème siècle des millions d’européens ont immigré aux quatre coins du monde, fuyant la misère du « vieux continent ».

Nous rappelons que la richesse économique des pays occidentaux est aussi basée sur le pillage et l’exploitation des ressources et des populations dont sont originaires les migrant-es.

Les lieux d’enfermement, dont les CRA, servent le système capitaliste dans ses besoins de gestion des populations. Les CRA, comme les autres lieux d’enfermement, sont des conséquences de la barbarie étatique et capitaliste (la militarisation des frontières a entraîné la mort de 13000 migrant-es l’an dernier aux portes de notre belle Europe démocratique).

Il ne peut y avoir de capitalisme à visage humain !

Pour la liberté de toutes et de tous contre les CRA, les prisons en tout genre et la société qui les produit, venez manifester à Sète (34), sur la place de la mairie, samedi 4 octobre 2014 à 14h, et amenez vos casseroles pour vous faire entendre de nos camarades migrant-es ! Que crament les CRA !

À l’appel du réseau No Pasaran Hérault, Gard et Aveyron
manif-cra-AFFICHE-image

[Paris] État de siège dans tout l’Est du 18ème arrondissement

État de siège dans tout l’Est du 18ème arrondissement

Depuis plusieurs jours les opérations de police se succèdent dans toute la zone comprise entre boulevard de La Chapelle et boulevard Ney (La Chapelle, Barbès, Porte de Clignancourt).

Mardi 23 septembre, autour du métro La Chapelle, plus de 150 personnes ont été arrêtées à 6 heures du matin alors qu’elles dormaient sous les ponts du métro. La police, qui recherchait des personnes sans papiers cherchant supposément à rejoindre Calais, a embarqué tout le monde au commissariat de la rue de l’Évangile. Là, chacun a été forcé à donner ses empreintes, sous les coups pour ceux qui refusaient. Tous ont ensuite été libérés sans aucune explication, ni document.

L’après-midi et les deux jours qui ont suivi (mercredi 24/09 et jeudi 25/09) plusieurs patrouilles de dizaines de flics ont quadrillé les quartiers de La Chapelle et de Barbès/La Goutte d’Or, contrôlant, fouillant et arrêtant toutes celles et tous ceux qui se trouvaient là : migrants et migrantes visiblement sans papiers, vendeurs et vendeuses à la sauvette, personnes habitant le quartier ou passant par là à pied ou en voiture. Une réquisition du procureur leur donnait l’autorisation (et pour plusieurs jours encore ?) de contrôler au faciès n’importe quelle personne de 15h à 21h. Accompagnés de chiens policiers et suréquipés : matraque à la main, flashball pointé et gazeuse à volonté. Leur but est manifestement de semer la terreur pour “pacifier le quartier” et de bien faire comprendre à tous et à toutes “c’est qui qui commande”. Plusieurs personnes présentes jeudi soir ont manifesté leur solidarité et se sont faites prendre à partie par les flics, contrôlées et arrêtée pour l’une d’entre-elle.

Cette agression permanente des chiens de garde du pouvoir est intolérable. Amplifions la solidarité et refusons de nous laisser faire, occupons la rue et diffusons d’autres idées et pratiques que celles du chacun pour soi et tous contre tous, en distribuant des tracts, en collant des affiches, en organisant des rassemblements et des manifestations, en aidant celles et ceux qui sont la cible des rafles à échapper aux flics, en apportant du soutien aux personnes arrêtées, en discutant avec celles et ceux qui comme nous en ont marre que l’État, ses lois et ses flics nous empêchent de vivre.

 

State of siege in all the east of the XVIIIth district

For several days there has been one police operation after the other in all the area included between boulevard La Chapelle and boulevard Ney (La Chapelle, Barbès, Porte de Clignancourt).

Tuesday the 23rd of september, around the métro station La Chapelle, more than 150 persons were arrested at 6 a.m. whereas they were sleeping under the elevated railway. The police, looking for undocumented people supposedly trying to get to Calais, brought everyone at the police station of rue de l’Evangile. There, each one was forced to give his/her finger prints, under the blows for the ones who were refusing. And everybody was released without any explanation or document.

The afternoon, and the two days after (wednesday 09/24 and thursday 09/25), several patrols of about ten cops covered the districts of La Chapelle and Barbès/La Goutte d’Or, controlling, searching and arresting migrants apparently undocumented, street hawkers, local residents and passer-by on foot or by car. A prosecutor requisition was authorizing them (and who knows for how long ?) to control on appearance bases anyone from 3 p.m. to 9 p.m. Accompanied by police dogs and over-equipped : bats hand-held, flashball pointed and teargas unlimited. Their goal is obviously to spread terror in order to « pacify the district » and make everybody understand well « who’s in charge ». Several persons present on thursday evening expressed their solidarity and were taken to task by the cops, controlled and arrested for one of them.

These permanent attacks by the watch dogs of power are intolerable. Let’s intensify solidarity and refuse to be messed around, let’s occupy the street and spread other ideas and practices that the ones of « everyone for him/herself and all against all », handing out leaflets, sticking posters, organizing gatherings and demos, helping people targeted by raids to escape from the cops, lending our support to arrested persons, talking with the ones who are, like us, sick that the state, its laws, and its cops, prevent us from living.

 

[Paris] Le lycéen d’Édith Piaf libéré

24 septembre 2014. Le lycéen d’Édith Piaf (19eme) qui était enfermé au CRA a été libéré aujourd’hui, la veille du rassemblement prévu demain ! Comme à Saint Cloud il y a 15 jours (une lycéenne en rétention libérée juste avant le rassemblement). Le gouvernement a peur d’un revival de l’année dernière ?

[Belgique] Nouvelles des centres fermés

Abattu comme un animal ” et d’autres affrositées 18 septembre 2014

” Abattu comme un animal “
« Le matin du 15/09/2014, 10 policiers ont voulu venir chercher un Nigérian dans le centre fermé ‘Le Caricole .
Comme il refusait de les accompagner ils l’ont violemment frappé et traîné par terre. Ils l’ont menotté et il avait du sang sur son visage. Il a continué à crier. Les policiers lui ont mis un masque médical, puis l’un d’eux lui a fait une ‘piqûre ‘ avec un genre de “revolver” qu’il tenait à quelques mètres de distance. Le détenu s’est écroulé immédiatement, ne bougeait plus et a été porté dans le fourgon policier. » nous dit un témoin direct.
«  C’était affreux madame » nous  dit  un détenu,«  Ils l’ont abattu comme un animal »

« Expulsion en noir »
Le lendemain , toujours au Caricole, les matons sont venus chercher un homme pour « aller chez l’ assistante sociale » à 15 heures. Puis ils sont venus chercher ses affaires dans sa cellule. Il semble avoir été amené à l’aéroport pour sa 4 ème tentative d’expulsion. Cet homme était depuis plus de 4 mois en centre fermé. Il avait été déplacé de centre en centre (Bruges, 127bis, Caricole) suite à ces révoltes face aux traitements inhumains dans les centres. Il avait été prévenu de cette expulsion et avait introduit une demande d’asile qui devait suspendre cette expulsion mais….l’assistante sociale du centre n’avait pas introduit la demande d’asile aux autorités concernées!
« C’est une expulsion en noir » nous dit un de ses co-détenus.

Grève de la faim au centre fermé de Vottem :

Depuis plusieurs mois des grèves de la faim ou tentatives de grèves de la faim sont entamées très régulièrement collectivement ou individuellement. Actuellement plusieurs sont en grève de la faim dans ce centre.
Ils réclament la liberté et l’arrêt des expulsions.
L’un d’entre eux est à son 7ème jour de grève de la faim pour protester contre le durcissement des conditions de détention: Il est isolé dans l’aile sécurisée du centre de Vottem, sans aucun contact avec les autres détenus. Avec son avocat il dénonce ces enfermements inhumains et dégradants et il réclame la libération de tous. Un deuxième détenu en grève de la faim depuis 12 jours vient d’être placé ce 17/09 en isolement.

Repris de Getting the voice out

[Paris] Arrestation collective à La Chapelle (Mise à jour)

Mise à jour 20h. Tout le monde a été libéré.

Ce matin vers 6h aux abords du métro La Chapelle plus de 150 personnes ont été arrêtées et emmenées au commissariat de la rue de l’évangile. Là bas on leur a demandé leurs empreintes, ceux qui ont refusé ont été frappés, puis tout le monde a été relâché sans aucun document.

Une grosse opération de fichage, reste à savoir quelle sera la suite en espérant qu’il y aura plus de réaction…

Déjà début août une grosse rafle avait eu lieu au même endroit.

23 septembre 2014. Reçu de Calais :

« Bonjour, Vers 8h30, la permanence violence policière a reçu un coup de fil de personne soudanaises à la chapelle qui nous ont dit qu’une centaine de soudanais et érythréens qui dormait sous un pont à la chapelle avait été arrêté ce matin vers 6h30. Ils sont maintenant dans un commissariat de police porte de la chapelle (rue de l’évangile). Les flics leur disent qu’ils doivent donner leurs empreintes où ils auront des problèmes. Il y a parmi eux des demandeurs d’asile de Calais qui ont leur rdv empreintes. C’est l’un d’entre eux qui nous a appelé. Les flics ont aussi arrêté une personne soudanaise qui a un titre de séjour de 10 ans et qu’ils gardent menotté pour l’obliger à traduire […] »

[Maroc] Appel urgent aux dons – Contre l’emprisonnement des migrant*es et pour le soutien de leurs luttes

Dans le nord du Maroc, de nombreux migrant*es et réfugié*es sont bloqué*es, en attente d’ une chance de traverser vers l’Europe. Ces derniers mois, les harcèlements racistes ont augmenté, en particulier dans Boukhalef, un quartier à la périphérie de Tanger. Dans la nuit du 29 au 30 août, un jeune migrant sénégalais du nom de Charles a été agressé et tué. La communauté des migrant*es a répondu instantanément à cet assassinat en descendant dans la rue pour protester contre cette forme extrême de racisme. Cela a conduit à plusieurs confrontations entre la police et les migrant*es : la police utilisaient des canons à eau, battaient les gens et ont arrêté 29 des manifestants dans les jours suivants. Trois (chiffres officiels) ou jusqu’à six personnes ont été tuées lors de ces événements. Certain*es des militant*es arrêté*es ont été renvoyé*es dans leur pays “d’origine”, certains ont été condamné*es à un mois de prison et à une amende de 1000 dirhams (100 euros). D’autres ont été maintenu*es dans le sous-sol de l’aéroport de Casablanca pendant des jours, ont commencé une grève de la faim en signe de protestation contre leurs conditions de détention. Lorsqu’ils/elles ont finalement été libéré*es, elles/ils ont été condamné*es à une amende de 1000 dirhams. À l’heure actuelle, sept militant*es sont contraint*es de payer cette amende et devront faire face à d’autres répressions si elles/ils ne parviennent pas à payer.
Pour un*e migrant*e non régularisé*e avec guère de possibilités de trouver du travail à Tanger à cause du racisme et de la crise économique, cette somme d’argent est impossible à trouver. Par conséquent, nous appelons les militant*es et les groupes de l’Europe à faire preuve de solidarité en faisant un minime ou plus important don. Les gens ici sont confronté*es au quotidien à la répression et au racisme suite au politique migratoire des frontières de l’UE, mais continuent de lutter malgré la répression.

Nous avons besoin de toute urgence de 700 Euros afin que les sept militant*es soient soulagé*es et puissent continuer leur lutte. Si vous, ou des personnes de votre réseau sont dans la possibilité de verser un peu d’argent, ou si votre groupe ou association aurait des fonds disponibles à leur cause, s’il vous plaît entrer en contact avec nobordersmorocco@riseup.net Nous vous ferons alors parvenir nos coordonnées bancaires pour le transfert de l’argent.

SOLIDARITÉ – NO BORDERS MAROC
www.beatingborders.wordpress.com

[Italie] Évasions en série

Le 21 septembre 2014, au CIE de Ponte Galeria (Roma), un groupe de 4 retenus a tenté l’évasion. Un a été blessé en tombantOn peut écouter le témoignage de l’un d’entre-eux ici.

20 septembre 2014, CIE de Trapani. Dans la nuit, 4 personnes se sont évadées du CIE. Parmi eux un jeune s’est violemment cogné la tête et a été transporté à l’hôpital. Depuis personne ne sait où il est.

19 septembre 2014, CIE de Caltanissetta. Tentative d’évasion de trente personne empêchée par les opérateurs de la coopérative Auxilium qui ont prévenu la police anti-émeute.

15 septembre 2014, CIE de Trapani. Cette fois c’est un retenu seul qui, profitant encore une fois du sous effectif des flics, s’est évadé.

12 septembre 2014, CIE de Trapani. 4 retenus ont profité de l’absence de flics pour se faire la belle.

Sources : Hurriya et Macerie

[Calais] Des Molotov contre les migrant.e.s

20 septembre 2014. Dans la nuit de samedi, le squat « des égyptiens », rue blériot, a été attaqué par 4 riverains à coups de cocktails Molotovs. Trois ont été lancés et par chance un seul a pris feu et l’incendie a vite été éteint par les habitants du squat. L’un d’entre-eux a également été blessé à la jambe, percuté par le véhicule des attaquants.

Le squat de la rue blériot est expulsable depuis début septembre.

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :