Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Paris] Traque sans répit des réfugié-es dans le 18ème

Tract distribué dans le quartier de la chapelle au lendemain de l’expulsion de la halle Pajol le 8 juin 2015

TRAQUE SANS RÉPIT DES RÉFUGIÉES DANS LE 18ÈME

Hier, lundi 08 juin 2015, en début d’après midi, les réfugié-es expulsé-es de la chapelle, ont à nouveau été délogé-es, violemment, du campement provisoire installé rue Pajol, devant la bibliothèque Vaclav Havel. À 13h40, ils étaient une centaine quand les CRS ont débarqué pour les chasser. Seules quelques personnes solidaires étaient sur place à ce moment là.

Une distribution de nourriture venait de commencer. Les CRS ont rapidement encerclé les réfugiées et commencé à les embarquer dans un car qui est parti dans la foulée. Les divers réseaux d’alerte ont été activés et des militantes, voisines etc ont accourus sur les lieux. La résistance a été très forte. Des chaînes humaines se sont mises en place. La résistance des réfugiées et personnes solidaires a considérablement ralenti le travail des flics. Plusieurs réfugié-es ont réussi à s’échapper de la nasse.

Vers 17h, le deuxième car est parti avec difficultés, plusieurs dizaines de personnes ayant tenté de bloquer son départ en se mettant sur la chaussée. Les CRS quittent les lieux sous les huées du quartier. Les 80 réfugiés arrêtés ont été envoyés au commissariat de l’évangile dans le 18e, 30 d’entre eux ont atterri en centre de rétention (14 à Vincennes, 16 au Mesnil Amelot). 17 réfugiés ont fini la soirée aux urgences de l’hôpital Lariboisière : un réfugié a le pied fracturé, un autre a un testicule explosé…

Le soir même, les réfugié-es étaient à nouveau nombreux à se regrouper devant la halle Pajol. Les personnes solidaires sont là aussi. On ne lâche rien. La nourriture commence à arriver. Immédiatement, un nouveau débarquement policier a eu lieu. Les CRS empêchent les gens de récupérer les matelas et diverses affaires. Les renforts policiers affluent. Pas de relâche pour la chasse!! Les réfugié-es ne pourront pas encore souffler ce soir. À nouveau, la solidarité se met en place. Plusieurs personnes du voisinage accueilleront pour la nuit des réfugiés. Un autre groupe trouvera refuge à l’ENS. Et la majorité est accueillie au Bois dormant (un jardin partagé) situé à deux pas de la Halle Pajol.

La solidarité ne faiblit pas. Envers et contre tout. Contre les discours mensongers de la mairie et de la préfecture qui prétendent outrageusement que l’évacuation s’est fait avec humanité, qui prétendent que les réfugié-es ont refusé de demander l’asile, qu’ils et elles ont tous eu un hébergement… Voisins, militantes, personnes solidaires ne s’en laissent pas compter. La solidarité s’accroît et s’élargit, la résistance aussi. C’est tout le quartier de la Chapelle, et bien sûr au delà, qui est désormais mobilisé et qui résiste contre cette politique de traque aux réfugié-es.

Réfugié-es, voisin-es, personnes solidaires, nous ne lâcherons rien !

Des papiers pour tous et toutes !

Des logements pour tous et toutes !

Refugees welcome / Solidarité avec les réfugié-es !

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

Category: Tracts, Textes & Affiches

Tagged: , , , , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :