Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Paris, Calais, Vintimille, contre la chasse aux migrant-es, solidarité !

Tract distribué autour du quartier de La Chapelle par des personnes solidaires participant à la lutte des migrant-es de La Chapelle, fin juin 2015

PARIS, CALAIS, VINTIMILLE, CONTRE LA CHASSE AUX MIGRANT-ES, SOLIDARITÉ !

Le 2 juin 2015, les centaines de migrants et de migrantes qui s’étaient « installé-es » sous le pont du métro à La Chapelle en ont été expulsé-es, lors d’une opération de police présentée comme « humanitaire » par la Mairie de Paris.

Une petite partie des migrants a été prise en charge dans des hébergements d’urgence ou des CADA, la majorité est restée à la rue.

Une solidarité de quartier s’est rapidement mise en place face à cela, migrant-es et personnes solidaires tentant depuis de se regrouper, de s’organiser et de construire un rapport de force et de solidarité, en dépit de la traque policière et des difficultés pratiques et quotidiennes de survie.

À chaque nouvelle occupation d’un espace public ou d’un bâtiment, la répression s’est abattue durement, que ce soit à coups de matraque ou par la carotte humanitaire, en faisant miroiter aux gens des promesses d’amélioration de leur sort au cas par cas, promesses souvent non tenues.

Mairie et État souhaitent rendre invisibles celles et ceux qu’ils considèrent comme des indésirables et tentent par tous les moyens de les disperser pour casser la force collective : tentatives de divisions, arrestations, placement en centre de rétention, éparpillement dans des hébergements d’urgence non pérennes.

La municipalité a pu compter sur le soutien de ses meilleurs alliés : les partis de la gauche municipale et certaines associations humanitaire qui ont pris le train de la lutte en marche pour tenter de reprendre la main. Ils ont voulu s’inscrire comme les principaux interlocuteurs de la Mairie et de la Préfecture évinçant ainsi de fait, les exilé-es et les personnes solidaires. Leur présence a permis aux pouvoirs publics de mettre en place les conditions d’une nouvelle expulsion aux couleurs humanitaires.

En effet, vendredi 19 juin, le directeur de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides), accompagné d’élus et de membre de partis de gauche (Parti Communiste, Parti de Gauche, EuropeEcologie-LesVerts), a débarqué à 10h sur le campement devant le jardin d’Éole pour enjoindre les migrant-es à accepter leurs propositions : hébergements et suivi social, sans leur laisser le temps d’analyser la situation, de prévenir les personnes absentes sur le campement, ni d’avoir une discussion collective.

Plusieurs élus et membres de partis politiques qui se présentent comme des soutiens étaient visiblement informés depuis au minimum la veille de cette nouvelle opération médiatico-humanitaire mais n’ont pas jugé bon d’avertir les principaux concernés.
Ces hébergements présentés comme la vraie réponse aux demandes des migrants sont des cache-misère proposés par les businessmen de l’humanitaire (Aurore, La Mie de Pain, CHAPSA et CASH de Nanterre et le plus frappant le Centre d’hébergement d’Emmaüs dans l’enceinte du CRA de Vincennes). Ces lieux permettent à la Mairie à la fois d’éloigner la misère du regard des touristes, des honnêtes citoyens et de disperser les exilé-es pour empêcher toute organisation collective.

20150610_105340

Malgré les violences et les humiliations policières, les mensonges de la municipalité et les palliatifs des associations caritatives, la solidarité et la détermination des migrant-es à rester uni-es et à exiger que leurs droits soient respectés (logements, papiers…) n’a pas faibli.

Tandis que la Mairie de Paris traque les réfugié-es dans les rues de la capitale, l’État français fait la guerre aux migrants, de Calais à Vintimille, et les États européens occupent militairement la mer Méditerranée au prétexte d’empêcher les naufrages. Alors que la seule chose qu’ils veulent vraiment empêcher c’est que ces personnes rejoignent l’Europe.

Tout cela fait partie d’une même logique : la guerre aux migrant-es, leur rendre la vie la plus infernale possible dans l’espoir de les dissuader de partir, ou de rester. Les réfugié-es qui sont aujourd’hui dans les rues de Paris sont des survivants non seulement des guerres, des dictatures et de la misère qu’ils/elles fuient mais aussi de la guerre implacable que leur livre l’Union Européenne.

Il n’existe ni problème d’immigration, ni choc de civilisation, ni bonnes politiques migratoires. Le problème ce sont les États qui nous gouvernent, les frontières qui nous divisent, et les rapports d’exploitation et de domination. Le problème c’est de considérer un Soudanais ou une Erythréenne comme un ennemi et le patron comme un modèle. Pendant ces trois semaines de lutte, nous avons tenté, tous ensemble migrant-es et personnes solidaires, de mettre en place d’autres pratiques : l’auto-organisation, le partage, le consensus.

Et cela ne va pas s’arrêter car la solidarité est plus forte que la répression.
SOLIDARITÉ AVEC LES MIGRANT-ES


english version

IN PARIS, CALAIS, VINTIMILLE, SOLIDARITY WITH MIGRANTS !

On June 2, 2015, the hundreds of migrants “installed” under the elevated métro at La Chapelle were evacuated in a police operation presented as “humanitarian” by the Mayor’s office.

A small percentage of the migrants were offered places in emergency shelter or in centers for asylum seekers, the majority remained on the street.

Faced with this situation, neighborhood solidarity rapidly took shape, migrants and supporters trying to regroup, to organize and to create power and solidarity despite the police manhunt and the practical, daily difficulties of survival.

Each new occupation of a public space or building was met by repression – either the blows of a nightstick or the offer of humanitarian carrots, promises of improving the lot of the migrants on a case-by-case basis, promises often broken.

The city of Paris and the government seek to make invisible people they consider undesirables, trying by every means to disperse them and break their collective force : attempts at division, arrests, placement in administrative retention centers, dispersal in temporary emergency shelter.

The city authorities were able to count on the support of its finest allies : the parties of the municipal left and certain humanitarian associations, latecomers to the struggle seeking to take control of it. They wanted to assume the role of principal interlocutor of the Mayor’s office and the Prefecture, sidelining the exiles and the supporters. Their presence allowed the public authorities to put in place the conditions of a new humanitarian-looking evacuation.

Friday June 19, the director of OFPRA (French Office for the Protection of Refugees and Stateless Persons), accompanied by elected officials and members of left parties (Parti Communiste, Parti de Gauche, EuropeEcologie-LesVerts), showed up at 10 am at the camp bordering the jardin d’Eole to enjoin the migrants to accept their offer : shelter and social follow-up, without giving them the time to analyse the situation, to alert the people absent from the camp or to have a collective discussion.

Several elected officials and members of political parties presenting themselves as supporters had evidently been informed of this new media-humanitarian operation at least the day before, but hadn’t considered it necessary to alert the people most concerned by it.

Shelter centers presented as a genuine response to the migrants’ demands are a fig-leaf for misery offered by entrepreneurs of the humanitarian business (Aurore, La Mie de Pain, CHAPSA and CASH at Nanterre and the most shocking, Emmaus’ shelter located inside the compound of the Vincennes retention center.) These places permit the city of Paris to keep misery out of view of tourists and the well-to-do while dispersing the migrants, in effect blocking attempts at collective organization.

Despite the police violence and humiliation, the lies of the Mayor’s office and the aspirin of the charitable organizations, the solidarity and determination of the migrants to stay united and to demand the respect of their rights (housing, documents…) haven’t budged.
While the city of Paris goes on a manhunt in the streets of the capital, the French state makes war on migrants, from Calais to Vintimille, and European countries occupy militarily the Mediterranean on the pretext of stopping shipwrecks. In fact, the only thing they want to stop is these people reaching Europe.

All of this is part of the same logic : war on migrants, making their lives as hellish as possible in the hope of dissuading them either to leave or to stay. The refugees today in the streets of Paris are the survivors not only of the wars, dictatorships and misery they’re fleeing but also of the implacable war the European Union has made on them.

There’s no such thing as an immigration problem, nor a clash of civilizations, nor good migration policy. The problem is the States which govern us, the borders which divide us and the relations of exploitation and domination. The problem is to consider a Sudanese or an Eritrean as an enemy and the capitalist boss as a role model. Over the course of these three weeks of resistance we’ve tried, together – migrants and supporters – to put in place other practices : self-organization, sharing, consensus.

And that’s not about to stop, since solidarity is stronger than repression.
SOLIDARITY WITH THE MIGRANTS !

Pour retrouver toutes les publications sur la lutte des migrant-es de La Chapelle : Lutte des migrant-es de La Chapelle et sur Paris Luttes Infos : refugie-es-de-la-chapelle

Category: Tracts, Textes & Affiches

Tagged: , , , , , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :