Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Libye : détention et exploitation des migrants

BENGHAZI, 3 mai 2012 (IRIN) – Dans l’une des nombreuses salles où les prisonniers sont détenus au Ganfouda centre de détention dans la deuxième ville de la Libye, Benghazi, Suleiman Mansour *, un jeune Somalien de Mogadiscio, passe ses journées enfermé avec 15 autres migrants. Ils se trouvent sur des matelas appuyés contre les murs, qui sont griffonnées avec des noms et des slogans: on dit « I love la Somalie ».

«Je suis ici depuis quatre mois, » Mansour a dit à IRIN. «J’ai quitté Mogadiscio en août l’année dernière et a été arrêté à Koufra, avant ils m’ont amené ici. Certains d’entre nous avons des documents, mais ils sont toujours gardés à Koufra. « La ville du désert de Koufra, se trouve à un point où les frontières de l’Égypte, le Tchad et le Soudan se rencontrer.

Dans une autre salle, 36 hommes, principalement des Égyptiens, occupent une chambre. « Nous étions en Libye, avant même la révolution, mais par la suite, les gens avec et sans les documents ont été rassemblés», a déclaré celui qui l’habitude de travailler comme cuisinier à Benghazi avant d’être détenu. Benghazi était un bastion clé des forces d’opposition qui ont renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Au cours de soulèvement de la Libye, un certain nombre de migrants sub-sahariens africains ont été accusés de travailler en tant que mercenaires pour Kadhafi. En l’absence de tout système de justice formel, avec des groupes de miliciens dans le contrôle de vastes régions du pays, et avec le sentiment anti-africain omniprésente en Libye, beaucoup ont été battus et arrêtés.

Les autorités de Ganfouda disent que les migrants actuellement détenus n’ont pas été accusés d’être des mercenaires, mais ils ont été enfermés pour n’avoir aucun documents ou papiers périmés et de faux visas. Il y a environ 400 personnes dans le centre, y compris 150 Somaliens, 100 Bangladais et d’autres en provenance du Soudan, d’Égypte, de Syrie, du Nigeria, du Ghana, d’Éthiopie et d’Érythrée.

Les conditions sont dures. La poubelle est dispersé dans les couloirs de l’un des bâtiments ;  pour les détenus, être prisonnier, manger, dormir et utiliser les toilettes tout se fait dans la même pièce. La nourriture, que les autorités disent fournir trois fois par jour, se compose d’un grand bol de spaghettis partagés entre les groupes de cinq personnes.

« La politique qu’ils appliquent est de rassembler les gens en place que ce soit ici à Benghazi ou à Koufra et de les mettre en détention, parfois même jusqu’à 1800 personnes, et le centre ne peut pas y faire face, » Yolande Ditewig, la tête de l’ONU agence pour les réfugiés (HCR) sous-bureau à Benghazi a déclaré à IRIN. « En mettant les gens en détention, vous créez une situation humanitaire si vous n’avez pas les fonds nécessaires pour prendre soin des gens. De nombreux pays mettent les migrants en détention, mais ici il n’y a pas d’installations à leur fournir, pour la nourriture et la mise sanitaire aux normes.  »

Le nombre de centres de détention avant le soulèvement a été estimé entre 18 et 24 selon Samuel Cheung, agent de protection principal pour le HCR. Les chiffres actuels ne sont pas connus. Les autorités Ganfouda se plaignent que le gouvernement ne fournit pas toute l’assistance. « Nous n’avons aucun soutien. Ces ordinateurs sont de ma propre maison. Je n’ai pas été payés depuis Octobre 2011, mais je fais cela en tant que bénévole, parce que j’aime la Libye « , a déclaré Ahmad Mansour Shekey, un gardien au centre.

Une partie du problème, c’est que le ministère de l’Intérieur n’a pas été en mesure de prendre le contrôle des centres. Ils sont gérés par des groupes d’individus dont l’allégeance est souvent inconnue. Selon le HCR, la gestion des Ganfouda a changé quatre fois au cours des six derniers mois et n’est soumise à aucune unité de gouvernement en particulier.

L’absence de cadre juridique

Il semble également fonctionner comme un bureau local du travail, avec quelques migrants autorisés à travailler, malgré le fait que conformément à l’article 3 de la loi de la Libye sur la migration illégale datant de la période avant le soulèvement, toute personne qui emploie un migrant illégal est passible d’ un dinar mille (800 $ US) d’amende.

«Parfois, les gens nous demandent de travailler sur leurs fermes, et nous le faisons depuis quelques mois. Mais alors nous sommes repris au centre de détention, «Hassan, * un migrant égyptien a dit à IRIN. «J’ai été pris de travailler comme ouvrier agricole pour environ 300 dinars par mois (240 $). Si nous sortons de travailler, pourquoi ne pouvons-nous pas tout simplement être libéré? Pourquoi avons-nous de revenir ici de nouveau pour le centre?  »

Un migrant somalien, Abdul Mahmoud, * a également dit qu’il avait été pris à travailler sur un chantier de construction, puis ramené au centre. Un autre a dit qu’il avait travaillé sur une ferme et a été payé 200 dinars par mois (160 $).

«Nous sommes certainement préoccupés par l’exploitation du travail, et les abus», a déclaré Cheung. « Il y a quelques rapports non confirmés de migrants ne reçoivent pas leurs salaires, ou de leurs salaires utilisés pour l’entretien du centre. Mais alors à des moments, des centres de détention aussi les gens à travailler libération et de leur donner la chance d’obtenir régularisé.  »

Dans les années 1990, la Libye a encouragé la migration de l’Afrique subsaharienne pour combler un besoin de main-d’œuvre non qualifiée dans le pays. Mais les années suivantes ont vu une augmentation de la production nationale sentiment anti-immigrant, conduisant à des attaques généralisées sur les migrants subsahariens africains et intermittente rapatriement forcé vers leur pays d’origine. En vertu de Kadhafi il y avait aussi la coopération croissante avec l’Union européenne pour endiguer la migration en Europe.

Il n’existe actuellement aucun cadre juridique pour la distinction entre migrants économiques et les demandeurs d’asile. Et comme le pays est aux prises avec la consolidation d’une structure gouvernementale, il semble y avoir aucun plan clair sur la question des migrants.

« Il n’existe pas de cadre d’asile, aucun système juridique pour faire face à ce problème», a déclaré Ditewig. « Si vous arrêter quelqu’un, vous avez besoin de trier si il est un migrant ou un demandeur d’asile. S’il est déterminé qu’il est un réfugié, alors il est préférable de lui donner les documents et le laisser aller. Et si non, alors vous décider si vous voulez lui donner un permis de travail, ou l’expulser.  »

Ceux effectifs du centre Ganfouda dire que le principal objectif des migrants détention est de les empêcher de traverser la mer vers l’Europe. Alors que la Libye est bien connu comme un itinéraire de transit, elle a également pour un temps depuis longtemps un pays de destination pour les migrants économiques, et beaucoup de Ganfouda disent qu’ils veulent rester en Libye pour travailler.

« J’ai payé 300 $ US à venir à travers le désert à travers le Niger. Beaucoup sont morts sur le chemin de la soif, la « Fièvre Okoro, un détenu nigérian, a dit à IRIN. «Je veux rester ici et de pratiquer ma profession en tant que soudeur. Ici, il ya des possibilités.  »

Les représentants du gouvernement, cependant, ne croient pas que les migrants illégaux sont à venir à la Libye pour l’emploi. «Nous voulons qu’ils travaillent, mais ils ne veulent pas. Ils veulent juste une chance de se rendre en Europe », le général Issa Hammad, chef de la section de sécurité et de l’Immigration du ministère de l’Intérieur a déclaré à IRIN. « Même les Ghanéens et les Nigérians, ils restent souvent ici pour un certain temps, mais finalement, ils veulent aussi aller en Europe. »

Comme pour les migrants qui cherchent refuge contre les bouleversements politiques, Hammad pense solutions doivent être trouvées dans leurs pays d’origine. « Pour les nationalités comme les Somaliens, une solution doit être trouvée afin qu’ils puissent rester dans leur propre pays », a-t-il dit, « Dans le cas contraire, la meilleure solution est de les garder dans les centres. Si non, nous devons continuer à les sauver de la mer ».

Il semblait ignorer que les migrants en Ganfouda ont été recrutés sur place. « C’est illégal. En vertu des lois libyennes, vous ne pouvez pas avoir des contrats avec des personnes qui sont arrêtées, « a-t-il dit. « Peut-être qu’ils acceptent de travailler pour de bas salaires, juste pour sortir du centre, puis de s’enfuir. »

Dans toutes les grandes villes de la Libye, les migrants originaires d’Afrique sub-saharienne, du Bangladesh, d’Égypte et d’autres pays ont été employées comme agents de nettoyage, de la construction et des ouvriers agricoles et les travailleurs domestiques, les professions que les Libyens sont réticents à prendre. La violence et bouleversement déclenché par le soulèvement forcé 2011 790 000 la maison, ce qui représente ce que l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) décrit comme « une des crises les plus grandes migrations de l’histoire moderne ».

Un récent rapport de l’OIM conclut que «la Libye peuvent rencontrer de graves problèmes économiques et sociaux si elle ne peut pas attirer à la fois les migrants qualifiés et peu qualifiés pour aider à reconstruire le pays. »

La Libye est en passant par un temps de se redéfinir », a déclaré Cheung. «Le nouveau gouvernement est toujours à la recherche à ses règles du marché du travail. Certains réajustements aura certainement lieu sur les politiques migratoires. « 

Category: Brèves des frontières

Tagged: ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :