Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Tanger] La police rafle et tue – 4 décembre 2013

« Ça c’est passé comme d’habitude. La police est venue vers 16h dans le quartier, elle entrait dans les appartements où logent les Subsahariens pour les embarquer dans des cars et les expulser. Elle est arrivée dans celui de ce jeune, même pas 20 ans. Il a probablement voulu résister ; quelques minutes après, on l’a vu tomber du 4e étage, il est mort en touchant le bitume ».  Ce mercredi 4 décembre la police marocaine a encore assassiné un migrant, Cédric, lors d’une rafle dans le quartier de Boukhalef. Les flics ont pris la fuite laissant le corps gésir sur le bitume.

Mais cette fois-ci la réaction de la part des autres migrants ne se fait pas attendre. Ils sont plus de 700 à se rassembler et à marcher en portant le corps aux cris de « policiers assassins » et « police raciste ». La police et les militaires se sont interposés, la tension est montée d’un cran et des coups ont été échangés, pierres et bouteilles contre matraques.

Vidéo de Tanja actualités

[Maroc/Algérie] Bientôt une frontière de barbelés ? – 29 novembre 2013

Après les lames de rasoir installées sur les grillages et barbelés séparant l’enclave espagnole de Melilla du Maroc, le gouvernement marocain a décidé lors d’une réunion entre hauts responsables du ministère de l’Intérieur, de l’armée et de la gendarmerie à Oujda les 23 et 24 novembre, d’installer un mur de barbelés à la frontière avec l’Algérie. L’objectif affiché est d’empêcher les migrants qui passeraient par l’Algérie d’atteindre le Maroc et ainsi de réduire le nombre de celles et ceux qui tente de passer dans l’enclave espagnole. Cette barrière devraient s’étendre sur une zone de 70 à 450 km. Depuis mai dernier déjà, vingt-quatre nouveaux postes de contrôles de la frontière ont été installés.

Ce que le gouvernement marocain ne dit pas par contre c’est que beaucoup de migrants arrêtés lors des rafles sont ensuite expulsés du pays et lâchés en plein désert algérien. Ce nouveau mur a pour objectif aussi d’empêcher celles et ceux qui ont été déportés dans le désert et qui y ont survécu de revenir tenter leur chance.

barrière de Melilla(Dernier assaut de la frontière à Melilla)

[Melilla] Les frontières tuent, brûlons les frontières ! – 5 novembre 2013

Ce matin vers 5 heures, 150 à 200 migrant-e-s ont tenté le passage de la double frontière grillagée séparant l’enclave espagnole de Melilla du territoire marocain. Une centaine d’entre elleux ont réussi à entrer mais une personne est morte de ses blessures après avoir chuté de six mètres de haut en escaladant un des grillages. Quatre autres migrant-e-s ont été blessé-e-s et quarante ont été arrêté-e-s. En mars dernier, un migrant était également décédé après avoir été tabassé par les flics lors d’un assaut.

De leur côté les autorités espagnoles viennent de décider la mise en place de 6 km de « maillages anti-escalade » pour renforcer la frontière, qui consiste à réhausser les grillages par des fils de fer hérissés de lames de rasoir… A croire que deux morts sur la frontière dans l’année ce n’est pas suffisant pour les garants de l’ordre établi.

Le mois dernier, environ 400 personnes mourraient en tentant la traversée de la Méditerranée. Tant qu’il y aura des frontières il y aura des personnes qui mourront en les franchissant.  Brûlons les frontières !

 

Source : repris librement de la presse      

 

[Tanger] La police assassine un migrant – 10 octobre 2013

À Tanger, dans le quartier de Boukhalef, un migrant, Moussa Seck, a été tué par la police le 10 octobre 2013. Il a fait une chute du quatrième étage de l’immeuble où il habitait. Les autorités et les flics parlent d’un accident, M.S. aurait voulu prendre la fuite par la fenêtre en apprenant l’arrivée de la police.

Une personne présente avec M.S. dans l’appartement raconte lui que quand les flics ont débarqué dans l’appartement ils l’ont insulté puis tabassé à coup de matraque avant de le basculer par dessus le balcon et de prendre la fuite.  Dans le quartier, on raconte que pendant trois jours, toutes les rues étaient quadrillées par la police et les militaires qui raflaient tous les migrant-e-s subsaharien-ne-s présent-e-s.

Quelques jours après, la personne qui a témoigné (auprès des associations de défense des migrants) s’est faite arrêtée par la police pour l’expulser. Quand au corps de Moussa Sick il n’a pas pu être vu par ses amis et par les associations qui l’ont pourtant réclamé afin de pouvoir y constater les traces de coups de matraques des flics qui l’ont tué.

Ça fait plusieurs années que le Maroc (comme d’autres), en bon gendarme de l’Europe et moyennant des accords économiques, contrôle ses frontières extérieures pour empêcher coûte que coûte le passage clandestin en Europe (comme a Ceuta et Melilla), et rafle des centaines de migrant-e-s dans les villes et provinces avant de les déporter dans le désert à la frontière avec l’Algérie ou la Mauritanie. En août déjà, lors de grosses rafles, plusieurs migrant-e-s ont été tabassé-e-s. Une femme a été violée par des flics et un homme battu a mort.

Le 28 mai dernier, une centaine de migrant-e-s avaient occupé l’ambassade du Sénégal à Rabat contre l’acharnement de la police marocaine à leur encontre puis s’étaient affronté-e-s pendant plusieurs heures avec la police.

(à écouter également, une interview dans l’émission Sans papiers ni frontières du 6 septembre 2013 sur la situation à Melilla et les rafles)

[Espagne] Projet de surveillance des frontières par des drones

L’Espagne et l’Union Européenne sont en train d’étudier un projet de surveillance et de contrôle des frontières extérieures à l’aide de drones ultrasophistiqués. En guise d' »expérience » des drones ont déjà survolé la zone maritime qui sépare le Maroc et l’Espagne. La garde civile espagnole a déclaré qui ces engins étaient capables de détecter la présence en mer d’embarcations de harragas. Les données enregistrées par les drones sont transmises à d’autres avions et à des navires d’intervention de la marine nationale ou de la guardia civil.

L’Union Européenne étudierait l’extension de ce système de contrôle à d’autres parties des frontières extérieures de l’Europe, notamment au large de l’Italie. Le pouvoir tente toujours plus de rendre ses frontières imperméables pour tous les indésirables qui tentent de rejoindre l’Europe. Il y a peu il s’agissait d’élever les barrières et barbelés de Ceuta et Melilla que quelques mètres supplémentaires, aujourd’hui c’est un outil technologique de plus au service du contrôle des migrants. Cette annonce de projet intervient quelques jours après de nouveaux passages massifs des frontières séparant le Maroc de l’Espagne et qui ces derniers mois se sont fait de plus en plus nombreux ! Alors physiques ou technologiques : brûlons les frontières !

infos reprises depuis la presse.

[Ceuta&Melilla] Nouveaux assauts massifs – 17 septembre 2013

Près de 300 migrant-e-s ont franchi mardi 17 septembre à l’aube la frontière entre le Maroc et l’Espagne dans l’enclave espagnole de Melilla. Plus d’une centaine de personnes a réussi à passer et il y aurait plusieurs blessé-e-s. 40 mètres de grillages et barbelés ont été mis à bas et divers projectiles lancés contre les flics blessant 6 d’entre-eux.

Tout-e-s celles et ceux qui ont réussi à franchir la frontière ont été arrêté-e-s par la police et emmené-e-s au Centre d’accueil temporaire des immigrants (Ceti).

En même temps, à Ceuta, autre enclave espagnole, ce sont 350 personnes qui ont tenté de franchir la frontière. 91 y sont parvenues et là aussi elles ont été interceptées par la police et emmenées au Ceti de Ceuta.

 

[Ceuta] Passage de frontière – 2 septembre 2013

Une trentaine de migrants ont réussi à passer la frontière qui sépare le Maroc de l’enclave espagnole de Ceuta ce 2 septembre au matin, profitant que les gardes-civils marocains étaient occupés à faire leur sale boulot ailleurs, empêchant un autre groupe d’une quarantaine de personnes de passer. Ces derniers temps les passages ont été plus nombreux tandis que les autorités marocaines continuent leur répression envers les migrants. Depuis début août, au moins deux migrants ont été tués par les flics marocaines et une migrante a été violée lors de son arrestation. Une manifestation contre les rafles et la situation faite aux migrants est prévue dans le 14 septembre à Rabat.

[Melilla] Encore un assaut de la frontière – 6 août 2013

Une cinquantaine de migrants sont parvenus à franchir la frontière séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla suite à un assaut massif qui a eu lieu mardi 6 août vers minuit. Un homme s’est blessé au niveau des vertèbres lombaires en chutant de la clôture haute de six mètres.

Ceux  qui ont réussi leur tentative seront enfermés au Centre d’accueil temporaire des immigrants (Ceti). Ce dernier, d’une capacité de 480 places, renferme actuellement 850 personnes.
Ces dernières semaine les assaut de la frontière sont nombreux et massifs tandis que les flics continuent leurs rafles au Maroc. Des centaines d’immigré-e-s ont été arrêté-e-s et expulsé-e-s à la frontière ou enfermé-e-s dans des camps. Plusieurs migrant-e-s ont été tabassé-e-s. Une femme a été violée par des flics et un homme battu a mort.
FLICS PORCS ASSASSINS
LIBERTÉ POUR TOUS ET TOUTES !

[Melilla/Maroc] Nouvel assaut de la frontière et rafles au Maroc- 23 juillet 2013

500 migrants ont tenté de passer la frontière qui sépare le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla en deux point différents dans la nuit du 22 au 23 juillet. Une centaine ont réussi mais ont été arrêtés côté espagnol par la guardia civil, excepté quelques uns qui ont réussi à s’enfuir. Une trentaine de migrants seraient blessés.

Dans les villes du nord du Maroc depuis plusieurs jours la police rafle les immigrés et les expulse à la frontière algérienne. À certains endroits plusieurs lieux de regroupement des migrants ont été incendiés.

[Melilla] Nouvelle attaque collective de la frontière – 10 juillet 2013

Mardi, une centaine de migrant-e-s ont organisé un assaut de l’enceinte grillagée empêchant l’accès à l’enclave espagnole de Melilla. Environ quarante ont réussi à passer la frontière. Certain-e-s sont arrivé-e-s jusque dans l’aéroport de Melilla avant d’être rattrapé-e-s par les gardes civiles. Il semblerait qu’il n’y ait pas eu de blessé-e-s du côté des migrant-e-s. Le 26 juin une centaine de personnes avaient réussi à rentrer dans l’enclave lors d’un assaut similaire.

En réponse à ces assauts répétés, les autorités espagnoles et marocaines organisent conjointement la répression des migrant-e-s présent-e-s dans la province marocaine de Nador, frontalière de Melilla. Des hélicoptères se relaient pour surveiller la zone, avec pour conséquence des arrestations et des refoulements vers la ville d’Oujda. Le 3 juillet 15 migrant-e-s avaient été blessé-e-s et plusieurs arrêté-e-s suite à des affrontements avec les flics.

D’après la presse

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :