Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Milan] Inauguration avec le feu – 8 septembre 2013

Les travaux de rénovation du CIE de Via Corelli à Milan ont terminé il y a deux semaines. Capacité réduite de 182 à 132 places, nouvelles sections conçues spécialement pour prévenir les révoltes, avec le mobilier cimenté pour éviter toute dégradation, tout est prêt pour y enfermer les retenus protagonistes des révoltes de ces derniers mois dans les différents CIE italiens. Les fonctionnaires du ministère ont probablement pensé qu’ils avaient tout prévu et espèrent pouvoir compter sur le centre de Milan pour résoudre leurs problèmes de bureaucrates gestionnaires de la machine à expulser. Mais ils n’avaient pas pris en compte les retenus, qui ont décidé d’inaugurer la nouvelles structure à leur manière. Samedi après-midi (7 septembre) et dimanche matin (8 septembre), des retenus ont commencé à brûler des matelas et du mobilier. Pour le moment, les nouvelles sont rares parce que le règlement du CIE de Milan interdit l’utilisation des téléphones portables. Les agences de presse ne parlent pas d’arrêtés ou de blessés mais il semble que les incendies étaient importants, suffisamment destructeurs pour que les pompiers déclarent qu’une section entière est inutilisable. Deux incendies et trente places en moins, pas mal comme inauguration.

Depuis Macerie

[Mesnil-Amelot] Mutinerie au centre de rétention – 22 août 2013

Jeudi la tension est montée dans le cra 3 du Mesnil Amelot entre flics et retenus, après qu’un retenu ait escaladé une grille pour aller chercher le ballon de foot qui avait atterri dans une partie inutilisée du centre. La réaction violente des flics qui se comportent comme s’il s’agissait d’une tentative d’évasion provoque la colère de l’ensemble des personnes enfermées qui se mettent à crier et à taper contre les grilles, jusqu’à ce qu’un grillage du cra 2 cède. Les flics se déploient en nombre, armés de lacrymos et de matraques. Peu après les retenus mettent le feu à deux cellules.

Lors de la journée deux retenus ont été arrêtés par les flics. L’un est retourné dans le cra 3 après quelques heures d’isolement, l’autre après une journée en garde-à-vue et avec une convocation au tribunal, sûrement pour outrage et rébellion.

Les escortes aux TGI de Meaux ont été annulées et toutes les personnes qui devaient passer devant le JLD ce jour-là ont ainsi vu leur détention prolongée.

Solidarité avec les mutin-e-s !

 

Info reçue par mail

 

[Athènes] Révolte et incendie au centre d’Amygdaleza – 10 aout 2013

Amygdaleza-420x261

Samedi soir, au moment du repas, une émeute a éclaté au centre de rétention d’Amygdaleza en banlieue d’Athènes où sont retenues près de 1200 personnes.

D’après les journa-flics et la police,  la mutinerie aurait pour cause le passage de 12 à 18 mois de temps maximum de rétention ainsi que l’absence de climatisation et d’électricité du fait de travaux dans le centre. Les retenus auraient attaqué les flics et fait une dizaine de blessés. Les policiers anti-émeute sont arrivés avec grenades assourdissantes et lacrymogènes vers minuit et ont mis une heure à ramener le calme.

Selon des militants il s’agirait, plus précisément, d’une coupure d’électricité rendant la climatisation inopérante pendant trois jours dans au moins deux containers (où sont enfermés les migrants), les transformant ainsi en « fours sombres » dans lesquels ils auraient refusé de rentrer, provoquant colère, insultes et violences de la part des matons. S’en est suivi un conflit généralisé avec de nombreux incendies et les retenus affirment qu’il y a des blessés graves.

une vidéo de l’arrivée des flics anti-émeute

Mise à jour : Une « unité d’habitation » du centre est entièrement partie en fumée, et une dizaine de retenus a réussi à se faire la belle !

Plus quelques photos :

[Modène] Procès contre trois compagnons – 04 juillet 2013

À Modène, dimanche 16 juin dans l’après midi aux alentour de la gare, une voiture avec quatre compagnons à bord est arrêtée et perquisitionnée. Malgré l’absence de trouvailles particulières, les quatre sont emmenés au poste. Mis à part l’un d’entre eux, relâché car mineur, les autres sont arrêtés, accusés de dégradation, de tentative d’incendie et d’avoir lancé du matériel explosif, lors du “salut” aux détenus du CIE quelques heures avant.

Dans leurs témoignages, les militaires en service au CIE soutiennent qu’à la suite d’un lancer de “bombes de carton” (Ndt. : gros pétards) et de “roquettes” (Ndt. : grosses fusées d’artifice) tirées par un fantomatique “pistolet”, la clôture qui entoure le centre avait pris feu et qu’en conséquence, les flammes avait endommagé leur poste de garde et l’éclairage extérieur.

La procureure comme les journaux ont ensuite approuvé cette reconstruction parlant d’action paramilitaire, et complètent l’histoire avec un chef qui dirigeait le commando…

Après deux nuits dans les cellules dégueulasses du commissariat (littéralement pleines de sang et de merde) dans l’attente de la validation de l’arrestation, Sabbo, Gabri et Andre sont maintenant en détention préventive avec l’obligation de rester chez eux de 18 heures à 7 heures et ils ne peuvent pas sortir de leurs villes de résidence.

Le procès se tiendra le 23 juillet.

Les salauds qui cette fois nous ont touchés sont les mêmes flics et les mêmes militaires qui chaque jour emprisonnent, violentent et tuent dans les commissariats, dans les prisons et dans les CIE : ceci ne peut que faire brûler encore plus fort notre rage.

LIBERTÉ POUR ANDRE, GABRIELE ET SABBO !

LIBERTÉ POUR TOUS !

source  : nociemodena

[Modena] Arrestations suite au rassemblement devant le CIE – 16 juin 2013

 

Nous apprenons, dans l’attente de plus d’informations et détails, que trois compagnons ont été arrêtés et détenus suite à un rassemblement qui se tenait dimanche 16 juin devant le CIE de Modena.

Les accusations qui leur sont faites sont d’avoir dégradé par incendie, détention et utilisation de matériel explosif.
Ils sont encore détenus en préfecture et demain se tiendra  l’audience de validation (equivalent au premier passage devant un juge, ndt)

Des ajournements suivront.

source : informa-azione

Mis à jour : le Procès se tiendra le 23 juillet, d’ici là les compagnons sont tous trois  obligés de rester sur la commune et ont l’interdiction de sortir de 8 heures du soir à 7 heures du matin

[Turin] Encore des tensions dans le centre – 4 juin 2013

Lundi un mec de la section rouge s’est senti mal après avoir mangé une plaquette de tranquillisants  il est emmené à l’hôpital entre la vie et la mort, tandis que ses compagnons commencent à protester en brûlant matelas et draps. Les militaires interviennent avec les canons à eau pour éteindre l’incendie, inondant la tente sur le toit, au milieu des protestations des mecs qui vivent là depuis 9 jours.
Comme toujours les protestations d’une section se diffusent rapidement dans les autres. Dans la soirée les retenus de la section bleue et de la section blanche foutent le bordel et brûlent des matelas. il semblerait que ce ne soit rien de trop gros. Les informations depuis l’intérieur sont un peu confuses et on n’arrive pas à avoir de nouvelles précises. L’unique chose sure est qu’à l’intérieur le temps est compté, la tension haute, les militaires et les policiers excités et nerveux. Une belle manière de commencer la saison chaude.

source : macerie

[Turin] Révolte au centre de rétention – 30 mai 2013

Soirée mouvementée au CIE de corso Brunelleschi : tout part dans la section bleue, quand un flic apostrophe l’air goguenard un mec qui prie¹. Le geste cause à l’improviste un mouvement de colère dans toute la section : les retenus crient, flics militaires et gens de la croix rouge sont insultés, et certains commencent à mettre feu aux matelas et aux draps. En un instant la révolte s’étend aussi à la section jaune et à la section blanche, où les prisonniers commencent à hurler et à brûler ce qui leur passe sous la main. Le directeur du centre arrive même à demander pardon aux retenus pour le manque de respect qu’ont démontré les policiers, mais cela ne suffit pas à calmer les esprits.

C’est vrai que dans la matinée la police avait effectué de lourdes perquisitions dans toutes les sections, se présentant avec casques et matraques à la recherche d’on ne sait quoi, c’est vrai que les deux retenus sur le toit de la section rouge continuent leur protestation et leur grève de la faim, et qu’il ne suffit sûrement pas de deux mots pour faire oublier les humiliations quotidiennes ou calmer la rage. Durant une bonne demi-heure les draps et les matelas continuent à cramer dedans, tandis que dehors une trentaine de solidaires s’ajoutent au bordel avec des pétards  des slogans et du boucan.

Après presque une heure la situation semble revenue à la normale, quand certains flics font irruption menaçants dans la section jaune et se mettent à malmener certains coupables d’avoir trop mis le bordel. Mais la réponse des retenus ne se fait pas attendre et les mecs de la section blanche commencent à lancer pierres et bouteilles d’eau contre les CRS de la section adjacente, les faisant battre en retraite.

En effet, beaucoup à l’intérieur disent que les mecs de la section blanche sont les plus vivaces et énervés. Peut-être parce qu’ils sont nombreux, peut-être parce que la section dans laquelle ils sont est neuve et avec tout le mobilier encore intact, peut-être parce qu’ils parlent peu italien et sont les cibles privilégiés du harcèlement policier, mais ils ont démontré un courage et une ténacité que les policiers feraient bien de ne pas sous évaluer².

source : macerie

Notes du traducteur :

1 Bien que ne partageant pas entièrement le prétexte de la révolte, il est nécessaire à la compréhension des faits.

2 On donne des conseils aux flics maintenant 🙂 ?

[MAJ] Feu au centre de rétention de Bordeaux – 8 mai 2013

D’après la presse, un matelas a pris feu dans le centre de rétention de Bordeaux situé au sous-sol du commissariat central alors que se déroulait une cérémonie d’hommage aux flics. L’incendie s’est propagé et le centre a été fermé. Un retenu qui se trouvait dans la chambre où l’incendie a commencé est blessé tandis que les sept autres ont été transférés au centre de rétention de Toulouse. On ne sait pas encore si il va être poursuivi. C’est la seconde fois qu’un incendie fait fermer cette prison pour étrangers.
Mise à Jour : Poursuivi, il devait passer en procès le 10 mai 2013. A cause de son avocat et de la proc’, qui demandent en cœur une expertise psychiatrique dont pourrait résulter son internernent dans une prison pour « fous », il reste en prison jusqu’à son procès devant se tenir d’ici la fin juin.

[Bristol] Incendie et dégradations contre des véhicules de Mitie – 15 avril 2013

Pendant le week-end, nous avons attaqué deux différents vans de l’entreprise Mitie. Derrière le pub « Bush », situé à 5 minutes de Templemeads, lors d’une soirée ensoleillée pendant l’heure de pointe, nous avons saisi l’opportunité de crever deux pneus et de taguer le véhicule. Nous avons certainement été vus, et alors, bonne chance à eux, nous ressemblons tout simplement à n’importe qui.

Nous avons décidé de ne pas uniquement mener notre lutte aux heures sombres, en pensant que l’expression de notre colère, si elle était vue, poserait peut-être question aux témoins. A ce moment-là, nous avons évalué que le risque en valait la peine. Nous avons aussi brûlé un van de Mitie à East Bristol, en l’incendiant en pleine nuit.

Mitie est une des nombreuses entreprises qui ont largement bénéficié de la privatisation initiée par Thatcher dans les années 80. L’externalisation des prisons pour immigrés comme Campsfield, a été le premier pas pour se bâtir un empire, qui comprend maintenant les prisons, les centres pour « jeunes délinquants », les services de probation, et s’étend au logement et aux sources d’énergie « durable ». Nous ne demandons pas que ce qui précède soit contrôlé par l’Etat. Mais nous appelons à incendier toutes les prisons – pour immigrés, pour jeunes, quelque soient leur forme.

En plus des « centres de détention », Mitie gère maintenant 6 prisons différentes – dont deux instituts pour « jeunes délinquants ». Ils sont partenaires de l’UK Border Agency[Bureaux de l’immigration] et de l’administration pénitentiaire. L’an dernier, des travailleurs de Mitie à Londres ont fait grève après qu’une travailleuse enceinte ait été maltraitée, et ait finit à l’hôpital, tout en travaillant pour Mitie.

A travers le pays, des gens de tous âges sont confiés aux bons soins de Mitie, et sont tabassés et privés de liberté. Ces petites actions sont en solidarité avec eux, et toute personne qui était dans la rue ce week-end [dans les manifs émeutières pour célébrer la mort de Thatcher].

Mitie prétend aider les gens, mais leurs investissements dans le logement et l’énergie ne change pas le fait qu’ils ont l’intention de profiter de tous les aspects de la vie.

Feu aux prisons !
Brûle en enfer, Maggie !

Traduit de l’anglais par cettesemaine de 325, April 15th, 2013

[Modène] Flammes dans le CIE – 16 avril 2012

 

Dans la nuit du 16 avril, certains passants ont pu voir des flammes et de la fumée à l’intérieur du centre de via la Marmora. L’intervention des pompiers a été nécessaire pour arrêter l’incendie.

Les journaux locaux n’ont pas raporté la nouvelle

traduit de nociemodena

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :