Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Modène] Procès contre trois compagnons – 04 juillet 2013

À Modène, dimanche 16 juin dans l’après midi aux alentour de la gare, une voiture avec quatre compagnons à bord est arrêtée et perquisitionnée. Malgré l’absence de trouvailles particulières, les quatre sont emmenés au poste. Mis à part l’un d’entre eux, relâché car mineur, les autres sont arrêtés, accusés de dégradation, de tentative d’incendie et d’avoir lancé du matériel explosif, lors du “salut” aux détenus du CIE quelques heures avant.

Dans leurs témoignages, les militaires en service au CIE soutiennent qu’à la suite d’un lancer de “bombes de carton” (Ndt. : gros pétards) et de “roquettes” (Ndt. : grosses fusées d’artifice) tirées par un fantomatique “pistolet”, la clôture qui entoure le centre avait pris feu et qu’en conséquence, les flammes avait endommagé leur poste de garde et l’éclairage extérieur.

La procureure comme les journaux ont ensuite approuvé cette reconstruction parlant d’action paramilitaire, et complètent l’histoire avec un chef qui dirigeait le commando…

Après deux nuits dans les cellules dégueulasses du commissariat (littéralement pleines de sang et de merde) dans l’attente de la validation de l’arrestation, Sabbo, Gabri et Andre sont maintenant en détention préventive avec l’obligation de rester chez eux de 18 heures à 7 heures et ils ne peuvent pas sortir de leurs villes de résidence.

Le procès se tiendra le 23 juillet.

Les salauds qui cette fois nous ont touchés sont les mêmes flics et les mêmes militaires qui chaque jour emprisonnent, violentent et tuent dans les commissariats, dans les prisons et dans les CIE : ceci ne peut que faire brûler encore plus fort notre rage.

LIBERTÉ POUR ANDRE, GABRIELE ET SABBO !

LIBERTÉ POUR TOUS !

source  : nociemodena

Category: Brèves des frontières

Tagged: , , , , , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :