Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Brochure] Quelques textes autour de la lutte contre les Centres l’Identification et d’Expulsion – Italie – novembre 2012/avril 2013

Quelques textes autour de la lutte contre les Centres d’Identification et d’Expulsion

[Italie – novembre 2012/avril 2013]

Sommaire :

Turin : À propos de la lutte contre le centre, page 3

Rome : Feu à Ponte Galeria – entretien avec un retenu, page 9

Chronologie, page 12

Lettre de Greg depuis la prison de la Valette, page 25

Télécharger le pdf Quelques textes cie italie mai2013 format cahier

Télécharger le pdf Quelques textes cie italie mai2013 format page a page

couvertureim

[Modène] Rassemblement contre le CIE en solidarité avec les retenus en lutte – 11 mai 2013


Rassemblement contre le CIE en solidarité avec les retenus en lutte

Contre les lagers de la démocratie, où depuis 1999 sont enfermés les immigrés sans papier et en attente d’expulsion jusqu’à 18 mois au maximum. Les détenus sont contraints à subir à l’intérieur de ces structures des coups continus, des mauvais traitements, de la bouffe avariée souvent farcie de psychotropes.

Contre la police et l’armée qui en protègent les murs.
Contre les associations (Croix Rouge, L’Oasi, Connecting People, LegaCoop) qui se font du fric sur la détention des immigrés, contribuant à la machine à expulser.
En solidarité aux révolte qui depuis toujours enflamment ces centres, ici à Modène, comme dans toute l’Italie. La rage et la détermination des retenus ont mené à la fermeture de beaucoup de ces lagers, parmi lesquels ceux de Lampedusa, de Gradisca, de Bologne et aux dommages causés à beaucoup d’autres, aujourd’hui quasi inutilisables.

FERMER LES LAGERS DE LA DÉMOCRATIE
LIBERTÉ POUR TOUTES ET TOUS MAINTENANT
SAMEDI 11 MAI A 15 HEURES DEVANT LE CIE DE MODENA

VIALE DELLA MARMORA – uscita 10bis della tangenziale

source : no cie modena

PRESIDIO-AL-CIE-DI-MODENA-2

[Modène] Rassemblement solidaire devant le CIE – 20 avril 2013

Samedi, à partir de 15 heures, s’est tenu un rassemblement devant les murs du centre de Modène. Une soixantaine d’anti-racistes ont crié des slogans et salué au mégaphone les internés, qui ont répondu avec du bruit et des cris. Le rassemblement a duré une heure et demi, puis un petit cortège a traversé le centre de la ville, une banderole en tête : Solidarité avec celles et ceux qui se rebellent dans les CIE, Fin des lagers d’État. Des interventions et des slogans ont suivit toute la via Emilia, interrompant le placide après-midi de shopping

La lutte contre ces lagers ne s’arrête pas là, un appel pour une autre journée de lutte et de solidarité devant les murs du CIE de via la Marmora a Modene suivra prochainement.

Des CIE et des prisons, on ne veut en voir que des ruines. Liberté pour tous et toutes !

traduit de nociemodena

[Modène] Rassemblement devant le CIE – 20 avril 2013

Tant que les CIE existeront… personne ne sera libre!

Que le centre d’identification et d’expulsion soit un endroit infernal n’est pas une information nouvelle. De son ouverture en 2002, en passant par la « misericordieuse » gestion de Giovanardi jusqu’à arriver au catastrophique appel d’offre gagné par la fantasmagorique coopérative Oasi, on ne compte plus les plaintes et les appels contre cette structure, jumelée à celle de Bologne, qui a du fermer pour ses conditions désastreuses.

Après des années de révolte, les journaux et institutions ont du reconnaître le fait que « les conditions hygiénique et sanitaire » et les  » carences assistancielles » rendaient le CIE de via Mattei « inadéquat ». Langage du pouvoir qui masquera des années d’abus et de torture psychologique sur les « hôtes ».

A Modene s’ajoute le fait que les détenus n’ont pas la possibilité de communiquer avec l’extérieur car les téléphones portables sont confisqués à l’entrée. Il y a en outre l’administration massive de psychotropes.
Les abus et les sévices perpétrées par la police et l’armée, couvert par l’omerta voire la complicité directe des opérateurs sont légions. Dans leur jargon ils l’appellent « maintient de l’ordre public » (sous prétexte qu’il est toujours et partout, et pas seulement dans le CIE).
Le dernier de ces épisodes ont eu lieu le dimanche 7 Avril. Devant le refus par les responsables du CIE de s’occuper d’un prisonnier diabétique qui était dans un état critique, les détenus ont donné naissance à une manifestation à laquelle les policiers ont réagi violemment causant au moins deux blessés.

« on ne peut aider un homme qui se débat dans un torrent en demandant au torrent de le laisser en paix »

Se rebeller est juste
Rassemblement de solidarité
samedi 20/04 à 15heures

traduit de nociemodena

[Modène] Flammes dans le CIE – 16 avril 2012

 

Dans la nuit du 16 avril, certains passants ont pu voir des flammes et de la fumée à l’intérieur du centre de via la Marmora. L’intervention des pompiers a été nécessaire pour arrêter l’incendie.

Les journaux locaux n’ont pas raporté la nouvelle

traduit de nociemodena

[Modena] Autodéfense, révolte, et représailles au Cie – 7 avril 2013

Dans l’après-midi les retenus font savoir que depuis ce matin une révolte est en cours, démarrée suite aux protestations contre le transfert de la prison au CIE d’une personne diabétique en mauvaise condition de santé. Dedans les détenus se sont enfermés dans la section et cherchent à résister, dehors les carabiniers cherchent à forcer pour entrer montrant l’intention d’arrêter la révolte avec les matraques.

Entre 16h30 et 17 heures les carabiniers arrivés en force réussissent à percer et à entrer dans la section et commencent le saccage. Au moins un des retenus reste à terre blessé.  Devant le CIE ont entend des cris et des bruits.

Une ambulance arrive et s’en va, on ne sait pas si quelqu’un est à sont bord (les « forces de l’ordre » disent aux détenus que le détenu a été emmené à l’hôpital). Dans la soirée ils font savoir que la protestation est encore en cours, et quelques solidaires dehors entendent des cris et des bruits.

Solidarité avec celles et ceux qui se révoltent
Ni CIE, Ni prison, Ni cages !

Traduit de informa-azione

[Modène] Révolte et balles de tennis – 25 décembre 2012

Mardi 25 décembre, des balles de tennis ont été envoyées par dessus les murs du centre de rétention de Modène. Des messages comportant l’inscription “liberi tutti” ainsi qu’un numéro de téléphone étaient glissés à l’intérieur. Le soir même une révolte éclate: des matelas sont jetés dans la cour et les insultes contre le personnel du centre et les forces de l’ordre présentes sur place fusent. Il y aurait eu, également, plusieurs tentatives de suicide. Dès lors, les détenus ont  entamé une grève de la faim.

D’après macerie

Italie : émeute et évasion a Modena

Italie : émeute et évasion a Modena

22 mai 2012

Hier soir tard dans la nuit, il y a eu une évasion de groupe avec violence dans le CIE Modena. 26 immigrants clandestins ont réussi à s’échapper malmenant à coups de barres de fer improvisés les soldats qui étaient de garde. Trois soldats blessés. La moitié des étrangers qui se sont évadés ont été rattrapés et ramenés au centre.
Sur l’incident au Cie le conseiller Dori Maurizio du Parti démocratique s’exprime : « Deux hommes de la Guardia di Finanza et  un militaire ont été évacués (l’un des flics de la guardia di finanza avait des points de suture à la tête). Une vingtaine de détenus ont fui, dont certains ont été repris quelques heures plus tard. Encore de la violence dans le Cie, le Centre pour l’identification et l’expulsion de la Via La Marmora. Une vingtaine de jeunes hommes jeunes ont utilisé le cadre du lit pour le transformer en objets contondants, et ont fait face armés ainsi aux gardes. C’est un incident très grave, la vie de ceux qui sont en charge du contrôle dans le CIE a été mis en danger. Ces hommes, entre autres, accomplissent leur tâche sans être armés. Ils ont essayé de ramener la situation sous contrôle, mais ont été battus violemment. Ça ne peut pas fonctionner comme ça. […].  »    Modena2000

http://www.autistici.org/macerie/?p=29151

Italie : révoltes dans les CIE de Modena, Torino et Bologna, charter frontex au départ de perugia

 Bologna :

Une révolte a éclaté ce matin (lundi 14/05). 7 keufs ont été blessés et 5 retenus, des Marocains et des Tunisiens, ont été arrêtés et inculpés de violences et rébellions envers les forces de l’ordre et destruction en réunion. Ils doivent comparaitre demain. L’après-midi même de la révolte un petit rassemblement s’est tenu devant la préfecture de Bologne où les inculpés ont été emmenés et sont en garde à vue.

Source : http://bologna.repubblica.it/dettaglio-news/17:50-17:50/4163495
Tract traduit ici, original sur macerie 

Modena :

Apparemment les mouvements de protestation initiés vendredi soir par les prisonniers ont continué. (voir ici)

Torino :

Depuis 1 semaine des petits incendies sont régulièrement allumés par les prisonniers dans certains secteurs du CIE. La nuit dernière l’incendie a été plus important : une soixantaiene de prisonniers ont brûlé matelas et autres.Les protestations étaient dirigées contre le juge de pais qui mois après mois maintient les gens en taule. Une fois de plus les militaires de la croix rouge ont éteint les incendies (comme ils ont éteints tous les petits qui avaient été allumés dans la semaine)

Perugia :

Charter frontex pour le Nigeria la semaine dernière un charter frontex pour le Nigeria a décollé de Perugia (une première parait-il)avec 24 nigérians à bord. Il a fait escale à malte, pays à l’initiative duquel le vol a eu lieu, pour embarquer 9 autres Nigerians avant de redécoller pour lagos.

Source : http://www.perugiatoday.it/cronaca/rimpatrio-24-nigeriani-aeroporto-perugia.html

Italie : Modena révolte et tentative d’evasion

Révolte à Modena – 11 mai 2012

Résumé d’articles de journaux

Une révolte qui a duré plusieurs heures a éclaté vendredi soir au centre d’identification et d’expulsion de Modena. Il y a eu plusieurs départs d’incendie, pas mal de mobilier détruit, les lits ayant notamment été démontés pour que les barres de fer les composant soient utilisées comme projectiles contre les flics. Les 60 prisonniers du centre hurlaient liberté. Selon le journal c’est une perquisition dans les cellules au cours de laquelle il y a eu un problème avec un Coran qui a mis le feu au poudre. Les canons à eau ont été utilisés et plusieurs corps de police extérieurs sont intervenus pour mater les révoltés qui le lendemain matin ont annoncé qu’ils se mettaient en grève de la faim. http://www.modenaonline.info/it/2012/05/13/clandestini-in-rivolta-al-cie-fuoco-e-spranghe-contro-la-polizia-12729 http://gazzettadimodena.gelocal.it/cronaca/2012/05/13/news/cie-toccano-il-corano-scoppia-la-rivolta-1.4502575

Traduction de : http://www.ilrestodelcarlino.it/modena/cronaca/2012/05/13/711887-cie-rivolta.shtml

Attention, cet article est issu de la presse. C’est donc la version policière.

« Révolte au centre de retention, pompiers et militaires attaqués avec des barres de fer. Quatre heures de tension au centre. Couvertures en feu.

Ils ont commencé en lancant des barres de fer retirés des lits contre les militaires en service, puis sont passés à l’incendie, incendiant des couvertures et donnant naissance à une douzaine de foyers dans des blocs différents, de sorte que la fumée a pu être vue à l’extérieur de la structure. Nous sommes au Cie (centre d’identification et d’expulsions) de la Via La Marmora.

À 21.30, avant hier : une énième révolte a été organisé par des immigrés clandestins détenus dans l’établissement et qui demandent la liberté.

Hier à 20h,les policiers sont retourné au centre pour une deuxième émeute. Comme d’habitude, le vendredi soir est une excuse suffisante pour réchauffer les cœurs : une perquisition indésirable d’une section, la nourriture fade, pour finir le Coran. Pour les immigrants, la plupart du temps des Nord-Africains, n’importe quelle excuse pour donner lieu à des manifestations violentes et organisées. Pour calmer les 60 immigrés clandestins les flics en patrouille autour, les carrabiniers et la police financière ont dû intervenir. Pas seulement eux, cette fois-ci les pompiers aussi ont du intervenir, ils ont éteint le foyer qui était alimenté avec du papier et des couvertures (qui vont maintenant être rachetées au détriment des contribuables, ndlr (sic!!, ndt)) avant que le feu se propage au reste du mobilier.

La révolte aurait son origine dans la section 6, la plus difficile, ou depuis longtemps sont enfermsé un groupe de clandestin particulièrement dangereux et fauteur de trouble. De cette section, la protestation s’est étendu à l’ensemble Cie et la police ont travaillé dur pour permettre à la situation de se calmer. Les immigrants ont crié, en brandissant des barres de fer, ont mis le feu à des choses, ils ont cassé les grilles et la lampe qui éclaire le centre, ont défoncé les portes et ont tenté de s’échapper. C’est seulement à une heure du matin que la situation est redevenue calme :

hier au Cie, ont comptait les dommages et le centre a été réarrangé. Les recents travaux de sécurité ont évité que, pendant la révolte quelqu’un ai réussi à s’échapper. En attendant, demain le prefet Giovanni Pinto doit visiter le centre, une inspection pour voir si d’autres améliorations sont nécessaires en termes de sécurité. L’autre soir, en concomitance avec l’emeute à Modène, une emeute avait lieu au CIE de Bologne.

Sur la dépense d’énergie pour ‘surveiller’ le Cie et d’accompagner les immigrants illégaux à la frontière, la police de l’Union SIULP souligne que « la présence du centre met Modena dans une condition très différente de celui des quatre-vingt dix autres pefectiures, compte tenu de la nature et de la quantité de travail à effectuer pour ce service – disent-ils – la coupe des heures supplémentaires, tel qu’elle est pratiqué, peut sembler dérisoire et presque anachronique dans une période de crise, mais si nous pensons c’est la troisieme fois que les policiers de Modene, par le biais du SIULP, ont dû recourir à la TAR pour le paiement des heures supplémentaires travaillées dans les services, il est clair qu’une réduction comme celle prévue par le gouvernement ne peut que signifier, au moins, davantage d’aliénation de notre profession, moins de sacrifice de soi, plus de colère envers les choix techniques et politiques très difficiles à digérer. «  »

via macerie

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :