Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

Italie : Agression à Bologna

Ce matin, à dix heures et demie, nous avons reçu un appel de deux détenus du CIE qui, avec agitation et peur, nous ont informés d’une agression féroce en cours. La police avait pénétré dans les cellules de la section masculine afin de les perquisitionner avec violence, en particulier de la part de «l’inspecteur», un type qui avait déjà été signalé par le passé
pour s’etre distingué pour ses agressions physiques sur les détenus. Les gars nous ont parlé des visages et des dents cassés à coups de pied et d’un blessé d’une hémorragie  interne, transferé à l’hôpital. Quatre autres avaient tout simplement été amenés au poste de police.
Certaines personnes solidaires sont allés devant le poste de police pour exprimer leur soutien, tandis que d’autres sont allés à Sant’’Orsola afin de connaitre la condition du blessé. On a su que le garçon avait déjà été « libéré » et qu’il a été re-arrêté et placé avec les quatre autres.
Dans l’après-midi, les détenus nous ont informés d’une deuxième agression et de la présence de trois voitures de police à l’intérieur. En outre, depuis le repas de midi, une grève de la faim a commencé  parce qu’ils s’inquiètent du sort de leurs camarades, et qui demande qu’ils soient libérés.
Puis quelqu’un est passé hors le mur pour dire bonjour et dire que ce qui se passait à l’intérieur avait déjà fait le tour de la ville, à travers la radio locale et les interventions devant le poste de police.

Le mois dernier, les révoltes et les évasions n’ont jamais cessé de sorte que 18 détenus ont été en mesure de reprendre leur liberté. Pour faire face à cette situation la plupart des détenus ont été transférés dans d’autres Cie (par exemple à Trapani) ou déportés. Maintenant dans la section des hommes ils sont 16 alors que d’habitude leur nombre n’est pas inférieur à 60.

En solidarité avec les prisonniers dans le Cie

source : informa-azione via macerie

Category: Brèves des frontières

Tagged: , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :