Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Belgique] Hospitalisations et évasions au 127bis

21 mars 2014. Six retenu.e.s du centre fermé 127bis ont été hospitalisé.e.s pour intoxication alimentaire dans la nuit du 21 mars. Cette intoxication serait due au repas de la veille, périmé. Les repas sont distribués par une entreprise privée.

Le lendemain, ils/elles sont sorti.e.s de l’hôpital et ramené.e.s au centre. Mais deux d’entre eux/elles ont profité de leur hospitalisation pour se faire la belle !

Repris de Gettingthevoiceout

[Turin] Les CIE se ferment … avec le feu

Ces dernières deux semaines, incendie après incendie, les retenus du centre pour immigrés sans-papiers de Turin ont détruit quasiment toutes les cages qui les maintenaient prisonniers.

La préfecture a été contrainte d’en libérer une quinzaine, mais ensuite elle a contre-attaquée multipliant arrestations et expulsions.

Retournons au CIE pour faire entendre à ceux encore enfermés notre solidarité avec ceux qui se rebellent.

Dimanche 23 mars2014, 18 heures, rassemblement au CIE

traduit de macerie

[Paris] La Croix-Rouge expulse…

… qu’ils ne dorment pas en paix!

La Croix-Roug participe activement à l’enfermement et à l’expulsion des sans-papiers.

Au petit matin du 18 mars, ls vitres du local de la C.R., rue Elisa Lemonnier (12 ardt.) ont reçu plusieurs coups et maintenant ils sont recouverts de jolies étoiles…

Un petit clin d’oeil aux deux retenus condamnés pour la révolte du 14 février au CRA de Vincennes, et aussi aux 5 compagnon.ne.s arreté.e.s pour avoir exprimé leur solidarité avec ls revoltés.

Liberté!

Source : indymedia Nantes

[Melilla] Nouvel assaut de la frontière, 500 personnes entrent puis sont parquées

18 février 2014. Ce matin vers huit heures plus de 500 migrant-e-s sont entré-e-s à Melilla ( dans la zone entre Mariguari et Rio Nano) après un nouvel assaut de masse de la clôture qui sépare la ville autonome du Maroc auquel a participé plus d’un millier de personnes. Ils/Elles ont ensuite été enfermé-e-s dans le centre d’accueil temporaire pour immigrés (CETI).
Il s’agit du second assaut de la frontière ce mois-ci, un des plus efficace en terme d’accès à l’enclave espagnole. La situation du CETI, elle, demeure explosive et plus de 1400 personnes y sont enfermées pour une capacité de 400 places.

[Radio] Émission Sans Papiers Ni Frontières du 7 mars 2014 en ligne

Émission Sans Papiers Ni Frontières du 7 mars 2014

Au sommaire :

*brèves d’ici et d’ailleurs*Calais*Belgique*Vincennes, révolte et solidarité*Agenda

Téléchargez/écoutez l’émission ici

Émission tous les premiers vendredi du mois de 19h à 20h30 (rediffusion le mardi suivant à 8h)

sur radio Fréquence Paris Plurielle, 106.3 FM en région parisienne et sur internet partout ailleurs

Prochaine émission le 4 avril 2014

[Turin] Un rassemblement et un nouvel incendie


cri_blindata.jpg

15 mars 2014. Recouverte de tags et complètement encerclée par les CRS, GM, flics en civil et même vigiles urbains : voilà à quoi ressemblait, cet après-midi, le siège régional de la croix rouge piemontaise pendant le rassemblement en soliarité avec la lutte des prisonniers de corso Brunelleschi.

On put y voir, deux heures durant, cinquante ennemis des expulsions, plusieurs banderoles, du boucan, des prises de parole au micro et une belle serie de témoignages enregistrés depuis l’intérieur illustrant ce que font vraiment les croixrougiens dans les Centres. Au bout d’une heure, une bonne nouvelle vint réchauffer le coeur des personnes présentes : un coup de téléphone de corso Brunelleschi annonce en direct qu’après les incendies de dimanche dernier deux autres cellules d’isolement viennent d’être données au feu.

Vers 20h un groupe de solidaires se retrouve devant le CIE de corso Brunelleschi pour saluer avec slogans, petards et feux d’artifice le dernier incendie. De l’intérieur, les retenus racontent que les flics ont pris un mec de l’isolement pour l’emmener on ne sait où.

Mise à jour: 16 mars. En début d’apres-midi les retenus de la section rouge bouttent le feu à la dernière chambre qui restait utilisable. Et alors qu’on n’a toujours pas de nouvelles du mec qui, hier, s’est fait emmener par la police, les retenus en isolement ont commencé à invectiver les croix-rougiens et à casser du mobilier parce que ça faisait trop longtemps qu’ils n’étaient pas sortis de leurs cellules. Dans la soirée, c’est la dernière chambre utilisable de la section violette qui est partie en fumée. Vers 23h, les perspectives pour la nuit semblent être les suivantes: les prisonniers de la section rouge dormiront sur des matelas dans la cour, ceux de la violette, quant à eux, dans la salle à manger endommagée mais sans matelas.

« Avec la Croix Rouge l’Etat enferme et expulse les immigrés en sauvant les apparences »

presidio_cri.jpg

« des déserts de la Lybie aux prisons d’Italie LA DEMOCRATIE TUE »

img-20140315-wa0016.jpg

« pas de paix pour qui gère les CIE »

traduit de macerie

[Rennes] Mouvement au centre de rétention

12 mars 2014. Des retenus du centre de rétention de Rennes ont entamé un mouvement de protestation : des matelas sont sortis dans la cour et ils refusent de manger et de rentrer dans les cellules. Le mobilier des cellules est démonté et entassé dans les couloirs. Dehors, une dizaine de personnes ont fait un parloir sauvage.

Plus d’infos a suivre.

[Turin] Incendies, interrogatoires et rendez-vous.

11 mars 2014. Après les avoir laissé dehors toute la nuit, les policiers et les croix-rougiens en charge au CIE de Turin ont amassé au hasard des détenus des sections incendiées hier soir dans de petits espaces encore utilisables du centre: si la section jaune est complètement fermée, dans la blanche il reste en fait la cantine, comme dans les sections violette, rouge et bleue, une chambre reste utilisable dans ces deux dernières sections. Beaucoup de ceux qui étaient dans les cellules d’isolement données au feu ont, en revanche, été  déplacés pour tenir compagnie aux prisonniers des cellules encore intègres.

La police a profité de ces déplacements pour prendre un à un les prisonniers des sections brûlées et les interroger sur les faits d’hier soir et sur les contacts qu’ils ont avec l’extérieur. Le but étant, évidemment, de les intimider et de les faire renoncer à quelque proposition de lutte que ce soit; au reste, il y a encore quelques bidules à envoyer au feu pour qu’il ne reste plus rien de corso Brunelleschi, et ce serait un beau coup porté à la préfecture et au bureau de l’immigration turinois. D’un interrogatoire à l’autre, un retenu n’est pas encore revenu auprès de ses co-détenus, et on sait pas bien où il a échoué: nous vous donnerons des nouvelles dès que nous saurons quelque chose de sûr.

Même si le Centre de Turin est à deux doigts de la fermeture de fait, ce sont ces prochains jours que se décidera, dans les bureaux de la préfecture, qui se verra attribuer la gestion du centre pour les trois prochaines années. Nous ignorons, pour l’instant, qui se portera candidat pour ce rôle infâme mise à part l’habituelle Croix Rouge. Mais justement parce que nous savons que les humanitaires en goguette chercheront par tous les moyens de se faire confier ce marché juteux vieux de plus de dix ans, nous vous donnons un rendez-vous : Soyez disponibles samedi prochain, 15 mars, à partir de 16h pour un beau rassemblement juste en face du siège régional de la Croix Rouge.

Venez nombreux et bruyants. Et si vous voulez vous rappeler quel a été le rôle des croix-rougiens dans la longue histoire de la détention administrative en Italie, regardez cette vieille vidéo (en italien).

traduit de macerie

Presidio Croce Rossa.pmd

[Tacoma, Washington] 750 retenus en grève de la faim

Tacoma, État de Washington. 7 mars 2014. 750 retenus du Northwest Detention Center sont en grève de la faim depuis vendredi 7 mars afin de protester contre les conditions d’enfermement, pour obtenir une rémunération quand au travail que les retenus font dans le centre, et pour mettre fin aux expulsions. Le centre, ouvert depuis 2004 sous contrat avec le US Department of Homeland Security, est géré par l’entreprise de sécurité privée GEO Group et enferme plus de 1300 personnes sans papiers.

Le vendredi est le jour où sont isolés les prisonniers que vont être expulsés les jours suivant, d’où le choix de commencer une protestation collective ce jour-là.

À l’extérieur, plusieurs rassemblements ont eu lieu en solidarité. Une manifestation bruyante est appelée pour le 11 mars devant le centre.

Info reprise de hurriya

[Montreuil] Manifestation du collectif des Baras

Vendredi 21 mars 2014, le collectif des Baras appelle à une manifestation à Montreuil.
Parmi les 300 personnes du Collectif des Baras, certains occupent une maison située avenue du Pdt Wilson à Montreuil, dont le propriétaire, la
Fondation pour la Recherche Médicale a obtenu l’expulsion à partir d’avril 2014. D’autres occupent un bâtiment, avec des familles roumaines et
maliennes également à la rue, situé 124 avenue Galliéni à Bagnolet. Le propriétaire, l’entreprise Emerson à obtenu l’expulsion sans délai.

À 17 h départ : place de la mairie de Montreuil et marche jusqu’à la mairie de Bagnolet, NON AUX EXPULSIONS ! RÉGULARISATION DES SANS-PAPIERS !

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :