Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Turin] Sur le toit

19 juillet 2014. Un retenu du CIE de Corso Brunelleschi est monté dans l’après-midi sur le toit pour protester contre les conditions d’enfermement. Rapidement la situation dans le centre s’est tendue, une partie des retenus ont commencé à s’unir comme ils pouvaient à sa protestation et certains ont menacé de brûler des matelas. Après quelques heures, police et croix-rouge sont intervenus et faire redescendre la personne montée sur le toit.
Dans la soirée, un groupe de solidaires, est allé saluer les retenus du centre.
Traduit de Macerie

[Steenokkerzeel] Révolte au centre fermé 127 bis

Le 14 juillet 2014 SMS du centre fermé 127bis à 22.54

« Y a un grand bordel dans le centre. Tous en grève » :

Au moment de la rupture de jeûne, un « chef raciste » a refusé de distribuer la nourriture selon les règles : certains détenus n’ont par reçu de repas. Suite à ça TOUS les détenus ont refusé de manger à grands cris, et ont jeté leur repas à la poubelle.
La directrice du centre est arrivée pour discuter avec les détenus. Suite à ce dialogue, trois détenus ont été mis au cachot !
Les détenus se sont révoltés suite à cette mise au cachot.
Des policiers sont arrivés.
Au même moment un petit rassemblement s’est spontanément formé […] devant le centre. Les prisonniers ont beaucoup crié par les fenêtres. […]
Suite à la présence de la police, les esprits se sont calmés dans le courant de la nuit pour éviter des affrontements.

Ce 15/07 13 heures : un calme relatif est revenu dans le centre. Une directrice devrait revenir pour discuter avec les détenus.
Les trois personnes mises au cachot ne sont toujours pas libérées malgré la promesse d’une des directrices.

15/07 au soir : 25 personnes refuse de manger ce soir et réclame la liberté de tous.La directrice les a menacé de faire des photos de ceux qui mangent pour prouver que tout va bien

liberte

 

Déclarations des détenus :

Suite à la désinformation médiatique des événements du 14/07/2014

Nous tenons à dire :

OUI, on nous a permis de respecter le Ramadan avec des repas à 22 h et à 3 heures du matin, des repas avariés comme d’habitude dans le centre !

OUI, nous étions fâchés le 14/07 quand certains d’entre nous n’ont pas reçu leur repas et lorsque 3 d’entre nous ont été mis au cachot parce qu’ils tentaient d’entamer un dialogue avec une directrice.

OUI, nous continuons à lutter contre ces enfermements et nos conditions de vie dans les centres fermés.

OUI, nous sommes victimes de ces politiques migratoires belges et européennes comme tant d’autres dans toute l’Europe.

Et, OUI, nous continuerons à nous battre contre les centres fermés et pour la liberté !

Signé : Des détenus du centre fermé 127 bis à Steenokkerzeel !

repris de Getting the voice out

[Vincennes] Révoltes du 14 février, rendu du procès des compagnon-ne-s

23 juin 2014

Après plusieurs mois d’attente, le juge Patrick Ramael a finalement rendu le délibéré de l’audience du 31 mars qui mettait en cause cinq personnes accusées d’avoir tiré des feux d’artifice devant le centre de rétention de Vincennes le 14 février suite à une révolte dans le centre.

Les inculpé-e-s, en refusant de s’exprimer sur leur présence ou non au rassemblement, ont laissé juges et procureur avec un dossier vide. Ce dernier a donc dû s’aligner sur l’avocate de la défense en demandant la relaxe pour l’accusation de « participation avec arme à un attroupement ». En effet ce délit est avéré seulement dans le cas où une personne est porteuse d’une arme dans un attroupement, et non lorsqu’elle est dans un attroupement où il y a des armes. Comme aucune arme n’a été retrouvée sur les cinq au moment de l’interpellation l’accusation ne tenait pas. Le proc avait également demandé la relaxe pour le refus d’adn car aucun pv n’indiquait que la demande ait été faite par les flics. Concernant le refus d’empreintes et de photos il avait requis des amendes.

Le juge a suivi ses réquisitions en prononçant la relaxe pour l’attroupement et l’adn et des amendes pour les empreintes qui vont de 200 à 500 euros. Pour rappel ce même juge avait placé deux des cinq en détention préventive, soit huit jours de taule qui s’étaient ajoutés aux trois jours de privation de liberté en garde-à-vue et au dépôt, seuls moyens que les flics et la justice ont trouvé pour punir en l’absence de chef d’inculpation qui tienne.

A l’intérieur comme à l’extérieur, la lutte continue !

Reçu par mail

 

[Caltanissetta] Tentative d’évasion et jets de projectiles

21 mai 2014. Vers 4h30 ce matin une quinzaine de personnes ont tenté de s’évader du CIE de Caltanissetta. Pendant qu’un groupe tentait d’escalader la clôture, un autre faisait diversion en jetant contre les flics des bouteilles, des chaises et autres objets. Malheureusement l’évasion n’a pas réussi et la police anti-émeute est intervenue pour mater la révolter, avec l’aide des opérateurs de la coopérative qui gère le centre (auxilium dont le conseiller d’administration a eu droit a une petite surprise il y a quelques jours).

Reformulé d’après un article de la presse italienne trouvé sur macerie.

[Rome] Révolte au CARA de Castelnuovo

15 mai 2014. Plus de deux cents immigrés retenus dans le centre se sont barricadés à l’intérieur. Ils ont fermé avec des chaînes le portail d’entrée empêchant les vigiles de sortir et les ouvriers de rentrer. Ils protestent contre la mise en place d’une carte pour les dépenses minimales dans le centre, qui avant étaient payées en liquide. Les flics arrivent pour mater la protestation en chargeant les immigrés, et les gazant à la lacrymo. En réponse, les retenus ont lancé des pierres et d’autres objets contre les forces de l’ordre. Quelques flics à l’hôpital et une voiture de carabinier endommagée.

[Royaume-Uni] Mouvement de protestation dans trois centres de rétention

7 mai 2014

Le 2 mai, plus de 150 retenus ont occupé la cour du centre de rétention de Harmondsworth en Angleterre de l’heure du déjeuner jusqu’au soir. Ils avaient décidé d’entamer une grève de la faim massive mais ils ont suspendu grève et occupation lorsque trois délégués du Bureau de l’Intérieur sont venus sur place pour leur promettre d’examiner leurs revendications. Celles-ci contestaient notamment le système « Fast Track » qui permet d’enfermer les demandeurs/euses d’asile avant l’examen de leur dossier. Le centre de rétention de Harmondsworth , situé dans la banlieue de Londres à proximité d’un aéroport, est le plus gros du Royaume uni et est géré par l’entreprise GEO group.

Le 5 mai plus de 30 personnes sont venues manifester bruyamment leur solidarité avec les retenus en lutte devant le centre. Elles ont pu entrer en contact avec eux visuellement et par téléphone. Au même moment un rassemblement se tenait devant le centre de rétention de Dungavel en Écosse.

A ce jour le Bureau de l’Intérieur a donné la seule réponse qu’on pouvait en attendre, c’est-à-dire l’annonce de l’expulsion de plusieurs douzaines de personnes impliquées dans la contestation. Malheureusement pour les expulseurs, l’intimidation n’a pas empêché la révolte de se propager. Le 6 mai, une quarantaine de retenus du centre de Colnbrook, construit à côté de Harmondsworth, ont été surpris par les matons lors d’une réunion pour s’organiser. Cinq d’entre eux désignés comme les meneurs ont été mis à l’isolement puis transférés dans un autre centre. Le soir même 20 personnes enfermées au centre de rétention de Brook House IRC près de l’aéroport de Gatwick à Londres ont manifesté dans la cour et ont refusé de retourner dans leurs cellules.

Solidarité avec les retenus en lutte, liberté pour tou-te-s !

 

Infos traduites d’anti-raids network

 

[MàJ][Vincennes] Tension et feu de matelas

15 avril 2014. On apprend par la presse qu’hier soir suite à des tensions deux matelas ont été allumés. Les pompiers sont intervenus et d’après les flics tout serait rentré dans l’ordre.

Mise à jour 18h

D’après les informations données par une personne enfermée dans le cra 1 de Vincennes, vers 1h du matin les retenus ont entassé les matelas et les draps dans une chambre et y ont mis le feu après que l’un d’entre eux ait été tabassée par plusieurs flics. La protestation a rapidement été contenue par les pompiers et 49 flics de la police nationale arrivés en renfort.  Depuis tout le monde dort par terre faute de matelas, deux chambres sont endommagées, et les flics de renfort sont toujours sur place. Quant au retenu tabassé, il est blessé et n’a toujours pas été emmené à l’hôpital.

Mise à jour 16 avril 2014

Le 15 avril dans la soirée, un feu d’artifice accompagné de pétards et des cris « liberté ! » a été tiré à proximité du centre de Vincennes par un petit groupe de personnes solidaires des révoltés de la nuit précédente.

La pression mise récemment par les flics et la justice ne suffira pas à éteindre la lutte, ni dedans ni dehors ! Feu aux centres de rétention !

[Australie] Blocage du centre de rétention de Villawood

03 avril 2014

Une quarantaine de manifestant-e-s ont bloqué l’entrée principale du centre de rétention de Villawood à Sidney pour empêcher le transfert d’un groupe de demandeurs d’asile vers un autre centre à l’ouest de l’Australie. Ce transfert intervient alors que certains d’entre eux sont en procès contre le Département de l’Immigration, de toute évidence afin de les éloigner de leurs avocats et d’interrompre la procédure. La veille une protestation avait été initiée à l’intérieur du centre contre ce même transfert. Les manifestant-e-s ont été délogé-e-s violemment par la police et 8 ou 10 d’entre elleux ont été arrêté-e-s.

Traduit librement de la presse

 

[Trapani Milo] Quand la police frappe, la Croix Rouge arrive

31 mars 2014. Encore des tensions au CIE de Trapani Milo. Comme ils l’ont déjà fait il y a peu, les retenus ont escaladé la première rangée de grillage pour exiger des produits de première nécessité qui ne sont plus disponibles depuis que la coopérative Oasis, qui gérait le centre, est partie. S’en suit un affrontement avec la police durant lequel un flic en tenue anti-émeute assène un coup de boule à un retenu, lui cassant le nez. L’affrontement s’arrête lorsque le directeur des matons du centre se ramène et promet de « faire un rapport sur ce qui s’est passé » et que pour ce qui est de la gestion du centre « demain arrive la Croix-Rouge ». Ce n’est pas un poisson d’avril mais un mandat direct du préfet Falco, confirmé par quelques journaux locaux.

Traduit de Macerie

[Paris] Sous marin policier devant une maison occupée

23 mars 2014. Suite à la révolte du vendredi 14 février au centre de rétention de Vincennes, un feu d’artifice est tiré devant la prison pour étrangers. Deux détenus sont condamnés à deux mois fermes, accusés d’avoir jeté une porte sur les flics et l’un d’eux à deux mois de sursis supplémentaires pour avoir refusé de donner son ADN. Deux autres personnes sont écroué-e-s, accusé-e-s d’avoir participé au feu d’artifice, puis d’avoir en garde à vue refusé de donner noms, empreintes, photos et ADN aux flics.

Mardi 25 février, une audience de remise en liberté s’est tenue pour ces dernier-e-s. Une vingtaine de compagnon-ne-s étaient présent pour apporter du soutien aux deux incarcéré-e-s. La juge a décidé de les faire sortir après 8 jours de taule et trois de garde à vue et dépôt avec le même contrôle judiciaire que leurs trois co-inculpé-e-s, interdiction d’entrer en contact et de quitter l’Ile-de-France.

Dans l’après-midi certain-e-s compagnon-ne-s présent-e-s sont suivi-e-s plus ou moins ostensiblement. Dans le métro, le bus, dans la rue, parfois avec un appareil photo… un flic a même pris le taxi. Dans la soirée, tandis que les deux fraîchement libéré-e-s sont à Fleury pour prendre leurs affaires, la surveillance est toujours plus visible. Une maison occupée, dans le 19ème arrondissement de Paris est particulièrement ciblée.

Déterminé-e-s, un groupe de personnes solidaires décide de ne pas laisser les flics faire leur sale boulot tranquilles, et poursuit l’un d’eux dans la rue. “Sale flic”, “tu le diras à tes collègues”, “Eh mais d’habitude quand on traite les gens de flics ils se retournent”, “police dégage”, “remets jamais plus les pieds dans le quartier t’es grillé”. Une partie du dispositif était apparente : Alors qu’à quelques rues de là, 5 ou 6 flics complotaient, le groupe découvre une camionnette Citroën Jumpy blanche immatriculée 9420 XC 94, vingt mètres au dessus de la maison. Les vitres arrières sont voilées par une bâche noire qui semble bouger, et des signes de présence émanent de la voiture lorsque le joyeux groupe s’approche.

S’approchant encore, il entend distinctement un son électronique en fonctionnement, laissant penser qu’à l’intérieur de la voiture se trouve du matos d’écoute et d’enregistrement. Menaces, boucan dans le voisinage, secouage de voiture, le(s) flic(s) dedans a(ont) du avoir un petit coup de stress et deux de ses(leurs) collègues débarquent en courant, l’un monte dans la camionnette, l’autre dans une voiture garée plus haut et tous deux partent sans demander leur reste.

Les semaines suivantes la surveillance n’a pas cessé (filatures, contrôles d’identité impromptus…) Qu’ils surveillent et répriment celles et ceux qui affichent de ne pas se plier aux lois et aux normes, qui décident d’apporter leur solidarité aux prisonnier-e-s mutin-e-s, qui refusent la résignation et se révoltent n’est pas étonnant. Cela n’empêchera pas les révolté-e-s de se battre, ici et maintenant, pour la liberté !

Reçu par mail

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :