Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Paris] C’est l’histoire d’un préfet qui se prend une torgnole

Ça c’est passé le samedi 6 septembre 2014. Vers 16 heures, le préfet de police Bernard Boucault, accompagné de Jacques Meric, ancien conseiller police de Valls et actuel patron de la sécurité publique de l’agglomération parisienne, débarquent à proximité du Sacré-Cœur. Ils viennent pour parler des vendeurs de tour Eiffel, du commerce illicite dans la rue et des pauvres touristes. Mais l’accueil est sans doute moins chaleureux qu’ils ne pensaient : le préfet s’est pris une gifle, Jacques Meric un coup de pied et le chauffeur un coup de poing.

Comme pour vengeance, jeudi 11 septembre, une descente de police a eu lieu sur le quartier et pendant plusieurs heures les flics ont contrôlé et arrêté des dizaines de personnes sans papiers qui se font des thunes en vendant divers objets aux touristes. Plusieurs d’entre-eux sont maintenant enfermés au centre de rétention.

 

Category: Brèves des frontières

Tagged: ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :