Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Turin] Banane – 11 décembre 2012

Banane

Une belle corbeille de bananes. Des bananes de porta Palazzo, on se comprend, des bananes remplies de limes. Pas une lime dans le sens du fruit tropical, mais en réalité cinq scies en fer,  celles qui sont bonnes à scier les barreaux. Les bananes en question étaient dans un paquet qu’un anarchiste de Turin a porté mercredi après midi à l’entrée du CIE de Corso Brunelleschi, mais malheureusement les limes ont été découvertes.

 » Quel insolence ! – s’exclame le flic  après la découverte – imaginer pouvoir livrer dans les mains d’un prisonnier les instruments pour regagner la liberté c’est nous prendre pour des ignorants ! « 

 » Celui-là a lu trop de bandes dessinées  » pouffent de concert la préfecture et les rédactions des journaux.

 » Quel naïf !  – dit le sage – ne sait-il pas qu’il existe des détecteurs de métaux ? « 

 » Quel imbécile – fait le prudent –  ne pouvait-il pas le faire apporter par quelqu’un moins en vue, qui serait passé inaperçu ? « 

Si aux flics et aux journalistes, c’est de bon usage de ne pas leur répondre, à tous les autres cela vaut la peine de dire quelque chose. Aux sages, il suffit de rappeler toutes les fois dans le passé récent où les prisonniers du CIE de Turin (et pas seulement) ont scié les barreaux, et que donc, de quelque manière, des scies sont entrées, en réussissant à passer les contrôles ;  on ne pourra pas savoir de quelle manière. Aux prudents, nous disons simplement que l’on ne peut attendre qu’une autre personne y aille, qu’on ne peut déléguer aux autres ce à quoi te guide ta conscience.

Peut-être que les bananes ne sont pas le meilleur endroit pour les cacher mais l’unique question que l’on peut se poser vis à vis des limes de fer, n’est pas tant si il est possible d’en faire entrer ou qui peut le faire, mais comment réussir. Pour le découvrir, il faudra simplement essayer et réessayer encore, et toujours, ou jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de barreaux à scier.

repris de macerie

Audience pour les demandeurs d’asile inculpés de destruction sur l’île de nauru… Armée du salut et charité bien ordonnée – 10 décembre 2012

Aujourd’hui a eu lieu la seconde audience des demandeurs d’asile accusés d’avoir causé 24 000 dollars de dégâts sur l’île prison de Nauru lors de la révolte du 30 septembre.
16 personnes devaient comparaître, mais 2 ont été expulsées (volontairement soi-disant) vers l’Iran et 4 n’ont pas pu se présenter pour raison de santé. Vu que Nauru sous-traite pour l’Australie l’enfermement des demandeurs d’asile, c’est selon la loi de la petite île et pas selon la loi australienne que s’effectuera le jugement. En plus des éventuelles amendes ou condamnations financières, les accusés risquent jusqu’à 7 ans de prison.
Lors de la 1ère audience, ils  avaient refusé de sortir des bus lorsqu’ils avaient appris qu’ils seraient défendus par un avocat insulaire qu’ils n’avaient pas rencontré.
Lors de l’audience d’aujourd’hui l’armée du salut était présente… pour soutenir les accusés  et pour les aider à être représentés légalement selon les déclarations de son porte-parole, mais c’est évidemment la parole de ceux qui gèrent le camp. Une pétition et un mouvement de protestation sont d’ailleurs en court en ce moment pour protester contre les récentes restrictions imposées par l’organisme de charité pour restreindre l’accès à internet des demandeurs d’asile enfermés à Nauru. Cette même armée du salut demande par ailleurs au personnel de sécurité d’être présent lorsque certains demandeurs d’asile utilisent internet…
La prochaine audience aura lieu le 14 janvier et là les demandeurs d’asile seront tenus de plaider coupables ou non coupables.
Dans le tribunal, il y avait une forte présence policière.

Afghanistan : 200 manifestants prennent d’assaut le consulat d’Iran à Herat – 09 décembre 2012

Afghanistan : 200 manifestants prennent d’assaut le consulat d’Iran à Herat – 09 décembre 2012

200 personnes ont attaqué le consulat d’Iran aujourd’hui à Herat, dans l’ouest de l’Afghanistan, pour protester contre le meurtre de 13 migrants afghans abattus par les forces de sécurité iraniennes alors qu’ils avaient franchi illégalement la frontière entre les deux pays. La foule a jeté des pierres et brisé les vitres du bâtiment diplomatique, avant d’être repoussée par plusieurs dizaines de policiers afghans qui ont tiré en l’air.

 

Manifestation bruyante au centre de rétention de Lesquin – 8 décembre 2012

Aujourd’hui, le 8 décembre 2012 à 11h20, un cortège de vélo a pris la route depuis porte de Douai à Lille pour se rendre à une manifestation bruyante au Centre de Rétention de Lesquin prévue à 12h00. Les participant-e-s souhaitent rappeler leur soutien à toutes les personnes enfermées, et affirmer leur opposition à ces prisons pour étranger-e-s, aux politiques migratoires françaises et européennes, aux expulsions qui en découlent.

Le Nord Pas de Calais une terre de répression pour les sans papiers

À Calais, cela fait maintenant dix ans que le centre de Sangatte a été fermé, et trois ans que les jungles ont été rasées. Ces coups médiatiques n’ont fait qu’aggraver une situation déjà catastrophique, et la répression croissante et les conditions inhumaines dans lesquelles se retrouvent les migrant-e-s sur place n’ont jamais cessé. Le récent rapport du Défenseur des Droits, faisant suite à un dossier de témoignages compilés par des activistes du réseau No Border, est venu confirmer cela. C’est d’ailleurs aujourd’hui, le dernier jour de l’événement « Sangatte, 10 ans qu’ça s’gâte », qui rappelait et dénonçait la situation à Calais et dans toute la région.
Depuis plus d’un mois maintenant, 125 camarades sans-papiers organisé-e-s au sein du CSP59 sont en grève de la faim pour faire entendre leurs revendications face à la surdité de la préfecture et de l’État.
Nous souhaitons leur affirmer notre soutien et notre solidarité. Créé initialement en 1984 et agrandi en 2006, c’est 1152 personnes qui ont été enfermées au centre de rétention Lesquin-Lille durant l’année 2011. C’est ici que fin 2008, les autorités prévoyaient des charters illégaux pour l’Afghanistan. Des mobilisations avaient permis l’annulation de certains vols mais pas de tous. C’est ici encore qu’en avril 2012, suite à une occupation du local de l’UMP de Lille par le CSP 59 des camarades sans-papiers s’étaient retrouvés à l’intérieur de ce centre, menacés d’expulsion.

Une manifestation bruyante

Ce centre de rétention et la situation dans la région ne sont pas des exceptions en France ou ailleurs. Par cette manifestation, nous voulons dénoncer l’existence de ces lieux et de ces situations, et soutenir les personnes enfermées à l’intérieur.
Nous refusons ce monde construit sur les frontières et la privation de liberté, n’obéissant qu’à la logique capitaliste qui permet la libre circulation des marchandises et des capitaux, mais entrave celle des personnes.
Nous dénonçons cette Europe qui s’affirme toujours plus en tant que forteresse en allouant des moyens humains et financiers colossaux à l’agence européenne de police aux frontières FRONTEX, et en externalisant ses frontières par des accords avec d’autres pays frontaliers ou non (Turquie, Sénégal, Libye, Biélorussie…). Depuis 1998, on compte 17 738 personnes assassinées aux frontières de l’Europe Forteresse, et 2000 morts aux frontières de la méditerranée pour l’année 2011.
Pour que cesse l’acharnement quotidien que subissent les migrant-es et les sans-papiers :

  • Nous exigeons la fin des guerres impérialistes et néo-coloniales menées par nos États dans le reste du monde.
  • Nous exigeons la fermeture et la destruction des centres de rétention.
  • Nous exigeons l’abolition des lois visant au contrôle et à la répression de l’immigration.
  • Nous exigeons l’ouverture des frontières et le respect des libertés de circulation et d’installation.

Trouvé sur indymedia lille

Un texte à (re)lire : L’incendie

En ce moment où la flamme de la révolte se ravive en Tunisie comme en Égypte, un texte à (re)lire publié dans la revue anarchiste Subversions. 

L’incendie

ça commence par une énième étincelle et soudain elle met le feu aux poudres. ça s’enflamme en Tunisie puis en Egypte, puis au Maroc, en Algérie, en Libye et en Syrie… et l’immense feu de joie qui embrase toute la région imprime dans les cœurs des révoltés, partout dans le monde, cette affirmation : rien n’est impossible.

Les dirigeants des démocraties occidentales, eux, auraient bien aimé que rien ne soit possible. Ou, en tout cas, limiter le champ des possibles. Après avoir hésité, attendant les mots d’ordres de leurs maîtres, les médias ont tous adopté la même ligne. Face à l’élan insurrectionnel qui leur font craindre un vent révolutionnaire risquant de passer la Méditerranée, ils tentent de récupérer les événements en leur faveur, imposant leur grille de lecture : ce qui se jouerait au Maghreb et au Moyen Orient serait une révolution pour la transition démocratique (bourgeoise libérale).

Il est vrai que les dirigeants européens ne sont pas très rassurés. Jusqu’ici ils s’accommodaient bien de cet arc de pays autoritaires qui formait la frontière sud de l’Union. Ils avaient noué des accords stratégiques comprenant des dimensions économiques, politiques et militaires avec la plupart d’entre eux. Accords où la question de la démocratie à la sauce droit-de-l’hommiste n’était que pure rhétorique. C’est pourtant cette bannière que dirigeants européens et nord-américains agitent en toute occasion pour justifier leur entrée en guerre ou leurs interventions militaires et civiles dans des situations de «crise».

Quand l’Europe parle d’humains, ce sont par exemple cinq milliards d’euros versés chaque année à la Libye en contrepartie desquels Kadhafi s’engageait à arrêter le flux de migrants venu d’Afrique. Concrètement, cela donnait des réfugiés arrêtés en pleine mer par les patrouilles italiennes qui, quand celles-ci ne les coulaient pas, les redirigaient vers la Libye où ils étaient enfermés dans trois camps de mille places en plein désert. Concrètement, c’est aussi actuellement ne pas bombarder la marine militaire de Kadhafi parce que celle-ci servira au futur pouvoir pour continuer la même sale besogne. Le CNT, Conseil national de transition, a d’ailleurs signé le 17 juin à Naples la poursuite de cet accord avec l’Italie s’il parvenait à s’emparer du pouvoir. La construction d’un nouveau camp est d’ores et déjà prévue à Benghazi.

Quand l’Europe parle de démocratie, cela consiste aussi à injecter de l’argent au Maroc pour qu’il fortifie les colonies espagnoles de Ceuta et Melilla sur le continent africain, à coup de barbelés, de miradors et de balles. La démocratie, ce sont des drones survolants les frontières européennes pour faire la chasse aux «clandestins» ; ce sont des appareils qui détectent les battements de cœur pour repérer les migrants qui se cachent dans des camions ou des trains pour pénétrer dans ce modèle de moralité et de civilisation que prétend être l’Europe.

La moralité en Europe, c’est d’appliquer dans la démocratie italienne un permis de séjour à points pour les individus en attente de papiers (selon leur degré de soumission), avec lequel elles intègrent le pays en tant qu’esclaves salariés qui risquent de perdre à tout moment la possibilité d’y rester. La moralité d’une démocratie à la française, c’est de proposer le retrait de la nationalité d’une personne d’origine étrangère quand elle est vaguement reconnue coupable d’avoir attentée à un dépositaire de l’ordre public. La justice à la belge, c’est de couvrir les gendarmes qui ont assassiné Semira Adamu, une femme courageuse et combattante, lors de sa sixième tentative d’expulsion.

La démocratie en Europe, ce sont des dizaines de camps d’enfermement (jusqu’à 18 mois) pour les sans-papiers répartis dans tous les pays. Des camps avec des matons qui frappent et des médecins qui endorment les ardeurs à coups de calmants. La démocratie c’est, selon les préfets, la liberté de manifester devant un centre de rétention, mais toujours à bonne distance des grilles. C’est prétendre que quand les retenus se révoltent, ce n’est pas à cause de leur enfermement, mais parce que des personnes solidaires, de l’autre côté des murs, crient Liberté !

La démocratie en Europe c’est, du jour au lendemain, renvoyer des réfugiés dans un pays considéré la veille comme la pire des dictatures, mais devenu depuis un allié, bien que les conditions réelles n’aient en rien changé pour les pauvres. C’est considérer les immigrés sous l’angle de la rentabilité, et renvoyer ceux qui ne peuvent pas faire valoir une compétence que le capitalisme d’ici juge pressurable à merci.

Il paraîtrait même que la barbarie serait la spécificité des régimes dictatoriaux, quand, ici comme partout, les États enferment les révoltés par dizaines de milliers, mutilent et tuent au besoin ceux qui sont trop récalcitrants ou inutiles (par le suicide en prison, l’esclavage salarié et ses «accidents», ou encore la gestion de la pacification sociale à travers les stupéfiants dans les quartiers pauvres).

Alors, c’est donc ça le modèle démocratique dont les dirigeants se vantent, celui qu’ils voudraient exporter ailleurs pour préserver leur pouvoir ? Eh oui ! Et puisque c’est bien ça, alors débarrassons-nous en au plus vite.

Au début, les révoltes qui grondent de l’autre côté de la Méditerranée étaient présentées comme l’œuvre de casseurs, de désœuvrés ou de terroristes, avant de devenir en quelques jours de louables aspirations à une transition démocratique. Cela permettait, dans le même temps qu’une reprise de contrôle de la situation, de se présenter une fois de plus comme le modèle à atteindre. Et au passage, cela voudrait balayer la perspective d’une contamination des révoltes vers le continent européen. Comment en effet imaginer se révolter ici, quand on nous serine partout que des gens sont prêts à se faire tuer là-bas pour avoir notre chance ?

Là où la dictature ne laisse aucune place à sa remise en cause, la démocratie non plus, mais de manière plus fine. Toute sa force réside dans la place qu’elle laisse à l’expression du mécontentement, de la marge, à partir du moment que c’est elle qui définit les limites et les formes acceptables. En effet, tant que les contestations n’en viennent pas à le cibler en tant que tel, tant qu’elles acceptent les règles du jeu qu’il leur fixe, l’autorité et le pouvoir de l’État ne s’en voient que renforcés et légitimés. L’art de tout pouvoir démocrate réside dans sa capacité à s’assurer de l’inoffensivité des contestations en les intégrant avec l’aide de ses médiations (syndicats, religieux, élus, associations, grands frères).

C’est quand la mascarade ne prend définitivement pas, quand la protestation se mue en une révolte qui pousse le bouchon un peu plus loin (la grève devient sauvage, une loi n’est plus à modifier mais à retirer, une nuisance n’est pas à expertiser mais doit disparaître d’un territoire donné), que les États démocratiques usent de l’art subtil de la récompense comme de la coercition, de la carotte comme du bâton. Et tout revient alors souvent dans l’ordre, au prix de quelques sacrifices d’un côté, d’os brisés et d’années de prison de l’autre.

Restent alors ceux qui dépassent les bornes (en posant un pourquoi subversif et plus seulement un comment), ceux qui refusent le dialogue, ou encore tous ces indésirables qu’il n’est pas souhaitable de faire participer au paradis marchand et progressiste de la démocratie. Ceux-là sont regroupés dans des figures isolées socialement (le délinquant forcément violent, le terroriste forcément sanguinaire, le parasite forcément chômeur…), présentées comme responsables des imperfections du fonctionnement de la société. Le terrain étant prêt, une répression ciblée peut ensuite s’abattre sur ces catégories de la population créées puis alimentées par le pouvoir. Cela permet de justifier le développement d’outils de contrôle d’abord contre ces figures-là, avant de les généraliser à l’ensemble de la population (papiers d’identité, empreintes digitales et génétiques, biométrie,…).

Plus généralement à tous les niveaux, lorsque l’individu refuse de se plier, de se résigner à accepter les lois étatiques et autres morales sociales qui ne lui conviennent pas et ne reprend pas le droit chemin démocrate, la menace de l’enfermement reste une arme de choix. Les hôpitaux psychiatriques pour ceux qui ne rentrent pas dans les normes. Les prisons pour mineurs et les taules pour ceux qui remettent en question le règne de la propriété privée, pour ceux qui sont trop rétifs à l’autorité.

Mais qu’est-ce que ce monde qui parle de liberté sous la menace de l’enfermement ?

Aucun parti politique ne mettra jamais fin aux camps pour migrants tant qu’il existera un intérêt économique et social à les maintenir en place (l’abaissement général du coût du travail par le chantage à l’expulsion de la main d’œuvre étrangère d’un côté, l’existence des frontières de l’autre). Parce qu’au-delà de la forme plus ou moins autoritaire de la domination (dictature d’un seul, d’un petit nombre ou d’une majorité), le capitalisme n’a pas de visage humain.Tant que nous croirons à la fable de la démocratie et des droits de l’homme, tant que nous déléguerons notre capacité de décision et d’action aux politiciens (élus ou récupérateurs issus des luttes), nous nous réduirons nous-mêmes à une vie de soumis, vide et absurde.

Ces derniers mois pourtant de l’autre côté de la Méditerranée, l’exemple nous a été donné que rien n’est impossible. Dans des zones où la répression policière du pouvoir guettait à chaque coin de rue et parfois jusqu’au sein de chaque famille (sur le modèle du capitalisme d’Etat de l’Est), une partie de la population a repris la rue, les effigies des dirigeants ont jonché le sol, des commissariats ont brûlé, des prisons et des villas de riches ont été attaquées, des entrepôts ont été pillés…

Sur le sol même du continent européen, en un mois, ce sont également trois camps pour migrants qui ont presqu’entièrement brûlé. À Gradisca, en Italie, depuis des semaines les sans-papiers sabotaient, incendiaient et détruisaient leur cage. C’est alors que sont arrivés une cinquantaine de Tunisiens que l’Italie s’est empressée d’enfermer. Il s’en est suivi une escalade d’incendies, au point qu’il ne reste plus qu’une cellule valide dans le camp. En Belgique, ceux du centre 127bis ont brûlé les cellules, alors que de l’autre côté des grillages des manifestants criaient «Liberté !». Et tandis qu’ils étaient repoussés dans la cour, l’un d’entre eux a réussi à s’évader. Si les manifestants de l’autre côté des grilles avaient suivi les valeurs de la démocratie, ils auraient sinon repoussé l’évadé dans l’antre de la prison, au moins attendu passivement l’intervention de la police. Mais ils ont fait ce que commande l’élan du cœur, et pas celui du réalisme politique  : ils ont aidé l’évadé à disparaître dans la nature. Dans la nuit, une autre aile du camp a brûlé, ce qui fait deux ailes rendues inopérantes pour des mois. Début mars, c’est aussi le centre de rétention de Marseille que des retenus ont cramé.

Ces gestes de révolte et de solidarité -des deux côtés de la Méditerranée- nous donnent la force de continuer à lutter contre les bavardages et les chausse-trappe de tous ceux qui tirent profit de l’ordre des choses. De la Tunisie à ici, personne ne pourra prétendre enfermer nos rêves d’une liberté démesurée, pour toutes et tous.

Quelques étincelles, 20 avril 2011

[Publié dans SubversionS n°1, septembre 2012, Paris, pp. 30-31]

[Belgique] Un sans papiers chassé à la mort par la police bruxelloise

Un sans papiers chassé à la mort par la police bruxelloise

Aux alentours du 12 novembre 2012, deux sans papiers, Akram et Moussa se font courser par les flics à Bruxelles. Peut être suite à un vol, peut être pour autre chose, on s’en fout ! Les flics rattrapent Akram qui se débat et ils le poussent, il tombe sur le quai. Voyant cela, Moussa prend peur et part en courant sur la route et se fait renverser par la voiture de flics qui le poursuit. En fait il aura les côtes cassées. Après les flics essayent de lui faire dire la nationalité de son pote, lui il pense que c’est pour l’expulser et refuse de la dire. Alors il l’emmène à la morgue et là, Moussa constate que Akram est mort. Moussa va passer plusieurs jours à l’hôpital avant de pouvoir appeler ses proches pour leur avertir que Akram est mort. Moussa et le frère d’Akram s’étaient connus au Centre de rétention à Vincennes (près de Paris) en novembre 2011, où ils avaient fait des expériences de lutte ensemble. Le corps de Akram a été renvoyé le 30 novembre en Algérie. 15 jours pour un meurtre, c’est rapide, non? Il paraît qu’il était déjà enterré et que des amis ont dû payer 1500 euros pour l’exhumation. Flics, porcs, assassins. La7wa Lbolisse!

http://bxl.indymedia.org/articles/5842

Émission Sans Papiers Ni Frontières du 02 novembre 2012

Émission diffusée le 02 novembre 2012 sur radio Fréquence Paris Plurielle (106.3)

Pour télécharger l’émission, il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous (ou clique droit «enregistrer la cible du lien sous»)

Au sommaire :

– Brèves : France, Maroc, Pologne, Bulgarie, Belgique, Grèce…

– L’externalisation des frontières : Libye, Mauritanie, Sénégal…

– Appel à une manifestation vers le centre de rétention de Vincennes

Merci à l’émission Au fond près du radiateur d’héberger les émissions sur son blog.

Sans Papiers Ni Frontières est une émission contre les frontières et leurs prisons, enregistrée et diffusée le premier vendredi de chaque mois sur la radio Fréquence Paris Plurielle (106.3) de 19h à 20h (rediffusée le mardi suivant de 8h à 9h30)

Télécharger l’affiche de présentation de l’émission ici.

Prochaine émission le 07 décembre 2012

 

Une évasion du centre de rétention du Canet – 30 novembre 2012

Un retenu s’est évadé de la prison pour sans papiers du Canet à Marseille le vendredi 30 novembre.
À l’aide d’une pince coupante, il a coupé une grille. Des amis lui ont lancé une corde pour escalader le mur.
Bonne cavale.

 

Rassemblement puis révolte au CIE de Turin – 30 novembre 2012

Depuis quelques temps, on n’entendait plus parler du CIE de corso Brunelleschi a Turin : à part quelque histoires « ordinaires » de violences et abus commis par la police, aucune protestation à l’intérieur, aucune initiative au dehors des murs, rien de rien. Pourtant il n’a suffi que d’une petite initiative à l’extérieur des murs du centre, une quarantaine de personnes réunies pour fêter les 10 ans de la « Samba Band », pour ré-atiser cette faim de liberté que, évidemment, les somnifères de la Croix-Rouge ne peuvent éteindre, et qui n’attendait que l’occasion pour se déchaîner.

Au son des tambours, les détenus ont réagi immédiatement en essayant de briser les portes des cages, d’abord une section, puis un autre, et finalement tout le centre – y compris la section femmes – était dans la tourmente. La police intervient d’abord avec les canons à eau, puis entre dans les sections les plus chaudes pour apaiser les esprits au son des coups de matraques. Quant le rassemblement se poste devant l’entrée du centre, vient la nouvelle de 5 blessés dans la section violette. Et quand le rassemblement retourne sur le corso Brunelleschi, bloquant la circulation sur la via Mazzarello et sur la via Monginevro l’air est rempli de l’odeur des lacrymogènes lancées contre les révoltés. Certains parviennent à grimper sur les toits de la section bleue, et de là saluent les manifestants

source macerie

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :