Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Espagne] Vive la belle à Murcia (Sangonera la Verde) – 23 juin 2012

Vingt-cinq immigrants s’enfuient du centre de Murcia après avoir attaqué quatre policiers

(CIE = Centro de Internamiento para Extranjeros, Centre d’internement pour Étrangers, ndlr)

Vingt-cinq immigrants clandestins, tous Algériens, se sont évadés samedi 23 juin du Centre pour les étrangers (CIE) de Murcie après une violente attaque contre quatre policiers nationaux qui gardaient les retenus, et dix d’entre eux sont toujours évadés tandis que quinze ont été rattrapés.
La police nationale a signalé hier que l’incident est survenu à 19.40 heures samedi dans le centre de rétention de Murcia, situé dans le hameau de Sangonera la Seca, où environ 30 immigrants,  organisés, ont attaqué la police avec tuyaux, extincteurs et autres fournitures du centre au moment où ils étaient transférés vers les toilettes de la salle commune.
Les émeutiers, selon la police, sont tous des hommes de nationalité algérienne, arrivés en Espagne en petits bateaux et étaient en attente d’un rapatriement. Lors de l’attaque ils taperont la police, videront le contenu de plusieurs extincteurs  pour augmenter le «chaos» dans le centre et réussiront à s’échapper de là en quittant le bâtiment principal et sautant la barrière.
Les quatre officiers qui ont été grièvement blessés, ont appelé des renforts, mais n’ont pas pu empêcher l’évasion et ont été emmenés à l’hôpital Arrixaca Vierge de Murcie afin de soigner leurs blessures.
La police nationale a arrêté quinze des fugitifs, dont certains sont également blessés pour les blessures subies quand il ont sauté la barrière, alors que la police a mis en place un appareil de recherche exhaustif pour arrêter les dix qui restent manquants. Selon certaines sources, le Centre pour étrangers accueille un total de 115 immigrants illégaux en attente d’être renvoyés dans leur pays d’origine. La police a donné une version des faits à la Cour de Murcie sur services de garde, qui a pris l’enquête.

Traduit de leur presse : diarioinformacion, 24/06/2012

Article plus complet, en espagnol : diariodeleon

Prison pour l’un des retenus qui a fuit le centre de Murcia

La Cour de l’Instruction n°6 de Murcia a ordonné la détention pour l’un des immigrants arrêtés après l’évasion de samedi 23 juin du Centre pour les étrangers (CIE) de Sangonera la Verde (Murcie).

Les 14 autres accusés ont été libérés et ré-admis dans le centre dont ils se sont échappé, ont indiqué des responsables de la Haute Cour de Justice (TSJ) dans un communiqué. En outre, la Police nationale est toujours à la recherche des neuf immigrants qui restent en fuite.

La police a divulgué l’identité des immigrants qui se sont échappé du centre de Murcia pour faciliter leur arrestation. Les quatre officiers qui ont fait face à émeute se trouvent  avec quelques  petites ecchymoses, mais vont «très bien». Ce sont « des gens qui sont arrivés par bateau et sont en situation irrégulière », a déclaré le délégué du gouvernement à Murcia, Joaquin Bascuñana.

Les incidents se sont produits le samedi à 19h40, lorsque la police a ouvert l’enceinte dans laquelle les hommes étaient hébergés pour qu’ils puissent quitter le service avant le match de football qui a opposé la France et l’Espagne dans la zone euro.

Traduit de leur presse: abc, 27/06/2012

Plus d’info en espagnol, leur presse : 20min

Le délégué du gouvernement, Bascuñana confirme qu’il n’a pas de nouvelles sur les neuf autres immigrants toujours en fuite après s’être échappés du centre. Il annonce qu’aucune  décision n’a été prise en rapport à la sécurité du Centre, mais qu’il y réfléchit pour prendre une décision avant les vacances

Le délégué du gouvernement dans la région, Joaquín Bascuñana, a déclaré qu’il n’y a rien  de nouveau à propos des neufs immigrants qui restent introuvables depuis samedi dernier après s’être échappés du Centre de détention des immigrants (CIE) de Sangonera la Verde (Murcia).

Toutefois, Bascuñana dit d’attendre et d’imaginer que les fugitifs « seront pris à nouveau et renvoyés au CIE dans les jours qui viennent, que ce soit grâce à des informations ou pour leurs besoins personnels, la fatigue, la faim. »

Il a voulu rassurer le public et a insisté sur le fait que les évadés « sont des gens qui sont dans un centre de détention pour les étrangers,  pas pour avoir commis un crime en Espagne, mais car ils n’ont pas la documentation requise et/ou sont entrés illégalement en Espagne. « 

Les conditions de vie dans le centre.

Lorsqu’on l’interroge sur les conditions de vie dans le CIE, Bascuñana a confirmé que ces centres sont constamment visités « par le Procureur et la Cour elle-même « , et « que toutes les demandes de ces derniers sont satisfaites. »

Ainsi, il a dit « qu’il y a plus de critique de la par de ceux qui ne connaissent pas le centre que de ceux qui le connaissent ».

Quoi qu’il en soit il a déclaré que ce ne sont pas des centres dans lesquels peuvent entrer « n’importe qui » pour des raisons de « sécurité, de discrétion et de respect pour les personnes qui y sont enfermées ».

À ce propos, il a déclaré qu’il avait à sa disposition « toutes les informations des visites des avocats, du procureur et des juges, et qu’il n’a jamais eu connaissance d’aucune critique ».

Il a confirmé par conséquent que les aptitudes du CIE sont spéciales et a réitéré « qu’il ne s’agit pas d’un centre pénitentiaire, que le CIE n’a pas de règlement de centre pénitentiaire » mais « qu’il y a une réglementation qui spécifie que les immigrés peuvent être enfermés administrativement pendant un maximum de 60 jour dans ces centres avant leur expulsion, et que la durée moyenne qu’ils passent dans le CIE de Sangonera est de 29 jours et demi ».

Bascuñana a signalé qu’il n’avait encore pris aucune décision concernant la sécurité du centre, et « qu’il devait y avoir une réflexion » à ce propos. Cependant, il a ajouté que les forces de police présentent dans le centre « sont adéquates » et a exprimé sa prudence en disant « qu’il n’y avait pas besoin de tirer le signal d’alarme pour un fait ponctuel ».

Il a annoncé qu’il espérait tirer des conclusions avant les vacances, « sur ce qui s’est passé et que l’on a à améliorer »  et a fait observer que le CIE « fonctionne et fonctionne bien ».

http://www.que.es/murcia/201206291337-bascunana-confirma-novedad-sobre-nueve-epi.html?anker_1

Traduit approximativement de l’espagnol par nos soins.

Category: Brèves des frontières

Tagged: , , ,

Comments are closed.

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :