Sans Papiers Ni Frontières

Icon

Contre les frontières et leurs prisons

[Pantin] Harcèlement policier à 4 chemins

Le quartier 4 chemins fait partie des 49 nouvelles zones de sécurité prioritaire créées par le gouvernement.

Sur le terrain, dans la vie de tous les jours cela se traduit par une occupation policière de plus en plus accrue.

La chasse au pauvres et aux sans-papiers dont le gagne-pain est la vente dite à la sauvette (c’est à dire non réglementée et taxée par l’Etat) s’en trouve renforcée au quotidien.

A titre d’exemple, un jeune homme, Hamza, victime de violences policières qui en juin 2012 avaient mobilisé plusieurs personnes du quartier, a été cette semaine la cible d’une nouvelle arrestation. Depuis octobre c’est la 3ème fois qu’il est emprisonné en centre de rétention. Un autre habitant du quartier nous a dit éviter de s’y montrer, victime lui aussi de harcèlement policier.

Harceler les gens qu’ils jugent indésirables, leur rendre la vie impossible jusqu’à ce qu’ils partent (où?), voilà ce qui semble être la  stratégie de l’Etat dans les quartiers pauvres.

 Reçu par mail

MERHABA / KHOSH AMADID / BIENVENUE / WELCOME :
journal d’échange et d’informations sur les luttes des migrant-es
UN ÉTÉ CONTRE LES FRONTIÈRES :
PARIS : LUTTE DES MIGRANT-ES DE LA CHAPELLE :
KOS, DÉCLARATION ET INFORMATIONS SUR LA SITUATION DES MIGRANT-ES :
NON À L'EXPULSION DU SQUAT DU COLLECTIF DES BARAS :

AGENDA

TOUS LES MOIS

- Tous les premiers vendredis du mois, 19h-20h30 : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio FPP 106.3 FM (région parisienne) ou sur www.rfpp.net

- Tous les deuxièmes mercredis du mois, 16h30-18h : Émission Sans Papiers Ni Frontières, sur radio Galère 88.4 FM (région marseille) ou sur www.radiogalere.org

- Tous les premiers samedis du mois, Bagnolet, 14h-18h : Permanence Sans-papiers : s’organiser contre l’expulsion, au Rémouleur 106 rue Victor Hugo 93170 Bagnolet (M° Robespierre ou M° Gallieni)

LIBERTÉ POUR ABDUL RAHMAN HAROUN LE MARCHEUR SOUS LA MANCHE :
LA SOLIDARITÉ SIGNIFIE LUTTER CONTRE LES FRONTIÈRES :
SITUATION ET LUTTES À CALAIS :